Revue de Presse du 7 décembre 2016

Ghana : jour du scrutin présidentiel
C’est un peu plus de 15 millions d’électeurs qui sont attendus mercredi dans les 28 992 centres de vote repartis sur l’ensemble du territoire ghanéen. Ils vont départager sept candidats dont le président sortant John Mahama et son principal concurrent Nana Akufo Addo de l’opposition. Les bureaux de vote ouvrent à 07 heures (GMT) et fermeront à 17 heures. Pour les autorités du pays, la sécurité aux alentours des bureaux de vote est importante. Soixante-quatre milles agents, forces de l’ordre et de sécurité, seront déployés sur l’ensemble du territoire. BBC

Au Mali, des prisons devenues la cible des djihadistes
Les mois se suivent et se rassemblent au Mali. Dans la soirée du 5 décembre, des assaillants djihadistes présumés ont attaqué une prison dans la ville de Niono, dans le centre du pays, libérant près d’une centaine de détenus, selon le média Sahelien.com, qui dit se baser sur des sources du ministère de la défense malien. Un porte-parole militaire malien faisait état, lui, de la mort d’un gardien du centre de détention et d’une douzaine d’assaillants. « Ils étaient très bien informés. Ils savaient même exactement où se trouvait un de leurs combattants arrêtés récemment », a précisé une source policière à l’Agence France-Presse (AFP). Si le raid n’a pas été revendiqué, l’opération n’est pas sans rappeler un événement intervenu un mois plus tôt : l’attaque, le 6 novembre, par le groupe djihadiste Ansar Eddine de la localité de Banaba, à 150 kilomètres de la capitale Bamako. Un raid au cours duquel 21 prisonniers ont été libérés. Le Monde

Le groupe EI pourrait s’étendre dans toute la région du Sahel
L’organisation jihadiste Etat islamique a perdu Syrte mais le danger de son éparpillement en Libye est plus grand que jamais. Les experts ont toujours mis en garde contre une propagation du groupe EI, dans toute la région du Sahel à partir du sud de la Libye. Vu la situation chaotique et l’absence de toute forme d’autorité, avec la chute de Syrte, c’est sur cette région que le regard de l’EI se dirige. Les frontières du sud libyen touchent plusieurs pays africains. Le « triangle du Salvador », un passage montagneux, étroit et difficile, utilisé à la fois par les contrebandiers et les terroristes, intéresse particulièrement. RFI

Forum paix et sécurité: la lutte contre l’extrémisme violent en discussion à Dakar
A Dakar s’est ouvert le Forum paix et sécurité en Afrique. C’est la troisième édition de ce rendez-vous informel qui réunit des dirigeants, chefs d’Etat et de gouvernement, mais aussi des militaires, des chercheurs, des responsables de la société civile. Un évènement qui a commencé ce lundi par une déclaration du président sénégalais Macky Sall. Macky Sall s’est exprimé tout à l’heure à la tribune du magnifique Centre de conférence Abdou Diouf, qui est situé à une trentaine de kilomètres de Dakar. L’un des thèmes de ce Forum cette année, c’est la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation en Afrique. Sur cette question, le président sénégalais a souligné l’importance de l’éducation, de la formation, de l’emploi, mais aussi « de la formation spirituelle », a-t-il dit. « Il n’y a pas de doute que l’extrémisme n’a aucune place en islam. » L’islam est la religion du juste milieu, la lutte contre la radicalisation est l’affaire de tous : chefs coutumiers, familles, parents… RFI

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes
Les armées africaines ont urgemment besoin de formation, d’entraînement et d’équipement pour tenir tête aux jihadistes qui les défient du Sahel à la Somalie, ont averti responsables politiques et militaires au Forum sur la sécurité de Dakar. « La vérité, c’est que dans la plupart de nos pays, nos armées ne sont pas au point », a lancé le président sénégalais Macky Sall à l’ouverture de la troisième édition du Forum, qui s’achève mardi. En face, « les terroristes ne sont pas des enfants de choeur », a-t-il insisté. « Ils sont bien organisés. Ils disposent de moyens, de modes d’action des plus rudimentaires aux plus sophistiqués pour exécuter leurs basses besognes ». La défense, parent pauvre des budgets africains, a payé le prix fort, selon lui, lors des ajustements imposés à des économies en faillite ou surendettées. TV5

