Revue de Presse du 7 août 2017

Cameroun: Au moins 10 morts dans un double attentat suicide attribué à Boko Haram
Au moins 10 personnes ont été tuées à Ouro-Kessoum ce samedi soir, dans un double attentat suicide, attribué à Boko Haram, a appris Koaci.com de sources sécuritaire et communautaire concordantes. Les deux attentats se sont produits dans la nuit à Ouro-Kessoum, non loin de la localité d’Amchidé. Les éléments du comité de vigilance, qui appuient les forces de défense dans leurs actions, n’ont pas vu venir les terroristes. Le bilan provisoire, fait état de dix (10) morts dont 09 civils et deux 2 kamikazes. L’on enregistre 5 blessés dont 3 graves. Koaci

Nigeria : au moins 11 morts dans l’attaque d’une église
Au moins onze personnes ont été tuées dimanche 6 août lors de l’attaque par un ou des hommes armés d’une église dans le sud-est du Nigeria. L’attaque s’est produite dans l’église catholique Saint-Philip d’Ozubulu, près d’Onitsha, 300 km à l’est de Lagos, la capitale économique du Nigeria. Un responsable de l’hôpital où ont été traitées les victimes avait d’abord évoqué la mort de douze personnes. Le chef de la police de l’Etat d’Anamba, Garba Umar, a précisé par la suite que le bilan était de 11 personnes tuées et 18 autres blessées. La police parle d’un seul homme armé. Le Monde

RDC : nouvelle attaque de la prison de Makala repoussée, situation confuse à Kinshasa
Selon des sources sécuritaires concordantes, des tirs ont été entendus ce lundi matin aux alentours de la prison de Makala, à Kinshasa. Une nouvelle attaque du centre pénitentiaire aurait été repoussée, mais la situation demeure confuse dans certains quartiers de la capitale de la RDC. Ces derniers mois, des attaques se multiplient et se ressemblent, à Kinshasa ou ailleurs. Moins de trois mois après l’évasion spectaculaire à la prison de Makala (près de 5 000 détenus avaient pris la fuite, selon notre décompte), le principal centre pénitentiaire de la capitale congolaise a été ce lundi 7 août la cible d’un nouvel assaut. Jeune Afrique

RDCongo : nouveaux heurts meurtriers entre Pygmées et Bantous
De nouveaux affrontements meurtriers ont éclaté entre Bantous et Pygmées en République démocratique du Congo (RDC), a indiqué dimanche la société civile qui évoque 55 morts, un bilan non confirmé de sources officielles. Ce nouvel épisode d’un conflit foncier ancien entre Bantous sédentaires et Pygmées nomades a éclaté samedi dans la province du Tanganyika (sud-est). « Des affrontements vers 05h00 du matin dans le village de Lambo-Kilela (à 140 km au nord-ouest du chef-lieu Kalemie) ont fait 55 morts, dont 45 Bantous, et plusieurs blessés », a affirmé un responsable de la société civile de la province, Modeste Kabanzi. « Une équipe est déjà sur place pour évaluer les dégâts et pour nous donner un bilan fiable », a tempéré de son côté auprès de l’AFP le gouverneur provincial Ngoy Kitangala, parlant pour l’instant de cinq blessés. Africa1

Kasaï : 800 cas des violences sexuelles recensés en une année
Plus de huit cents cas de violences sexuelles ont été enregistrés par les ONG féminines du Kasaï depuis le mois d’août 2016. Ces structures se disent déterminées à étendre la lutte contre les violences faites à la femme. Ces dernières ont augmenté dans la région à la suite des affrontements entre les forces de sécurité et les miliciens se réclamant du défunt chef coutumier Kamuina Nsapu. La secrétaire exécutive de l’ONG Femmes main dans la main pour le développement du Kasaï (FMMD), Nathalie Kambala, rapporte que des centaines des femmes ont été victimes de violences sexuelles lors de ces troubles. «Depuis le mois d’août de l’année passée, jusqu’à aujourd’hui, nous avons enregistré plus de huit cents cas de violences sexuelles. Et dans les huit cents, 98% concernent les femmes et les 2% ce sont les hommes», affirme-t-elle. Parmi les femmes violentées, 41% sont des mineures, 28% sont âgées de 25 à 35 ans et le reste est constitué de femmes de plus de 35 ans, a détaillé la même source. Radio Okapi

