Revue de Presse du 9 mai 2018

Ebola touche de nouveau la RDC, déjà 17 morts
La République démocratique du Congo « fait face à une nouvelle épidémie de maladie à virus Ebola », qui a déjà tué 17 personnes dans la province de l’Équateur (nord-ouest), a indiqué mardi le ministère de la Santé. « Vingt-et-un cas de fièvre avec des signes hémorragiques et 17 décès », soit un taux de létalité de 80 %, ont été notifiés au ministère de la Santé le 3 mai, indique le ministère dans un communiqué, évoquant « une urgence de santé publique de portée internationale ». « Le plan de riposte pris par le ministère de la Santé a été approuvé par le gouvernement », a précisé mardi un compte rendu du Conseil des ministres transmis à l’AFP. « Depuis la notification des cas le 3 mai dernier, aucun décès n’a été rapporté », reprend le communiqué du ministère sans préciser la date du déclenchement de l’épidémie. TV5

Crise au Cameroun anglophone: un général de l’armée limogé
Au Cameroun, le général Donatien Nouma Melingui, chargé des opérations militaires dans le sud-ouest anglophone, quitte ses fonctions. Il a été remplacé, par décret présidentiel, et rappelé au ministère de la Défense. Ce remplacement intervient alors que les attaques de groupes armés séparatistes se multiplient et que les forces de sécurité camerounaises sont régulièrement accusées d’exactions. Le général en question avait d’ailleurs reconnu dans la presse, la semaine dernière, que l’armée camerounaise avait bien brûlé des maisons dans les régions à majorité anglophone, en précisant « Nous ne brûlons que les maisons où l’on découvre des armes ».  RFI

Buhari : quatrième voyage médical à Londres
Muhammadu Buhari se rend mardi de nouveau au Royaume-Uni pour raisons médicales. Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, quitte la capitale mardi pour un voyage médical de quatre jours au Royaume-Uni – son quatrième depuis son arrivée au pouvoir en 2015. M. Buhari, qui est revenu d’une visite aux Etats-Unis la semaine dernière, a annoncé le voyage sur son compte Twitter lundi soir, précisant qu’il sera de retour le 12 mai. On ne sait pas de quoi souffre le président nigérian et cette annonce est certaine de soulever des questions parmi les personnalités de l’opposition. BBC

Macron et l’Afrique: les ratés de la politique migratoire
Un an après son entrée à l’Elysée, quel bilan tirer de la politique d’Emmanuel Macron à destination de l’Afrique ? Tout au long de la semaine, RFI se penche sur la question. Retrouvez jusqu’à vendredi sur notre site un article sur le sujet. Aujourd’hui, place à la politique migratoire menée par l’exécutif. Une politique qui inquiète au sein même de la Macronie. « Je vais être très honnête, j’ai les boules ! » En cette matinée du 24 avril, cette personnalité, membre du conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) – et qui a souhaité conserver l’anonymat – a du mal à contenir sa colère. L’objet de son courroux ? Le vote, la veille au soir, de la loi asile et immigration par l’Assemblée nationale en première lecture. « Ca m’attriste profondément », confie notre source, après avoir dénoncé un texte beaucoup trop ferme à ses yeux à l’égard des migrants. RFI

RDC: quels enseignements de la loi de répartition des sièges?
La loi de répartition des sièges à l’Assemblée nationale de RDC a été promulguée ce 8 mai par le président Kabila. Pendant ce temps, une délégation de l’Organisation internationale de la francophonie est à Kinshasa pour réaliser un audit sur le fichier électoral toujours très contesté (lire encadré). Le 6 avril dernier, la commission électorale avait déjà annoncé la radiation de plus de six millions d’électeurs, plus de cinq millions de doublons et près d’un million de mineurs. Mais l’opposition et des experts électoraux continuent de critiquer les statistiques électorales présentés par la Céni. Et pourtant, c’est sur la base de ce fichier que la répartition des sièges à l’Assemblée nationale s’est faite. Analyse. RFI

L’UE fustige le processus de révision constitutionnel au Burundi
L’Union européenne ne cache pas sa désapprobation du processus de révision constitutionnelle en cours au Burundi. Un référendum doit se tenir dans dix jours pour permettre au président Nkurunziza de rester au pouvoir jusqu’en 2034. La cheffe de la diplomatie européenne a sorti mardi 8 mai une déclaration dans laquelle sont fustigées les conditions dans lesquelles se déroulent aujourd’hui ce processus. L’UE tape du poing sur la table en tant que garant de l’accord de paix d’Arusha, qui a ouvert la voie à la fin d’une décennie de guerre civile au tournant du 21e siècle. RFI a lu cette déclaration. RFI

Paul Biya sanctionne un général au front en zone anglophone
Au Cameroun, le général de brigade Melingui Nouma Donatien, au front dans une région anglophone, a été remplacé par décret présidentiel. Il va officier désormais comme inspecteur des forces à l’état-major de l’armée, ce qui apparaît clairement comme une perte de confiance du président camerounais vis-à-vis de l’officier supérieur. « Le président de la République a remplacé un général de brigade par un colonel, c’est suffisant pour comprendre que la sanction est réelle, au-delà de la recherche de l’efficacité sur le terrain », commente une source anonyme de sécurité camerounaise à VOA Afrique. VOA

