Revue de Presse du 6 novembre 2017

Au Liberia, la Cour suprême suspend sine die le processus électoral à la veille du second tour
Ce second tour devait opposer l’ex-star de football George Weah (Coalition pour le changement démocratique, CDC), qui a obtenu 38,4% des voix au premier tour le 10 octobre, au vice-président sortant Joseph Boakai (Parti de l’unité), qui a lui obtenu 28,8%. Mais la cour avait été saisie par le Parti de la liberté, le parti du troisième candidat qui a remporté 9,6 % des suffrages. RFI

Somalie : première frappe des Etats-Unis sur l’EI
« En coordination avec le gouvernement fédéral de Somalie, les forces armées américaines ont mené deux frappes aériennes contre l’EI dans le nord-est, tuant plusieurs terroristes », a indiqué le Pentagone dans un communiqué. C’est la première opération contre l’organisation dans ce pays où agissent les islamistes shebabs, affiliés à Al-Qaïda. Les drones qui ont mené ces frappes, la première vers minuit heure locale, la seconde en fin de matinée, « ont atteint leur cible », a précisé le commandant Anthony Falvo. Le porte-parole du commandement américain pour l’Afrique (AFRICOM) a souligné qu' »aucun civil ne se trouvait à proximité ». BBC

Les Etats-Unis avertissent sur une menace à l’aéroport de Mogadiscio
La mission américaine en Somalie a demandé samedi à tous ses membres non essentiels de quitter Mogadiscio immédiatement, à la suite d’une menace contre eux à l’aéroport de la la capitale somalienne. L’avertissement a été lancé quelques heures après l’annonce des premières frappes par drones américains contre le groupe Etat islamique (EI) en Somalie. « En raison d’informations sur des menaces spécifiques à l’aéroport international de Mogadiscio, la mission des Etats-Unis en Somalie a demandé à tous ses employés américains non essentiels de quitter Mogadiscio jusqu’à nouvel ordre, » selon un communiqué publié sur le site de la mission. TV5

RDC: Kabila reste au pouvoir jusqu’au début 2019, l’opposition exige son départ fin 2017
Fin de suspense en République démocratique du Congo, mais pas des tensions: sous pression, Kinshasa a annoncé dimanche un calendrier électoral permettant au président Joseph Kabila de rester au pouvoir jusqu’au début de 2019, alors que l’opposition redouble d’ardeur pour demander son départ fin 2017. Dix jours après la visite de Nikki Haley, l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies qui avait exigé des élections en 2018 en RDC, la Commission électorale a annoncé plusieurs scrutins, dont la présidentielle, le 23 décembre 2018. « Ce calendrier a été élaboré sous la pression de la communauté internationale, des acteurs politiques et de la société civile congolaise », a déclaré le président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, qui affirmait récemment ne pas pouvoir organiser d’élections avant mars-avril 2019. TV5

Le Niger autorise les USA à armer leurs drônes
L’armement des drônes, c’est une option que nous avons pris avant même que nous connaissions le drame de Tongo Tongo », a déclaré le ministre de la Défense du Niger, Kalla Moutari, sur la radio d’Etat. Le 4 octobre, quatre soldats américains et quatre militaires nigériens ont été tués dans une embuscade tendue par des jihadistes à Tongo Tongo, un village situé dans la région de Tillabéri, proche du Mali. Les autorités nigériennes étaient jusqu’ici réticentes à l’armement des drones armés américains présents sur son sol. Les Américains sont très présents au Niger, notamment avec une base sur l’aéroport d’Agadez (nord) d’où des drônes décollent pour surveiller la zone sahélienne notamment vers le Mali et la Libye, deux Etats voisins du Niger. BBC

Comment des djihadistes ont piégé une patrouille américaine au Niger
Là-bas, c’est le Mali de tous les périls. On s’y retrouverait aisément au bout de 30 kilomètres en longeant les rives verdoyantes du fleuve Niger à partir d’Ayorou, le dernier bourg d’importance dans le nord-ouest du territoire nigérien. Dire qu’on approche de la frontière n’a guère de sens en ce Sahel qui se moque des bornes factices plantées par les Etats. Ici, les éleveurs et les troupeaux de zébus transhument aussi loin que leurs traditions immémoriales le leur dictent. Longtemps anodine, la porosité pose pourtant aujourd’hui un défi stratégique majeur au Niger, alors que l’instabilité du nord du Mali, tout proche, où la tutelle de Bamako est évanescente face à une myriade de groupes armés, se diffuse alentour. L’embuscade qui a coûté la vie, le 4 octobre, à quatre soldats américains et cinq militaires nigériens à Tongo Tongo, village situé à une centaine de kilomètres à l’est d’Ayorou, illustre cette dangereuse montée aux extrêmes, le long de la frontière. Le Monde

Burundi : relance du processus de dialogue 
Michel Kafando vient de conclure une visite de travail d’une semaine au Burundi pour relancer le processus du dialogue en panne depuis quelques mois. L’envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies, n’a pas souhaité s’exprimer dans les médias pendant son séjour au Burundi. Un communiqué publié à la fin de sa visite indique qu’un projet de calendrier du processus du dialogue a été convenu avec le facilitateur Benjamin Mkapa sans plus de précisions. Michel Kafando a d’abord rencontré le ministre des relations extérieures pour parler du cadre légal du partenariat entre le gouvernement et son bureau, un cadre jusqu’ à présent inexistant. BBC

