Print Friendly, PDF & Email

#EndSARS demande une réforme de la police nigériane

Les plus grandes manifestations au Nigeria depuis une génération exigent des réformes de la police et de la gouvernance et exposent des initiatives longtemps retardées visant à améliorer le professionnalisme et la surveillance de la police nigériane.

Les vols de voiture et l’assassinat d’un jeune homme dans l’État du Delta par des policiers de la brigade spéciale de répression des vols (SARS) au Nigeria (SARS) en octobre ont suscité une vive indignation de la population. Presque immédiatement, de nombreux jeunes Nigérians ont commencé à partager leur colère et leur propre expérience des SARS sur les médias sociaux, se faisant appeler la génération « SoroSoke » (« the Speak Up » ou « Dites-le à haute voix). En quelques jours, le hashtag #EndSARS est devenu un mouvement qui a donné une voix aux Nigérians qui en avaient assez de la violence, de l’extorsion et de l’impunité de la fameuse unité de police. Au cours des semaines suivantes, de nombreuses manifestations et veilles ont eu lieu dans tout le Nigeria, transcendant les clivages religieux, ethniques et politiques du pays.

Les protestations ont atteint leur point culminant le 20 octobre lorsque les forces de sécurité nigérianes ont tiré sur les manifestants qui organisaient un sit-in sur une route à péage dans le quartier de Lekki à Lagos. Douze personnes ont été tuées, s’ajoutant aux dizaines de personnes qui sont mortes dans tout le pays pendant les manifestations. Des témoins affirment que des officiers de l’armée et de la police sont responsables de la fusillade non provoquée à Lekki. L’incident a été ajouté à une enquête mise en place pour examiner les abus commis par les SARS.

Le mouvement #EndSARS est animé par un profond mécontentement et des problèmes systémiques perçus par les citoyens nigérians. Des enquêtes montrent que les Nigérians font très peu confiance à la police et qu’un tiers d’entre eux ont versé ou se sont vu demander de verser un pot-de-vin à la police. Les experts décrivent comment certaines forces de police ont été commercialisées pour servir les intérêts des politiciens et des riches individus plutôt que pour protéger le public. La Commission nationale des droits humains du Nigeria a indiqué que les forces de sécurité ont perpétré des exécutions extrajudiciaires d’au moins 18 personnes alors qu’elles assuraient le respect des mesures de confinement du pays liées à la COVID-19 au début de l’année. Les incidents de violence policière sont fréquents dans les actualités nationales.

La Directrice exécutive de Partners West Africa, Kemi Okenyodo, réclame depuis longtemps une réforme de la police au Nigeria. Le Centre d’études stratégiques de l’Afrique lui a parlé de la signification du mouvement #EndSARS et de ce qu’il laisse présager pour la réforme de la police au Nigeria.

 *     *     *

Qu’est-ce qui motive les manifestations #EndSARS au Nigeria et pourquoi se sont-elles concentrées sur la section antivol des forces de police ?

Le vol à main armée est l’une des plus graves menaces pour la sécurité du Nigeria. Au fil des années, il est devenu plus violent et plus répandu dans tout le pays. La section anti-vol de l’État – qui fait partie des Départements d’enquêtes criminelles des 36 États et du TCF (Territoire de la capitale fédérale) – est depuis longtemps inefficace en raison des défis permanents auxquels sont confrontées les forces de police nigérianes (FPN). Il s’agit notamment du manque de formation du personnel, du manque de financement, de l’insuffisance des équipements, de la faiblesse de la supervision et de la responsabilité, pour n’en citer que quelques-uns.

Protesters at the endSARS protest in Lagos, Nigeria

Une manifestante de #EndSARS à Lagos. (Image : Kaizenify)

Plutôt que de relever ces défis, les PFN, dans leur sagesse, ont mis en place la brigade fédérale spéciale de répression des vols (FSARS), qui opère directement sous l’autorité de l’Inspecteur général de la police, avec un commissaire de police basé à Abuja qui supervise leurs activités. La FSARS a été créée dans les 36 États et le TCF. Ils ne rendent pas compte aux commissaires de police des États.

