Revue de Presse du 9 mars 2018

Maurice: Le gouvernement choisit de destituer la présidente
La machinerie gouvernementale est en marche pour destituer la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim. Les membres du cabinet sont tombés d’accord qu’elle devra quitter son poste. Cette décision a été prise dans l’après-midi de ce jeudi 8 mars pendant la réunion du Conseil des ministres. Contrairement aux rumeurs qui circulaient depuis ce jeudi matin, le Parlement ne sera pas appelé ce vendredi 9 mars, mais plutôt la semaine prochaine. À l’agenda, une motion pour faire partir la présidente. Le gouvernement attendra la fin de festivités marquant le 50e anniversaire de l’Indépendance. L’Express

Élection présidentielle en Sierra Leone : l’hypothèse d’un second tour en passe de se confirmer
Quelque deux jours après, la présidentielle du 7 mars en Sierra Leone commence déjà à livrer ses secrets. Et la première information, c’est qu’il y aura forcément un second tour. C’est en tout cas la conviction des ONG dont le National Elections Watch (NEW). Selon l’institution de surveillance des élections, personne de tous les 16 candidats, n’a pu obtenir plus de 55% de suffrages pour l’emporter dès le premier tour. Africa News

Rex Tillerson se rend à Djibouti sur une base américaine stratégique en Afrique
Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson poursuit sa tournée sur le continent africain. Après l’Ethiopie, Tillerson se rend à Djibouti ce vendredi 9 mars. Une visite d’une journée avant de repartir pour le Kenya. Il s’agit de sa première tournée africaine, une tournée dominée par les relations commerciales avec l’Afrique ainsi que la sécurité. C’est à Djibouti que se trouve la plus importante base militaire américaine sur le continent. RFI

RDC: dans la province d’Ituri, les violences provoquent une crise humanitaire
Plus de 120 personnes tuées, plus 2000 cases brûlées depuis décembre 2017. Dans la province de l’Ituri, en particulier dans le territoire de Djugu, la situation est de plus en plus inquiétante. Les femmes et les enfants sont les premières cibles de la violence, d’après les témoins et les sources onusiennes. Et comme les exactions sont toujours en cours, il est difficile d’évaluer l’ampleur de la crise humanitaire. RFI

Togo: L’opposition donne des migraines au président du Ghana
Les opposants ont décidé de reporter leur série de manifestations d’une semaine. Selon, l’une des responsables de la coalition, cette décision fait suite à une demande du président ghanéen qui est facilitateur dans la crise politique au Togo. ‘Il nous a été demandé de reporter d’une semaine les manifestations afin de permettre au facilitateur de rencontrer le gouvernement et le convaincre de suspendre le processus électoral, comme la coalition a accepté de suspendre ses manifestations’. On a du mal à suivre la logique de cette responsable de l’opposition. Comment mettre sur un pied d’égalité la suspension de marches de protestation et l’arrêt d’un processus électoral. Du jamais vu ! allAfrica

Togo: l’opposition annule les manifestations prévues la semaine prochaine 
La coalition de l’opposition au Togo, qui proteste depuis six mois contre le président Faure Gnassingbé, a annulé les manifestations prévues la semaine prochaine après une rencontre avec le président ghanéen, facilitateur dans la crise politique togolaise, a annoncé vendredi son porte-parole à l’AFP. Les manifestations avaient été suspendues en raison de l’ouverture le 19 février d’un dialogue avec le pouvoir. Mais l’opposition avait décidé de reprendre ses marches dès le 13 mars, accusant le gouvernement de poursuivre unilatéralement le processus devant conduire aux prochaines élections. « Le facilitateur, le président ghanéen Nana Akufo-Addo qui a reçu une délégation de la coalition mercredi à Accra, nous a demandé de lui accorder une semaine, afin de mener des tractations auprès du gouvernement. Nous avons accepté », a déclaré Eric Dupuy, porte-parole de la coalition. TV5

Tunisie : le limogeage du chef de la sûreté, signe des tensions entre la primature et l’Intérieur
Le limogeage du directeur de la sûreté publique par le Premier ministre est le dernier signe en date des tensions qui montent entre le Premier ministre et son ministre de l’Intérieur. Une crispation qui intervient alors que le gouvernement de Youssef Chahed traverse une zone de turbulences. Protestant contre l’arrestation de trois de leurs collègues accusés de torture contre un détenu, des agents des forces de sécurité ont investi, le 26 février 2018, le tribunal de première instance de Ben Arous. Dans une grande confusion, cet incident – condamné par la classe politique et le corps des magistrats – a eu pour conséquence le limogeage par le Chef du gouvernement Youssef Chahed, de Taoufik Debbabi, directeur de la sûreté publique, vendredi 2 mars, et son remplacement par Rached Bettaïeb. Jeune Afrique

