Revue de Presse du 7 avril 2017

Législatives en Gambie : le président Barrow obtient la majorité absolue
L’UDP, principal parti d’opposition à l’ex-président Yahya Jammeh, a remporté la majorité absolue aux législatives, a annoncé la Commission électorale vendredi. Une victoire qui offre une importante marge de manœuvre à Adama Barrow. L’UDP, parti dont est issu le président Adama Barrow et principal parti d’opposition à l’ex-président Yahya Jammeh a remporté la majorité absolue aux élections législatives du jeudi 6 avril 2017 en Gambie, a annoncé vendredi la Commission électorale (IEC). Le Parti démocratique unifié (UDP) a remporté 31 des 53 sièges à pourvoir lors de ce scrutin, le premier depuis le départ en exil de Yahya Jammeh, a déclaré le président de l’IEC Alieu Momar Njie, proclamant les « résultats définitifs » au siège de la commission. France 24

Somalie : le président déclare la guerre aux djihadistes
Le chef d’Etat a déclaré qu’il souhaite libérer les régions contrôlées par ce groupe affilié à Al-Qaïda. Pour le président élu en février, le principal défi à relever est avant tout sécuritaire. M. Mohamed a remplacé jeudi les chefs de l’armée, de la police et des services de renseignement. Un changement qui intervient au lendemain d’une attaque meurtrière à la voiture piégée dans la capitale somalienne. Un attentat qui a fait au moins 7 victimes. BBC

La nomination imminente d’un Premier ministre : « un coup de théâtre », selon l’UDPS
L’UDPS a qualifié mercredi 5 avril de « coup de théâtre » l’annonce du président Kabila de nommer dans les 48 heures un Premier ministre issu du Rassemblement comme le prévoit l’accord politique du 31 décembre. Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS, s’est ainsi exprimé peu après l’allocution du chef de l’Etat congolais devant les deux chambres parlementaires réunies en congrès. Radio Okapi

Manifestations en Afrique du Sud pour réclamer le départ de Jacob Zuma
Plusieurs milliers de Sud-Africains sont descendus dans les rues des principales villes du pays pour réclamer le départ de Jacob Zuma qui a irrité une partie de la population en remaniant la semaine dernière son gouvernement pour nommer des fidèles. Environ 10.000 partisans de l’Alliance démocratique (DA), le principal parti d’opposition, se sont ainsi réunis dans le centre-ville de Johannesburg, emmenés par leur leader Mmusi Maimane. Fait rare en Afrique du Sud, quelques centaines d’habitants – principalement Blancs – vivant dans les quartiers les plus huppés du nord de la ville ont également manifesté aux carrefours des principales artères de la capitale économique sud-africaine en brandissant des panneaux « Zuma doit partir ». VOA

Bénin: le Front pour le sursaut patriotique vent debout contre Patrice Talon
Alors que le projet de révision de la Constitution porté par le président béninois a été rejeté par le Parlement mardi 4 avril, le Front pour le sursaut patriotique a tenu un meeting ce jeudi pour dénoncer plus généralement la politique de Patrice Talon, un an après son arrivée au pouvoir. RFI

Dépôt d’armes attaqué au Burkina: 10 à 17 ans de prison pour d’ex-agents du RSP
Au Burkina Faso, le tribunal militaire de Ouagadougou vient de donner le verdict dans le procès de l’attaque d’un dépôt d’armes de l’armée par des militaires de l’ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP). Le cerveau de l’attaque, le sergent-chef Ali Sanou écope d’une peine de 17 ans de prison ferme. Plusieurs autres soldats sont condamnés à 10 ans. RFI

Burundi: le rédacteur en chef de Radio Isanganiro entendu par les renseignements
Au Burundi, mercredi 5 avril, le rédacteur en chef de la radio Isanganiro a été entendu pendant une heure par le SNR, les renseignements burundais. Selon Reporters sans frontières (RSF) qui s’inquiète de cette convocation, il a été interrogé sur sa collaboration supposée avec les radios burundaises qui émettent depuis leur exil rwandais. Plus grave, le SNR lui reprocherait d’avoir « incité l’opinion et la population à la révolte », sans pour autant fournir d’éléments pour étayer ces affirmations, selon RSF. Fermée, comme la plupart des radios privées, au plus fort de la crise burundaise, Isanganiro a été réautorisée à émettre en échange de la signature d’une « charte déontologique », il y a près d’un an. Selon Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de RSF, cette convocation par les services de renseignements montre que le pouvoir cherche à garder la main sur l’information produite par Isanganiro. RFI

Soudan du Sud : le risque d’un « nouveau Rwanda » ?
Depuis le début du conflit qui ravage le Soudan du Sud, un million et demi de personnes ont fui le pays pour échapper à la guerre, la famine et l’épuration ethnique. Parmi ceux-ci, beaucoup ont trouvé refuge dans les camps au nord de l’Ouganda, pays voisin… Tandis que les Nations unies tirent régulièrement la sonnette d’alarme sur le risque de génocide qui menace l’ethnie Nuer, nos reporters sont allés à la rencontre de ces réfugiés sud-soudanais. Ils racontent l’horreur. France 24

