Print Friendly, PDF & Email

Considérations relatives à une éventuelle nouvelle base navale chinoise en Afrique

Le projet de la Chine d'ajouter une nouvelle base navale en Afrique soulève des questions sur la stratégie de plus en plus militarisée de la Chine et peut alimenter les craintes d'une atteinte à la souveraineté dans le cadre d'une nouvelle « ruée vers l'Afrique ».

English | Français| Português

A Chinese submarine.

Sous-marin nucléaire de classe Jin de la marine de l’Armée populaire de libération chinoise. (Photo : Mark Schiefelbein / POOL / AFP)

Les spéculations vont bon train quant à l’ouverture par l’Armée populaire de libération (APL) chinoise de sa deuxième base navale en Afrique, sur la côte atlantique. Cette base s’inscrirait dans la volonté de la Chine de devenir une force militaire mondiale capable de projeter sa puissance loin de ses côtes.  Les lieux les plus souvent évoqués sont la Guinée équatoriale, l’Angola et la Namibie.

Les dirigeants des entreprises d’État chinoises à l’étranger ont fait pression pour que l’APL soit plus expéditive en Afrique. À elle seule, l’Afrique accueille plus de 10 000 entreprises chinoises, un million d’immigrants chinois et environ 260 000 travailleurs chinois, qui travaillent pour la plupart sur le projet « One Belt One Road » (connu internationalement sous le nom d’initiative « Belt and Road ») – la stratégie chinoise visant à relier les corridors économiques mondiaux à la Chine.

Port Victoria, Seychelles

Port Victoria, Seychelles. (Image : Piqsels)

Les futurs scénarios de base militaire de la Chine soulèvent de nombreuses questions. L’Afrique émet de fortes réserves à l’encontre des bases étrangères, comme en témoigne une décision du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) de 2016 avertissant les pays d’être « circonspects » quant à l’autorisation de nouvelles bases. Une présence accrue de l’APL pourrait inciter d’autres pays à lui emboîter le pas et accélérer la transformation de l’Afrique en un terrain propice à la concurrence extérieure. Les efforts déployés par l’Inde pour construire des installations de sécurité sur l’île d’Agaléga à Maurice, par exemple, seraient une réponse à la présence croissante de la Chine dans l’océan Indien.

L’expérience de l’Afrique en matière de bases étrangères a connu son lot de controverses. En mars 2021, le Kenya a été le théâtre d’un tollé public à la suite de l’incendie accidentel de 12 000 acres de terres, dont une réserve naturelle, lors d’un exercice militaire mené par la British Army Training Unit-Kenya (BATUK). La presse, la société civile et les tribunaux kenyans ont examiné de près les activités de BATUK – un complexe qui s’étend sur des centaines de milliers d’hectares – le seul endroit à l’étranger où les groupements tactiques britanniques peuvent s’entraîner à une telle échelle.

Pourtant, une telle surveillance est l’exception. Pour la plupart, les citoyens africains ne sont pas conscients de la présence de troupes étrangères dans leur pays ou des accords de défense bilatéraux. La base de l’APL à Djibouti en est un exemple. La Chine avait nié être en pourparlers pour une base militaire jusqu’à ce que la construction commence en 2016 – la même année où l’UA a mis en garde contre les bases étrangères. Initialement présenté au public comme faisant partie d’une série de complexes civils, le port polyvalent de Doraleh, construit par les Chinois, a ensuite été étendu pour inclure une base navale. La Chine compte désormais 2 000 soldats stationnés en permanence sur la base de Djibouti et a terminé la construction d’une jetée pouvant accueillir un porte-avions, ce qui lui permet de projeter sa puissance au-delà du Pacifique occidental.

Par conséquent, de nombreux Africains estiment que la Chine n’a pas été franche quant à ses véritables intentions. Au-delà de l’objectif déclaré de la base, qui est de soutenir les déploiements chinois de lutte contre la piraterie et de maintien de la paix, on sait très peu de choses sur elle et sur les activités de l’APL dans le pays. Et contrairement au cas de BATUK, les citoyens ne sont pas au courant de l’accord de sécurité entre la Chine et Djibouti car les tribunaux et les médias djiboutiens ne sont pas aussi indépendants.

Si la Chine devait établir une base sur l’Atlantique, cela soulignerait la volonté constante de la Chine d’accroître la projection de sa puissance. Elle redéfinirait également la position de la Chine dans le monde et le rôle de l’Afrique dans ce domaine.

