Revue de Presse du 9 juillet 2018

Ethiopie et Erythrée normalisent leurs relations après une rencontre historique à Asmara
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé dimanche une normalisation des relations de son pays avec l’Erythrée, à l’issue d’une rencontre historique avec le président érythréen à Asmara, destinée à mettre un terme à des années d’hostilité entre les voisins de la Corne de l’Afrique. Cette annonce survient après des semaines de rapprochements entre les deux pays, qui ont culminé avec des drapeaux éthiopiens flottant au vent et les acclamations de la foule massée le long des rues de la capitale érythréenne pour saluer Abiy Ahmed. « Nous nous sommes mis d’accord pour la reprise du trafic aérien et naval, pour la circulation des personnes entre nos deux pays et la réouverture des ambassades », a déclaré Abiy Ahmed, à l’issue de discussions avec le président Issaias Afwerki. TV5

Soudan du Sud : Riek Machar sera à nouveau vice-président
Selon les termes d’un nouvel accord de partage du pouvoir conclu samedi à l’issue d’une réunion organisée par le président ougandais Yoweri Museveni à Kampala, en présence du président soudanais Omar el-Bechir, le chef rebelle Riek Machar sera fait vice-président. Le président Salva Kiir va réintégrer le chef des rebelles, Riek Machar, en tant que premier vice-président. « Le texte prévoit quatre postes de vice-présidents, dont les deux en poste plus Riek Machar qui occuperar le poste de premier vice-président », a annoncé le ministre soudanais des Affaires étrangères. BBC

Présidentielle au Mali: le spectre de l’abstention plane sur Tombouctou
Au Mali, la campagne pour l’élection présidentielle a officiellement commencé. Les Maliens voteront le 29 juillet prochain, pour désigner parmi les 24 candidats en lice leur futur président. L’enjeu est de taille pour le pays qui se remet difficilement du conflit de 2012, surtout dans le nord du pays. A Tombouctou, malgré les efforts du gouvernement pour mobiliser autour de l’élection, une partie de la population risque de ne pas voter. RFI

Le Vatican envoie un émissaire en RDC
Le pape François a nommé un diplomate de haut niveau à l’ambassade du Saint-Siège en RD Congo, après que le Vatican a été contraint cette année de rappeler le nonce apostolique. Dans une déclaration faite vendredi 6 juillet, le Vatican indique que Mgr Ettore Balestrero est envoyé à Kinshasa pour « régler » les affaires de l’ambassade, un jargon diplomatique inhabituel qui suggère que le gouvernement congolais n’a pas officiellement accepté la candidature. Mgr Ettore Balestrero est actuellement l’ambassadeur du Vatican en Colombie et avait auparavant été vice-ministre des Affaires étrangères du Vatican. Le Saint-Siège n’a pas précisé si l’actuel nonce, Mgr Luis Mariano Montemayor, restait en poste ou même s’il continuait à résider à Kinshasa. Radio Okapi

Somalie: attentat des shebabs contre le ministère de l’Intérieur à Mogadiscio
En Somalie, deux explosions suivies de coups de feu ont retenti, dans la matinée de ce samedi 7 juillet, à proximité du ministère de l’Intérieur, bâtiment abritant également le ministère de la Sécurité et proche du palais présidentiel et du Parlement. Selon un premier bilan, les forces de l’ordre font état de neuf morts, 5 civils et 4 assaillants. L’attaque a également fait plus de 10 blessés et le bilan pourrait s’alourdir. Les shebabs, groupe armé affilié à al-Qaïda, a revendiqué l’attaque. RFI

Sénégal: Le champ politique en ébullition
A 7 mois de la présidentielle du 24 février 2019, la sphère politique sénégalaise semble atteindre sa vitesse de croisière en terme d’animation politique. De la décision de la Cour de justice de la Cedeao en faveur du député-maire Khalifa Sall à son procès en appel auprès de la Chambre correctionnelle, en passant par le rejet de l’inscription sur les listes électorales de Karim Wade, ou encore la validation du parrainage par le Conseil constitutionnel, sans oublier la radicalisation du Parti démocratique sénégalais (Pds) contre toute tentative d’invalidation de son candidat à la présidentielle, tout porte à croire qu’un cocktail explosif se fait sentir à l’horizon 2019. Sud Online

Côte d’Ivoire : et si Ouattara se passait de Bédié ?
Le prochain gouvernement ivoirien, qui aura pour mission de préparer la présidentielle de 2020, sera très politique. Depuis la dissolution du précédent gouvernement, le 4 juillet, les négociations entre le président Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié sont difficiles. Les tensions avaient déjà été exacerbées, le 17 juin, par le refus du bureau politique du PDCI d’adhérer au projet de parti unifié. Jeune Afrique

Attaque meurtrière contre les forces de l’ordre tunisiennes près de la frontière avec l’Algérie
Plusieurs membres des forces de sécurité ont été tués dimanche dans une attaque armée survenue dans l’ouest de la Tunisie, près de la frontière algérienne. Le ministère de l’Intérieur parle d’une opération « terroriste ». Six membres des forces de l’ordre tunisiennes ont été tués, dimanche 8 juillet, dans une embuscade dans le nord-ouest de la Tunisie, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Un porte-parole du ministère, le général Sofiene al-Zaq, qui avait fait état dans un premier temps de huit morts, a qualifié cette attaque, la plus meurtrière depuis plus de deux ans, de « terroriste ». France 24

