Revue de Presse du 5 septembre 2018

Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour son deuxième mandat
Au Mali, plus de trois semaines après le second tour de la présidentielle, Ibrahim Boubacar Keïta a été investi ce matin pour un second mandat à la tête du Mali. Il a prêté serment devant la Cour suprême du pays. La cérémonie de prestation et d’investiture s’est déroulée dans la grande salle du palais de la culture Amadou Hampâté Bâ de Bamako. Le président malien était tout de blanc vêtu. Le procureur de la Cour suprême l’a invité à se lever : « Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta, vous avez la parole ». Il a alors prêté serment : « Je jure devant dieu et le peuple malien de préserver en toute fidélité le régime républicain, de respecter et de faire respecter la Constitution et la loi ». RFI

Libye: l’ONU annonce un accord de cessez-le-feu près de Tripoli
La mission de l’ONU en Libye (Manul) a annoncé mardi la signature d’un accord de cessez-le-feu entre les groupes armés impliqués dans les combats près de la capitale libyenne qui ont fait au moins 50 morts depuis le 27 août. Après une nouvelle journée de violents affrontements au sud de la capitale, les combats marquaient une pause en début de soirée mais il n’était pas possible de vérifier dans l’immédiat si l’accord était totalement respecté par les nombreux belligérants. La semaine dernière, un accord de cessez-le-feu annoncé par des dignitaires n’avait été respecté que pendant quelques heures. « Sous l’égide de l’envoyé spécial de l’ONU en Libye Ghassan Salamé, un accord de cessez-le-feu a été conclu et signé aujourd’hui pour mettre fin à toutes les hostilités, protéger les civils et sauvegarder les biens publics et privés », a annoncé la Manul. TV5

Violences à Tripoli : l’Italie fait porter le chapeau du chaos à la France
L’Italie accuse la France d’être responsable du chaos libyen, alors que des affrontements ont ensanglanté la capitale Tripoli. Le doute plane plus que jamais sur la tenue d’élections en décembre, voulues par Paris. « L’Italie doit rester acteur du processus de stabilisation en Méditerranée. Je suis personnellement disponible pour courir quelques risques et y retourner bientôt », a déclaré mardi 4 septembre le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, sur Twitter. « Y retourner bientôt » désigne un voyage à Tripoli, la capitale libyenne, en proie depuis une semaine à des combats meurtriers. La mission onusienne à Tripoli a annoncé mardi soir la fin des hostilités et un accord arraché aux factions armées. France 24

Nigeria : défection au sein du principal parti d’opposition
Principale formation de l’opposition, le Parti démocratique du peuple (PDP) vient d’enregistrer un départ. Celui d’Ibrahim Shekarau, ancien gouverneur de l’État de Kano au nord du Nigeria. Qui dit qu’au Nigeria, il n’y a que des membres du All Progressives Congress (APC), parti au pouvoir qui ont le droit de claquer la porte de leur formation ? Quiconque oserait l’affirmer sera très vite contredit par Ibrahim Shekarau. L’annonce a été faite ce mardi 4 septembre par le conseiller à la communication de l’ancien gouverneur de l’État de Kano au nord du Nigeria, dans un entretien avec le quotidien « Daily Trust » et la chaîne « Freedom Radio ».  Africa News

Amnesty dénonce des cas de tortures au Soudan du Sud 
Amnesty International soutient que des centaines de personnes ont été victimes de torture. L’ONG indique que des centaines de personnes ont été arrêtées et torturées par les autorités sud-soudanaises pendant la guerre civile qui a débuté en 2013. Le groupe de défense des droits de l’homme a déclaré que beaucoup d’entre eux étaient des détenus politiques accusés d’être proche de l’opposition. Un nombre important de ces détenus ont été victimes d’agressions sexuelles. Amnesty évoque également des cas de disparitions forcées.  BBC

