Revue de presse du 7 janvier 2016

RDC: 16 personnes tuées à Miriki
Au moins 15 personnes ont été tuées dans la nuit de mardi à mercredi dans la localité de Miriki, en territoire de Lubero, à 110 km au nord de la ville de Goma dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Selon les autorités, l’attaque a été menée par les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Des témoins affirment que les assaillants ont d’abord assassiné des chefs coutumiers de la communauté Nande ainsi que les membres de leurs familles, avant de s’en prendre à la population.  BBC

Attentat en Libye : 45 morts dans un attentat
Au moins 45 personnes ont été tuées dans une attaque au camion piégé jeudi contre un centre de formation de la police à Zliten dans l’ouest de la Libye, l’une des attaques les plus sanglantes dans ce pays en proie au chaos. Un kamikaze a fait détoner les explosifs à bord d’un camion-citerne utilisé pour le transport d’eau à 8 h 30 locales (6 h 30 GMT) contre un centre de la police où des gardes-côtes suivaient une formation, a indiqué à l’Agence France-Presse une source de la sécurité de Zliten. Cette même source a fait état de « 45 morts » et d’un nombre indéterminé de blessés répartis sur plusieurs hôpitaux de la région, à environ 170 kilomètres à l’est de Tripoli.  Le Point

Combats en Libye : plusieurs réservoirs pétroliers ont pris feu
Le sinistre concerne le plus grand site de stockage de pétrole en Libye, et celui de Ras Lanouf, situés à al-Sedra, à l’est de Syrte à la suite des affrontements qui ont eu lieu lundi et mardi entre deux autorités rivales qui se disputent le pouvoir. L’une est basée dans l’Est et est reconnue par la communauté internationale, tandis que l’autre, Fajr Liby, une coalition de milices, siège dans la capitale Tripoli dont elle s’est emparée à l’été 2014. Ce désastre intervient au moment où l’ONU s’efforce de mettre en place un gouvernement d’union nationale dans ce pays en proie à un chaos sans précédent. L’attaque de l’EI « doit rappeler à tous les Libyens la nécessité de mettre immédiatement en application l’accord politique et de former le gouvernement d’union nationale », a indiqué l’émissaire de l’ONU Martin Kobler. Dans le même sillage, le chef de la NOC dépendant des autorités de Tripoli, Mustafa Sanalla, a condamné les attaques de l’EI, en espérant que les violences « pourront faire réaliser aux leaders politiques de tous bords l’ampleur de la menace ».  VOA

Que peut-on faire contre l’avancée de Daech en Libye ?
Ces affrontements surviennent au moment où l’ONU s’efforce de mettre en place, dans ce pays livré au chaos, un gouvernement d’union nationale. Deux autorités rivales, l’une basée à Tobrouk (Est) et reconnue par la communauté internationale, l’autre siégeant dans la capitale Tripoli, se disputent en effet le pouvoir, ce dont profite Daech. Le point de vue de Virginie Collombier, chercheuse à l’Institut européen de Florence, spécialiste de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. « Depuis plusieurs semaines, les pays occidentaux, parmi lesquelles l’Italie, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, font pression sur les deux parlements libyens pour qu’ils se mettent d’accord sur la création d’un gouvernement d’unité nationale. On ne peut pas envisager d’intervention militaire extérieure s’il n’y a pas une demande d’une autorité légitime. La Croix

Nigeria: sept personnes tuées par Boko Haram dans le nord-est
Sept personnes ont été tuées au Nigeria dans les premières attaques menées par Boko Haram depuis l’affirmation, en décembre, du président Muhammadu Buhari, que le groupe islamiste avait été « techniquement » vaincu, ont rapporté des habitants mercredi. Ces attaques, les premières menées en 2016, ont eu lieu mardi dans l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, non loin de la forêt de Sambisa, fief historique de Boko Haram, où l’armée mène régulièrement des raids afin de chasser les derniers insurgés. Le président Muhammadu Buhari a déclaré le mois dernier avoir « techniquement remporté la guerre » et avoir « freiné considérablement l’insurrection » de Boko Haram.  TV5

Côte d’Ivoire: le Premier ministre Daniel Kablan Duncan reconduit
Le gouvernement conduit par Daniel Kablan Duncan a rendu sa démission ce mercredi, en Côte d’Ivoire. Une décision qui intervient deux mois après le début du second mandat du président Alassane Ouattara qui a maintenu dans la journée le Premier ministre à son poste. Le président ivoirien a souhaité « plus d’efficacité » pour ce nouveau gouvernement.  RFI