Les investissements de la Chine dans les capacités expéditionnaires

Les analystes militaires chinois débattent de ses scénarios de base à l’étranger depuis le début des années 1990, et tous les livres blancs de la défense chinoise depuis lors ont appelé à l’amélioration des installations logistiques à l’étranger pour accomplir des « tâches militaires diversifiées », y compris en 2019 en ce qui concerne les forces « lointaines ».

Les objectifs sur lesquels l’APL a mis l’accent dans ces discussions sur la modernisation de la capacité navale de la Chine sont les suivants :

  1. Imposer des coûts inacceptables à la capacité des adversaires de la Chine (principalement les États-Unis et leurs alliés) à accéder au Pacifique occidental et à y manœuvrer.
  2. Faire de la Chine un leader qui contribue à la sécurité mondiale à la hauteur de son statut de grande puissance, notamment en ce qui concerne la lutte contre la piraterie, les missions de paix et les secours en cas de catastrophe.
  3. Faire progresser les intérêts mondiaux croissants de la Chine, en particulier ceux associés à l’initiative « Une ceinture, une route », notamment les infrastructures, les actifs, le personnel et le contrôle des voies maritimes.
  4. Combler les lacunes dans l’adaptation des capacités chinoises à celles des armées plus avancées.

Dans la poursuite de ces objectifs, l’APL est passée de la « défense active des côtes proches » aux « opérations de manœuvre en haute mer » (yuanhai jidong zuozhan nengli, 远海机动作战能力). Plusieurs termes d’art ont été inventés pour évaluer les contraintes de la Chine dans la réalisation d’une force plus expéditionnaire. Les « deux incapacités » (liǎnggè nénglì bùgòu,两个能力不够) affirment que la capacité de l’APL à gagner des guerres modernes est insuffisante et que ses commandants ne sont pas à la hauteur. Les « deux grands écarts » (liǎnggè chājù hěn dà, 两个差距很大) parlent d’énormes écarts de projection de puissance entre l’APL et l’armée américaine notamment.

Ces auto-évaluations sont fortement socialisées à travers la structure hiérarchique. En 2013, le colonel Yue Gang, qui travaillait à ce moment-là au département de l’état-major interarmées de la Commission militaire centrale, a écrit que la capacité de transport de l’APL ne pouvait pas soutenir des opérations à grande échelle à l’étranger et que la présence militaire avancée de la Chine était faible par rapport à la marine américaine, qui est « déployée dans le monde entier et … capable de s’engager dans des missions de maintien de la paix ou des guerres dans les régions côtières. »

En 2015, Zhou Bo, de l’Académie des sciences militaires, l’institut de recherche militaire le plus respecté de Chine, a déclaré que l’APL « n’a pas toutes les capacités requises pour sauvegarder » les intérêts à l’étranger. Le président chinois Xi Jinping a donné pour instruction à la force de remédier à ces déficiences perçues d’ici 2035, date à laquelle la phase actuelle de modernisation militaire de la Chine devrait être achevée.

A Chinese warship

Le destroyer chinois Ürümqi part dans le cadre d’une mission de la Marine de l’Armée populaire de libération chinoise dans le golfe d’Aden et les eaux au large de la Somalie. (Photo : Liu Zaiyao / Xinhua via AFP)

Conformément à ses directives de modernisation, l’APL a investi dans des capacités plus sophistiquées, dotées d’une plus grande portée stratégique et d’une plus grande létalité, notamment des classes plus récentes de sous-marins à propulsion nucléaire armés de missiles de croisière et balistiques. La Chine a également construit de nouveaux destroyers, frégates, avions de chasse, navires amphibies, hélicoptères de la marine et véhicules aériens sans pilote (UAV) pour les frappes et la reconnaissance à plus longue portée.

De nombreuses armes et plateformes nouvelles ont été testées et utilisées dans les eaux africaines lors des missions de lutte contre la piraterie dans le golfe d’Aden qui ont débuté en 2008 – les premiers déploiements de la Chine en dehors du Pacifique occidental. Il s’agit notamment de la frégate à missiles guidés Jiangkai II, du sous-marin nucléaire de classe Yuan, des destroyers de classe Luyang, des hélicoptères de lutte anti-sous-marine Z-9C, du dock amphibie de classe Yuchao et des navires de ravitaillement améliorés de classe Fuchi.