Mauritanie: les observateurs de l’UA rejettent les accusations de fraudes
En Mauritanie, on est toujours dans l’attente des résultats des élections législatives, régionales et locales qui se sont tenues ce samedi. L’opposition dénonce des fraudes massives, des accusations rejetées hier par les observateurs de l’Union africaine qui tenait lundi soir une conférence de presse. Le chef de cette mission, Albert Pahimi Padacké estime « prématuré de dire qu’il y a eu des fraudes massives qui impacteraient négativement le scrutin » : « Le scrutin s’est relativement bien passé. Globalement il y a eu un enjouement important de la classe politique. La population a été massivement mobilisée pour le scrutin ». RFI

Rwanda: l’opposition entre au Parlement
Un parti rwandais d’opposition va entrer au Parlement à l’issue des législatives de lundi, selon des résultats provisoires publiés mardi, une victoire symbolique qui ne remet toutefois pas en cause l’hégémonie du président Paul Kagame et de sa formation. Le Parti démocratique vert de Frank Habineza, seul parti d’opposition toléré, a obtenu 5% des suffrages, soit le minimum requis pour siéger au Parlement, selon des résultats publiés mardi soir par la Commission électorale. Le parti de M. Habineza obtient ainsi deux sièges de députés sur les 80 que compte la chambre basse du Parlement de ce pays dirigé d’une main de fer par Paul Kagame et son parti, le Front patriotique rwandais (FPR). Cinquante-trois des 80 sièges étaient mis en jeu aux législatives de lundi, lors desquelles quelque 7 millions de Rwandais ont voté. Les 27 sièges restants sont réservés aux femmes, aux jeunes et à des handicapés physiques élus par des conseils, comités et organisations spécifiques. TV5

Mack Sall rejette les critiques sur la dette africaine et la Chine
Le président sénégalais a appelé l’Afrique à ne « pas avoir la conscience perturbée » par les critiques occidentales contre la dette des pays africains vis-à-vis de Pékin, assurant que ce dossier était « parfaitement maîtrisé ». M. Sall s’exprimait lors de la conférence de presse finale du 7e Forum sur la coopération sino-africaine (Focac). Ce sommet diplomatique et commercial a réuni pendant deux jours des dirigeants de 53 pays africains. « Tout ce que nous faisons avec la Chine – j’insiste là-dessus – est parfaitement maîtrisé, y compris le volet financier, le volet de la dette », a souligné Macky Sall, dont le pays hérite de la coprésidence tournante du Focac.  VOA

Le parti de Bemba envisage des actions de « grande envergure »
Le parti de Jean-Pierre Bemba a menacé d’opter pour « des actions citoyennes de grande envergure », au lendemain d’une décision de la Cour constitutionnelle l’écartant de la course à la succession du président Joseph Kabila en République démocratique du Congo. Dans son arrêt rendu lundi soir, la Cour constitutionnelle a exclu par une décision définitive M. Bemba de la liste des candidats à l’élection présidentielle du 23 décembre, en raison de sa condamnation par la Cour pénale internationale (CPI) pour subornation des témoins. « A ce jour, personne ne pourra reprocher (au Mouvement de libération du Congo, MLC) une inclinaison active vers des actions citoyennes de grande envergure », a déclaré sa secrétaire générale Eve Bazaiba.  VOA

Présidentielle à Madagascar : Mahafaly Solonandrasana, candidat « malgré lui »
Et de trois ! Après Jean Ravelonarivo le 4 août, puis Jean Omer Beriziki douze jours plus tard, c’est Olivier Mahafaly Solonandrasana qui, le 21 août, a confirmé sa candidature aux élections présidentielles de cette fin d’année, devenant ainsi le troisième ancien Premier ministre à se lancer dans la course à la magistrature suprême. L’annonce n’a pas surpris grand monde à Madagascar. Même s’il assurait encore en mars, ne pas vouloir y aller, les tractations au sein du HVM ces derniers mois, et plus encore sa démission le 4 juin sur injonction de la Haute cour constitutionnelle (HCC), l’ont convaincu de se lancer.  Jeune Afrique