Lors de sa création dans les années 1990, l’équipe de la FSARS était réputée pour son efficacité et a mis fin à des opérations de vol à main armée sur tout le territoire. Cependant, avec le temps, les défis permanents des institutions policières du Nigeria les ont rattrapés. Les FSARS se sont livrés à des violations des droits humains, en particulier des actes de torture, des exécutions extrajudiciaires et des disparitions de suspects sous leur garde, entre autres allégations.

Les jeunes sont particulièrement visés, principalement en raison de leur naïveté et de leur méconnaissance de leurs droits en tant que citoyens. Les policiers, quant à eux, ont souvent recours à des stéréotypes non étayés contre les jeunes – les considérant comme des criminels, des fraudeurs sur Internet ou des voleurs à main armée – à cause de leurs dreadlocks, de leurs jeans déchirés, de leurs tatouages, de leurs voitures de luxe ou de leurs gadgets apparemment coûteux comme les smartphones. Le ciblage n’étant pas lié au genre, les jeunes femmes en sont aussi victimes.

Une série d’efforts ont été déployés pour réformer la FSARS/SARS au fil des années, mais aucun n’a abouti jusqu’à présent. Ils ont été démantelés à plusieurs reprises, mais ont toujours réussi à se reformer.

Aujourd’hui, les Nigérians manifestent pour mettre un terme aux violations des droits humains et à l’absence de responsabilité de la SARS.

Pourquoi ce mouvement trouve-t-il un écho auprès de tant de Nigérians ?

« Le mouvement trouve un écho auprès de nombreux Nigérians car la SARS illustre tout ce qui nous met en colère sur l’état de notre système de gouvernance dans son ensemble ».

Le mouvement trouve un écho auprès de nombreux Nigérians car la SRAS illustre tout ce qui nous met en colère sur l’état de notre système de gouvernance dans son ensemble : impunité, corruption, népotisme et manque de transparence et de réformes efficaces. Ces problèmes motivent particulièrement les jeunes Nigérians car ils forment une masse critique de la population du pays (65-70 %) et beaucoup d’entre eux ont déjà été ciblés et harcelés par ces policiers.

Comment la réaction musclée du gouvernement a-t-elle affecté les demandes des manifestants ?

La plupart des manifestants sont lassés des meurtres qui ont eu lieu dans tout le pays et par le détournement de certaines des manifestations par des fauteurs de troubles (émeutiers, pilleurs), prétendument payés par des politiques et des agents du gouvernement pour modifier la réalité des manifestations et justifier le déploiement des forces de sécurité. Des témoins ont rapporté que certains de ces voyous étaient protégés par des policiers et qu’il s’agissait des mêmes jeunes hommes (“area boys”) mobilisés par divers propriétaires politiques dans l’État de Lagos pour intimider les opposants pendant les élections. Les individus puissants et les politiques résistent à la réforme de la police parce qu’ils préfèrent avoir la police dans leur poche, pour servir leurs propres intérêts plutôt que ceux du public.

Après les attaques des forces de sécurité dans des endroits comme Lekki, la plupart des manifestants ont été forcés de fuir, de se regrouper et de se réorganiser. Voilà où en sont les choses à présent. Il existe une certaine coordination entre les militants dans le pays, qui s’organisent pour surveiller les commissions d’enquête, soutenir les victimes et aider les manifestants à clairement exprimer leurs revendications. Le discours du président Buhari le 21 octobre a répondu – bien qu’un peu creux – à certaines des demandes : la réitération de la dissolution de la SRAS et l’approbation d’un ensemble révisé de mesures sociales et salariales pour la police afin d’améliorer le professionnalisme, qui est en attente depuis 2018. Certains d’entre nous examinons comment la Loi sur la police de 2020 peut être utilisée pour faciliter le processus de réforme.

Toutefois, les rapports selon lesquels l’administration de M. Buhari cible désormais agressivement les dirigeants des mouvements de protestation en gelant leurs comptes bancaires, en confisquant leurs documents de voyage et en les détenant malgré les promesses de dialogue ne démontrent pas la bonne foi du gouvernement. Cela donne l’impression que les mesures prises en vue des réformes ne seraient peut-être pas soutenues avec sincérité et ne feraient qu’accroître le fossé et le manque de confiance entre le gouvernement et ses citoyens.

Des manifestants de #EndSARS s’agenouillent à Lagos. (Image : TobiJamesCandids)

Quelles mesures concrètes le gouvernement devrait-il prendre pour faire participer les manifestants et élaborer des politiques de réforme durable de la police, de l’armée et de la gouvernance ?