Le programme de porte-avions de la Chine – qui a débuté au milieu des années 1990 – est un signal supplémentaire de son intention de se doter de capacités de projection de puissance. Son premier transporteur, le Liaoning, est entré en service en 2012. Il s’agit d’un porte-avions ukrainien (soviétique) réaménagé que la Chine a utilisé pour familiariser ses marins avec les opérations des porte-avions. En 2019, le premier porte-avions construit par la Chine, le Shandong,est entré en service. Un deuxième sera mis en service en 2022. Un groupe d’attaque de porte-avions chinois n’a pas encore navigué vers l’Afrique, mais l’imagerie satellitaire commerciale suggère que la récente modernisation des jetées à Djibouti est suffisamment grande pour accueillir des porte-avions à l’avenir.

« L’Afrique est un terrain d’essai pour les opérations de la Chine dans les « mers lointaines». »

L’Afrique a également permis à l’APL d’acquérir de l’expérience dans ses premières opérations « hors zone ». Depuis 2008, la Chine a déployé 40 forces opérationnelles navales en Afrique et a escorté 7 000 navires chinois et étrangers. En 2011 et 2015, elle a évacué des Chinois en détresse en Libye (35 000) et au Yémen (571), respectivement.

Ces opérations ont fait appel à certaines des frégates à missiles guidés les plus récentes de la Chine : le Xuzhou en Libye, et le Linyi et le Weifang au Yémen.

En d’autres termes, l’Afrique est un terrain d’essai pour les opérations « lointaines » de la Chine. À leurs côtés, l’APL effectue des escales, des exercices militaires conjoints et des formations militaires à l’étranger – améliorant ainsi son interopérabilité, sa connaissance des forces étrangères, sa surveillance et son renseignement à un coût relativement faible. L’expérience accumulée par l’APL dans les eaux africaines la positionne sans doute pour des tâches futures plus complexes.

Où la Chine pourrait-elle aller ensuite ?

La clé des considérations de la Chine sur l’Afrique est son système de hiérarchisation des partenariats, qui repose sur une série de facteurs tels que l’importance géostratégique, les liens historiques, les investissements de l’initiative « Une ceinture, une route », ainsi que l’importance maritime. Un grand nombre de ces pays sont également les principaux fournisseurs de troupes de maintien de la paix – un atout pour la Chine, qui a tendance à lier ses activités militaires aux missions multilatérales. Cela lui permet d’éviter que ses engagements ne deviennent lentement mais sûrement plus militarisés.

Les principaux partenaires stratégiques de la Chine accueillent également de grands projets d’infrastructure « Une ceinture, une route », y compris des ports construits ou financés par la Chine, et accueillent régulièrement des escales de la marine de l’APL et participent à des exercices conjoints. Le Mozambique, la Namibie, les Seychelles et la Tanzanie reçoivent plus de 90 % de leurs transferts d’armes de la Chine. Le Kenya et le Ghana en reçoivent plus de la moitié. Certains d’entre eux figurent également parmi les partenaires les plus proches du Parti communiste chinois dans le Sud. Un article de 2014 de l’Institut de recherche navale chinois a évoqué sept ports d’intérêt au niveau mondial : Djibouti, les Seychelles et la Tanzanie en Afrique – ainsi que le Myanmar, le Pakistan, le Cambodge et le Sri Lanka. Le Kenya – ainsi que l’Indonésie, le Myanmar, le Pakistan, le Sri Lanka, Singapour et les Émirats arabes unis (EAU) – apparaît dans un rapport de 2018 de l’université des transports de l’armée de l’APL.

Sur la base des spécifications des ports et des escales de la marine de l’APL, les ports africains suivants peuvent accueillir des navires chinois :

La Namibie, le Kenya, les Seychelles et la Tanzanie ont fait l’objet d’intenses spéculations dans les médias locaux en tant que sites de base potentiels, ce que la Chine a toujours nié. En ce qui concerne les Seychelles, la Chine a déclaré que sa présence ne s’élèverait pas au niveau d’une « base navale » et qu’elle serait principalement utilisée pour des missions de lutte contre la piraterie.

Si la Chine va de l’avant avec l’un de ces sites, elle va probablement étendre l’infrastructure portuaire civile existante et construire des installations à double usage, comme le prouve le précédent qu’elle a établi à Djibouti. Le modèle de base à double usage consiste à combiner l’accès aux ports commerciaux et un nombre sélectif d’installations militaires afin de minimiser l’importance militaire des investissements portuaires stratégiques de la Chine. Il va sans dire que l’APL dispose d’un large éventail d’options parmi lesquelles choisir – 46 ports africains ont été construits, financés ou sont actuellement exploités par des chargeurs d’État chinois.

