Revue de Presse du 6 juin 2016

Trente-deux militaires tués dans une attaque de Boko Haram au Niger
Au moins trente militaires nigériens et deux soldats nigérians ont été tués lors d’une attaque massive lancée par le groupe islamiste nigérian Boko Haram à Bosso, une localité du Niger proche de la frontière avec le Nigeria, a annoncé samedi 4 juin le ministère de la défense nigérien. Soixante-sept militaires ont également été blessés. « Des centaines d’assaillants du groupe terroriste Boko Haram ont attaqué le poste militaire de reconnaissance de Bosso », détaille un communiqué du ministère. Le Monde

Nigeria : de l’argent détourné récupéré
La traque de l’argent acquis par la corruption, par des personnalités du régime défait aux élections de 2015, a rapporté près d’un demi-milliard de dollars US, selon le gouvernement de Muhammadu Buhari. Une bonne partie de l’argent recouvré est libellée en naira, la monnaie locale. Un montant de 185 millions de dollars US et des somme moins importantes, libellées en livres sterling et en euros, ont été récupérés chez des responsables de l’administration dirigée par l’ex-président Goodluck Jonathan, selon l’actuel gouvernement. Il déclare avoir saisi des bateaux, des immeubles, des voitures et des fermes illégalement acquis par des proches de M. Jonathan. BBC

Burundi : un journaliste arrêté
Il a ensuite été remis au Service national de renseignement (SNR), les services secrets burundais qui dépendent de la présidence. « Egide Ndayisenga de la radio Bonesha FM a été arrêté hier matin par des policiers alors qu’il se trouvait à Cibitoke (chef-lieu de la province du même nom, ndlr) depuis samedi pour rendre visite à des amis », a déclaré un témoin de son arrestation. Le journaliste de 28 ans a ensuite été conduit dans les locaux du SNR, « où il est détenu depuis lors », selon la même source. Des collègues du journaliste ont confirmé son arrestation, se disant « inquiets » de son sort à la suite de sa remise au « redoutable » SNR.  BBC

Crise au Burundi : l’ultimatum de Pierre Nkurunziza aux insurgés de Mugamba
L’ONU demande 2500 soldats et policiers supplémentaires pour renforcer sa mission au Mali. Au Burundi, Pierre Nkurunziza donne 15 jours aux rebelles de Mugamba pour se désarmer. Au Nigeria, notre reportage sur l’industrie des jeux vidéos, en pleine expansion. Au Burundi, le président Nkurunziza a lancé un nouvel ultimatum aux insurgés. Il leur a donné 15 jours pour déposer les armes dans la commune de Mugamba, considérée comme le dernier foyer de la rébellion, et les a menacés de représailles. Notre invité Thierry Vircoulon, auteur d’un rapport de l’International Crisis Group (ICG) sur le Burundi, décrypte pour nous cette confrontation. France 24

Burkina Faso: l’étau se resserre sur l’ex-Premier ministre Isaac Zida
Depuis plusieurs mois, le général de division est au Canada et n’est toujours pas rentré malgré la fin de son autorisation d’absence. L’audit de la présidence du Burkina Faso et du premier ministère sous sa gestion révèle des soupçons de malversations financières que l’actuel pouvoir en place entend éclairer. Après plusieurs rappels à l’ordre du président du Burkina Faso, également ministre de la Défense, l’ex-Premier ministre n’est toujours pas rentré et demande une mise à situation d’évacuation sanitaire, pendant que le président Kaboré menace de le considérer comme un militaire en situation de « désertion en temps de paix ». RFI

RDC : la possibilité d’un référundum
Henri Mova Sakani, secrétaire générale du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) a émis la possibilité d’organiser un référundum pour que Joseph Kabila reste au pouvoir. L’idée de ce référundum a été évoquée à Kinshasa, lors d’une manifestation célébrant, samedi, l’anniversaire du Président Kabila. Cette décision viendrait défier les opposants du président mais aussi les pays occidentaux qui demandent au chef de l’Etat à ne pas briguer de troisième mandat alors que le second doit prendre fin en décembre 2016. Durant plusieurs mois des troubles provoqués par un possible report des élections présidentielles – prévues en novembre prochain – ont émaillés la République Démocratique du Congo. BBC

