Revue de Presse du 18 décembre 2018

L’armée américaine annonce avoir tué une soixantaine de Shebab en Somalie
L’armée américaine a annoncé lundi avoir mené six frappes aériennes en Somalie au cours du week-end, qui auraient fait 62 morts dans les rangs des miliciens islamistes Shebab. Des frappes aériennes menées par l’armée américaine en Somalie ont fait 62 morts dans les rangs des miliciens islamistes Shebab au cours du week-end, a annoncé, lundi, le commandement des forces américaines pour l’Afrique dans un communiqué. L’Africom précise que six frappes ont été menées au total samedi et dimanche dans le secteur de Gandarshe, une ville côtière sur l’océan Indien située à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Mogadiscio, en coordination avec le gouvernement fédéral de Somalie.  France 24

Contrôle parlementaire dans le secteur de la sécurité : L’expérience ougandaise
Dans un entretien avec le CESA, Stephen Twebaze, chercheur sur les Parlements africains et conseiller auprès de l’Assemblée législative ougandaise, explique que, lorsque les membres du Parlement se considèrent avant tout comme des représentants constituants plutôt que comme des cadres déployés par leurs partis politiques, les Parlements sont à même d’exercer un contrôle effectif, même s’ils sont subordonnés à un parti au pouvoir. Depuis 1986, M. Twebaze a recueilli, analysé et publié des indicateurs de performance sur le Parlement ougandais. Par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Felix Tshisekedi: l’homme qui essaie de surpasser son père pour diriger la RDC
Felix Tshisekedi Tshilombo est l’un des principaux candidats de l’opposition à l’élection présidentielle de dimanche en République démocratique du Congo, mais Louise Dewast se demande s’il peut échapper à l’ombre de son père. Cet homme de 55 ans, père de cinq enfants, est surtout connu pour être le fils du regretté chef de l’opposition Etienne Tshisekedi, mais il insiste sur le fait qu’il ne cherche pas à rivaliser avec l’aura de son père. Le père de Felix Tshisekedi, fondateur de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) en 1982, était un rival redouté du dictateur Mobutu Sese Seko, mort quelques mois après son éviction en 1997, puis des présidents Laurent et Joseph Kabila. Sous sa direction, l’UDPS est devenu le plus grand parti d’opposition du pays, mais il n’a jamais réussi à conquérir le pouvoir.  BBC

Elections en RDC: une course contre la montre pour la Céni 
Les élections vont-elles pouvoir se tenir le 23 décembre en République démocratique du Congo ? Depuis dimanche, la Commission électorale commence à peine à recevoir les fiches et procès-verbaux de résultats imprimés en Afrique du Sud. Près de 166 tonnes de ce matériel sensible sont attendues d’ici à jeudi et doivent être déployés au plus tard samedi dans les plus de 21 000 centres de vote et 179 centres locaux de compilation des résultats. Des retards qui s’accumulent, mais la Céni dit faire son possible pour que le matériel soit déployé à temps.  RFI

RD Congo : l’Église catholique fait entendre sa voix pour les élections présidentielles
En République Démocratique du Congo, où l’église catholique tient une place centrale, les leaders religieux n’hésitent pas à s’exprimer librement sur la crise politique qui dure depuis le maintien de Joseph Kabila au pouvoir en décembre 2016. À quelques jours des élections présidentielles, plusieurs dizaines de milliers de Congolais se massent dans le plus grand stade de Kinshasa pour assister à l’investiture du nouvel archevêque, Fridolin Ambongo. À cette occasion, les candidats aux élections n’hésitent pas à se montrer. En République démocratique du Congo, l’influence de l’église dépasse souvent celle des partis politiques. Ce jour-là, les fidèles veulent surtout apercevoir leur nouveau leader spirituel. « Je lui fais vraiment confiance, car c’est un homme de Dieu, témoigne Axel. Il est là pour nous recadrer, nous mettre sur le droit chemin. Je lui fais plus confiance qu’aux hommes politiques. »  France 24

