Print Friendly, PDF & Email

La sagesse de l’Afrique sur le leadership éthique

Par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique

31 May 2017

Des exemples de l'Ouganda, du Malawi, du Rwanda et de la Tanzanie offrent des leçons sur la manière dont le leadership éthique est essentiel pour maintenir la confiance du public dans le secteur de la sécurité et, en fin de compte, pour préserver la stabilité et la paix.

Leadership composite

De gauche à droite: Julius Nyerere, Gen. Henry Odillo, Gen. (à la retraite) Henry Kwami Anyidoho, Gen. Katumba Wamala.

L’héritage colonial des forces de sécurité qui protègent le régime des personnes persiste dans certaines parties de l’Afrique. En conséquence, on reconnaît de plus en plus sur le continent l’importance de renforcer le professionnalisme du secteur de la sécurité. Pourtant, c’est la pratique quotidienne du leadership éthique qui est essentiel pour institutionnaliser la responsabilité, le professionnalisme et le service aux citoyens. Les exemples ci-dessous en provenance d’Ouganda, du Malawi, du Rwanda et de la Tanzanie offrent des enseignements sur la manière dont le leadership éthique est essentiel pour maintenir la confiance du public dans le secteur de la sécurité et, en fin de compte, pour préserver la stabilité et la paix.

Le leadership éthique est un thème central du Séminaire des leaders principaux en fonction au Centre africain d’études stratégiques, qui a réuni plus de 40 personnalités du secteur de la sécurité militaire, policière et civile de 21 pays africains et des commissions économiques régionales.

Désamorcer les tensions

« La devise du collège de l’armée où je suis allé était« ne pas de promouvoir la guerre mais préserver la paix ». … Il n’y a rien d’aussi important que la paix. « 

Gen. Katumba Wamala.
Katumba Wamala

Gen. Katumba Wamala. (Photo: US Army Africa.)

La course à l’élection présidentielle ougandaise du 18 février 2016 a été tendue. Le principal parti d’opposition a accusé le Mouvement National de la Résistance (NRM) au pouvoir d’élever une force non étatique dont les membres étaient impliqués dans des actes d’intimidation et de violence contre les sympathisants de l’opposition. Pour leur part, certains membres de l’opposition auraient formé leurs propres milices, apparemment pour se protéger. Les tensions ont augmenté quand un haut dignitaire du parti au pouvoir a averti que les militaires « tireraient sur tous ceux qui ont protesté contre les résultats des élections ».

Déterminé à calmer les peurs, au début de la campagne en 2015, le général Katumba Wamala, alors chef des forces de défense, a émis une ordonnance : « tous les officiers de l’armée sont tenus avertis de ne pas oser s’engager en politique et on s’occupera de quiconque enfreint la loi ». Il a annoncé plus tard que le rôle de l’armée « n’était pas de tirer sur les civils, mais de préserver la paix et de permettre aux gens d’exercer leur droit de choisir ». Le 6 février dernier, lors du lancement de la résistance armée du NRM, il a réitéré sa détermination à un public angoissé, notant que « la devise du collège de l’armée où je suis allé n’était « pas de promouvoir la guerre mais de préserver la paix ». … Il n’y a rien de plus important que la paix ».

L’état de service de Wamala en tant qu’officier respecté et sa réputation d’avoir une tolérance zéro pour l’ingérence politique ont prêté crédibilité à ses appels. Ses déclarations à la veille des sondages ont donc été considérées comme cohérentes et dignes de confiance. La communication en temps utile du chef de l’armée a donc contribué à désamorcer l’anxiété du public et à renforcer le respect de l’impartialité de l’armée. Cela s’est avéré crucial pour assurer une période relativement calme après l’élection.

Gen. Henry Odillo

Gen. Henry Odillo.

En 2012, le chef des forces de défense du Malawi, le général Henry Odillo, a fait face à une série de défis différents, mais son leadership a également contribué à empêcher son pays de sortir de la crise. Après la mort inattendue du président Bingu wa Mutharika, certains politiciens aspirant au pouvoir auraient invité Odillo à faire un coup d’état. Il a refusé. Comme Wamala, il leur a rappelé que l’armée avait juré de protéger la constitution, pas les politiciens individuels. Deux ans plus tard, le successeur de Mutharika a annulé les élections présidentielles suivantes en citant des « irrégularités ». Au fur et à mesure que les rumeurs d’un coup d’état ont commencé à circuler, Odillo a fait plusieurs déclarations publiques vigoureuses affirmant la neutralité de l’armée et ordonnant aux militaires de « rester dans les casernes et de laisser les civils résoudre la crise ».

Son leadership éthique a créé un espace pour que les dirigeants civils négocient et trouvent des solutions politiques susceptibles d’éviter une crise politique. Réfléchissant à l’effet de cette situation sur la stabilité du Malawi, le Brigadier général zambien Joyce Ng’wane Puta a remarqué : « on ne peut imaginer ce qui serait arrivé au Malawi si l’armée avait succombé à l’offre mal conseillée de prendre le pouvoir ».

