Revue de Presse du 6 avril 2016

Kenya: la CPI met fin aux poursuites contre le vice-président
Faute de preuves suffisantes, les juges de la Cour pénale internationale ont décidé mardi d’abandonner les poursuites contre le vice-président kényan William Ruto, un revers de taille pour la procureure après des procédures marquées par des subornations présumées de témoins. Au vu des éléments de preuves présentés par la procureure Fatou Bensouda depuis le début du procès en septembre 2013, les juges ont « convenu d’annuler les charges et de prononcer un non-lieu en faveur des deux accusés », a indiqué la CPI dans un communiqué. Cette décision laisse néanmoins la porte ouverte à des nouvelles poursuites à l’avenir, « que ce soit devant la CPI ou une juridiction nationale », a précisé la Cour, basée à La Haye. TV5

Talon promet de faire un seul mandat
L’homme d’affaires s’est engagé, dans son discours d’investiture, à n’exercer qu’un seul quinquennat, une de ses grandes promesses de campagne. Peu avant, M. Talon s’était rendu au palais présidentiel de la Marina à Cotonou, la capitale économique, où il a passé les troupes en revue pour la première fois, après s’être entretenu en privé avec M. Boni Yayi, qui quitte le pouvoir après deux mandats, conformément à la Constitution. MM. Talon et Boni Yayi, anciens alliés devenus rivaux, ont échangé une accolade très remarquée avant de se séparer. Surnommé « le roi du coton », Patrice Talon a financé les deux campagnes présidentielles de M. Boni Yayi, en 2006 et 2011, avant de devenir son principal ennemi public et d’être accusé d’avoir tenté de l’empoisonner. Slate

Présidentielle sans enjeu à Djibouti siège de bases militaires étrangères
A Djibouti, le premier tour de l’élection présidentielle est prévu pour le 8 avril. Un scrutin sans véritable enjeu puisque la plupart des observateurs s’accordent pour dire qu’il verra la réélection du président Ismaïl Omar Guelleh. En 1999, ce dernier a succédé à son oncle et est devenu le second président de ce petit pays de la Corne de l’Afrique. La Constitution qui a été modifiée en 2010 ne limite plus le nombre de mandats et autorise donc celui que l’on surnomme « IOG » à se représenter malgré sa promesse de ne pas le faire. RFI

Bamako veut que la Minusma s’implique davantage dans la lutte anti-terroriste
Le gouvernement malien souhaite que la mission de l’ONU au Mali (Minusma) soit renforcée et s’oriente davantage vers une lutte active contre la « menace terroriste », a indiqué mardi son ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop. Le ministre s’adressait au Conseil de sécurité lors d’un débat sur le renouvellement du mandat de la force, qui arrive à expiration fin juin. Pour M. Diop, le prochain mandat de la Minusma « doit nécessairement tenir compte du contexte sécuritaire actuel marqué par la recrudescence et l’intensification de la menace terroriste ». Bamako souhaite « améliorer la posture de la Minusma, de façon à la rendre plus proactive et à lui assurer plus d’efficacité ». Malgré une force de 12.000 hommes, la Minusma « peine à assumer pleinement son rôle de stabilisation du pays », a-t-il estimé. VOA

Djibouti, verrou stratégique de la corne de l’Afrique
Situé en face du détroit de Bab-el-Mandeb, à l’entrée de la mer Rouge et du golfe d’Aden, Djibouti dispose d’une situation géographique unique entre le continent africain et la péninsule arabique. Ancienne colonie française et base traditionnelle de la France en Afrique, Djibouti abrite le plus gros contingent français prépositionné sur le continent africain (environ 1.600 hommes actuellement). Le pays accueille également la seule base américaine permanente en Afrique, à partir de laquelle sont lancées des opérations antiterroristes notamment au Yémen et en Somalie. Le Japon y dispose aussi d’une base militaire. De son côté, la Chine a conclu fin 2015 un accord avec Djibouti pour l’installation d’ici fin 2017 d’une base « logistique navale ». TV5