Nouvelles accusations contre l’opposant Katumbi en RDC
Les autorités congolaises ont accusé mardi l’opposant en exil Moïse Katumbi, candidat à la présidence de la République démocratique du Congo, d’avoir voulu recruter des « émissaires » pour ouvrir des « hostilités » dans le nord-est du pays. Moise Katumbi, qui vit en Belgique, voulait installer « des hommes à sa solde » pour « ouvrir les hostilités » en Ituri (nord-est) « dès qu’une base arrière lui serait accordée en Ouganda », a déclaré à la presse le porte-parole de la police Pierrot Mwanamputu, en affirmant s’appuyer sur les aveux d’un « émissaire » présumé. VOA

France-Rwanda : un ancien officier brise l’omerta malgré « des menaces émanant de services de l’État »
Dans « Rwanda, la fin du silence », qui sort en librairie le 16 mars, l’ancien officier français Guillaume Ancel lève le voile sur l’une des interventions les plus controversées conduites par la France en Afrique au cours des dernières décennies : l’opération Turquoise menée en plein génocide des Tutsis au Rwanda, en 1994. « C’est se moquer des Français que de leur mentir sur la nature d’une opération qui a été menée en leur nom. Et c’est tout aussi indécent, vis-à-vis du million de victimes du génocide, d’occulter le rôle inquiétant que la France y a joué. En taisant cette réalité, on s’autorise à ce qu’une telle horreur puisse se répéter. » Longtemps, Guillaume Ancel fut un spécialiste du guidage au sol des frappes aériennes. Ancien TACP (prononcer : « TacPi », pour Tactical Air Control Party Specialist), ce lieutenant-colonel diplômé de Saint-Cyr guidait les avions de chasse de l’armée française vers leur cible, sur différents terrains d’opération. Jeune Afrique

Crise à Madagascar : la Ceni propose des élections anticipées
La commission électorale malgache (Ceni) a proposé mardi 8 mai d’anticiper la date des élections présidentielle et législatives, prévues en toute fin d’année, afin de sortir de la crise politique qui secoue la Grande Ile depuis fin avril. L’opposition malgache demande le départ du président Hery Rajaonarimampianina, élu fin 2013. Ce dernier n’a pas encore annoncé s’il allait ou non briguer un nouveau mandat. C’est dans ce contexte que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) livre sa proposition : « Selon l’article 52 de la Constitution, il est possible de tenir une élection anticipée », a mardi à la presse déclaré son président, Hery Rakotomanana. Jeune Afrique

Togo: de nouvelles manifestations contre le régime prévues cette semaine
L’opposition togolaise prévoit de nouvelles marches contre le régime du président Faure Gnassingbé mercredi et samedi à Lomé et dans plusieurs villes du pays, malgré les changements d’itinéraires imposés par le gouvernement. Le gouvernement n’a pas interdit ces manifestations, mais a imposé des itinéraires que l’opposition refuse d’emprunter. « Le ministre n’a pas d’itinéraires à nous imposer. Il n’est pas dans son rôle. C’est une violation de la loi », a déclaré mardi à l’AFP Eric Dupuy, porte-parole de la coalition. TV5

Près de 100.000 migrants au Yémen en 2017 malgré la guerre
Près de 100.000 migrants, principalement de la Corne de l’Afrique, ont fui en 2017 leurs pays pour arriver au Yémen malgré la guerre et la crise humanitaire qui ravagent ce pays, a indiqué mardi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Quelque 7.000 migrants entrent au Yémen chaque mois et le nombre total des arrivées pour 2017 a atteint près de 100.000, a précisé l’OIM dans un communiqué. Fuyant la violence et la pauvreté dans la Corne de l’Afrique, notamment en Erythrée, en Somalie et en Ethiopie, ces migrants espèrent atteindre les pays arabes du Golfe plus prospères, et sont à la merci des contrebandiers, a expliqué l’organisation. TV5

Le surendettement, un risque qui guette l’Afrique subsaharienne – FMI
Le Fonds monétaire international (FMI) vient de livrer ses perspectives économiques pour la région de l’Afrique subsaharienne. En dépit d’une légère embellie de la croissance, l’institution alerte sur le taux d’endettement des pays de la région. Environ 40 % des pays à revenu faible de l’Afrique subsaharienne sont actuellement en situation de surendettement ou présentent un risque élevé, a déclaré le Fonds monétaire international dans un rapport présenté ce mardi à Libreville. Alors que la région présente un taux d’expansion économique de 3,4 % cette année, contre 2,8 % en 2017 stimulé par la croissance mondiale et la hausse des prix des matières premières, le FMI alerte sur la propension à l’endettement exagéré, notamment en devises étrangères. Africa News



Photo: Adam Jones