Accusations d’abus sexuels: la Minusca va prendre des mesures
L’ONU a annoncé mardi avoir ouvert une enquête sur de nouvelles accusations d’abus sexuels portées contre ses casques bleus en Centrafrique. Les victimes présumées sont quatre fillettes soumises à des « abus sexuels et une exploitation sexuelle » à Bangui par des soldats de trois pays participants à la Mission de l’ONU en RCA (Minusca). Selon l’AFP qui cite des sources aux Nations unies, il s’agit de soldats du Maroc, du Gabon et d’Egypte. Les victimes ont été interrogées à Bangui par des enquêteurs du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).  RFI

Tunisie: vaste remaniement sur fond de scission de Nidaa Tounes
A une semaine du cinquième anniversaire de la chute de Ben Ali, la Tunisie entre en zone de turbulence. Le Premier ministre Habib Essid a opéré mercredi un grand remaniement du gouvernement. Peu avant, la première étape de la scission du parti présidentiel Nidaa Tounes avait été officialisée par l’un de ses cofondateurs Mohsen Marzouk. C’est un chapitre de la vie politique tunisienne qui se ferme. Le parti Nidaa Tounes a été créé pour porter Beji Caïd Essebsi au pouvoir. Depuis, les divergences n’ont cessé de s’intensifier.  RFI

Burundi / USA : déception profonde à la Chambre des représentants
Ces pourparlers devaient reprendre aujourd’hui à Arusha, en Tanzanie : « Je suis profondément déçu du report de ces pourparlers de paix. Bien que le gouvernement et l’opposition assument la responsabilité de la violence de ces 9 derniers mois, il est troublant de voir le président NKurunziza mettre ses propres ambitions au-dessus du bien-être de ses concitoyens ». M. Engel a poursuivi : « L’instabilité politique continue au Burundi a déjà couté trop de vies. J’appuie les efforts de la Communauté est-africaine pour trouver une solution politique à la crise, et j’appuie les plans d’urgence de l’Union africaine pour une force chargée de protéger les civils menacés par la violence ». VOA

Burundi: perpétuité pour des putschistes
Le ministère public a requis mercredi la prison à perpétuité pour les 28 militaires et policiers poursuivis pour la tentative de coup d’Etat militaire des 13 et 14 mai 2015. Dans un réquisitoire devant la Cour suprême, l’officier du ministre public a estimé que les prévenus ont commis de « graves crimes et méritent donc la plus lourde sanction prévue par les lois du Burundi ». Il a ainsi requis « une peine de servitude pénale à perpétuité pour tous les accusés » et « une peine complémentaire d’interdiction d’exercer une fonction publique pendant 20 ans ».  BBC

Madagascar : la guerre des zébus a fait plus de 160 morts en 2015
« On a un bilan assez lourd: 11 morts et une trentaine de blessés du côté de l’armée, et une centaine de morts, 150 pour être précis, du côté des dahalos (voleurs des zébus) », a déclaré à l’AFP le chef d’état-major de l’armée malgache, le général Beni Xavier Rasolofonirina. « Dans un contexte où la gendarmerie n’a pas pu assurer ses fonctions en matière de sécurité intérieure », l’armée a lancé une « opération de pacification », baptisée Fahalemana (paix en malgache), a expliqué le général. « L’opération a duré presque cinq mois dans 11 des 22 régions de Madagascar » et mobilisé 1.300 hommes, a-t-il ajouté. Plusieurs membres de la société civile malgache ont dénoncé des exactions commises par les militaires durant ces opérations. En novembre, le ministère de la Défense avait d’ailleurs reconnu des « bavures » de la part de militaires. VOA

Deux détenus de la prison américaine de Guantanamo transférés au Ghana, selon le Pentagone
« Le département de la Défense a annoncé aujourd’hui le transfèrement de Mahmud Umar Muhammad Bin Atef et Khalid Muhammad Salih Al-Dhuby du centre pénitentiaire de Guantanamo au gouvernement ghanéen », a indiqué le ministère américain de la Défense dans un communiqué. Après le départ de ces deux détenus, il reste à Guantanamo 105 prisonniers. Les Etats-Unis se disent « reconnaissants envers le Ghana pour son geste humanitaire et sa volonté de soutenir les mesures américaines visant à fermer » Guantanamo. Washington s’est coordonné avec Accra « pour s’assurer que ces transfèrements aient lieu conformément aux mesures appropriées de sécurité et de traitement humain ».  VOA

7 femmes ministres en Guinée, une première
La nouvelle ministre guinéenne de l’Economie et des Finances, Malado Kaba, a 44 ans et a longtemps travaillé à la Commission européenne. Sa collègue des Affaires étrangères, Makalé Camara, est une ancienne ministre de l’Agriculture et a été ambassadrice. 7 ministres femmes sur un total de 31 membres du gouvernement, c’est mieux que dans des pays voisins, comme en Côte d’Ivoire où l’on compte 5 femmes pour 37 ministres et au Mali, 5 femmes pour 31 places dans le gouvernement. C’est loin de l’égalité hommes-femmes. Mais la directrice exécutive du Centre FECPA, « Femmes, Citoyennete et Paix » de Conakry se veut optimiste. Vous pouvez écouter Michèle Koundouno en cliquant sur le lien ou l’image. Deutsche Welle

