Revue de Presse du 5 juillet 2018

Maitriser la classe armée dominante au Soudan du Sud
L’existence d’une « classe armée » —caractérisée par la fusion entre les dirigeants du secteur de la sécurité avec ceux qui dominent la politique, l’ethnicité et les classes sociales—est au cœur du système de gouvernance prédateur qui s’est implanté au Soudan du Sud. Pour changer cette trajectoire, il faudra redéfinir les rôles des responsables de la politique et de la sécurité. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Soudan du Sud: le gouvernement veut prolonger de 3 ans le mandat de Salva Kiir
Le mandat du président Salva Kiir devrait être prolongé de trois ans. Le gouvernement a présenté au Parlement une loi qui étendrait le mandat des autorités de transition, c’est-à-dire du chef de l’État, mais également des députés. Et ce sans avoir recours à des élections, rendues impossibles jusqu’à présent par la guerre civile. Une première mouture a été débattue par les députés ce lundi 2 juillet. Et le texte devrait être adopté d’ici la fin du mois. RFI

Elections au Zimbabwe: l’armée promet de rester neutre
La promesse a été faite par un porte-parole militaire mercredi 4 juillet lors d’une des rares conférences de presse de l’armée. Il faut dire que la tension monte à quelques semaines des élections générales, les premières sans l’ex-président Robert Mugabe. Le nouveau chef de l’Etat Emmerson Mnangagwa répète depuis des mois que les élections du 30 juillet seront « libres » et « équitables ». « Les forces de défense du Zimbabwe ne jouent aucun rôle direct dans les élections », a assuré le porte-parole de l’état-major, lors d’une conférence de presse. RFI

L’inscription de Karim Wade sur les listes électorales rejetée
Au Sénégal, la direction générale des élections a rejeté l’inscription sur les listes électorales de Karim Wade, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade et candidat déclaré du Parti démocratique sénégalais. Avec la nouvelle constitution en vigueur au Sénégal, l’inscription sur les listes électorales est une conditions obligatoire pour être candidat à la présidence. Ce rejet est justifié par l’article L31 du code électoral sénégalais qui stipule qu’un individu condamné à une peine de prison de cinq ans ou plus ne peut devenir électeur. Karim Wade a été gracié en juin 2016 après trente-huit mois de prison par le président Macky Sall. En mars 2015, il avait été condamné par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) à six ans de prison ferme et plus de 200 millions d’euros d’amendes. BBC

Souad Abderrahim, première femme à la tête de la mairie de Tunis
Souad Abderrahim, tête de liste du parti islamiste Ennahdha lors des récentes élections municipales, est la première femme élue maire de Tunis, la capitale tunisienne. Membre du bureau politique du parti islamiste Ennahdha mais qui se définit comme indépendante, Souad Abderrahim, a été élue mardi matin. C’est une première pour une femme dans la capitale tunisienne. Les nouveaux conseillers municipaux ont élue Mme Abderrahim avec 26 voix contre 22 pour son principal adversaire, Kamel Idir. Son rival, un ancien responsable sous le régime de Ben Ali, était la tête de liste du parti Nidaa Tounès, fondé par le président Béji Caïd Essebsi et actuel allié d’Ennahdha au niveau national.  BBC

Au Mali, 24 candidatures validées
Au Mali, la Cour constitutionnelle a publié la liste officielle des 24 candidats retenus pour la présidentielle du 29 juillet prochain. Selon Alou Diawara, correspondant de la BBC à Bamako, trente candidatures avaient été déposées mais la cour a rejeté six dossiers. Le président sortant Ibrahim Boubacar Keita est en course pour sa propre succession. Djénébou Ndiaye Kanté est la seule femme candidate à la présidentielle. BBC

Mali : découverte des corps de voyageurs perdus dans le désert
Ces 19 personnes se trouvaient dans un véhicule de transport qui avait quitté Bordj Mortar (Algérie) pour Tombouctou (Mali). Depuis dix jours, les voyageurs étaient perdus dans le désert malien ; ils ont été retrouvé morts de soif samedi 30 juin près d’Arawane. Certains partaient rendre visite à leurs familles; une jeune dame était à Alger pour se faire soigner. Il y avait aussi des candidats à l’immigration rentrant au bercail. C’est un vent de sable qui les a détournés de la bonne direction. Le chauffeur a fait de 40 à 100 km de route sans aucun point d’eau. Les parents des voyageurs ont passé deux semaines sans nouvelles, alors que le bus se trouvait à quelque 140 km de Tombouctou, dans le désert d’Arawane. VOA