La Cédéao veut une force antiterroriste
La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, désignée samedi par ses pairs de l’organisation régionale pour en assurer la présidence tournante, veut créer une force régionale d’intervention au sein de la Cédéao. La mise en place de cette force armée est une urgence, a-t-elle souligné, assurant que le futur dispositif militaire servira à lutter contre le terrorisme, les exactions de Boko Haram notamment. « Nous devons nous assurer que le terrorisme ne gagne plus de terrain. Certains pays vont se mettre ensemble et envoyer des missions dans les pays où il y a des tensions pouvant mener à un conflit », a affirmé Mme Sirleaf lors du 49e sommet des chefs d’Etat de la Cédéao, samedi, à Dakar. « Nous devons évaluer nos moyens d’intervention et créer notre propre force de sécurité, afin de lutter contre le terrorisme », a-t-elle dit lors du sommet des dirigeants des 15 pays membres de l’organisation régionale. BBC

Des groupes armés étudiants prorégime font polémique au Soudan
« Personne n’avait accès à cette petite pièce, pas même la police ou les professeurs »: dans son bureau à Khartoum, l’homme d’affaires soudanais Ammar Sajjad raconte à voix basse comment son fils a été détenu et battu à l’université. L’an dernier, dit M. Sajjad, des étudiants membres d’une « unité du jihad » active dans ce campus de la capitale a détenu pendant des heures et battu à plusieurs reprises son fils de 19 ans, qui étudie l’électronique. Selon des experts, de nombreuses unités de ce type ont été mises en place dans les établissements universitaires après le coup d’Etat du président Omar el-Béchir en 1989, qui a marqué le début du régime islamiste au Soudan. VOA

Discussions en cours entre le Soudan du Sud et le Soudan pour résoudre des différends bilatéraux
Le Soudan du Sud a repris dimanche à Khartoum ses discussions avec le Soudan pour tenter de résoudre d’épineux contentieux bilatéraux issus de sa sécession en 2011. Les ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Intérieur et du Pétrole du Soudan du Sud ont rencontré leurs homologues soudanais à Khartoum pour la première fois depuis la formation d’un gouvernement d’unité nationale à Juba en mai. Le Soudan du Sud avait conquis son indépendance du Soudan en 2011 mais ce nouveau pays a rapidement plongé dans une guerre civile meurtrière et dévastatrice en 2013, opposant deux de ses plus importantes figures politiques, Riek Machar et Salva Kiir. VOA

Somalie: une journaliste somalienne assassinée à Mogadiscio
Sagal Salad Osman, qui travaillait comme productrice et présentatrice pour la radio de la capitale Muqdisho, propriété du gouvernement, a été tuée par des hommes armés non identifiés, qui ont ensuite pris la fuite, selon ces sources. « L’une de mes collègues, Sagal Salad Osman, a été tuée près de l’université dans le quartier d’Hodon. Elle est morte sur le coup et les assassins se sont enfuis après lui avoir tiré dessus », a déclaré à l’AFP Ali Abdulkadir, qui travaille également pour Muqdisho. « Nous sommes bouleversés par l’annonce de sa mort et nous ne savons pas pourquoi elle a été tuée », a-t-il ajouté. VOA

Migrants. Daech à l’assaut de l’Europe via les côtes libyennes
Après avoir traversé des rues parsemées de détritus, au-delà des carcasses de voitures brûlées, dans une cour où s’amoncellent des bouteilles en plastique vides, on pénètre soudain dans leur chambre sombre et insalubre. Environ 30 migrants africains, plein d’espoir, sont assis, les genoux serrés les uns contre les autres, confrontés à leur nouveau statut de prisonniers de la police de l’immigration libyenne. Eugene est le premier à s’exprimer. C’est avec des sanglots dans la voix qu’il évoque son frère et son père tués au Nigeria par une bombe déposée par Boko Haram, le groupe ayant fait allégeance à l’Etat islamique. Courrier International