Leading by example

« La volonté de ses troupes de suivre son exemple n’était pas uniquement basée sur l’obéissance aux ordres, mais sur un engagement personnel envers ce qu’ils considéraient comme une décision morale ».

Henry Kwami Anyidoho (left) & Romeo Dallaire

Henry Kwami Anyidoho (à gauche) & Romeo Dallaire. (Photo: US Holocaust Memorial Museum.)

En 1994, le général ghanéen Henry Kwami Anyidoho était commandant adjoint de la Mission d’assistance des Nations Unies pour le Rwanda (MINUAR) sous les ordres du général canadien général Romeo Dallaire. Lorsque les tensions sur le terrain ont éclaté en génocide, on a donné l’ordre à Dallaire de fermer sa mission afin d’éviter une confrontation armée avec les forces paramilitaires inter-ahamwe et l’armée rwandaise.

Malgré les risques et après avoir consulté ses troupes, Anyidoho a assuré Dallaire que les 454 soldats du contingent ghanéen resteraient en place. « Je n’avais même pas demandé la permission de mon pays quand j’ai dit à [Dallaire] que nous resterions », at-il dit. « Nous n’avions pas d’alternative. Nous ne pouvions pas abandonner ces gens ». La volonté de ses troupes de suivre son exemple n’était pas uniquement basée sur l’obéissance aux ordres, mais sur un engagement personnel envers ce qu’ils considéraient comme une décision morale.

« Nous étions mal équipés », a déclaré Anyidoho. « Nous nous déplacions dans des véhicules non blindés malgré les combats. Moins armés et moins nombreux, nous avons eu recours à des négociations pour réaliser la mission de protection que nous nous étions assignée. Tout le monde a dû diriger par l’exemple et, à mesure que les opérations progressaient, les officiers et les soldats ont vu qu’ils sauvaient des vies et ils ont, contre toute attente, continué. C’est pourquoi nous avons perdu certains d’entre eux ». Malgré les difficultés, en plaçant l’éthique au-dessus de tout, le contingent ghanéen a permis de sauver environ 30 000 vies, selon Dallaire.

Institutionnaliser l’éthique

Julius Nyerere 1965

Julius Nyerere, 1965.

Loin du terrain, l’éducation et la formation en matière d’éthique peuvent être renforcées par l’exemple de tous les niveaux de gouvernement. Le président fondateur de la Tanzanie, Julius Nyerere, a souligné l’importance de la modélisation de la fonction publique en matière de comportement éthique. Le concept d’Ujamaa, qui signifie « fraternité », et ses principes de « leadership de service » ont obligé les hauts dirigeants à pratiquer l’honnêteté, la responsabilité, la bonne gestion des ressources publiques, l’accessibilité au public et un gouvernement ouvert.

Les valeurs d’Ujamaa ont également été inculquées à tous les niveaux de l’armée par la formation et le mentorat. Cela s’est étendu au service national de la jeunesse qui fournissait un large éventail de recrues potentielles, ainsi qu’à l’Académie Kivukoni pour les hauts responsables civils et militaires. En règle générale, des membres civils et militaires se sont entrainés du niveau junior au niveau supérieur, créant de solides relations entre civils et militaires à long terme.

Le plus grand test de l’approche de Nyerere est venu lors de l’adoption par la Tanzanie en 1992 d’un système multipartite. Les nouveaux principes constitutionnels ont séparé l’armée de la politique, brisant l’influence qu’elle avait autrefois sur le parti au pouvoir et le gouvernement. Beaucoup craignaient que les dirigeants de l’armée n’interviennent pour bloquer le processus, mais en fin de compte, les militaires ont accepté leur nouveau statut. Cela s’explique en partie par la socialisation des valeurs éthiques, associée à une forte culture des relations entre civils et militaires, enracinée dans les années Ujamaa.

Principales leçons

Dans les cas ougandais et malawites, les chefs de la défense ont invoqué des principes constitutionnels pour rappeler aux politiciens et rassurer le public de leur rôle indépendant et professionnel dans la sécurité de la nation. La crédibilité de leurs messages était enracinée dans une expertise reconnue de prise de décision éthique et de leadership. Et les résultats ont démontré l’efficacité de l’enseignement par l’exemple.

Au Rwanda, Anyidoho a inspiré ses hommes en décidant de rester quand d’autres sont partis. En conséquence, la protection civile est devenue une mission personnelle de chaque membre du contingent ghanéen et a été renforcée lorsqu’il est devenu évident que leurs actions pouvaient sauver des vies. L’institutionnalisation du leadership par l’exemple était également au centre des politiques de Julius Nyerere, qui exigeaient l’éthique dans la fonction publique et militaire. Mais si Nyerere ne s’était pas assuré que les dirigeants militaires qui avaient besoin de modéliser ces normes éthiques étaient formés, ces mesures auraient probablement eu un effet limité.

En plus:   leadershipOuganda