Washington demande aux ressortissants américains de quitter la RDC avant le 19 décembre
Le département d’Etat américain demande aux ressortissants des Etats-Unis de quitter le territoire congolais avant le 19 décembre. Motif : il craint des troubles qui pourraient avoir lieu autour de cette date qui correspond à la fin constitutionnelle du deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila. Le Chef de l’Etat congolais à qui la Constitution interdit de se représenter à un troisième mandat a, sur base d’une interprétation de la Cour constitutionnelle, annoncé qu’il restera au pouvoir jusqu’à l’élection du nouveau président, bravant la pression de l’opposition et de la population. Washington a publié un communiqué reprenant un avertissement de son ambassade à Kinshasa selon lequel des manifestations et troubles à grande échelle pourraient avoir lieu dans le pays autour de cette date. VOA

L’axe franco-américain en Afrique à l’épreuve de Donald Trump
[…] La nouvelle de l’élimination présumée de Belmokhtar a donc d’abord filtré dans le Wall Street Journal, qui cite un haut responsable américain, avant d’être « confirmée » par un autre, cette fois à Washington, via l’AFP. Or cette information émerge dans un contexte bien particulier. Elle coïncide en effet avec la visite de deux jours, les 26 et 27 novembre, à Washington de l’inamovible ministre de la défense de François Hollande, Jean-Yves Le Drian, venu s’enquérir des intentions de la nouvelle administration américaine en cours de formation. Au menu des discussions bilatérales : un point sur la situation au Proche-Orient dans la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI), mais aussi, et peut-être surtout, côté français, sur la coopération franco-américaine dans la bande saharo-sahélienne. Pour Paris, l’aide des Américains est tout simplement vitale. Si la France peut « limiter » son déploiement à quelque 3 000 hommes dans une zone de 5 millions de kilomètres carrés (plus vaste que l’Union européenne) pour traquer les cellules djihadistes et empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes dans la région, c’est bien grâce au renseignement américain. Le Monde

Burundi: le facilitateur Mkapa à Bujumbura pour tenter de relancer le dialogue
Le facilitateur dans le conflit burundais et ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa, n’est parvenu jusqu’ici à faire asseoir à la même table de discussion le pouvoir burundais et son opposition à Arusha, en Tanzanie, comme il l’a tenté à deux reprises. Il va encore une fois essayer de relancer le dialogue qu’il a engagé depuis une année pour tenter de sortir le Burundi de la crise dans laquelle ce pays des Grands Lacs africains est plongé depuis fin avril 2015 et la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un 3e mandat. Pour cela, il est attendu à Bujumbura ce 7 décembre dans l’après-midi pour une visite de trois jours. Il semble cette fois décidé à en finir après s’être fixé un cap : un accord d’ici la première moitié de l’année prochaine. RFI

Gabon: le report de la présentation du rapport de l’UE fait des vagues
Au Gabon, beaucoup s’interrogent après le report de la présentation du rapport final des observateurs de l’Union européenne. La mission de 73 observateurs, première du genre de l’UE au Gabon, était dans le pays avant, pendant et après la présidentielle du 27 août. Le scrutin et la réélection contestée du président Bongo avaient entraîné des violences dans le pays. Trois mois plus tard, la mission européenne devait présenter les conclusions de ses observations. Finalement, alors que tout était prêt, le pouvoir gabonais a demandé un report au 12 décembre. Officiellement le président Bongo ne pouvait pas être présent à cause d’un déplacement en Chine. Et ce nouveau retard dans le calendrier fait beaucoup parler. RFI

En Algérie, incompréhension après les rafles de migrants dans la capitale
Depuis jeudi, plus de 1 500 personnes subsahariennes ont été arrêtées, regroupées dans un camp puis emmenées à Tamanrasset pour être expulsées. Pourtant, depuis 2012, les migrants semblaient tolérés par les autorités. Derrière les barrières de tôle, le chantier de logements semble à l’arrêt. Driss*, un Malien de 22 ans, n’est pas sorti du chantier depuis jeudi 1er décembre. Ce jour-là, vers 17h, les forces de l’ordre sont entrées sur ce chantier où sont employés et vivent des migrants subsahariens. Dix de ses collègues ont été emmenés. « Les gendarmes ont dit : est-ce que vous avez des papiers ? Puis ils leur ont demandé de monter dans le bus », raconte-t-il. L’objectif de cette opération est l’expulsion, selon plusieurs sources qui demandent à rester anonymes. RFI

Des Congolais fuyant les affrontements dans le Sud-Kivu recueillis au Burundi
Plus de 160 Congolais fuyant les affrontements entre différents groupes armés ont été accueillis par les autorités burundaises dans la province de Cibitoke au nord-ouest du Burundi. Ces réfugiés congolais arrivent par dizaines fuyant des combats armés entre différentes milices dans la localité de Sange à Uvira au Sud-Kivu dans l’est de la RDC. La majorité est composée essentiellement de jeunes enfants qui arrivent à pied passant par des sentiers battus et entrent dans la province de Cibitoke dans le nord-ouest du Burundi. Les réfugiés congolais que VOA Afrique a rencontrés dans le camp de transit de Cishemere ne demandent que le retour à la paix dans l’est de la RDC. VOA