« Le modèle de base à double usage … minimise l’importance militaire des investissements portuaires stratégiques de la Chine. »

En ce qui concerne les préférences régionales, la dernière version du texte doctrinal phare de la Chine, Science of Military Strategy (édition 2020), parle d’une approche « deux océans » centrée sur les océans Pacifique et Indien. Selon ce texte, l’APL doit « créer les conditions pour s’établir » dans les deux mers en construisant des « points d’appui stratégiques maritimes » (c’est-à-dire des bases) et une « puissante disposition des deux océans » capable de faire face à toute crise. Cette publication est un guide utile car elle est préparée par l’Académie des sciences militaires, qui dépend directement de la Commission militaire centrale, présidée par Xi Jinping.

La stratégie d’implantation de la Chine dans l’océan Indien vise en partie à résoudre le « dilemme de Malacca ». Les importations de la Chine en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique (y compris 80 % de son pétrole) traversent les voies maritimes de l’océan Indien patrouillées par des adversaires potentiels, principalement la marine américaine. Selon la Science de la stratégie militaire, « ils [les détroits de Malacca] ne nous appartiennent pas et ne sont pas contrôlés par nous.  Une fois que la crise commence, notre transport maritime a la possibilité d’être coupé. »

Plusieurs stratégies d’atténuation axées sur ce dilemme ont été publiées dans des revues militaires chinoises au fil des ans. L’une d’entre elles, bien connue des analystes de l’Académie militaire des transports de l’APL, préconise de « renforcer la construction de ports dans l’océan Indien dans le cadre de l’initiative Belt and Road (la Ceinture et la Route) », en particulier au Pakistan, au Sri Lanka et en Tanzanie. Ces groupes de ports, ainsi que Djibouti et le Kenya, offriraient de nouvelles « options de route vers la Chine pour réduire la pression du transport sur Malacca » et éviteraient les voies navigables qui pourraient être fermées par des adversaires.

Que disent les parties prenantes africaines ?

Les Africains sont très divisés sur la question des bases étrangères sur leur sol. Certains gouvernements africains ont tendance à les considérer comme des occasions de se soutenir et d’obtenir des revenus supplémentaires. Les citoyens ont tendance à être plus circonspects, à en juger par leur réaction lorsqu’ils ont appris l’existence de nouvelles bases. Par exemple, en juin 2018, le Parlement des Seychelles a rejeté un accord bilatéral permettant à l’Inde de construire des installations navales, après que la forte désapprobation du public ait entraîné des protestations. Des craintes similaires ont été soulevées au Kenya en 2020, lorsque des agences de presse ont rapporté que la Chine envisageait de construire une nouvelle base. Si les affirmations restent contestées, le ton des reportages suggère que les Kenyans ne seront pas enthousiastes à l’idée de nouvelles installations militaires. Cela correspond étroitement aux sentiments d’autres pays africains, étant donné les opinions mitigées associées aux interventions militaires étrangères et la répugnance de beaucoup à voir l’Afrique devenir un pion dans des rivalités géostratégiques.

« Les Africains sont très divisés au sujet des bases étrangères sur leur sol. Certains gouvernements africains ont tendance à les considérer comme des opportunités… les citoyens ont tendance à être plus circonspects. »

La plupart des Africains considèrent l’influence de la Chine comme positive, en partie grâce aux importants investissements dans les infrastructures, l’agriculture, l’éducation et la formation professionnelle. Cela pourrait changer si la Chine commençait à être considérée comme une puissance militaire soucieuse de faire jouer ses muscles, plutôt que comme un partenaire de développement.

Les futures options de la Chine en matière de bases sont susceptibles de rencontrer un autre défi. Si Djibouti offre un modèle qui peut être reproduit dans les océans Indien, Pacifique et Atlantique, son statut unique d’hôte de plusieurs autres armées n’est pas facilement applicable à d’autres pays. Cela signifie que la prochaine base chinoise ne bénéficiera pas d’une couverture diplomatique similaire et qu’elle se distinguera donc des autres et suscitera davantage de controverses que ce n’est le cas actuellement.

Le niveau de liberté de la presse déterminera également le degré d’examen auquel une future base chinoise sera soumise par ses hôtes africains. Les futurs scénarios d’implantation de la Chine se déroulent alors que la demande de démocratie en Afrique est plus forte que jamais (79 % des personnes interrogées rejettent la règle du parti unique, selon Afrobaromètre) et que la pression exercée sur les gouvernements et leurs partenaires étrangers pour qu’ils respectent des normes de plus en plus strictes s’accroît. L’approche habituelle selon laquelle les bases sont installées sans l’avis du public et les troupes étrangères ne sont pas tenues de rendre des comptes est de plus en plus intenable.

Ressources complémentaires