Print Friendly, PDF & Email

Guinée-Bissau: décembre

English | Français | Português | العربية

La Guinée-Bissau est confrontée à un environnement électoral turbulent en 2024 — une situation familière pour ce pays côtier d’Afrique de l’Ouest de 2 millions d’habitants qui a longtemps traîné d’une crise à l’autre.

La Guinée-Bissau a connu quatre coups d’État et plus d’une douzaine de tentatives putschs, tout en subissant 23 ans de gouvernement direct ou militaire depuis son indépendance du Portugal en 1973. Le président Úmaro Sissoco Embaló a destitué le Parlement à deux reprises en deux ans (y compris en décembre 2023) en invoquant des tentatives de coup d’État, ce qui a contribué à la paralysie du gouvernement.

En Guinée-Bissau, en 2024, il s’agira surtout de savoir comment créer et maintenir une dynamique en faveur d’un système de gouvernement stable et de garde-fous institutionnels contre les abus de pouvoir.

Bien que les principaux partis politiques n’aient pas officiellement présenté leurs candidats, l’élection de 2024 pourrait être une reprise du scrutin de 2019, quand le président Embaló avait obtenu 53,5 % des voix contre 46,5 % pour Domingos Simões Pereira.

L’instabilité de la Guinée-Bissau se manifeste à de nombreux niveaux.

Au cœur du dysfonctionnement de la gouvernance se trouvent des visions concurrentes du rôle de l’exécutif dans le système semi-présidentiel du pays. Dans ce cadre, le président est le chef de l’État et le premier ministre, choisi par le parlement, est le chef du gouvernement, qui choisit les ministres et fixe l’ordre du jour. Ce système a été adopté par la Constitution de 1993 pour renforcer la séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le parlement et le judiciaire. Il avait été conçu en réponse au règne de 19 ans du président João Bernardo Vieira, qui avait concentré le pouvoir au sein de l’exécutif, facilitant les abus de pouvoir et l’impunité.

Le président du Parlement Pereira et sa Plate-forme de l’alliance inclusive-Terra Ranka (PAI-TR) est constitué d’une coalition de petits partis qui s’associe au pilier de la libération, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, le PAIGC. Ensemble, ils ont proposé des réformes constitutionnelles visant à clarifier les pouvoirs du président et du premier ministre. Embaló, qui est issu de l’ancien système présidentiel centré sur l’État et proche de l’armée, espérait plutôt obtenir une majorité parlementaire lors des élections législatives de juin 2023 pour faire passer sa vision revancharde du pouvoir présidentiel dans une nouvelle constitution. Mais le PAI-TR a remporté la victoire avec une majorité de 54-48 au Parlement. La coalition bénéficie également du soutien de 12 autres députés issus de partis alignés.

President Umaro Sissoco Embaló

Le président Umaro Sissoco Embaló . (Photo: DakarActu TV)

Embaló a réagi à ce revers en créant un cabinet fantôme de « conseillers présidentiels », composé d’anciens ministres et de responsables de la sécurité ayant des liens étroits avec l’armée et la police. Les dissolutions du parlement par Embaló et la révocation temporaire du premier ministre, Geraldo Martins, en décembre 2023, ont été d’autres moyens par lesquels il a tenté de mettre le pouvoir législatif sur la touche et d’exercer l’autorité exécutive.

En Guinée-Bissau, l’autorité gouvernementale est souvent synonyme de contrôle du patronage. Cela va du trafic de stupéfiants à l’exploitation forestière illégale, en passant par le contrôle des marchés publics et le détournement des recettes fiscales. La Guinée-Bissau est depuis longtemps considérée comme la principale plaque tournante du trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest pour les cartels de la drogue d’Amérique latine. Il semblerait que la contrebande de stupéfiants ait augmenté sous Embaló, la dernière grande saisie de drogue datant de 2019. La Guinée-Bissau est régulièrement classée parmi les pays les plus corrompus du monde dans l’indice de perception de la corruption de Transparency International.

Cet héritage de favoritisme est profondément lié aux services de sécurité. L’armée et la police ont toujours été utilisées par les dirigeants politiques pour protéger leurs intérêts politiques. Cette politisation a, à son tour, incité les chefs militaires à utiliser leur position officielle pour poursuivre leurs intérêts financiers et, parfois, à monter des coups d’État contre leurs maîtres politiques. Cela a été un autre facteur clé de la volatilité de la Guinée-Bissau.

L’instabilité persistante de la Guinée-Bissau a eu un impact sur la qualité de vie de ses citoyens, le pays étant à la traîne du continent en termes de revenu par habitant, de taux de mortalité et de niveau d’éducation. L’amélioration des services de santé et d’éducation a été un élément clé de la plate-forme de campagne gagnante du PAI-TR lors des élections législatives de 2023 et sera probablement aussi au cœur des élections présidentielles de 2024.

Le vote de 2024 a donc des implications significatives non seulement pour les priorités politiques de la Guinée-Bissau, mais aussi pour son modèle de gouvernement et son système d’équilibre des pouvoirs.

Malgré sa longue tradition d’instabilité politique, la Guinée-Bissau a également connu des élections et des alternances relativement compétitives. Cela est dû en partie à la composition professionnelle de la Commission électorale nationale (CEN). Le secrétariat exécutif de la CEN est composé de magistrats nommés par le Conseil supérieur de la magistrature et élus par les deux tiers du Parlement pour un mandat de quatre ans. Les dissolutions de parlement empêchent de pourvoir les postes vacants au sein du secrétariat exécutif, ce qui entrave la préparation des élections.

Les acteurs de la société civile continuent de réclamer des réformes qui institutionnaliseraient une plus grande transparence et une meilleure surveillance.

La société civile bissau-guinéenne est une colle qui aide le pays à surmonter les nombreuses tempêtes politiques auxquelles il est confronté. Malgré les nombreux revers, les acteurs de la société civile continuent de faire pression pour obtenir des réformes qui institutionnaliseraient une plus grande transparence et une meilleure surveillance des fonds publics et de l’élaboration des politiques publiques afin qu’ils servent les intérêts des citoyens.

Leur rôle actif dans les élections sera une caractéristique essentielle des élections de 2024.

La Guinée-Bissau a également bénéficié au fil des ans d’engagements régionaux et internationaux actifs. La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, dirigée par le Sénégal, la Communauté des pays de langue portugaise, l’Union européenne, le Portugal, la France et le Fonds monétaire international se sont tous engagés à aider la Guinée-Bissau à se stabiliser. Entre autres initiatives, cela s’est traduit par le déploiement d’opérations de paix prolongées, un soutien financier et la participation à des négociations avec des tiers.

Au-delà des résultats électoraux, l’histoire électorale la plus importante de la Guinée-Bissau en 2024 sera de savoir comment créer et maintenir une dynamique en faveur d’un système de gouvernement stable et de garde-fous institutionnels contre les abus de pouvoir.