Présidentielle à Madagascar: l’abstention, l’inconnue du scrutin
Le second tour de l’élection présidentielle malgache se tient mercredi 19 décembre. Les deux ex-présidents Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana sont au coude à coude. Ils ont obtenu respectivement 39 et 35% des voix. Et c’est derniers jours, les candidats se sont efforcés à rallier les derniers indécis, les abstentionnistes, puisqu’au premier tour 45% des inscrits ne se sont pas allés voter. Une abstention élevée, notamment chez les jeunes. RFI

Dans le sud de Madagascar, les électeurs veulent d’abord manger
L’une après l’autre, elles ont assis leur bébé à l’ombre, sur une natte posée à même le sol poussiéreux. Au fond de leurs yeux de mères, la lassitude d’une vie de rien et une petite lueur de soulagement. Ce matin au moins, leur enfant mangera à sa faim. Dans le village d’Ifotaka, à la pointe sud de Madagascar, c’est l’heure du passage de l’aide alimentaire et Pastrolina Vatofara ne le raterait pour rien au monde. « Je gagne un peu d’argent en récoltant les arbres à sisal (pour faire de la corde) mais ça ne suffit pas pour nourrir mes trois petits », explique cette mère de famille de 28 ans, « avec la sécheresse, ils ne survivraient pas sans aide ». « Le gouvernement nous a oubliés », déplore-t-elle. TV5

La coopération militaire contre le terrorisme au cœur de la visite de Kaboré en France
Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a déjeuné lundi 17 décembre avec Florence Parly, la ministre des Armées, avant de s’entretenir dans l’après-midi avec son homologue français Emmanuel Macron. Les deux chefs d’Etat ont longuement évoqué les questions de sécurité. La France et le Burkina Faso ont à cette occasion renouvelé un accord intergouvernemental de défense pour améliorer le cadre juridique de la coopération militaire entre les deux pays. RFI

RDC: Des élections législatives sous haute tension
L’ancien Premier ministre de RDC, Augustin Matata Ponyo Mapon, conduira la mission d’observation que l’Union africaine déploie au Togo pour les élections législatives du 20 décembre. La campagne pour ce scrutin, que l’opposition appelle à boycotter, a été marquée par de nombreuses violences. Celui que les Congolais connaissent comme « l’homme à la cravate rouge », Augustin Matata Ponyo Mapon, qui fut Premier ministre de la RDC de 2012 à 2016, conduira la mission d’observation que l’Union africaine envoie au Togo pour les élections législatives du 20 décembre. Jeune Afrique

Législatives au Togo : Matata Ponyo Mapon nommé à la tête de la mission de l’UA
La ministre française des armées Françoise Parly avait bien préparé son voyage de deux jours en République centrafricaine qui s’est achevé le 11 décembre dernier. Sur place, elle a laissé 1 400 kalachnikovs, trois bateaux pneumatiques et l’annonce de la future formation de 9 000 soldats. « La France se tient aux côtés de ses alliés centrafricains. Notre amitié et notre confiance sont un souffle nécessaire pour la paix », pouvait-on lire sur sa page Facebook qui précisait cependant, dans la ligne de l’attachement au multilatéralisme d’Emmanuel Macron, que « la France sera l’avocate infatigable » du processus de paix, pourtant en panne, de l’Union africaine (UA) et le soutien de « l’action coordonnée de la communauté internationale ». Rien de vraiment nouveau à propos d’une position française traditionnelle, mais qui, cette fois, s’accompagne d’une pique bien sentie : « Quand on parle de paix et de vies à protéger, il n’y a pas de rivalités ou d’intérêts particuliers qui tiennent. »  Le Point

Le vice-président du Malawi prend la direction d’un parti d’opposition
Le vice-président du Malawi, Saulos Chilima, a été élu lundi à la tête du parti du Mouvement uni de transformation (UTM), lui ouvrant la voie à un affrontement avec le président Peter Mutharika aux élections de mai prochain. M. Chilima avait été choisi par M. Mutharika pour se présenter à ses côtés aux élections de 2014 sur la liste du Parti populaire démocratique (DPP). Mais le vice-président a quitté le DPP en juin pour former l’UTM, critiquant la corruption, le népotisme et le favoritisme au sein du parti au pouvoir. Celui qui reste vice-président, car la Constitution interdit au président de limoger son second, a été élu sans opposition par quelque 900 délégués réunis à Lilongwe pour le premier congrès de l’UTM depuis sa fondation il y a cinq mois. « Nous ne pouvons pas continuer de la manière habituelle dont notre pays est géré », a lancé déclaré M. Chilima qui s’est déclaré prêt à oeuvrer à « l’assainissement du Malawi ». VOA