Des soldats nigérians tués lors d’une nouvelle attaque de Boko Haram à Gubdori dans le nord-est
Des combattants du groupe jihadiste Boko Haram ont tué au moins quatre soldats dans une embuscade contre l’armée nigériane, et incendié une base militaire dans le nord-est du Nigeria, selon des sources militaires. L’attaque a eu lieu jeudi. « Nos hommes ont été attaqués près du village de Gubdori (district de Dikwa) » jeudi, a affirmé une source militaire sous couvert d’anonymat. « Nous avons perdu quatre hommes, cinq sont blessés et quatre restent introuvables », a précisé cette source à l’AFP. VOA

Nigeria: Boko Haram attaque une base militaire et tue des éleveurs
Des jihadistes de Boko Haram ont incendié une base militaire dans le nord-est du Nigeria jeudi, au lendemain d’une autre attaque contre des éleveurs qui a fait sept morts, selon plusieurs témoignages d’habitants recueillis par l’AFP. Jeudi, des assaillants soupçonnés d’appartenir à la faction de Boko Haram dirigée par Abou Mosab Al Barnaoui -adoubée par l’Etat islamique- ont attaqué une base militaire dans le village de Wajirko, à 150 kilomètres de Maiduguri, capitale de l’Etat du Borno, obligeant les soldats à battre en retraite après de lourds combats. « Les hommes armés sont arrivés à bord de pick-ups et ont eu des échanges de feu intenses avec les soldats » dans la base, a déclaré un habitant de Wajirko, Bukar Maduye. TV5

Dégel d’un compte de l’épouse de Goodluck Jonathan saisi pour corruption
Un juge d’un tribunal de Lagos a ordonné à la commission de lutte anti-corruption de dégeler un compte bancaire de l’ex-première dame, Patience Jonathan, sous le coup d’une enquête sur des détournements de fonds. Le juge Justice Mojisola Olatoregun a donné – partiellement à ce stade – raison à Mme Jonathan. L’épouse de l’ancien président Goodluck Jonathan avait porté plainte en septembre contre l’agence antifraudes et anticorruption du Nigeria (EFCC) pour la saisie d’un total de 15,6 millions de dollars détenus sur plusieurs comptes. Accusée « d’abus de procédure », l’EFCC devra débloquer les 5,8 millions de dollars détenus sur un compte au nom de l’ex-première dame et saisis le temps de l’enquête pour « suspicion de fraudes ». VOA

CPI : l’Afrique du Sud entendue sur son refus d’arrêter Omar el-Béchir
La Cour pénale internationale (CPI) entend vendredi lors d’une audience à La Haye l’Afrique du Sud sur les raisons de son refus en 2015 d’arrêter sur son sol le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide. Les juges devront décider si l’Afrique du Sud, signataire du Statut de Rome, traité fondateur de la CPI, a manqué à ses obligations en ne procédant pas à l’arrestation d’Omar el-Béchir et à sa remise à la Cour. Ils reprochent à Pretoria d’avoir laissé, à la mi-juin 2015, le président soudanais rentrer chez lui après sa participation à un sommet de l’Union africaine (UA) à Johannesburg alors qu’il est visé par deux mandats d’arrêt internationaux émis par la CPI en 2009 et 2010 pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis au Darfour, province de l’ouest du Soudan en proie à une guerre civile depuis 2003. Jeune Afrique

En Egypte, des réfugiés syriens oublient leurs projets d’émigration
Cinq ans après avoir fui la Syrie, Mohamed Amine, 43 ans, a installé une boulangerie sur le balcon de son appartement au Caire, oubliant, comme beaucoup de ses compatriotes, ses projets d’émigration vers l’Europe. « Je suis venu en Egypte en pensant que c’était une porte d’entrée vers l’Europe », explique M. Amine. « J’ai déposé mes papiers dans plusieurs ambassades européennes (…) et j’ai attendu mon tour », qui n’est pas venu, raconte-t-il. Selon le gouvernement égyptien, environ un demi-million de Syriens se trouvent en Egypte. Parmi eux, 120.154 étaient enregistrés auprès du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) au 28 février. TV5

Niger : où est passé l’argent de « l’Uraniumgate » ?
Il y a là, réunis autour d’une transaction financière qui sème le doute, tous les éléments d’un thriller politico-financier. On y retrouve le géant français du nucléaire Areva, un nouveau gouvernement, sans le sou, d’une ancienne colonie française en Afrique, des intermédiaires russes et libanais avec des comptes bancaires dans les Emirats arabes unis et des centaines de millions de dollars qui doivent changer de mains lors d’une opération qui, finalement, n’aboutira pas. Les journalistes nigériens l’appellent « l’Uraniumgate ». A Niamey, une plainte contre X a été déposée par des organisations de la société civile. Une commission parlementaire enquête, de même que des juges parisiens, dans l’espoir de faire la clarté sur cette affaire opaque. Le Monde

Au Liban, un village bling-bling construit avec l’argent du Nigeria
On dit souvent que la prospérité du Liban tient à la réussite de sa diaspora. Miziara en est l’exemple vivant. Perché dans les montagnes libanaises, le centre-ville ressemble à celui de tous les villages chrétiens du pays : une grande église, des petits commerces et une mairie en vieilles pierres. Mais une fois passé ce décor de carte postale, le reste du hameau ressemble plus à Beverly Hills. Le long d’interminables rues, des centaines de villas de luxe rivalisent d’extravagance. Le Monde



Photo: Adam Jones