Les grands rendez-vous électoraux en Afrique en 2016
L’année 2016 s’annonce chargée sur le plan électoral en Afrique. Sortie de crise possible en Centrafrique, troubles sur le calendrier en RDC, succession après les deux mandats constitutionnels du président sortant au Bénin et règne sans fin en Gambie, tour d’horizon des 16 présidentielles à venir. RFI

Congo-Brazzaville : la plateforme d’opposition Frocad au bord de l’explosion ?
Depuis l’annonce de la tenue anticipée de la présidentielle, au mois de mars 2016, les voix sont de plus en plus discordantes au sein du Frocad, le principal regroupement de l’opposition congolaise, qui risque d’éclater. À Brazzaville, une réunion a été convoquée d’urgence, mercredi 6 janvier, au siège de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), quartier général du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad), la principale coalition de l’opposition congolaise. Objectif : tenter d’accorder ses violons sur la position commune à adopter après l’annonce de la tenue anticipée de la présidentielle, le 20 mars prochain. Si certains opposants s’y attendaient, la décision du président Denis Sassou Nguesso a tout de même pris de court beaucoup d’autres membres du Frocad, encore bien occupés à se livrer une guerre de leadership pour contrôler l’opposition.  Jeune Afrique

Présidentielle au Gabon : la candidature de Jean Ping attise les tensions au sein de l’opposition
L’ancien président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping a officialisé sa candidature à l’investiture du Front uni de l’opposition pour l’alternance, dans la perspective de la prochaine présidentielle qui devrait avoir lieu en août. C’était plus qu’un secret de polichinelle, tant le candidat Ping battait campagne depuis des mois. « Je suis heureux d’avoir déposé ma candidature » (à l’investiture par le front uni de l’opposition), a déclaré lundi 4 janvier Jean Ping, rapporte sur internet son équipe de campagne, mise en ordre de bataille depuis plusieurs mois pour défier le président sortant Ali Bongo Ondimba, dont la candidature fait elle aussi peu de doute, à la présidentielle qui devrait se tenir en août 2016. Jeune Afrique

Algérie : entre espoir et déception
Les grandes lignes du projet de réforme de la Constitution algérienne ont été révélées mardi 5 janvier en conférence de presse à Alger. “La montagne accouche d’une souris”, peut-on entendre dans les rues d’Alger. “La charte est élargie sans changement majeur, relève Mohamed Arezki Himeur, correspondant de la BBC en Algérie. Toutes les lois existaient déjà. Le projet n’apporte rien par rapport aux promesses de 2011 faites à la suite des printemps arabes et des débuts d’émeutes en Algérie, lorsque le président était intervenu en promettant d’introduire des réformes”. “Ce projet ne m’a inspiré que des réactions attristées”, déclare Ali Benflis, un des principaux opposants au pouvoir et porte-parole de plusieurs partis d’opposition regroupés dans un Pôle des forces du changement.  BBC

Algérie: le berbère bientôt reconnu langue officielle?
Un projet de révision de la Constitution prévoit d’élever l’amazigh, la langue berbère, au rang de langue officielle en Algérie au même titre que l’arabe. C’est l’aboutissement d’un long combat pour les Algériens parlant cette langue, notamment en Kabylie, dans les monts du Chenoua, dans les Aures et dans le Sahara. La lutte pour l’institutionnalisation de cette langue avait été reprise notamment par le Mouvement culturel berbère au début des années 1980. Elle a finalement été reconnue comme deuxième langue nationale par le pouvoir algérien en 2002.  RFI

Le trafic de carburant coûte 2 milliards de dollars au budget algérien
Le commerce illicite de carburant entre l’Algérie et ses voisins du Maghreb représente un manque à gagner de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) pour l’Etat algérien, a indiqué, mardi 5 janvier, le chef de cabinet du président Abdelaziz Bouteflika. « Nous arrosons l’Afrique du Nord avec plus de 2 milliards de dollars d’hydrocarbures, de diesel et d’essence », a déclaré lors d’une conférence de presse à Alger Ahmed Ouyahia, qui présentait le projet de révision de la Constitution. […] Selon la presse, 60 % du commerce illicite de carburant alimente le Maroc, alors que sa frontière terrestre avec l’Algérie est fermée depuis 1994, 30 % la Tunisie, et les 10 % restants les pays des frontières sud de l’Algérie, notamment le Mali. Le Monde



Photo: Adam Jones