Sénégal: la police empêche un nouveau rassemblement d’opposants sans violences
La police sénégalaise a empêché lundi un nouveau rassemblement d’opposants au président Abdoulaye Wade à Dakar, sans donner lieu aux débordements des jours précédents marqués par la répression violente de manifestations interdites. Au total, selon des sources concordantes, six personnes (dont deux depuis vendredi) sont mortes dans des violences liées à la contestation, depuis fin janvier, de la candidature de M. Wade, 85 ans dont 12 au pouvoir. Deux ONG de défense des droits de l’Homme ont évoqué « neuf morts et des dizaine de blessés » pendant cette période et dénoncé « l’usage disproportionné de la force ». Le Mouvement du 23 juin (M23), coalition de partis d’opposition et d’organisations de la société civile opposés à la candidature du président Abdoulaye Wade à la présidentielle de dimanche, avait appelé à manifester à nouveau Place de l’Indépendance, dans le centre-ville. La Depeche

L’Agence française de développement change de dimension 
‘Agence française de développement, l’AFD, va recevoir l’an prochain un milliard d’euros à dépenser sous forme de dons. Au-delà de cette enveloppe qui entre dans le cadre d’une politique visant à consacrer 0,55% du revenu national à l’aide, d’ici la fin du quinquennat, c’est toute la politique d’aide bilatérale qui se renforce et l’AFD change de dimension. C’est un cadeau d’un milliard d’euros qu’a apporté à l’Agence française de développement le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, venu débattre ce lundi de la nouvelle politique d’aide de la France. Au moment où la Chine attire chez elle les dirigeants africains, Paris veut redonner du poids et de la visibilité à son action. Un milliard d’euros supplémentaires sous forme de dons pour 2019, un geste qui sera suivi d’autres, Emmanuel Macron souhaitant porter l’aide à 0,55% du PNB. Dans l’esprit des dirigeants, l’AFD en pleine mutation redevient le canal privilégié de l’aide bilatérale. RFI

Au Botswana, polémique autour de la mort d’éléphants et de la lutte antibraconnage 
Une centaine d’éléphants ont été retrouvés morts ces dernières semaines au Botswana victimes d’une vague meurtrière de braconnage, a affirmé mardi une ONG indépendante, vivement démentie par le gouvernement qui a crié à la tromperie. L’organisation Eléphants sans frontières (EWB) a affirmé avoir recensé 90 carcasses de pachydermes lors d’un recensement aérien conduit récemment avec le ministère botswanais de la Faune sauvage et des Parcs nationaux (DWNP). « Nous avons commencé notre recensement le 10 juillet et nous avons déjà dénombré 90 carcasses d’éléphants », a expliqué mardi à l’AFP le responsable de l’ONG, Mike Chase, « et nous retrouvons chaque jour plus d’éléphants morts ». La plupart ont été tués par « des balles de gros calibre », selon M. Chase, près de points d’eau de la célèbre réserve du delta de l’Okavango, dans le nord de Botswana. Slate

Londres admet que les expulsions de Chagos sont « honteuses »
Le Royaume-Uni a présenté ses excuses lundi devant la Cour internationale de justice (CIJ) pour les expulsions de Chagossiens. Les représentants du Royaume-Uni ont éprouvé du regret pour ce qu’ils qualifient de « manière honteuse » dont les résidents des îles Chagos ont été expulsés de ce territoire situé dans l’océan indien. Le Royaume-Uni a toutefois insisté sur le fait que Maurice a eu tort de porter le différend relatif à la souveraineté des îles Chagos devant la Cour internationale de justice (CIJ), estimant que l’affaire était « purement bilatérale ». Au début des années 70, le Royaume-Uni a expulsé près de 2.000 résidents des Chagos à Maurice et aux Seychelles pour ensuite installer une base militaire stratégique. BBC

 



Photo: Adam Jones