Tunisie – Algérie : les sécuritaires dans tous leurs états
Limogeage des patrons de la police et de la gendarmerie à Alger, éviction du ministre de l’Intérieur à Tunis, refonte des organigrammes… Une guerre de l’ombre fait rage dans les deux pays, sur fond de lutte d’influence avec l’armée ou le pouvoir politique. Ce sont les deux dernières victimes en date d’un vaste remaniement des services de sécurité algériens. Mercredi 4 juillet, à quelques heures d’intervalle, le patron de la gendarmerie, Menad Nouba, et le directeur de la sûreté d’Alger, Noureddine Berrachedi, sont débarqués sans ménagement de leur poste respectif. Le premier sur décision du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Jeune Afrique

Zimbabwe: le chef de l’opposition veut détrôner la vieille garde
Il en est convaincu, l’heure du changement a sonné. A 40 ans, le chef de l’opposition zimbawéenne Nelson Chamisa table sur sa jeunesse pour gagner la présidentielle et débarrasser son pays de la vieille garde qui le dirige depuis près de quarante ans. Dans son bureau du cœur de la capitale Harare, le nouveau patron du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) l’assure à l’AFP: « les jeunes dirigeants ont la cote ». « Le monde bouge, des jeunes prennent les commandes partout. Regardez la France, regardez le Canada, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis », lance Nelson Chamisa, les yeux levés au-dessus de son ordinateur portable dernier cri. TV5

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d’Europe
Dans une décharge à ciel ouvert, à l’abri des regards des estivants qui bronzent sur la côte marocaine, de jeunes migrants survivent dans les immondices, rongés par la honte et la misère, en rêvant de l’Europe, juste en face. Accroupi sous un soleil de plomb, Youssouf pioche sa nourriture dans un tas d’ordures, comme les goélands et les chiens pelés, et comme des dizaines de jeunes, parfois mineurs, qui ont fui le désespoir de pays minés par la pauvreté et la corruption, dans l’espoir de lendemains meilleurs. « Ma mère en serait malade si elle voyait ça », dit avec tristesse ce Guinéen de 20 ans. « On traverse une période très difficile. On n’a pas de travail, on mange dans les poubelles, on n’a pas le choix », se désole-t-il. Slate

Le Maroc dans une dangereuse impasse
Son arrivée sur le trône en 1999 avait fait naître un immense espoir d’ouverture. Avec Mohammed VI, 36 ans, le Maroc allait entrer dans la modernité, en finir avec les sombres pratiques du règne de son père, Hassan II, dont les dernières années avaient déjà montré des signes de libéralisation. Le bouillonnement de la presse, l’alternance politique sonnaient comme la promesse d’une ère nouvelle que le fils, « roi des pauvres », n’allait pas manquer d’incarner. Las, à la veille du vingtième anniversaire de cette intronisation, les récentes condamnations dans le procès du Rif apparaissent comme un triste pas en arrière. « Retour aux années de plomb », « une erreur historique », n’ont pas hésité à commenter certains journalistes après le verdict rendu dans la nuit du 26 au 27 juin par la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca : quelque 300 années de prison cumulées pour les 53 « enfants du Rif » considérés comme les meneurs du Hirak, ce vaste mouvement de contestation sociale qui a agité le Maroc en 2016-2017. Le Monde

Le journaliste Rafael Marques acquitté par la justice angolaise
M. Marques a été acquitté par le tribunal de Luanda en même temps que son confrère Mariano Bras, un journaliste qui avait repris son article publié. Il était reproché au journaliste d’avoir accusé de corruption l’ancien procureur général Joao Maria de Sousa dans une affaire de transactions immobilières. « Ce tribunal juge irrecevable la demande du procureur de condamner les accusés, Rafael Marques et Mariano Bras et décide en conséquence de les libérer », a déclaré la juge Josina Falcao. Elle estime que les deux journalistes avaient simplement exercé leur devoir d’informer. BBC

En Afrique de l’Ouest, l' »Ebola du manioc » menace la sécurité alimentaire
Les spécialistes l’appellent « Ebola du manioc »: l’Afrique de l’Ouest cherche la parade à un virus qui touche cette plante très consommée sur son sol et qui menace la sécurité alimentaire de la région, où les besoins en nourriture ne font que croître sous la pression démographique. « La striure brune du manioc, une maladie virale, qui cause la perte de 90 à 100% de la production en Afrique centrale, est en train de faire mouvement vers l’Afrique de l’Ouest. C’est une menace à prendre très au sérieux », explique à l’AFP le Dr Justin Pita, directeur exécutif du programme West africain virus epidemiology (Wave), axé sur la sécurité alimentaire et financé par la Fondation Bill et Melinda Gates. Ce virus se propage par des mouches blanches. Les hommes peuvent aussi être des vecteurs de transmission lorsqu’ils transportent les boutures de manioc. Or le manioc est une culture de subsistance primordiale en Afrique. TV5



Photo: Adam Jones