Revue de Presse du 6 décembre 2017

Le président français Emmanuel Macron en visite en Algérie
Sa visite en tant que candidat à la présidentielle n’était pas passée inaperçue. Cette fois-ci, c’est en tant que chef de l’Etat qu’Emmanuel Macron se rend ce mercredi 6 décembre en Algérie. Une visite de quelques heures au cours de laquelle le président français rencontrera le président Abdelaziz Bouteflika. Au cœur de ce déplacement : la coopération économique, la lutte antiterroriste, mais aussi sur la question mémorielle. RFI

Crise au Burundi: constat d’impuissance de Mkapa à 2 jours de la fin du dialogue
Le facilitateur Benjamin Mkapa était parti pour Dar es-Salaam après avoir lancé officiellement le 4e round du dialogue interburundais pour une sortie de la crise née de la décision du président Pierre Nkurunziza, qu’il a obtenu en juillet 2015. Il avait alors laissé le soin à ses collaborateurs de mener à bon port ce dialogue. Il est revenu à Arusha, dans le nord de la Tanzanie, qui abrite ces discussions durant le week-end, pour se rendre compte qu’elles étaient totalement bloquées. Un véritable constat d’impuissance. RFI

Egypte: en fuite, un ex-ministre de l’Intérieur de Moubarak arrêté
La police égyptienne a arrêté mardi Habib al-Adly, ancien ministre de l’Intérieur du président déchu Hosni Moubarak, condamné à sept ans de prison pour corruption et en fuite depuis cette date, a indiqué à l’AFP son avocat. Le général Habib al-Adly dirigeait d’une main de fer la toute-puissante police égyptienne, dont les exactions ont été l’un des déclencheurs de la révolte populaire qui a chassé Moubarak du pouvoir en 2011. M. al-Adly, 79 ans, a été arrêté mardi au Caire, précise son avocat Me Essam al-Batawy. Cette arrestation a été confirmée par la télévision égyptienne d’Etat. TV5

Un journaliste porté disparu en Tanzanie
Le journaliste Azory Gwanda travaille dans la province de Pwani, dans l’est du pays. C’est une région marquée ces derniers mois par de mystérieux meurtres d’élus locaux et de policiers. Journaliste travaillant pour le Mwananchi et The Citizen, Azory Gwanda avait écrit plusieurs articles sur ces attaques meurtrières perpétrées dans le district de Kibiti. Ces violences ont causé la mort en 2017 d’une dizaine de policiers et d’au moins autant de responsables administratifs locaux. Selon un communiqué de la direction commune des deux journaux, M. Gwanda a quitté son lieu de travail le matin du 21 novembre en compagnie de « personnes inconnues » à bord d’un Landcruiser de couleur blanche, un véhicule 4×4 de marque Toyota. BBC

RDC : une  »méga crise » pire que la Syrie
Chaque jour plus de 5 500 personnes ont fui leurs maisons en République démocratique du Congo au cours de la première moitié de 2017. Pour la deuxième année consécutive, la République démocratique du Congo est le pays le plus touché dans le monde par les déplacements internes causés par les conflits, selon un rapport de l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC). Les combats entre groupes armés cumulés à une crise politique qui s’aggrave – le président Joseph Kabila refuse de démissionner – ont rendu la région particulièrement instable.  »C’est une méga crise. Le nombre de personnes fuyant la violence est du jamais-vu, dépassant la Syrie, le Yémen et l’Irak  » a déclaré Ulrika Blom, directrice du Conseil norvégien pour les réfugiés (CNR) en RDC. BBC

2500 Sénégalais rapatriés de Libye, selon le Premier ministre
Le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, a révélé mardi que 2500 jeunes migrants sénégalais ont été rapatriés récemment de la Libye. Il s’exprimait au cours de débats qui ont suivi sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale du Sénégal. Une vente aux enchères de migrants comme esclaves a été filmée ces derniers temps par la télévision américaine CNN. Le Premier ministre sénégalais a aussi affirmé que pas plus tard que lundi, un avion en provenance de la Libye a ramené 163 migrants sénégalais. BBC

