Revue de Presse du 17 juillet 2018

Réforme et renouveau ou toujours la même rengaine au Zimbabwe
La bombe qui a détonné au rallye du parti au pouvoir, l’Union nationale africaine du Zimbabwe–Front patriotique (ZANU‑PF), à Bulawayo le 23 juin a menacé d’entacher la campagne électorale la plus calme depuis des dizaines d’années. Le Président Emmerson Mnangagwa, qui a pris la présidence après l’expulsion de Robert Mugabe par l’armée en novembre dernier, n’a pas été blessé. Toutefois, deux personnes ont été tuées, et au moins 49 autres blessées, dont ses deux adjoints. Nombre sont ceux qui considèrent ceci comme une tentative d’assassinat sur la personne de Mnangagwa, étant donné l’intensité des luttes intestines entre les forces armées et les cadres civils de la ZANU‑PF depuis le renversement de Mugabe, ainsi que la purge de ses alliés au sein du parti. Mnangagwa a accusé de tels éléments d’avoir organisé le présumé complot. En dépit de l’attentat, le gouvernement s’est abstenu de déclarer l’état d’urgence. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

RDC : John Numbi, sous sanctions internationales, nommé à la tête de l’armée
À quelques mois des élections présidentielles en République démocratique du Congo, l’armée change de tête. Dans un communiqué lu sur les antennes de la télévision nationale, le chef de l’Etat Joseph Kabila a désigné John Numbi comme nouveau patron de l’armée. Il est sous sanctions internationales. Voilà qui devrait faire bondir la société civile congolaise et les défenseurs des droits de l’homme. Le général John Numbi a été nommé samedi au poste d’inspecteur général des Forces armées congolaises. Il faut dire qu’en RDC et même à l’international, le général Numbi ne jouit pas d’une belle renommée. Il est notamment accusé d’avoir autorisé la répression de plusieurs marches de l’opposition du temps où il était le chef de la police, entre 2007 et 2010. Il a par ailleurs été soupçonné de l’assassinat de Floribert Chebeya et de son chauffeur, Fidèle Bazana, en 2010. Ce qui lui a coûté non seulement son poste de chef de la police, mais également des sanctions américaines, européennes et suisses. AfricaNews

Le président ivoirien Alassane Ouattara lance un nouveau « parti unifié » au rabais
Le président ivoirien Alassane Ouattara a lancé lundi un « parti unifié », à deux ans de l’élection présidentielle. Mais des membres du PDCI, principal partenaire du pouvoir, refusent de participer à l’alliance, Henri Konan Bédié en tête. Le nouveau « parti unifié » du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a été lancé lundi 16 juillet en Côte d’Ivoire, avec à sa tête le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, à deux ans de l’élection présidentielle. Serpent de mer de la politique ivoirienne depuis une dizaine d’années, la création d’un parti unifié avait initialement l’ambition de rassembler la formation du président Ouattara, le Rassemblement des Républicains (RDR), et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dirigé par l’ancien président (1993-1999) Henri Konan Bédié, afin de retrouver l’unité perdue. France 24

Alassane Ouattara ne sera pas candidat en 2020
Le président ivoirien l’a annoncé lors de la création du parti unifié, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Il rassemble les partis de la coalition au pouvoir en dehors du PDCI, de Henri Konan Bédié. L’assemblée générale constitutive du nouveau mouvement s’est tenue dans l’après-midi de ce lundi à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. L’actuel président de la République prend la tête de cette nouvelle formation politique. Alassane Ouattara a lors de son discours, fait le point sur ses ambitions politiques pour 2020. BBC

Kanté Djénéba N’diaye, unique femme candidate au Mali
Kanté Djénéba N’diaye, unique femme candidate au Mali Dans un entretien à la BBC, Kanté Djénéba Ndiaye, la seule femme candidate à l’élection présidentielle du 29 juillet évoque les raisons de sa candidature. Parmi ses priorités, la création d’emplois pour les jeunes et l’augmentation du taux de représentativité des femmes à 40 % dans les instances de décisions. BBC

L’Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba
La réouverture ce lundi 16 juillet de l’ambassade d’Erythrée à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, est venue clôturer la visite officielle de trois jours du président érythréen en Ethiopie. Un signe de plus dans la normalisation des relations entre les deux pays, après deux décennies de conflit. Cela faisait 20 ans que l’ambassade d’Erythrée en Ethiopie était fermée. La cérémonie de réouverture s’est déroulée en présence du chef de l’Etat érythréen Issayas Afewerki et du Premier ministre éthiopien, Abiy Hamed, ce lundi. La liaison aérienne entre les deux pays aura lieu mercredi. RFI