Macron sur France 24 – RFI : « Le sujet des migrations naît d’une crise africaine »
Dans le cadre d’une tournée en Afrique, le président français, Emmanuel Macron, a accordé un entretien exclusif à France 24 et RFI depuis l’Alliance française de Lagos au Nigeria. Compte-rendu de l’interview accordée à Claudy Siar. « Le sujet de l’immigration est un des grands défis politiques d’aujourd’hui et des prochaines années, parce qu’il ne s’arrêtera pas. » Le président français, Emmanuel Macron, dans une interview accordée à France 24 et RFI depuis l’Alliance française de Lagos au Nigeria – où il a inauguré un centre culturel –, aborde le sujet des migrations dans sa globalité. En commençant par ce qu’il estime en être l’origine : « Ce défi, il plonge l’Europe dans une crise morale et politique, et il naît, il faut bien le dire, d’une crise africaine », explique-t-il. France 24

Le Soudan déplore le nouvel avertissement aux voyageurs émis par Washington
Les autorités soudanaises ont déploré le nouvel avertissement aux voyageurs publié par les Etats-Unis, qui appellent les citoyens américains à ne pas se rendre au Soudan en invoquant des attaques potentielles de « groupes terroristes » contre des étrangers. Le nouvel avertissement du département d’Etat a été publié lundi sur le site de l’ambassade des Etats-Unis à Khartoum. Il remplace un précédent émis en octobre 2017, quelques jours après la levée par Washington de sanctions commerciales imposées au Soudan depuis 1997. « Des groupes +terroristes+ continuent à tramer des attaques au Soudan, particulièrement à Khartoum », affirme le nouvel avertissement américain. « Les terroristes pourraient attaquer sans prévenir des structures gouvernementales locales et étrangères, ainsi que des lieux fréquentés par des Occidentaux ». VOA

RDC : cinq ans de prison requis contre Bemba pour subornation de témoins, la défense plaide la relaxe

Lors de la présentation de ses arguments complémentaires devant la CPI, le bureau du procureur a requis, mercredi 4 juillet, cinq ans de prison et une « amende conséquente » contre Jean-Pierre Bemba dans l’affaire qui le vise pour subornation de témoins. Me Kweku Vanderpuye n’en démord pas. Malgré l’acquittement de Jean-Pierre Bemba dans l’affaire principale pour laquelle il avait été condamné, le premier substitut de la procureure Fatou Bensouda s’est évertué, ce 4 juillet, devant la chambre de première instance VII de la Cour pénale internationale (CPI), à démontrer que l’accusé et ses deux complices ont « mis en œuvre un plan élargi » de subornation de témoins qui a, selon lui, influencé la décision des juges d’appel. Jeune Afrique

Algérie : Bouteflika limoge le patron de la gendarmerie nationale
Après le limogeage du chef de la police Abdelghani Hamel, c’est au tour du patron de la gendarmerie nationale, le général-major Menad Nouba, d’être démis de ses fonctions, a annoncé ce mercredi 4 juillet le ministère algérien de la Défense. Dommage collatéral de l’affaire des 701 kilos de cocaïne, qui tourne à l’affaire d’État. Le patron de la gendarmerie nationale, le général-major Menad Nouba, a été démis de ses fonctions mercredi 4 juillet, annonce un communiqué officiel du ministère algérien de la Défense. Jeune Afrique

Mozambique: suspension de l’organisation des élections locales d’octobre
L’organisation des élections locales prévues en octobre au Mozambique a été suspendue pour cause de divergences entre le gouvernement et l’ex-rébellion devenue opposition, la Renamo, a annoncé mercredi la Commission électorale. « Nous n’avons pas de loi pour organiser le scrutin. Attendons donc que le Parlement vote cette loi et nous rétablirons alors les élections », a déclaré devant la presse le porte-parole de la Commission, Paulo Cuinica. Le président Filipe Nyusi et la Renamo s’opposent depuis plusieurs semaines sur la date à laquelle l’ex-rébellion pourrait procéder à la « démilitarisation » de ses combattants qui ont pris le maquis dans le centre du pays. TV5

Malawi: le vice-président candidat à la présidentielle de 2019
Le vice-président du Malawi, Saulos Chilima, en rupture de ban avec le chef de l’Etat Peter Mutharika, dont il dénonce la corruption, a annoncé mercredi soir qu’il le défierait lors de l’élection présidentielle prévue en mai 2019. « Je suis prêt à entrer dans la course. Si nous suivons un processus transparent et démocratique, je présenterai ma candidature », a déclaré M. Chilima lors d’un entretien très attendu accordé à la radio Zobiak. « Dans les dix jours je dirai si je me présente seul en tant que candidat indépendant ou au nom d’une alliance ou d’une grande coalition », a-t-il précisé. Membre du Parti démocratique progressiste (DPP, au pouvoir), Saulos Chilima, 45 ans, a été élu vice-président sur le ticket de Peter Mutharika, vainqueur de l’élection présidentielle de 2014. TV5

 



Photo: Adam Jones