Tunisie : « Ne me parlez pas de révolution »
Le 17 décembre 2010, un marchand s’immolait par le feu à Sidi Bouzid, embrasant la Tunisie avant de faire souffler un vent de contestation sur le reste du monde arabe. Huit ans plus tard, la commémoration de cet événement résonne avec fatalité, quelques jours après une énième attaque terroriste dans les alentours de Kasserine (centre-ouest), l’une des régions les plus délaissées du pays. Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, Tarak de son vrai prénom, marchand ambulant de profession, s’immolait à Sidi Bouzid pour protester contre des agents municipaux qui lui avaient confisqué sa marchandise. Cet acte, qui n’était pas isolé puisque d’autres gestes désespérés avaient noirci les colonnes des faits divers au cours des mois précédents, a été l’étincelle qui a déclenché la révolution en Tunisie. Les occidentaux ont considéré qu’elle était l’initiatrice du Printemps arabe.  Jeune Afrique

Comores: nouvelles peines de prison infligées à des membres de l’opposition
La justice comorienne a condamné à sept ans de prison le secrétaire général du principal parti d’opposition Juwa, Hassane Ahmed el-Barwane, reconnu coupable d’avoir ordonné l’agression d’un militaire lors du récent référendum constitutionnel auquel il s’opposait. Dans un jugement rendu tard lundi soir, la Cour de sûreté de l’Etat a aussi infligé vingt ans de réclusion à un député du même parti, Tocha Djohar, absent à l’audience. Poursuivis pour les mêmes chefs d' »association de malfaiteurs, coups et blessures volontaires et tentative d’assassinat », les deux hommes étaient jugés avec une vingtaine d’autres personnes accusées d’avoir fait partie d’un commando qui a agressé et blessé un sergent. Deux d’entre eux ont été acquittés, les autres ont écopé de peines de quelques mois à trois ans de prison. Lors de l’audience, leurs avocats ont récusé, en vain, la légalité de la Cour de sûreté de l’Etat. TV5

Gabon: l’opposition divisée échoue à profiter de l’absence du président
L’opposition gabonaise, divisée, tente vainement de tirer profit de l’absence depuis près de deux mois du président Ali Bongo Ondimba qui, victime d’un accident vasculaire cérébral, est en convalescence au Maroc pour une période indéterminée. Les manifestations récemment organisées par des opposants, dont le principal d’entre eux, Jean Ping, rival malheureux d’Ali Bongo à la présidentielle de 2016, ont toutes été interdites et ont peu mobilisé. Mardi matin encore, la confédération syndicale Dynamique unitaire (DU), proche de l’opposition, a tenté de braver l’interdiction, mais seule une centaine de manifestants se sont rassemblés à Libreville face à de nombreux policiers qui les ont dispersés. Jean Ping, qui se proclame « président élu » depuis 2016, avait appelé samedi lors d’un meeting à Libreville « à la confrontation » avec le régime pour faire reconnaître sa « victoire ». TV5

Migration: au Niger, les limites de la politique de rétention financée par l’UE
Ce 18 décembre est la journée internationale des migrants. Après la difficile adoption du pacte de Marrakech la semaine dernière, le pacte mondial sur les migrations proposé par l’ONU a de nouveau mis en avant la crispation des gouvernements européens sur cette question. En Afrique, des pays partenaires comme le Niger, grande plaque tournante des migrants venus d’Afrique de l’Ouest à destination de l’Europe, a adopté une batterie de lois contre le trafic d’êtres humains depuis 2016. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, le nombre de migrants passant par le Niger est tombé à 5500 personnes par mois à la fin de l’année dernière, contre 5000 à 7000 un an auparavant. Pour autant le bilan de cette lutte contre l’émigration illégale reste mitigé.  RFI



Photo: Adam Jones