Revue de Presse du 8 mars 2019

Algérie: Bouteflika met en garde contre le « chaos » avant de nouvelles mobilisations
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a mis en garde jeudi, à la veille de nouvelles manifestations qui s’annoncent importantes contre sa candidature à un 5e mandat, contre une possible « infiltration » de la contestation, susceptible de provoquer le « chaos ». Dans un message publié par l’agence de presse officielle APS, le président Bouteflika salue d’abord la « maturité » de ceux qui manifestent depuis le 22 février en Algérie pour « exprimer pacifiquement leurs opinions », sans jamais évoquer le mot d’ordre principal: le rejet de sa candidature à l’élection présidentielle. Il appelle ensuite « à la vigilance et à la prudence quant à une éventuelle infiltration de cette expression pacifique par une quelconque partie insidieuse, de l’intérieur ou de l’extérieur, qui pourrait (…) susciter la +Fitna+ (discorde, ndlr) et provoquer le chaos ». TV5

En Algérie, les femmes se joignent à la protestation pour ce troisième vendredi de contestation
En Algérie, le hashtag #Mouvementdu8Mars, sur les réseaux sociaux, appelle à une mobilisation massive et historique pour un troisième vendredi de protestation nationale contre la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat. Vendredi 8 mars, une journée de forte mobilisation est attendue en Algérie. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #Mouvementdu8Mars appelle à une mobilisation massive, malgré les mises en garde sur les risques de « chaos » lancées par le chef de l’État Abdelaziz Bouteflika qui semble déterminé à ne pas céder. Les manifestants réclament des changements à la tête de l’État et rejettent la candidature du chef de l’État sortant pour un cinquième mandat. France 24

L’opposition béninoise exige le report des élections législatives
L’opposition réclame le report du scrutin, à la suite d’une décision de la commission électorale excluant cinq partis politiques du processus électoral en estimant que leur dossier de candidature est irrecevable. Mercredi, le chef de l’Etat béninois a proposé à la classe politique d’amender la loi électorale, pour une large participation des partis politiques au scrutin. La réaction de l’opposition était donc attendue après cette recommandation de Patrice Talon. Ce dernier estime qu’il est nécessaire de modifier la loi, sans reporter les élections législatives. « Cette recommandation forte du président de la République, pour sortir de la crise, appelle la suspension immédiate du calendrier électoral », a déclaré, au nom de l’opposition, le député Guy Mitokpè.  BBC

Cameroun : Maurice Kamto maintenu en détention
La demande de libération immédiate de l’opposant camerounais Maurice Kamto, arrêté fin janvier et écroué depuis à Yaoundé, a été rejetée ce jeudi par la justice camerounaise. Maurice Kamto est arrivé au Tribunal de grande instance de Mfoundi à Yaoundé sous forte escorte policière, selon l’AFP. Le principal opposant au chef de l’Etat Paul Biya après la présidentielle d’octobre à laquelle il est arrivé deuxième, a été arrêté, ainsi qu’environ 150 personnes, à la suite d’une manifestation pacifique organisée dans plusieurs villes du Cameroun le 26 janvier. BBC

Vers un prolongement du mandat de la Monusco en RDC
L’ONU doit renouveler à la fin du mois de mars le mandat de sa mission en République démocratique du Congo, Monusco. Mais faute de gouvernement encore nommé et compte tenu de la nouvelle donne politique, le Conseil de sécurité devrait simplement prolonger de sept mois le mandat actuel avec quelques ajustements. Les diplomates veulent se laisser le temps d’évaluer avec le nouveau président élu Félix Tshisekedi l’avenir de la mission. Une réduction progressive de ses effectifs devrait toutefois être à l’ordre du jour à l’automne prochain.  RFI

Algérie: l’opposition tergiverse, le clan Bouteflika s’accroche
Des partis et personnalités de l’opposition étaient réunis à Alger jeudi 7 mars après-midi dans les locaux du parti d’Ali Benflis, l’ancien chef de gouvernement. Une réunion importante puisqu’elle rassemblait des personnalités aux idées très différentes de la scène politique algérienne. Les participants, qui saluent les manifestations, souhaitent que les autorités repoussent les élections. Ils sont plus d’une vingtaine autour de la table. Ces personnalités et partis d’opposition font tous le même constat sur la situation du pays. « Les prochaines élections présidentielles représentent une menace pour la stabilité du pays, la cohésion sociale et l’unité nationale », résume Abdelaziz Rahabi, ancien ministre. RFI

Législatives en Guinée-Bissau pour trancher trois ans de crise au sommet de l’Etat
Les Bissau-Guinéens élisent dimanche leurs 102 députés, un scrutin destiné à sortir de plus de trois ans de crise entre le président José Mario Vaz et le parti majoritaire de cette ancienne colonie portugaise d’Afrique de l’Ouest particulièrement pauvre et instable. La campagne de trois semaines qui s’achevait vendredi, observée avec inquiétude par la communauté internationale, s’est déroulée dans un climat de méfiance, en particulier autour de la révision des listes électorales, sur fond de grèves – chroniques dans ce pays -, des enseignants, mais aussi des journalistes ou de pêcheurs. Quelque 760.000 inscrits sont appelés aux urnes de 07H00 (GMT et locales) à 19H00 pour un scrutin à la proportionnelle à un tour, avec pour la première fois un minimum de 36 % de femmes candidates, dont les premiers résultats sont attendus 48 heures plus tard.  VOA