Le président Kaboré en France: coopération militaire et lutte terrorisme
La visite de travail du président burkinabé en France se poursuit. Avant un entretien avec le Premier ministre Manuel Valls en fin d’après midi, le président Roch Marc Christian Kaboré a rencontré hier matin son homologue français François Hollande puis le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve. Au centre des discussions : les questions sécuritaires. Il a aussi été question de l’envoi à Ouagadougou d’éléments du GIGN, le Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale. RFI

Présidentielle au Tchad: l’opposition s’organise pour sécuriser le vote
Au Tchad, les partis d’opposition engagés dans la présidentielle de dimanche prochain ont signé ce mardi un accord pour la sécurisation des votes et s’engagent à soutenir le candidat de l’opposition qui parviendra au second tour. A l’initiative de cet accord, le parti Un Jour Nouveau qui ne participe pas à la présidentielle et des associations de la société civile. L’objectif est de se donner la main contre le président sortant, explique Nasra Djimasngar, responsable du parti Un Jour Nouveau. « L’accord va tout simplement permettre à mettre en place une dynamique qui va consister à fédérer les moyens, pour veiller à ce qu’au sortir du vote le 10 avril, le suffrage exprimé par les électeurs ne soit pas tripatouillé » explique l’homme politique. RFI

L’explication de pirates somaliens face à leurs juges français
Leur destin s’est noué sur une plage de Somalie où, en quête désespérée d’un peu d’argent, ils sont devenus pirates malgré eux, ont raconté mardi des Somaliens jugés en France pour une attaque mortelle contre le catamaran « Tribal Kat » en 2011. Devant un tribunal parisien, deux d’entre eux ont pleuré mardi à l’évocation du couple de plaisanciers français à bord du bateau. Ces retraités avaient tout sacrifié pour s’offrir un tour du monde, qui s’est soldé le 8 septembre 2011 par la mort de Christian Colombo à bord de son bateau. Ils ont demandé « pardon » à la veuve, pour cette « souffrance qui ne partira jamais », dont ils ne se sentent pas coupables, mais responsables. Eux aussi ont une famille, pour laquelle ils expliquent à la cour d’assises avoir tout tenté, et risquent aujourd’hui la réclusion criminelle à perpétuité. VOA

Un présidentielle sans surprises à Djibouti
Le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh, qui règne sans partage depuis 1999 sur son petit pays de la corne de l’Afrique, est promis à une confortable réélection lors de la présidentielle de vendredi, boycottée par une partie de l’opposition. Quelque 187.000 électeurs – sur une population de 875.000 habitants – sont appelés à se déplacer dans un des 455 bureaux de vote, pour choisir leur président parmi six candidats. Les résultats devraient être annoncés le soir même. M. Guelleh, 68 ans, brigue un quatrième mandat de cinq ans à la tête de cette ancienne colonie française, indépendante depuis 1977, dont la position stratégique à l’entrée de la mer Rouge continue à susciter l’intérêt des grandes puissances, notamment la Chine. VOA

Les quartiers sud de Brazzaville quadrillés par l’armée après les violences de lundi
Les quartiers sud de Brazzaville étaient quadrillés mardi matin par un important dispositif militaire au lendemain d’échanges de tirs ayant contraint des milliers d’habitants apeurés à fuir vers le centre de la ville. Alors que des échanges de feu avaient encore été entendus lundi en fin d’après-midi, la nuit a été calme. Les bérets noirs de l’armée ont pris la relève des éléments de la garde républicaine qui avaient occupé les principaux points stratégiques lundi. L’armée a mis en place de nombreux barrages filtrant, et le soldats fouillaient les rares véhicules circulant, et les piétons, peu nombreux. Après les violences de la veille, les quartiers sud semblaient émerger très lentement de leur torpeur, les habitants ayant fuit ne semblant pas vouloir pour l’instant rentrer chez eux. VOA

