Revue de Presse du 8 mars 2018

Sierra Leone : a voté !
Les Sierra-Léonais se sont déplacés en nombre, mercredi 7 mars, pour les élections présidentielle, législatives et communales. Le vote s’est généralement déroulé dans le calme, mais deux personnes ont été arrêtées à la suite d’une altercation entre partisans du Congrès de tout le peuple (APC, au pouvoir) et du Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP, opposition) à Freetown. Un autre parti, la Grande Coalition nationale (NGC), a dénoncé des « tentatives de votes multiples » et des « bulletins de vote manquants » à Port Loko et Tonkolili, fiefs de l’APC. Le Monde

Sierra Leone: les observateurs saluent un scrutin sans incident
Plus de trois millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour choisir leurs représentants locaux, leurs députés et le prochain président de la République. Marquée par une très forte affluence dans les bureaux de vote, la journée s’est déroulée sans incident majeur, à la satisfaction des observateurs internationaux. Ils sont 250 à suivre les élections générales en Sierra Leone. Les observateurs internationaux étaient visibles un peu partout dans la capitale mercredi 7 mars. RFI

Rex Tillerson en tournée de rattrapage et d’explication sur le continent africain
Plus d’un an après l’entrée en fonction de Donald Trump, le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, a débuté, mercredi 7 mars, son premier voyage officiel sur le continent africain dans des conditions particulières. Cette tournée d’une semaine qui doit le mener en Ethiopie, à Djibouti, au Kenya, au Tchad et au Nigeria, tombe en effet peu de temps après les propos particulièrement insultants du président américain. Donald Trump avait qualifié Haïti et certaines nations africaines de « pays de merde ».  Le Monde

Nigeria: la dramatique place des femmes dans le conflit avec Boko Haram
Un kamikaze à vélo s’est fait exploser lundi 5 mars tuant trois personnes à la sortie de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno. Un attentat suicide parmi des centaines d’autres. Depuis le début de l’insurrection du groupe islamiste en 2009, près de 27 000 personnes ont trouvé la mort dans ce conflit rien qu’au Nigeria. Quelle est la place des femmes dans ce conflit ? Un tout petit nombre a participé aux violences par choix. Certaines combattent l’insurrection, font partie des équipes de secours ou participent aux initiatives lancées en faveur de la réconciliation, mais la très grande majorité demeure des victimes. RFI

L’opposition reporte ses marches au Togo
La coalition des 14 partis de l’opposition était mercredi dans la capitale ghanéenne pour échanger avec le facilitateur du dialogue politique togolais. Au cours de cette rencontre, le président ghanéen a suggéré à la coalition de suspendre ses manifestations prévues du 13 au 17 mars prochain. Officiellement, la coalition des 14 n’annule pas ses manifestations prévues pour la semaine prochaine mais elle les reporte à la semaine du 19 mars. C’est ce qu’a indiqué la coordinatrice de la coalition, Brigitte Adjamagbo Johnson, de retour d’Accra, où le groupe des 14 a rencontré le facilitateur, le président ghanéen Nana Akufo-Addo. VOA

Les organisateurs des marches anti-Kabila soutiennent la grève générale vendredi en RDC
Le collectif catholique à l’origine des marches-anti Kabila a soutenu l’appel à la grève générale vendredi en mémoire des victimes de la répression de ces manifestations en République démocratique du Congo, selon un communiqué. Comité laïc de coordination (CLC) « apporte son soutien total à l’initiative de la journée ville morte de ce vendredi 9 mars 2018 décrétée par le collectif des mouvements citoyens de la RDC », écrit-il dans un communiqué. Le CLC « demande à la population congolaise d’observer cette consigne patriotique », selon les termes du communiqué. Le CLC veut rendre hommage aux « martyrs », « particulièrement ceux tombés sur le champ de bataille lors de la marche pacifique du 25 février 2018 ». VOA

RDC: jugement en appel à la CPI sur les réparations aux victimes d’un ex-chef de milice
La Cour pénale internationale (CPI) rend jeudi son jugement en appel sur les réparations d’un million de dollars contestées par l’ex-chef de milice congolais Germain Katanga et destinées aux victimes d’attaques meurtrières en Ituri. M. Katanga a facilité et coordonné l’approvisionnement en armes des membres de sa milice qui ont attaqué en 2003 le village de Bogoro, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Environ 200 personnes ont été tuées, par balle ou à la machette. Germain Katanga se trouve actuellement derrière les barreaux en RDC, après avoir été condamné par la CPI à 12 ans de prison pour complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en 2014. TV5

La désignation d’un dauphin fera exploser le parti de Kabila
Alors que chacun sent que l’histoire s’accélère au Congo, où le président hors mandat Joseph Kabila tente de résister aux pressions internes et externes pour le forcer à céder le pouvoir, La Libre Afrique a interrogé le politologue Jean Omasombo, chercheur au Musée royal d’Afrique centrale de Tervuren et professeur à l’Université de Kinshasa, pour tenter de comprendre les événements. La Libre