L’hypothèse d’un 5e mandat de Bouteflika de plus en plus probable
A neuf mois de la présidentielle en Algérie, une seule question alimente le débat: le président Abdelaziz Bouteflika, 81 ans et diminué, briguera-t-il un 5e mandat? Plus que probable, estiment les analystes, alors que le camp présidentiel multiplie les appels en ce sens. « Pour peu que Dieu lui prête vie, M. Bouteflika briguera à coup sûr un cinquième mandat », assure à l’AFP Mohamed Hennad, professeur de sciences politiques à l’université d’Alger. Dans les chancelleries occidentales, un 5e mandat du chef de l’Etat, au pouvoir depuis 1999 et détenteur du record de longévité à la tête de l’Etat algérien, est désormais une quasi-certitude, assure à l’AFP un diplomate étranger en poste en Algérie. RFI

Tanzanie: Magufuli dit que son parti restera au pouvoir « pour l’éternité »
Le président tanzanien John Magufuli a affirmé que le parti dont il est le leader resterait « au pouvoir à jamais, pour l’éternité », dans une allocution retransmise lundi soir en direct à la radio et à la télévision. « Le CCM (le Chama cha Mapinduzi) est le parti au pouvoir, il restera au pouvoir à jamais, pour l’éternité », a déclaré le président Magufuli, lors du lancement à Kibaha, près de Dar es Salaam, des travaux de construction d’un centre de formation des cadres de son parti, dédié à la mémoire de Julius Nyerere, père de l’indépendance de la Tanzanie et fondateur du CCM. « Ceux qui s’y opposent auront toujours des problèmes », a poursuivi le chef de l’Etat tanzanien. Slate

RDC: après un raid sur Béni, soupçons sur une alliance entre ADF et Maï-Maï 
Un nouveau raid meurtrier a été signalé dans le territoire de Béni dans le Nord-Kivu, dans l’est de la RDC près de la frontière avec l’Ouganda. Un village ou se trouvait une position des FARDC a été attaqué, par un groupe Maï-Maï sembe-t-il. Il y a au moins quatre morts dont trois militaires. Il est environ 4 heures du matin ce lundi quand le village de Kabasewa est attaqué par des hommes en armes qui s’en prennent à la position des militaires, pillent le centre de santé, des boutiques et incendient plusieurs maisons. Les assaillants emportent tous les médicaments et les vivres qu’ils ont pu trouver avant de se retirer. RFI

Vingt ans après sa création, quelle perception de la CPI?
C’est aujourd’hui une date anniversaire importante pour la Cour pénale internationale. Il y a vingt ans jour pour jour, son traité fondateur, le Statut de Rome, a été adopté. Un anniversaire qui intervient alors que la cour est de plus en plus critiquée. La CPI, c’est le premier tribunal international permanent chargé de traduire en justice les individus responsables de crimes internationaux graves, y compris les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le génocide, lorsque les tribunaux nationaux ne peuvent s’en charger ou n’en ont pas la volonté. Ce traité avait été négocié pendant près de trois ans, et avait été adopté au terme d’une session tumultueuse à Rome en ce 17 juillet 1998. RFI

Obama en Afrique du Sud pour célébrer le centenaire de la naissance de Mandela
L’ancien président américain Barack Obama prononce mardi, dans un stade de Johannesburg, un discours très attendu, point d’orgue des célébrations du centième anniversaire de la naissance de Nelson Mandela, le premier chef d’Etat noir sud-africain, « le dernier grand libérateur du XXe siècle ». Quelque 15.000 personnes, dont des invités de marque comme la dernière épouse de Nelson Mandela, Graça Machel, l’ex-présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf ou encore l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, sont attendues au stade de cricket Wanderers. Chaque année, la Fondation Mandela confie à un invité de prestige le soin de prononcer un discours à l’occasion de l’anniversaire de « Madiba », né le 18 juillet 1918 et décédé le 5 décembre 2013. TV5

RDC: la presse en ligne redoute des pressions comme les réseaux sociaux
A quelques jours d’échéances politiques décisives en République démocratique du Congo, les éditeurs et les défenseurs de la liberté d’expression s’inquiètent de la volonté des autorités d’encadrer la presse en ligne et les réseaux sociaux pour lutter contre les « fake news » et la cybercriminalité. Média Congo, Actualité.cd, la radio onusienne Okapi, 7sur7…: ces sites d’informations avaient jusqu’au 14 juillet pour mettre en œuvre un arrêté du ministère de la Communication. La plupart n’ont pas obtempéré dans l’attente d’un rendez-vous avec le ministre. Ces sites ont fleuri en choisissant une ligne éditoriale plus factuelle que la presse d’opinion sur papier dont les titres appartiennent à des responsables politiques. Non sans succès, avec par exemple deux millions de visiteurs mensuels revendiqués pour Radio Okapi, quand la presse papier ne se vend qu’à quelques milliers d’exemplaires par jour. TV5



Photo: Adam Jones