MIG-2018-q3-FRENCH

Augmentation de l’activité des groupes islamistes militants au Sahel

L’expansion des évènements violents liés à divers groupes islamistes militants à travers le Sahel reflète le nombre grandissant des défis sécuritaires auxquels la région fait face.

Women protest in Bamenda Cameroon-Photo by VOA Moki Edwin Kindzeka

Le Cameroun, un pays profondément déstabilisé

Une réponse autoritaire à des manifestations pacifiques s’est transformée en un test pour l’identité camerounaise en tant qu’état multiculturel, et a placé le pays face au risque d’un conflit prolongé.

Relever les défis de la sécurité au Sahel

Relever les défis de la sécurité au Sahel

Le Sahel est une région diverse qui devient de plus en plus importante pour la sécurité régionale et mondiale. Serge Michaïlof résume les défis sécuritaires auxquels le Sahel fait face en particulier démographiques, extrémisme, gouvernance et autres et explique ce qui devrait être fait pour y répondre de manière efficace.

Sahel Force Conjointe

La création de la FC-G5S par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad représente une nouvelle étape dans le déploiement d’une architecture de défense collective au Sahel. Alors même que les organisations régionales telles que l’Union Africaine ne sont pas en mesure de répondre de manière efficace aux menaces asymétriques dans la région, la création de ce dispositif présentera des défis importants. En particulier, il faudra mobiliser les ressources et les forces nécessaires à l’opération, tout en la conjuguant avec des efforts de développement et en collaborant avec les autres initiatives régionales et internationales pour la sécurité au Sahel.

Flintlock Exercise

Les États-Unis, la France, le Royaume Uni, la Turquie et la Chine, parmi d’autres, sont impliqués dans des programmes de coopération militaire en Afrique. Mais ces programmes très divers font face à des obstacles liés à la nature même des armées africaines, en particulier leur professionnalisme, les ressources à leur disposition et leurs systèmes de gouvernance. Pour rendre la réforme des armées africaines plus durable, soutenue et efficace, il faut encourager la coopération « par le bas », en complément de formations « par le haut ».