Soudan du Sud: Washington veut un embargo de l’ONU sur les armes
Les Etats-Unis ont présenté mercredi un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU prévoyant un embargo sur les armes au Soudan du Sud et assurant de « prendre toutes les mesures nécessaires » contre ceux qui entravent le processus de paix. Le projet, dont l’AFP a obtenu une copie, demande la fin de quatre ans de conflit et exige des belligérants le respect des trois accords de cessez-le-feu convenus depuis juillet 2016. Le Conseil « fait part de son intention d’adopter toute les mesures nécessaires, y compris un embargo sur les armes, afin d’empêcher les parties de se procurer armes et munitions, de façon à ce que le processus de paix puisse se poursuivre ». Selon des sources diplomatiques, la Russie et la Chine devraient exprimer des objections quant à ce projet. Slate

CPI : la condamnation de Jean-Pierre Bemba confirmée en appel dans l’affaire de subornation de témoins
La chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) n’a pas donné droit à l’appel de Jean-Pierre Bemba contre sa condamnation, fin mars 2017, à 12 mois de prison pour subordination de témoins. En 2016, l’ancien vice-président congolais avait été condamné à 18 ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. « La chambre d’instance [de la Cour pénale internationale] n’a pas commis d’erreur. » C’est en ces termes que la magistrate argentine Silvia Fernández de Gurmendi, juge présidente de la chambre d’appel de la CPI, a rejeté l’un après l’autre les arguments de Jean-Pierre Bemba tendant à faire annuler sa condamnation à douze mois de prison pour subornation des témoins, prononcée fin mars 2017. En conséquence, la chambre d’appel a rejeté tous les moyens soulevés par l’ancien vice-président de la RDC contre sa peine. Idem pour ceux de trois autres appelants poursuivis dans la même affaire. Jeune Afrique

Au Kenya, le gouvernement a perdu la trace de 400 millions de dollars d’argent public
Le gouvernement kényan ne parvient pas à expliquer où sont passés 400 millions de dollars de fonds publics, selon un rapport de l’auditeur général, qui pointe du doigt l’échec du pays à lutter contre la corruption et le détournement d’argent public. Où sont passés les 400 millions de dollars de fonds publics manquants dans les caisses de l’État Kenyan ? C’est la question que pose l’auditeur général, Edward Ouko, dans son rapport 2015-2016 présenté début mars devant le Parlement. Il y décrit toutes sortes de gaspillages et erreurs comptables sous le gouvernement du président Uhuru Kenyatta, réélu en octobre pour un second mandat sur la promesse de lutter contre la corruption. France 24

Le Burkina a rendu hommage à ses militaires tués dans les attentats de Ouagadougou
Un millier de personnes a assisté, mercredi, à Ouagadougou, à une cérémonie en hommage aux huit militaires tués lors de la double attaque terroriste revendiquée par une coalition de groupes jihadistes sahéliens. Le Burkina Faso a rendu un hommage national, mercredi 7 mars, aux huit militaires tués dans les attentats de Ouagadougou il y a six jours. Un millier de personnes, familles des victimes, autorités civiles et militaires, et soldats étaient réunies, dans l’après-midi, lors de cette cérémonie qui s’est déroulée au camp militaire Général Aboubacar Sangoulé Lamizana, en périphérie de la capitale burkinabè. France 24

Libye: des milliers de refugiés rapatriés vers les pays voisins
L’opération de rapatriement est conduite par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés HCR basé à Tripoli. Le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) a annoncé avoir évacué 1.334 réfugiés de Libye vers des pays tiers en raison de leur vulnérabilité, portant le nombre à 8.000 évacués cette année. Pour le décompte, l’agence onusienne fait état d’un total 1.020 migrants qui ont évacués au Niger et un peu plus de 300 vers l’Italie »… BBC

Comment redistribuer les terres des Blancs en Afrique du Sud  ?
La réforme controversée vise à corriger les inégalités héritées de la domination coloniale et de la politique de ségrégation du régime de l’apartheid [1948-1991]. Aujourd’hui, encore 72 % des terres agricoles du pays sont la propriété des Sud-Africains blancs, alors que ces derniers ne représentent que 8 % de la population. La question est sensible, et les discussions sur le sujet tournent souvent à l’hystérie sur les réseaux sociaux et sur les plateaux de télévision. Pourtant, rien n’est encore acté à ce stade, et les contours de la future loi restent très flous. “Une motion a été adoptée, et il a été convenu qu’un comité parlementaire ad hoc va être mis en place pour déterminer quelles sections de la Constitution doivent être modifiées”. Courrier International



Photo: Adam Jones