Sign - Cabo Delgado province 600x400

Les nombreux facteurs qui favorisent l’extrémisme violent dans le nord du Mozambique

La menace extrémiste violente dans le nord du Mozambique exploite les vulnérabilités sociétales sous-jacentes d’iniquité, d’insécurité des droits fonciers et de méfiance envers les autorités.

African Union summit

Entre réformer ou poursuivre sur la même lancée, l’Union africaine hésite

L’Union africaine devra surmonter un manque de volonté politique et relever des défis structurels afin de réagir efficacement aux crises de sécurité sur le continent, conformément à sa mission fondatrice.

Réponses sécuritaires régionales au Sahel

Aperçu des réponses sécuritaires régionales au Sahel

L’augmentation des attaques des groupes terroristes au Sahel, couplée aux défis transfrontaliers tels que le trafic de drogues, le trafic d’êtres humains, les migrations et les déplacements de population, ont provoqué un ensemble de réponses sécuritaires tant régionales qu’internationales.

Sujet à la une: Contrecarrer l’extrémisme
A herder in Mauritania

Les jeunes Fulani marginalisés du centre du Mali, du Burkina Faso et du Niger se comportent différemment face à l’extrémisme violent. Des données issues de 36 groupes de discussion tenus dans quatre villages dans chacun des trois pays montrent que ce qui détermine leur soutien aux groupes extrémismes est d’avoir vécu la corruption et les abus du gouvernement, ou de le percevoir comme tel. Par ailleurs, le bon fonctionnement de mécanismes de résolution des conflits, en particulier concernant l’accès à l’eau pour l’agriculture ou le pâturage est aussi essentiel. Si la justice djihadiste est perçue comme rapide, même si elle est parfois inhumaine, certain jeunes qui considèrent l’armée et les milices ethniques comme complices, voient les groupes extrémistes comme leur seule défense.

“We Hope and We Fight”: Youth, Communities, and Violence in Mali

Des entretiens avec plus de 100 jeunes dans le Nord du Mali ont révélé qu’ils rejoignent les groupes armés à cause d’un sens du devoir, ou ils se sentent exclus et le gouvernement ne les soutiennent pas, ou après avoir subi la corruption des agents de l’état, ou ils espèrent rejoindre l’armée. Pour construire une sécurité durable dans la région, le gouvernement malien, les donateurs et les ONG devraient se concentrer sur la prévention de la violence au niveau des communautés au lieu de sur les jeunes « à risque ». Il faut aussi faciliter l’amélioration de la gouvernance locale par une meilleure prestation des services publics et une prise de décisions inclusive.