Mali: un président de tribunal enlevé apparaît dans une vidéo
« Je suis le juge Soungalo Koné, enlevé à Niono », dit-il, visiblement sous la dictée de ses geôliers, qu’il ne cite pas nommément, au début de cette vidéo de six minutes adressée à sa famille et diffusée sur les réseaux sociaux. Après avoir récité quelques versets du Coran, il demande en langue locale bambara au gouvernement malien de libérer les jihadistes détenus dans les prisons et l’application de la charia dans le pays, afin d’obtenir sa propre libération. M. Koné avait été enlevé dans la nuit du 16 au 17 novembre par des hommes armés dans sa maison de Niono, à 340 km au nord-est de la capitale Bamako, selon une source policière locale. BBC

L’opposition annule sa marche jeudi et appelle à d’autres journées de mobilisation au Togo
L’opposition togolaise a annulé la marche prévue jeudi et appelé à trois nouvelles journées de mobilisation contre le régime du président Faure Gnassingbé, a-t-elle annoncé mardi au cours d’une conférence de presse à Lomé. Une coalition de 14 partis d’opposition organise des marches quasi hebdomadaires qui rassemblent des milliers, voire des dizaines de milliers de manifestantsdepuis début septembre pour demander une limitation rétroactive du mandat présidentiel et la démission du président Faure Gnassingbé. VOA

Bénin: un sommet sur les enjeux alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest
Le Bénin accueille du 4 au 8 décembre 2017 la Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. Il s’agit d’un rendez-vous annuel pour parler des enjeux alimentaires qui réunit tous les acteurs de l’agriculture et de l’alimentation, à savoir gouvernements, institutions, ONG, associations de producteurs et d’éleveurs. Cette année, il n’y a pas d’inquiétude sur la production, mais l’insécurité alimentaire demeure. RFI

Sénégal : Khalifa Sall a déposé une demande de libération sous caution
Les avocats de Khalifa Sall ont déposé une offre de cautionnement afin de permettre au député et maire de Dakar de recouvrer la liberté jusqu’à un éventuel procès. Toutes leurs demandes de remise en liberté ont jusque-là été écartées par la justice sénégalaise. Neuf mois presque jour pour jour après son placement sous mandat de dépôt, Khalifa Ababacar Sall, maire de Dakar et député, a changé d’optique. Ce mardi 5 décembre, ses avocats ont déposé devant le doyen des juges d’instruction du tribunal de Dakar une demande de liberté provisoire contre cautionnement. Un démarche qui fait suite à de précédentes requêtes restées lettre morte. Depuis mars, en effet, ses avocats ont successivement invoqué des « contestations sérieuses » contre les poursuites menées à son encontre, avant de faire valoir l’immunité parlementaire dont il est censé bénéficier depuis son élection à l’Assemblée nationale, le 30 juillet. En vain. Jeune Afrique

Un Etat du Nigeria crée le « ministère du bonheur »
Le Nigeria est depuis longtemps en tête des pays les plus optimistes au monde, et ce malgré les violences qui ravagent le pays, la pauvreté omniprésente et la récession économique. Désormais, il y existe même un ministère dédié au bonheur. C’est l’idée du gouverneur de l’Etat d’Imo (sud-est), Rochas Okorocha, connu pour prendre des décisions farfelues qui font rire tout le pays, sauf ses contribuables. Il y a quelques mois, il a décidé d’ériger d’imposantes statues de ses leaders africains favoris pour plus d’un million d’euros pièce (la Libérienne Ellen Johnson-Sirleaf, le Sud-Africain Jacob Zuma…), soulevant les foudres d’une grande partie de la population. Le Monde

L’émigration algérienne repart à la hausse
C’est l’une des conséquences des difficultés économiques et politiques que traverse l’Algérie. L’émigration, qu’elle soit légale ou clandestine, s’accroît. Selon les chiffres du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), entre janvier et fin octobre, 6 397 Algériens sont arrivés illégalement en Europe par les routes de la Méditerranée. Entre juillet et septembre, les Algériens faisaient partie des cinq principales nationalités d’arrivants après la Syrie, le Maroc, le Nigeria et l’Irak. C’est l’Espagne notamment, confrontée à une hausse générale des arrivées de migrants sur ses côtes cette année, qui a tiré la sonnette d’alarme. Les bateaux de harraga (« ceux qui brûlent les frontières ») se sont entre autres multipliés dans la région de Murcie. Le ministre de l’intérieur espagnol a rencontré l’ambassadrice d’Algérie à Madrid sur ce sujet. Le Monde



Photo: Adam Jones