Navigation en eaux troubles : les centres de détention libyens en crise
Khalid al-Tumi dirige le centre de détention pour migrants de Zawiya, situé à 23 kilomètres à l’est de Sabratha, dans le nord-ouest de la Lybie. La ville côtière de Sabratha est devenue un des principaux points de départ des passeurs depuis l’opération coup de poing menée contre al-Zuwarah, l’ancienne plaque tournante du trafic de clandestins. Les migrants évoqués par M. al-Tumi ont été appréhendés en mer et renvoyés à terre. Le centre de Zawiya héberge 1 727 détenus, bien au-delà de sa capacité maximale officielle de 1 200 détenus. Les réserves d’eau et de nourriture ne sont déjà pas suffisantes, et M. al-Tumi a expliqué qu’il ne disposait pas de ressources supplémentaires pour les nouveaux arrivants. IRIN

La Gambie au coeur du sommet de la CEDEAO à Dakar
Le 49e sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, s’ouvre vendredi 04 juin à Dakar. En tout état de cause, le président sénégalais, Macky Sall, et ses hôtes, sont très ettendus sur des dossiers comme la situation politique en Gambie, la sécurité en Afrique de l’Ouest, entre autres. allAfrica

Une éclaircie à l’horizon des relations franco-gabonaises
Les relations franco-gabonaises s’étaient assombries, mi-janvier, après une sortie malencontreuse de Manuel Valls sur un plateau de télévision (le Premier ministre avait critiqué les conditions de l’élection du président gabonais, en 2009). Tout est apparemment rentré dans l’ordre. À l’Élysée, on se déclare agréablement surpris par l’accord donné par Ali Bongo Ondimba à la présence d’observateurs de l’Union européenne lors de l’élection présidentielle du 28 août. On veut y voir un gage de transparence… Le scrutin s’annonce serré, et l’opposition redoute qu’il soit entaché de fraudes. Jeune Afrique

Des soldats français accusés de sévices physiques sur des Centrafricains
Le ministère de la Défense a annoncé samedi qu’une procédure disciplinaire a été engagée à l’encontre de cinq soldats français. Ils sont soupçonnés d’avoir commis ou laissé commettre des sévices physiques sur deux Centrafricains. Cinq soldats français de l’opération Sangaris en Centrafrique sont accusés de sévices physiques sur des Centrafricains et font l’objet d’une procédure disciplinaire, a annoncé samedi 4 juin le ministère de la Défense, confirmant une information publiée par Ouest France. Le ministère indique que des « mesures de suspension ont été prononcées ». France 24

Isabel dos Santos nommée à la tête de la compagnie pétrolière angolaise Sonangol
La fille du président angolais José Eduardo dos Santos a été nommée, jeudi 2 juin, par son père à la tête du conseil d’administration du géant national des hydrocarbures, Sonangol. Isabel Dos Santos, déjà considérée comme la femme la plus riche d’Afrique, a déclaré qu’elle veillerait « à la transparence » dans le management de l’entreprise, responsable de la gestion des réserves de pétrole et de gaz de l’Angola. Le Monde

Algérie. La Grande Mosquée : plus haute, plus chère
Des équipements capables d’alimenter la moitié de la capitale en énergie, des bâtiments construits pour accueillir des milliers de personnes du monde entier, des techniques jamais utilisées en Afrique : le chantier de ce qui sera la troisième plus grande mosquée du monde [après celles de La Mecque et de Médine, en Arabie Saoudite] ne pouvait être que celui des défis. Ceux qui empruntent tous les jours la route Moutonnière [qui mène d’Alger vers la banlieue est] le voient depuis quelques mois grimper un peu plus haut, un peu plus vite vers le ciel. La nuit, on y aperçoit même les projecteurs, signe que les équipes travaillent aussi dans le noir. Le minaret de la future Grande Mosquée d’Alger, Djamaâ El-Djazaïr, fait aujourd’hui presque 100 mètres de haut. Il lui en reste encore 165 pour atteindre sa hauteur finale. Courrier International



Photo: Adam Jones