Mali: découverte d’un charnier à Anefis
Un charnier a été découvert à Anefis, dans le nord du Mali, une région théâtre d’affrontements entre groupes armés. Cette découverte préoccupe la mission des Nations unies dans le pays qui révèle dans un communiqué une série de graves violations des droits de l’homme. Il y a une semaine, des combats ont opposé les ex-rebelles de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) et le groupe armé loyaliste Gatia, pro gouvernemental, dans cette région. Les deux groupes se battaient pour le contrôle de la ville stratégique de Kidal, tombée aux mains de la CMA après de violents affrontements. BBC

137 migrants secourus au large des côtes libyennes
Près de 140 migrants clandestins, dont cinq femmes et trois enfants, ont été interceptés dimanche au large des côtes libyennes et ramenés à terre alors qu’ils tentaient de rallier l’Europe. « 137 migrants clandestins ont été secourus avec succès par les gardes-côtes (…) puis nous ont été remis », a indiqué à l’AFP Amine al-Boussefi, chef de l’organe de lutte contre l’immigration clandestine de Tajoura, dans la banlieue est de Tripoli. Les migrants, de différentes nationalités africaines, étaient à bord d’un bateau pneumatique lorsqu’ils ont été interceptés dimanche matin à environ 20 milles marins au nord de Sayyad, un petit village en bord de mer à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Tripoli, a indiqué à l’AFP le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine libyenne. VOA

Espagne-Maroc: près de 200 migrants passent en force la frontière à Ceuta
Au moins 187 migrants sont parvenus à entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta au Maroc en courant à toute vitesse pour passer le poste-frontière au petit matin, a annoncé la préfecture de l’enclave ce lundi 7 août. « Ils sont entrés à 5 heures du matin (2 h TU) par le poste frontalier, en courant », a expliqué à l’AFP un porte-parole de la préfecture de cette enclave espagnole au Maroc. Selon une estimation provisoire, 187 personnes sont entrées ainsi. Ce sprint nocturne a surpris les agents qui, débordés, n’ont pu retenir les coureurs. « Il n’y avait pas eu de tentative menée de cette façon depuis très longtemps par ici », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la Garde civile. Sur une vidéo tournée par une télévision locale, on voit des jeunes hommes originaires d’Afrique subsaharienne exulter dans les rues de Ceuta, rendre grâce à Dieu ou crier « bienvenue en Espagne ». RFI

Le Kenya, sous tension, se rend aux urnes mardi
Les Kényans votent mardi pour des élections générales âprement disputées et l’issue incertaine de la présidentielle opposant le chef de l’État Uhuru Kenyatta au leader de l’opposition Raila Odinga a ravivé la crainte de violences électorales. Quelque 19,6 millions de Kényans vont élire leurs président, gouverneurs, députés, sénateurs, élus locaux et représentantes des femmes à l’assemblée. Ces élections interviennent 10 ans après celles de 2007 marquées par les pires violences depuis l’accession à l’indépendance en 1963 de cette ancienne colonie britannique. L’opposition, déjà emmenée par Raila Odinga, avait crié à la fraude à l’annonce de la réélection du président Mwai Kibaki. Le Kenya avait plongé dans deux mois de violences politico-ethniques et de répression policière, qui avaient fait au moins 1.100 morts, plus de 600.000 déplacés et traumatisé un pays jusque-là réputé stable. AFP

Paul Kagamé réélu président avec près de 98% des voix
Le président rwandais sortant Paul Kagame a été réélu pour un troisième mandat de sept ans avec près de 98 % des voix, selon des résultats partiels publiés samedi par la Commission électorale. Avec environ 80 % des bulletins dépouillés, M. Kagame, qui dirige le Rwanda depuis le génocide de 1994, obtient 98,75 % des suffrages exprimés, ses deux adversaires recueillant moins de 1 %. La Commission électorale estime que 97 % des 6,9 millions d’électeurs inscrits ont voté. Les responsables électoraux rwandais dépouillaient vendredi les bulletins d’un scrutin présidentiel déjà promis à Paul Kagame, l’homme qui dirige le pays des mille collines d’une main de fer depuis 23 ans. « Kagame, Paul. Kagame, Paul », le nom du président sortant, était sur la plupart des premiers bulletins comptabilisés dans un bureau de vote de Kigali, a constaté une journaliste de l’AFP. AFP