Guinée-Bissau: pauvreté, noix de cajou et narco-trafic
La Guinée-Bissau, petit pays d’Afrique de l’Ouest où se tiennent dimanche des élections législatives, fait partie des Etats les plus pauvres et instables du monde, connu pour sa production de noix de cajou et ses narco-trafiquants. Le scrutin, initialement prévu en novembre, est censé mettre fin à une crise politique ouverte par le limogeage du Premier ministre en août 2015. – Coups d’Etat et valse des gouvernements – Cette ancienne colonie portugaise est devenue indépendante en 1974 après une lutte de onze ans menée notamment par Amilcar Cabral. Depuis, le pays a connu quatre putschs (le dernier en 2012), seize tentatives de coup d’Etat et une valse des gouvernements. TV5

Pourquoi l’Égypte reste-t-elle le pays qui excise le plus de femmes au monde ?
« Après près de 100 ans d’efforts pour lutter contre, l’excision est toujours largement répandue », déplorait, non sans emphase, le président du Conseil national de la population, Amr Hassan, le 6 février dernier, lors de la Journée internationale de lutte internationale contre l’excision (qui désigne toutes les mutilations partielles ou totales des organes génitaux féminins). « Le problème n’est peut-être pas notre stratégie, mais son application ; nous devons travailler plus activement dans tous les villages, développer des campagnes de sensibilisation visant spécifiquement les hommes et les médecins et faire appliquer la loi », précise au Point Afrique ce gynécologue qui a rejoint en décembre 2018 le conseil chargé de la lutte contre l’excision, sous l’autorité du ministère de la Santé. Le Point

Rwanda : Macron officiellement invité à Kigali pour les 25e commémorations du génocide des Tutsi
Selon nos informations, Emmanuel Macron a été officiellement convié aux 25e commémorations du génocide des Tutsi, le 7 avril à Kigali. Paris n’a pas encore communiqué sa réponse mais cette invitation marque une étape décisive dans le rapprochement amorcé entre la France et le Rwanda après l’élection d’Emmanuel Macron. Ce n’est pas la première invitation que le Rwanda adresse à la France depuis le début du réchauffement des relations entre les deux pays, mais c’est assurément la plus symbolique tant le rôle de la France dans le génocide alimente la polémique et les tensions entre Paris et Kigali depuis plus de vingt ans. Selon les informations de Jeune Afrique, Emmanuel Macron a été convié aux 25èmes commémorations du génocide des Tutsi qui se tiendront à Kigali le 7 avril. Les invitations ont été adressées en début de semaine.  Jeune Afrique

RDC: l’ONU s’engage vers une stratégie de retrait progressif
L’ONU a entrepris d’élaborer une stratégie de retrait progressif de Casques bleus de République démocratique du Congo, qui pourrait se traduire à moyen terme par de premiers ajustements et changements de priorités. Après l’élection d’un président, une ouverture de l’espace politique et une amélioration de la situation sécuritaire dans plusieurs régions, « nous allons ajuster progressivement la Monusco, tant dans sa taille que dans sa mission et sa présence », indique un responsable de l’ONU sous couvert d’anonymat. Les Nations unies sont présentes en RDC depuis une vingtaine d’années et la Monusco, avec ses quelque 16.000 Casques bleus, représente l’une de ses missions actuelles les plus importantes et les plus coûteuses. TV5

Côte d’Ivoire : des ex-chefs de la rébellion nommés au sein des forces armées
Alassane Ouattara a nommé différents ex-chefs de la rébellion de 2002 à des commandements des forces armées ivoiriennes. Le colonel Issiaka Ouattara, dit « Wattao », a notamment été affecté au commandement des unités rattachées à l’état-major général des armées. Le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara a validé le 6 mars, sur proposition de son ministre de la Défense Hamed Bakayoko, une grande vague de nominations aux différents commandements des forces armées ivoiriennes. Des nominations à première vue sous le signe du rassemblement, de la cohésion et du rajeunissement. Mais aussi d’une certaine équité, puisque depuis son accession au pouvoir en 2011, le président ivoirien était accusé de faire une politique de « rattrapage » au profit des nordistes affectés à différents postes à responsabilités dans le pays.  Jeune Afrique

Comores : Assoumani dit avoir echappé à un attentat.
Aux Comores, Azali Assoumani, président sortant et candidat à la présidentielle, déclare avoir échappé à un attentat, rapporte l’agence Bloomberg. Les faits se sont déroulé jeudi, d’après les proches du candidat à la présidentielle. En route pour la localité de Sima, sur l‘île d’Anjouan, un engin a explosé sur une montagne proche. Cela a provoqué un glissement de terrain qui a bloqué une partie du cortége, d’après un communiqué de l‘équipe de campagne. Personne n’a été bléssé, selon la même source. “Je vais bien et, heureusement, les engins explosifs n’ont pas fonctionné”, a déclaré Assoumani dans un communiqué publié sur sa page Facebook officielle. Africa News

Le Niger met en garde des demandeurs d’asile soudanais contre des « troubles »
Le Niger a mis en garde un millier de demandeurs d’asile soudanais d’un camp onusien d’Agadez (nord), qui manifestent régulièrement pour exiger l’accélération de leur dossier de demande de statut de réfugiés, a rapporté vendredi la radio d’Etat. « Ils ont encore manifesté en début de semaine sur le camp en insultant copieusement le personnel local », a affirmé à l’AFP un élu d’Agadez. Les protestataires « ont même jeté des pierres sur une équipe du HCR (Haut Commissariat de l’ONU aux réfugiés) », a raconté un journaliste d’une radio privée d’Agadez. « Nous avons eu des informations que des troubles se préparent (encore) » et « donc nous leur avons dit que l’Etat du Niger n’acceptera pas l’installation de l’instabilité dans le camp », a déclaré à la radio d’Etat Sadou Soloké, le gouverneur d’Agadez qui s’est rendu dans le camp. TV5



Photo: Adam Jones