Vent de « panique » au Zimbabwe: Mugabe revient en politique, en sous-main
L’ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, très discret depuis sa démission forcée en novembre, vient de déclencher un vent de « panique » dans le parti qu’il a dirigé pendant des décennies, en posant aux côtés d’un ancien général, candidat d’opposition à la présidentielle de 2018. Sur la photo, l’ancien homme fort du Zimbabwe, costume de couleur et cravate, se tient debout auprès de l’officier à la retraite Ambrose Mutinhiri, en chemise noire et tout sourire. Ce dernier dirige la nouvelle formation politique du Front national patriotique (NFP), créé discrètement dans la foulée de la chute de Robert Mugabe le 21 novembre. Et cette semaine, Ambrose Mutinhiri, qui a démissionné de la Zanu-PF, a annoncé sa candidature à la présidentielle prévue d’ici août. TV5

Bénin: manifestation contre le pouvoir dispersée à Cotonou
La police a dispersé vendredi à coups de gaz lacrymogènes une manifestation organisée à l’appel de l’opposition béninoise contre le président Patrice Talon quelques minutes après le début de la marche qui a réuni quelque dix mille personnes, selon les organisateurs, dans la capitale économique de Cotonou. A l’appel du Front pour le sursaut patriotique (FSP) et de plusieurs autres partis de l’opposition et de la société civile, les manifestants se sont réunis tôt dans la matinée dans le centre de Cotonou, sur la place de l’Etoile Rouge, pour une marche pacifique contre la politique du président Talon au pouvoir depuis avril 2016. N’ayant pas respecté l’itinéraire autorisé par la Préfecture, les manifestants ont été aussitôt dispersés par la police à coups de gaz lacrymogènes, ont constaté des journalistes de l’AFP. TV5

La République démocratique du Congo face à ses « spectres errants »
Cela fait plus d’un an qu’Etienne Tshisekedi est mort en Belgique, et son corps n’a toujours pas été rapatrié en République démocratique du Congo (RDC). Celui qui faisait figure d’opposant depuis plus de quarante ans a été et demeure populaire en RDC, il est le « Sphinx de Limete », l’un des artisans des accords de la Saint-Sylvestre, en décembre 2016, qui aurait pu sortir le pays de l’impasse politique dans lequel il se trouve actuellement. Force est de constater que les autorités politiques congolaises ont, depuis plusieurs générations, un problème avec le corps des leaders politiques de leur pays. Pourquoi un tel acharnement à ne pas offrir à ceux qui ont combattu pour leurs idées politiques une sépulture décente sur leur terre natale ? Le Monde

Deux opposants arrêtés à Dakar au cours d’une manifestation interdite
Deux opposants sont arrêtés à Dakar au cours d’une marche de l’opposition sénégalaise, interdite par les autorités vendredi matin à Dakar, la capitale. Il s’agit du leader du Parti démocratique sénégalais, Oumar Sarr, et de son allié de l’AJPADS, Mamadou Diop Decroix, coordonnateur d’un collectif de partis d’opposition. La police a dispersé la marche à coup de grenades lacrymogène. Cette manifestation est organisée par l’Initiative pour des élections démocratiques (IED). Les opposants au président Macky Sall exigent la démission du ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye. BBC

Guinée équatoriale : le caricaturiste Ramón Nse Ebalé libéré après cinq mois de détention
Ramon Nse Esono Ebalé a été libéré le 8 mars après six mois de prison. Le procureur général a estimé qu’il n’y avait pas assez de preuves. Le caricaturiste équato-guinéen Ramon Nse Esono Ebalé, arrêté mi-octobre à Malabo, a été libéré le 8 mars après plus de cinq mois de détention dans la prison de Black Beach. Accusé d’avoir participé à un réseau de faux monnayeurs, le procureur de la république n’avait requis aucune peine « faute de preuves ». Le dessinateur, qui vit en Amérique du Sud, était de passage à Malabo pour voir sa famille lorsqu’il a été arrêté. Jeune Afrique

L’Afrique est devenue la nouvelle cible de l’industrie du tabac
« L’industrie du tabac vise délibérément » les pays d’Afrique. C’est l’une des conclusions du dernier Atlas du tabac publié ce jeudi 8 mars à l’occasion de la 17e Conférence mondiale « Tabac ou santé », qui rassemble plus de 3 000 experts de la lutte contre le tabac jusqu’au 9 mars au Cap, en Afrique du Sud. L’Afrique est le nouvel Eldorado des cigarettiers en raison de la « croissance démographique » et du « marketing agressif » des producteurs de cigarettes, selon L’Atlas du tabac. RFI



Photo: Adam Jones