Congo-Brazzaville: l’armée accusée d’avoir pilonné un QG du pasteur Ntumi
Alors qu’un calme précaire a régné sur Brazzaville ce mardi 5 avril, deux localités du Pool, considérées comme les quartiers généraux du Pasteur Ntumi, l’ancien chef rebelle congolais, ont été frappés par des tirs d’hélicoptères de combat. Le village de Soumouna notamment, situé à environ 45 km au sud de la capitale, a été la cible de tirs d’hélicoptères de l’armée, selon plusieurs sources. Jean-Gustave Ntondo est secrétaire général par intérim du Conseil national des républicains, le parti politique du pasteur Ntumi. Il se trouvait à Soumouna lorsque tout a commencé. « À 6h45 exactement, deux hélicoptères sont arrivés de Brazzaville. Ils ont tourné sur Soumouna, sur le domaine du révérend pasteur Ntumi, explique-t-il. Ils sont passés sans rien faire et sont allés vers Kinkala. Puis, un hélicoptère est revenu, il s’est positionné et il a tiré. Il tirait des obus. Il a bombardé puis il est allé de l’autre côté et il a à nouveau pilonné des bâtiments. » RFI

Afrique du Sud: Le Parlement sud-africain a rejeté la destitution de Jacob Zuma
Le Parlement sud-africain a rejeté mardi la destitution du président Jacob Zuma, demandée par l’opposition après un jugement de la Cour constitutionnelle accusant le chef de l’Etat de violation de la Constitution pour avoir utilisé les financements publics afin de réfectionner sa résidence de Kandla. Après examen de la motion de destitution déposée par le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique, le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), qui soutient officiellement Jacob Zuma, a usé de son écrasante majorité au Parlement pour rejeter cette destitution qui nécessitait deux tiers des voix pour être acceptée. À l’issue d’un vote électronique des députés, le vice-président du Parlement, Lechesa Tsenoli a dit : « Le résultat du vote est le suivant: 143 voix en faveur de la destitution, 233 contre. La motion est donc rejetée ». allAfrica

Panama Papers – Côte d’Ivoire : qui est Jean-Claude N’Da Ametchi ?
Le banquier ivoirien Jean-Claude N’Da Ametchi, anciennement directeur général de la Versus Bank, une banque d’État, a été cité dans l’affaire Panama Papers, le scandale international d’évasion fiscale. Proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, actuellement en procès à La Haye, N’Da Ametchi est soupçonné d’avoir participé au financement du « gouvernement illégal » de Laurent Gbagbo en 2010 après l’élection présidentielle dont il a contesté sa défaite et qui aura débouché sur une quasi-guerre civile faisant officiellement 3 000 morts. Jean Claude N’Da Ametchi a surtout été révélé pendant la crise postélectorale quand il a été nommé en 2010 par Laurent Gbagbo à la tête de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie de la Côte d’Ivoire (Bicici) fermée sur instruction de l’Union européenne. Il avait été inscrit sur la liste des personnalités ivoiriennes à sanctionner par la communauté internationale. L’Union européenne a levé ses sanctions à l’encontre de N’Da Ametchi début 2012. Le Point

Guinée : ce que les « Panama Papers » disent de Mamadie Touré dans le scandale de corruption du Simandou
C’est une société genevoise de gestion de fortune, Agefor SA, domiciliée à Genève et encore active, qui se serait chargée d’établir Matinda Partners and Co. Ltd, une société immatriculée aux îles Vierges britanniques. Et c’est par l’intermédiaire de cette dernière, déjà connue, que Mamadie Touré a perçu de l’argent dans l’attribution d’un permis minier – depuis retiré – en Guinée. Par où est passé l’argent ? C’est à cette question que les « Panama Papers » apportent un bout de réponse supplémentaire dans le scandale de corruption à grande échelle qui implique Mamadie Touré, la 4e épouse de feu Lansana Conté, qui vit aux États-Unis depuis le décès de l’ancien général-président. Jeune Afrique

Terrorisme : Aqmi confirme la mort du porte-parole du Front Al-Nosra
En rendant hommage dans une vidéo à Abou Firas al-Souri, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a confirmé la mort du porte-parole du Front Al-Nosra. Dans une vidéo datée du 4 avril, Aqmi a apporté la première confirmation par un groupe jihadiste de la mort d’Abou Firas al-Souri, porte-parole du Front Al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie, tué dimanche dans des frappes aérienne dans le nord-est du pays a indiqué mardi soir Reuters. Les États-Unis responsables de l’attaque Contactés par l’agence de presse, des responsables américains ont confirmé la veille que les États-Unis était derrière cette attaque, qui a fait au mois 20 morts dont le fils d’Abou Firas al-Souri. Jeune Afrique