Tunisie : des milliers d’avocats manifestent contre le projet de budget 2017
Plus de 2 000 avocats ont manifesté mardi à Tunis contre les nouvelles dispositions fiscales qui leur ont été imposées dans le projet de budget 2017, actuellement examiné par le Parlement. « Avec notre âme, avec notre sang nous défendrons le métier d’avocat », ont crié les manifestants en robe noire devant le siège du gouvernement à la Kasbah, dans le centre de Tunis, après une marche silencieuse de quelques centaines de mètres. « Les avocats sont en colère! », « Nous n’allons pas financer votre corruption », pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les protestataires, dont beaucoup jugent les nouvelles mesures « injustes » et « inapplicables ». En cause, des taxes imposées pour chaque dossier traité, pouvant être déduites de l’impôt sur le revenu et prévues dans le projet de loi de finances 2017. Jeune Afrique

L’Aquarius, le seul bateau de sauvetage de migrants actif en hiver, lance un appel aux dons
L’Aquarius, le seul bateau de sauvetage de migrants à opérer l’hiver en Méditerranée, ne pourra peut-être pas prendre la mer après le mois de février, faute de moyens. L’association SOS Méditerranée lance un urgent appel aux dons. L’association SOS Méditerranée, qui prête secours aux migrants naufragés dans le canal de Sicile, lance un appel urgent aux dons. Faute de moyens, son bateau, l’Aquarius, restera à quai. Il est pourtant le seul navire humanitaire à rester dans la zone tout l’hiver. Après neuf mois d’opérations en Méditerranée, l’Aquarius a réalisé 42 opérations de sauvetage, a annoncé l’association à Marseille. Il a participé au sauvetage de 10 090 personnes depuis le 7 mars 2016, dont un quart de mineurs, beaucoup non-accompagnés. France 24

L’enfer de la rébellion ougandaise de la LRA exposé devant la CPI
A l’aide d’images atroces, la procureure de la CPI a décrit mardi l’enfer créé par la sanguinaire rébellion ougandaise de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), au premier jour du procès du « féroce » Dominic Ongwen, l’un de ses commandants les plus redoutés. Prévenant qu’elle allait diffuser des images « extrêmement perturbantes », la procureure a montré une vidéo prise après une attaque en mai 2004 contre le camp de réfugiés de Lukodi (nord de l’Ouganda), montrant des enfants éventrés et les corps carbonisés de bébés enterrés à la hâte. Dominic Ongwen, premier membre de la LRA face à la justice, est notamment accusé d’avoir planifié et ordonné cette attaque, assure l’accusation. TV5

Au Ghana, les enjeux de la présidentielle entre économie en berne et pénuries d’énergies
L’écrivaine ghanéenne Elizabeth Ohene a relevé une curieuse corrélation entre la présidentielle américaine et celle de son pays. Depuis l’introduction des élections libres en 1992, à chaque fois qu’un démocrate l’a emporté aux Etats-Unis, le scrutin ghanéen est revenu au Congrès national démocratique (NDC). A l’inverse, lorsqu’un républicain est devenu locataire de la Maison Blanche, un représentant du Nouveau parti patriotique (NPP) a pris possession de la Flagstaff House, le palais présidentiel d’Accra, la capitale. Si les Ghanéens, appelés aux urnes mercredi 7 décembre, suivent cette tendance, l’actuel président, John Dramani Mahama (NDC), 58 ans, devrait s’incliner face à son rival, Nana Akufo-Addo (NPP), 72 ans, qui se présente pour la troisième fois. Parvenu au pouvoir par intérim en 2012 suite au décès soudain du président John Atta Mills, M. Mahama avait été élu la même année, avec 50,7 % des voix. Cette courte majorité avait incité M. Akufo-Addo à contester le résultat devant la Cour suprême, en vain. Le Monde

Egypte : un trafic d’organes démantelé
Les autorités égyptiennes annoncent avoir démantelé le plus vaste réseau international de trafic d’organes humains. Au moins 25 personnes, dont des travailleurs médicaux, des intermédiaires et des professeurs d’université, ont été arrêtées, selon un communiqué de l’autorité de contrôle administrative. L’agence précise par ailleurs avoir saisi des millions de dollars et de lingots d’or, ainsi que des ordinateurs et des documents de 10 centres hospitaliers. Le réseau serait, toujours selon le communiqué, composé « d’Égyptiens et de ressortissants d’autres pays arabes qui profitent de la situation économique de citoyens pour pouvoir leur acheter leurs organes et les vendre pour une importante somme d’argent ». BBC


Photo: Adam Jones