Print Friendly, PDF & Email

La Russie et le futur ordre international en Afrique

La mise en œuvre d’un ordre international façonné par la Russie aurait des répercussions déstabilisatrices pour le continent.

Protestors march in Durban, South Africa, against Russia's invasion of Ukraine

Des manifestants à Durban, en Afrique du Sud, défilent pour soutenir les Ukrainiens, dénoncer l’invasion russe de l’Ukraine et appeler le gouvernement d’Afrique du Sud à condamner les actions du président russe Vladimir Poutine. (Image: Rajesh Jantilal / AFP)Depuis plusieurs années, le président russe Vladimir Poutine a fait savoir qu’il était prêt à s’éloigner de l’ordre international fondé sur la démocratie qui a façonné les normes de gouvernance mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces normes – respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des autres États, règlement pacifique des différends et droit des citoyens à participer à la vie politique – sont clairement inscrites dans la Charte des Nations unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme’. La Charte, signée par 193 États membres, comporte une responsabilité collective qui consiste à demander des comptes aux membres, conformément au droit international, lorsque ces principes sont violés.

L’invasion de la Russie et sa tentative d’annexer tout ou partie de l’Ukraine ont donc toujours été plus qu’un simple différend bilatéral, mais une tentative explicite de redéfinir les normes internationales.

L’ambassadeur du Kenya aux Nations unies, Martin Kimani, a reconnu les enjeux dès le départ en déclarant au Conseil de sécurité des Nations unies, lors du lancement de l’invasion russe en Ukraine, que la viabilité du multilatéralisme lui-même était menacée.

«L’ambassadeur du Kenya aux Nations unies, Martin Kimani, a reconnu les enjeux dès le départ en déclarant au Conseil de sécurité des Nations unies, lors du lancement de l’invasion russe en Ukraine, que la viabilité du multilatéralisme lui-même était menacée.»

Alors, à quoi ressemble un ordre international dirigé par la Russie ?

Les acteurs mondiaux façonnent les normes internationales en exportant leur modèle de gouvernance national. Dans le cas de la Russie, les analystes caractérisent souvent ce modèle comme un système autoritaire et kleptocratique. Le pouvoir est monopolisé, les élections sont étroitement contrôlées pour perpétuer un président à vie, et les voix de l’opposition sont emprisonnées (comme Alexei Navalny), empoisonnées (comme Sergei Magnitsky) ou assassinées (comme Boris Nemstov). Les médias indépendants sont restreints et, s’ils sont trop critiques, étouffés. Les manifestants ne sont pas tolérés. Les marchés publics russes et l’immense richesse en ressources naturelles du pays sont contrôlés par un réseau oligarchique proche de Poutine, ce qui entraîne une stagnation économique et des inégalités structurelles.

En effet, il s’agit d’un système transactionnel où les lois sont appliquées arbitrairement pour servir les intérêts de ceux qui sont au pouvoir. Les droits humains et la démocratie sont des inconvénients qu’il faut ignorer.

C’est à partir d’une telle prémisse de gouvernance sans entraves que Poutine a pu prétendre, dans la période précédant l’invasion, que l’Ukraine n’avait jamais réellement existé en tant qu’État indépendant et qu’il n’y avait donc aucune souveraineté à violer.

Ce à quoi ressemble l’ordre international de Poutine en Afrique

La vision de Poutine de l’ordre international a des implications dangereuses pour l’Afrique. Imaginer un grand État africain affirmant que son petit voisin n’a jamais vraiment existé en tant qu’entité souveraine indépendante. L’application de cette logique serait non seulement très déstabilisante, mais elle saperait l’une des principales réalisations sous-estimées de l’Afrique – le respect des frontières internationales, même si elles avaient été tracées de manière capricieuse par des acteurs extérieurs, et le fait d’éviter la plupart du temps les conflits interétatiques.

L’exportation par la Russie de ses normes de gouvernance sur le continent donne une idée de ce que l’ordre international de Poutine réserve à l’Afrique. En Libye, en République centrafricaine (RCA) et au Mali – les pays d’Afrique où la Russie s’est le plus implantée – un schéma troublant de sape des Nations unies, de déploiement de mercenaires non responsables et de violation des droits humains s’est normalisé. Ces actions de déstabilisation sont invariablement menées pour soutenir le mandataire de la Russie dans le pays cible, qui est soutenu par les campagnes de désinformation et les interférences électorales russes.