Les autorités de Tripoli cèdent le pouvoir au gouvernement d’union
Les autorités libyennes non reconnues basées à Tripoli ont cédé le pouvoir mardi au gouvernement d’union nationale. Ce dernier, appuyé par l’ONU et la communauté internationale, veut incarner le rassemblement pour sortir le pays du chaos. Les autorités libyennes non reconnues basées à Tripoli ont cédé le pouvoir, mardi 5 avril, au gouvernement d’union nationale. Ce dernier veut se poser comme une force de rassemblement pour sortir le pays du chaos. France 24

Les combats à Brazzaville ont fait au moins 17 morts selon les autorités
Au moins 17 personnes ont été tuées dans les affrontements de lundi à Brazzaville, deux semaines après la réélection contestée du président congolais Denis Sassou-Nguesso, ont annoncé mardi les autorités du Congo-Brazzaville. Le gouvernement congolais a affirmé mardi 5 avril que les violences ayant poussé la veille des milliers d’habitants à fuir les quartiers sud de Brazzaville avaient fait 17 morts. Brazzaville a accusé un ancien chef de milice, Frédéric Bintsamou, d’être personnellement impliqué dans ces troubles. France 24

Gabon : l’ex-président de l’Assemblée annonce sa candidature à la présidentielle
Le président démissionnaire de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, a annoncé mardi à Libreville sa « candidature solennelle à la présidentielle » prévue au second semestre 2016 au Gabon. Figure politique bien connue dans le pays, président de l’Assemblée depuis bientôt 20 ans, M. Nzouba Ndama a également annoncé à Libreville devant plusieurs centaines de sympathisants sa décision de se « mettre à l’écart » du Parti démocratique gabonais (PDG), au pouvoir. L’ancien patron de l’Assemblée se présentera face au président Ali Bongo Ondimba, candidat à un deuxième mandat. L’ancien président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, et un ancien Premier ministre d’Ali Bongo, Raymond Ndong Sima, ont également annoncé leur candidature à la présidentielle. Le scrutin à un seul tour, dont la date n’a pas été officellement annoncée, devrait se tenir fin août, ont affirmé à l’AFP plusieurs sources proches de la présidence. Africa No1

Les très chers voyages du président Kenyatta
Pour le grand départ vers Paris, ce dimanche 3 avril, le protocole a déplié le tapis rouge. Sur le tarmac, face à l’avion présidentiel, se tiennent le ministre de l’intérieur, Joseph Nkaissery, le chef d’état-major des armées, le général Samson Mwathethe, ainsi qu’une flopée d’officiels alignés au garde-à-vous. Tous sont venus pour un « au revoir » au chef de l’Etat, Uhuru Kenyatta, et à son épouse, en partance pour la France jusqu’au mercredi 6 avril, voyage qui sera suivi d’une visite en Allemagne. Le président kényan ne sera pas absent très longtemps : il devrait rentrer à Nairobi dès vendredi. Le Monde

Maroc : la méthode d’un média proche du palais pour « dégonfler » les scoops gênants
En vocabulaire militaire, on appelle cela une « frappe préventive », consistant à tirer le premier en cas d’attaque imminente. Pour le site marocain Le360, c’est devenu une méthode, presque une habitude, qui a démontré son efficacité. Le 7 mars 2016, près d’un mois avant la date du 3 avril retenue par des médias du monde entier pour publier les révélations des « Panama papers », le site réputé proche du palais surprend son monde en publiant un article intitulé « Les dessous d’une enquête bidon sur deux biens appartenant au roi ». En réalité, un pamphlet visant nommément Will Fitzgibbon, un des reporters d’ICIJ, le consortium international de journalistes d’investigation qui coordonne l’enquête à laquelle participe Le Monde sur les 11,5 millions documents issus de la firme panaméenne Mossack Fonseca. Le Monde



Photo: Adam Jones