Catholic Church Increasingly Targeted by Govt Violence in the DRC

L’Église catholique de plus en plus visée par la violence gouvernementale en RDC

L’Église catholique est à l’avant-garde de l’organisation de manifestations exigeant des élections en RDC, en dépit de l’intimidation du gouvernement.

Limites et durée de mandat des dirigeants africains liés à la stabilité

Limites et durée de mandat des dirigeants africains liés à la stabilité

Les progrès vers l’institutionnalisation de la norme des limites du mandat présidentiel en Afrique ont été mitigés. Les dirigeants de cinq pays ont éludé les limites de mandats depuis 2015, portant à 18 le nombre de pays n’ayant pas de limite de mandat.

Enhancing Maritime Security

Améliorer la sécurité maritime

Le dernier programme de sécurité maritime du CESA a examiné l’approche des Seychelles en matière de lutte contre la criminalité en mer et les leçons à tirer pour les autres États maritimes d’Afrique.

Sujet à la une: Contrecarrer l’extrémisme
“We Hope and We Fight”: Youth, Communities, and Violence in Mali

Des entretiens avec plus de 100 jeunes dans le Nord du Mali ont révélé qu’ils rejoignent les groupes armés à cause d’un sens du devoir, ou ils se sentent exclus et le gouvernement ne les soutiennent pas, ou après avoir subi la corruption des agents de l’état, ou ils espèrent rejoindre l’armée. Pour construire une sécurité durable dans la région, le gouvernement malien, les donateurs et les ONG devraient se concentrer sur la prévention de la violence au niveau des communautés au lieu de sur les jeunes « à risque ». Il faut aussi faciliter l’amélioration de la gouvernance locale par une meilleure prestation des services publics et une prise de décisions inclusive.

A school in Maiduguri

Depuis 2009, le mouvement Boko Haram du nord-est du Nigéria a tué environ 17 000 personnes et en a déplacé presque 2,2 millions dans sa recherche d’instaurer un califat islamique. Pourtant, les interviews avec des anciens membres des milices de jeunes suggèrent que nombre d’entre eux ont initialement rejoint le mouvement pour des raisons stratégiques et non religieuses. Les anciens membres présentaient des données démographiques diverses et souvent avaient rejoint le mouvement incités par des amis ou des collègues afin d’obtenir un soutien à leur entreprise ou à cause d’un sentiment de frustration vis-à-vis de l’inadéquation des actions du gouvernement. Alors que le mouvement Boko Haram devenait de plus en plus violent, corrompu et hypocrite, les témoignages qui lui servaient d’outils de recrutement ont été régulièrement neutralisés et l’opportunité s’est présentée au gouvernement de revendiquer une plus grande légitimité.