Mali: le G5 Sahel face à des groupes armés qui communiquent de plus en plus
Au Mali, l’opération Haw Bi, le nom de code des premières manœuvres conjointes de la nouvelle force du G5 Sahel, se poursuit dans une zone carrefour où évoluent plusieurs groupes terroristes. Des groupes qui n’ont pas les mêmes objectifs, mais qui communiquent de plus en plus entre eux et font planer une nouvelle menace sur la région. En mars 2017, le chef terroriste malien Iyad Ag Ghaly a réussi le tour de force d’unir au sein d’une même coalition l’ensemble des katibas actives au Mali. Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (RVIM) a depuis revendiqué près de 60 attaques sur tout le territoire et affirme détenir l’ensemble des otages occidentaux. RFI

Zimbabwe: Robert Mugabe prépare le terrain pour Grace
Au Zimbabwe, le vice-président Emmerson Mnangagwa, nommé en 2014, n’est clairement plus en odeur de sainteté. Le président Mugabe, 93 ans, a eu des mots très durs contre celui qui a parfois été présenté comme son successeur « évident », lors d’un meeting politique où était également présente sa femme, Grace, qui affiche ses propres ambitions présidentielles. RFI

Onze soldats maliens prisonniers tués après un raid français
Onze militaires maliens prisonniers d’un groupe jihadiste au Mali ont été tués fin octobre à Abeibara, dans la région de Kidal (nord-est) après « un raid anti-terroriste » de l’armée française. « Nous avons assez d’éléments pour le dire: début octobre, nous avons reçu des preuves de vie de nos militaires capturés par les terroristes. Dans la nuit du 23 au 24 octobre, après ‘un raid anti-terroriste’, nos militaires ont été tués. Nous avons échangé avec les Français sur le sujet », a déclaré dimanche à l’AFP un responsable du ministère malien de la Défense. Des photographies des corps des soldats maliens tués ont permis de « recouper les informations », et de confirmer leur identité « sans grand risque de se tromper », a poursuivi la même source. VOA

Ce que l’on sait d’Abdulqadir Mumin, leader du groupe Etat islamique en Somalie
Toujours pas de bilan précis des raids américains menés contre le groupe Etat islamique en Somalie. Deux frappes dans le nord-est du pays auraient tué plusieurs terroristes, annonçait vendredi 3 novembre 2017 le Pentagone. Elles visaient les chefs de ce groupuscule, estimé à 300 ou 400 combattants à peine. Qui les dirige ? Eléments de réponse. RFI

Afrique du Sud : « The President’s Keepers », l’ouvrage qui veut déshabiller Zuma
Écrit par Jacques Pauw, le journaliste sud-africain d’investigation, The President’s Keepers (Les Gardiens du président) détaille comment d’importantes sommes d’argent public ont été transférées sur les comptes bancaires de faux espions. Pour en mesurer la portée, il faut savoir que le livre est sous-titré « Ceux qui maintiennent Zuma au pouvoir et loin de la prison ». Mieux, il donne des indications sur la manière dont le président se débarrasse de ses adversaires pour rester au pouvoir. Le Point

L’Egypte convoque des ambassadeurs occidentaux pour des « ingérences flagrantes » dans ses affaires intérieures
L’Egypte a convoqué les ambassadeurs d’Italie, d’Allemagne et des Pays-Bas et convoquera plus tard ceux du Royaume-Uni et du Canada en signe de protestation contre les critiques faites par ces pays à propos de la récente arrestation d’un avocat égyptien, a affirmé dimanche le ministère égyptien des Affaires étrangères dans un communiqué. L’Egypte adressera aux cinq pays occidentaux une protestation officielle contre leurs positions que Le Caire considère comme une « ingérence flagrante et inacceptable dans les affaires intérieures égyptiennes », a déclaré dans le communiqué le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères Ahmed Abu Zeid. Récemment, dans un communiqué, les cinq pays concernés ont reproché à l’Egypte l’arrestation de l’avocat égyptien Ibrahim Metwally et les conditions des droits de l’homme en général en Egypte. Xinhua

Burkina Faso : Roch Marc Christian Kaboré « souhaite » que la France extrade François Compaoré
Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a souhaité dimanche que la justice française accepte d’extrader François Compaoré, frère de l’ancien chef de l’État, placé sous contrôle judiciaire en France dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat en 1998 du journaliste Norbert Zongo. À quelques semaines d’une visite officielle du président Emmanuel Macron fin novembre à Ouagadougou, la première d’un chef d’État français depuis plus de vingt ans, M. Kaboré a aussi espéré que Paris lève prochainement le secret-défense sur ses archives concernant l’assassinat de Thomas Sankara en 1987. Jeune Afrique

Ces monuments africains qui financent les missiles nord-coréens
Le correspondant de CNN International David McKenzie s’est rendu à Windhoek, en Namibie. Cette ville – comme d’autres en Afrique – a la particularité d’accueillir des statues monumentales conçues par une entreprise nord-coréenne, Mansudae. L’ONU soupçonne cette activité d’être un vecteur de financement du programme nucléaire de la Corée du Nord. En Afrique, la Corée du Nord a mis au point une surprenante source de revenus : le régime paria est en effet à l’origine de la construction d’immenses statues et mémoriaux éparpillés à travers le continent, qui cachent sans doute la violation de sanctions prononcées par les Nations unies. Courrier International



Photo: Adam Jones