Les Manifestants Contre Le Référendum En Mauritanie Dispersés À Coups De Gaz Lacrymogène
Une manifestation de protestation jeudi à Nouakchott contre la tenue samedi d’un référendum sur un changement constitutionnel en Mauritanie qui prévoit notamment la suppression de plusieurs institutions, y compris le Sénat, a été dispersée par la police mauritanienne à coups de gaz lacrymogène. Les manifestants, qui avaient répondu à l’appel d’une coalition de partis et mouvements opposés aux amendements constitutionnels, se réunissaient à Tevregh Zeina, quand la police est intervenue. Le Griot

Le Soudan prévoit de diviser un camp de réfugiés après des violences
Le Soudan prévoit de diviser en trois unités distinctes son plus grand camp de réfugiés venus du Soudan du Sud en réponse à une vague de violences, a annoncé dimanche un responsable. Des violences ont éclaté cette semaine dans le camp d’Al-Waral dans l’Etat du Nil Blanc qui abrite plus de 50.000 réfugiés du Soudan du Sud. Des jeunes ont incendié des bâtiments administratifs et pillé des entrepôts, a rapporté le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR). Les violences ont commencé mardi après des informations selon lesquelles un jeune réfugié était mort en garde à vue, a précisé dimanche le HCR dans un communiqué. Au moins 78 personnes ont été arrêtées, selon le Centre des médias du Soudan (SMC), proche des services de renseignements soudanais. AFP

Manifestation De L’opposition Au Togo Pour Exiger Des Réformes Constitutionnelles
L’opposition togolaise a manifesté ce jeudi dans les rues de Lomé, la capitale du Togo, pour exiger des réformes constitutionnelles limitant le nombre de mandats présidentiels et la modification du mode de scrutin. A l’appel de « Combat pour l’alternance politique » (Cap 2015, coalition de cinq partis de l’opposition), des milliers de manifestants ont défilé dans les rues de la capitale togolaise, scandant des slogans hostiles au pouvoir en place mais surtout pour demander la modification de l’actuelle constitution qui ne limite pas le nombre de mandats présidentiels. Le Griot

Zimbabwe: Morgan Tsvangirai annonce la formation d’une coalition d’opposition
Au Zimbabwe, le principal leader de l’opposition Morgan Tsvangirai, a annoncé samedi 5 août la formation d’une grande coalition d’opposition en vue des élections nationales de 2018. En dépit de ses 93 ans et de sa santé déclinante, Robert Mugabe brigue un nouveau mandat, après près de quatre décennies au pouvoir au Zimbabwe. L’opposition zimbabwéenne ne peut plus avancer en ordre dispersé, si elle veut faire tomber Robert Mugabe. C’est le message que Morgan Tsvangirai a adressé samedi 5 août à ses alliés de l’opposition. Le chef du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), s’est à nouveau uni à son ancien adjoint, l’ex-député Welshman Ncube et à un ancien proche, Tendaï Biti, qui avait quitté le MDC pour former son propre parti. Quatre autres factions d’opposition ont également signé le nouvel accord de coalition. RFI

Mozambique : rencontre pour la paix
Le président mozambicain Filipe Nyusi s’est rendu dans la région montagneuse du Gorongosa pour rencontrer Afonso Dhlakama, chef de la rebellion Renamo qui s’est réfugié dans la zone en 2015. Les observateurs parlent d’une importante étape vers la paix après plusieurs années d’instabilité dans le pays. Selon un communiqué de la présidence , les deux leaders veulent s’accorder sur les prochaines étapes du processus de paix qu’ils espèrent conclure avant la fin de l’année. Le mouvement de la Renamo a mené une rébellion pendant 16 ans au cours de laquelle 1 million de personnes ont perdu la vie. La rébellion a pris fin il y a plus de 20 ans mais le groupe a repris les armes en 2013 avant de déclaré un cessez-le-feu unilatéral l’an dernier. BBC



Photo: Adam Jones