En Libye, la Russie a déployé d’importantes ressources militaires – y compris des avions de chasse, des missiles sol-air et des mercenaires – pour tenter d’installer le seigneur de guerre Khalifa Haftar comme nouvel homme fort. Tout au long de cette campagne, en cours depuis 2019, la Russie a activement sapé le gouvernement de Tripoli reconnu par l’ONU. Jusqu’à présent incapable d’atteindre ses objectifs par la force, la Russie tente de faire dérailler le processus des Nations unies visant à établir une base constitutionnelle pour un gouvernement unifié et à organiser des élections, en soutenant un gouvernement parallèle dans l’est du pays.

Le président russe Vladimir Poutine rencontre son homologue de République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra. (Photo: Mikhail Metzel)

En République centrafricaine, un Russe est le conseiller à la securité nationale et des mercenaires de l’obscur groupe Wagner servent de garde présidentielle au président Faustin-Archange Touadéra. La Russie a également été impliquée de manière flagrante dans l’orchestration de la réélection de Touadéra en 2020. À mesure que Wagner s’est implanté en RCA (notamment autour des mines d’or et de diamants), les mercenaires ont adopté une attitude de plus en plus agressive à l’égard de la force de maintien de la paix des Nations unies, forte de 15 700 hommes et déployée pour aider à stabiliser la RCA.

Au Mali, les campagnes de désinformation russes qui ont débuté en 2019 ont dénigré l’ONU, la France et le président démocratiquement élu, Ibrahim Boubacar Keïta. La Russie est rapidement devenue le principal soutien du coup d’État militaire qui a suivi en août 2020. Comme dans les autres contextes, le déploiement de mercenaires Wagner s’est accompagné de récits macabres de violations des droits humains. Il est révélateur que la Russie ait utilisé son droit de veto au Conseil de sécurité des Nations unies pour bloquer les enquêtes indépendantes sur ces abus. Les dirigeants de l’opposition ont été arrêtés pour avoir remis en question la légitimité de la junte et ont été menacés par les milices de jeunes parrainées par le régime.

En bref, nous avons une assez bonne idée de ce à quoi ressemblerait un ordre international de type russe en Afrique – et ce n’est pas attrayant pour les citoyens, car leur voix est systématiquement réduite au silence.  L’Ukraine n’est pas une aberration mais s’inscrit dans un schéma où la Russie sape l’État de droit pour promouvoir ses intérêts.

Des visions différentes en Afrique

Bien que peu engageant pour les citoyens africains, le modèle russe est attrayant pour certains dirigeants africains qui bénéficient politiquement et financièrement du soutien de la Russie. Sans surprise, les pays les plus réceptifs à l’influence russe tendent à présenter leurs propres versions du modèle de gouvernance autoritaire et transactionnel de la Russie. En plus de ceux mentionnés ci-dessus, les dirigeants du Soudan, de Madagascar, du Zimbabwe, de la République du Congo, du Soudan du Sud, de l’Érythrée, de l’Ouganda et du Burundi entrent dans cette catégorie.

La légitimité douteuse de ces dirigeants et les outils extralégaux que la Russie utilise généralement pour gagner en influence et maintenir ces régimes en place – mercenaires, désinformation, intimidation et ingérence électorale – sont intrinsèquement déstabilisants.

L’application de l’ordre international russe en Afrique sert donc les acteurs de l’élite qui participent à ces arrangements opaques, au détriment de la population générale. Il est donc important de garder à l’esprit que les premiers ne parlent pas pour les seconds. La trajectoire inévitable de cet ordre est celle de disparités croissantes dans l’accès aux ressources et à la voix politique.

«L’application de l’ordre international russe en Afrique sert donc les acteurs de l’élite qui participent à ces arrangements opaques, au détriment de la population générale.»

L’enjeu est donc de taille pour l’Afrique. Des acteurs très différents – les autoritaires qui ne sont pas soumis à l’État de droit et les citoyens qui cherchent à protéger leurs libertés civiles – tireront profit de l’ordre international qui perdurera.

Les partisans africains de ces visions divergentes ne sont pas alignés sur des allégeances idéologiques Est-Ouest comme c’était le cas pendant la guerre froide. Ils se définissent plutôt par leur niveau d’engagement envers les principes de gouvernance mis en avant dans la Charte des Nations unies.

Si l’ordre international actuel, fondé sur les Nations unies, est loin d’être parfait, il offre une base juridique et collective permettant aux citoyens africains de se faire entendre, de protéger les droits humains et de demander des comptes aux gouvernements. L’alternative est que chaque pays – et chaque individu – est livré à lui-même.

Cet article a été publié dans le dossier ISPI « Side Effects : Ukraine’s Perfect Storm Looming over Africa » (« Effets secondaires : la parfaite tempête ukrainienne imminente en Afrique »).