Il existe de nombreux rapports de différentes commissions d’enquête présidentielles sur ce sujet. Le gouvernement devrait synthétiser les recommandations de ces rapports et les mettre en œuvre!

« Les réformes ont également appelé à la dissolution définitive des FSARS et à empêcher que des forces similaires ne les remplacent. Cela nécessitera de décentraliser le maintien de l’ordre au Nigeria. Cela permettrait une police de proximité plus responsable ».

Ces recommandations comprennent placer la priorité sur l’amélioration du recrutement, de la professionnalisation et des mécanismes de responsabilité par le biais de processus de nomination, de promotion et de révocation fondés sur le mérite, ainsi que l’amélioration des conditions de travail de la police par le biais de meilleurs salaires et avantages.

La transparence est une première étape car les réformes recommandées dans les rapports précédents n’ont jamais été rendues publiques malgré la loi de 2012 sur la liberté de l’information, qui a été éclipsée par la loi sur les secrets officiels. Cela a permis à la PFN de continuer à dissimuler des informations qui permettraient de mener des enquêtes et d’identifier des pistes de réforme.

Les réformes ont également appelé à la dissolution définitive des FSARS et à empêcher que des forces similaires ne les remplacent. Cela nécessitera de décentraliser le maintien de l’ordre au Nigeria. Cela permettrait une police de proximité plus responsable, non soumise à des décisions lointaines et à l’ingérence politique.

 *     *     *

Un manifestant de #EndSARS au-dessus d’un poste de police à Abuja. (Image : Aliyu Dahiru Aliyu)

Dans une discussion distincte sur la suite des événements, le Dr Sharkdam Wapmuk, Professeur associé à l’Académie nigériane de défense, a proposé un programme des priorités de réforme :

  • Reconstruire la confiance. Le gouvernement doit faire davantage pour gagner la confiance des citoyens nigérians. Les mesures mises en place par le gouvernement pour remédier aux lacunes du système de police, de l’armée et de la gouvernance doivent être perçues comme sincères.
  • Une surveillance plus inclusive. La Commission d’enquête judiciaire mise en place par certains États pour enquêter sur les violences policières devrait inclure des acteurs essentiels et non pas seulement des personnes nommées par le gouvernement. Par ailleurs, il serait plus fructueux que le Panel serve comme un organe de vérité et de réconciliation, servant ainsi l’objectif d’apaisement et de réconciliation. Cela pourrait également constituer un changement de paradigme et une base pour la construction d’une « nouvelle » relation entre la police et les citoyens. La police a besoin de la population et la population a fortement besoin de la police. D’où le besoin urgent d’une police de proximité.
  • Enquêtes indépendantes sur les abus de la police. Pour mettre fin à l’impunité de la police, le gouvernement doit mettre en place un organe indépendant ayant pour mandat d’enquêter et de signaler systématiquement les crimes commis par la police et les autres organes de sécurité, notamment les extorsions, les détentions illégales, la corruption et les brutalités. Ces rapports doivent ensuite être appliqués avec des sanctions strictes pour les cas avérés. Cet organe devrait comprendre des représentants des organisations de la société civile.
  • Une réforme globale de la police. Il est important de ne pas trop généraliser. De nombreux policiers font leur travail correctement. Pourtant, des hommes et des femmes intègres recrutés dans les forces de police peuvent facilement passer du mauvais côté en raison de leur faible rémunération et de leurs mauvaises conditions générales de service. En général, la police au Nigeria est confrontée à de graves problèmes tels qu’un financement insuffisant, un manque de personnel, des unités de logement et des bureaux délabrés, des équipements et des véhicules en mauvais état et un manque de structures d’entretien. La réforme de la police ne sera pas complète si elle ne relève pas ces défis.
  • Se concentrer sur la sécurité des citoyens. La réforme de l’architecture de la sécurité au Nigeria, en particulier la relation entre les citoyens et les institutions de sécurité, est attendue depuis longtemps. Les institutions de sécurité devraient recevoir une formation et un recyclage sur les questions de protection des citoyens, de droits de l’homme, de relations avec les citoyens et de renforcement de la confiance de la communauté.

Ressources complémentaires