Revue de Presse du 5 avril 2017

RDC : Joseph Kabila annonce la nomination d’un nouveau Premier ministre d’ici 48 heures
Face à l’impasse politique en cours dans la mise en oeuvre de l’accord de la Saint-Sylvestre, Joseph Kabila, président de la RDC, a annoncé ce mercredi devant le Congrès que le Premier ministre serait « impérativement nommé dans les 48 heures ». Il n’a pas attendu longtemps avant de reprendre la main. Au lendemain des consultations de la classe politique qu’il a initiées, Joseph Kabila accélère. Le chef de l’État congolais a en effet indiqué, mercredi 5 avril, devant le Congrès, qu’il nommera d’ici vendredi un nouveau chef du gouvernement. « Comme relevé dans mon message de novembre 2016 et tenant compte du fait que le pays ne doit plus être l’otage d’intérêts personnels et de luttes de positionnement des acteurs politiques, le Premier ministre sera impérativement nommé dans les 48 heures », a déclaré le président de la République, dont le mandat est arrivé à terme le 19 décembre, sans que l’élection de son successeur ne soit organisée. Jeune Afrique

Rwanda et RDC signent un accord pour l’exploration pétrolière du lac Kivu
Y a t-il du pétrole dans le lac Kivu ? C’est la question à laquelle le Rwanda et la RDC souhaitent répondre. Les deux pays ont en effet signé ce mardi 4 avril à Rubavu dans l’ouest du Rwanda un accord de coopération portant sur l’exploration pétrolière dans ce lac de 2 700 km qu’ils se partagent. Selon la ministre rwandaise des Affaires étrangères, c’est un signe que les relations entre les deux voisins sont au beau fixe. Il semble bien loin le temps où la RDC accusait son voisin de jouer un rôle déstabilisateur dans le Nord-Kivu. RFI

RDC: l’Ocha s’alarme de l’aggravation de la situation dans le Kasaï
Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) en RDC s’alarme de la rapidité avec laquelle la situation humanitaire s’est dégradée dans le Kasaï, une région du centre du pays, hors des radars humanitaires et considérée comme relativement paisible il y a encore quelques mois. Depuis le mois d’août, les violences ont fait au moins 400 morts, poussé plus de 600 000 personnes à fuir leur foyer et le conflit continue de s’étendre. Désormais, ce ne sont plus trois, mais cinq provinces qui sont touchées : Kasaï-Central, Kasaï-Oriental, Kasaï, Lomami et Sankuru avec, selon Ocha, au moins 1,7 million de personnes affectées. RFI

Somalie: au moins sept morts dans une explosion à Mogadiscio
Au moins sept personnes ont été tuées et plus d’une dizaine blessées mercredi dans l’explosion d’un véhicule piégé dans le centre de Mogadiscio, a-t-on appris de source administrative et policière. « Sept civils ont été tués dans l’explosion et plus de 10 autres blessés », a déclaré à la presse un porte-parole de la capitale somalienne, Abdifatah Omar Halane. L’explosion a été causée par un véhicule piégé, près d’un restaurant situé aux abords du ministère de la Sécurité intérieure, dans le centre de Mogadiscio, selon un responsable de la police, Mohammed Ibrahim. « C’était une grosse explosion et j’ai vu des ambulances se précipiter (vers le lieu de l’explosion) et la zone a été bouclée par la police », a indiqué un témoin, Abdisalam Sharif. TV5

Mali : Les autorités intérimaires seront enfin mises en place
La réunion du comité de suivi de l’accord tenue mardi à Bamako a permis de débloquer la situation. C’est un groupe armé, le Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA), qui avait pris le processus en otage. Il a notamment déployé des éléments armés aux portes de Tombouctou pour y empêcher l’installation de ces autorités intérimaires. Le CJA réclamait son implication dans le processus. Une solution a été trouvée a assuré M. Ahmed Boutache président du comité de suivi de l’accord au micro de BBC Afrique. BBC

Le syndicat Cosatu appelle Zuma à démissionner
En Afrique du Sud, le principal syndicat Cosatu (Coalition of South Africa Trade Unions), partenaire du parti au pouvoir, a demandé au président Jacob Zuma de démissionner. Ce dernier fait face à une contestation de plus en plus importante après son remaniement ministériel qui a vu le départ du ministre des Finance Pravin Gordhan. La centrale syndicale est un partenaire historique de l’ANC au sein de l’alliance tripartite au pouvoir. BBC

Au Bénin, la « gifle » du parlement au président Patrice Talon
Le parlement béninois a créé la surprise, mardi 4 avril au soir, en refusant d’examiner le projet de révision de la Constitution, un projet phare du président, Patrice Talon, qui souhaite notamment la mise en place d’un mandat présidentiel unique. Soixante députés ont voté en faveur de l’étude du texte, 22 contre, et un s’est abstenu, alors que la majorité des trois quarts était exigée. La séance plénière, qui a duré toute la journée de mardi, a été l’objet de vifs débats entre les députés et a été interrompue à deux reprises. « C’est un échec pour le gouvernement, une gifle », a confié un député à l’AFP, sous couvert d’anonymat. « Voilà un problème de réglé », a soupiré le président du parlement à l’issue du vote, tard dans la soirée. Le Monde

Economie et lutte antiterroriste au coeur d’une visite de Cazeneuve à Alger
Le Premier ministre français Bernard Cazeneuve entame mercredi une visite de deux jours en Algérie axée sur le renforcement des partenariats économiques et la lutte antiterroriste. M. Cazeneuve est attendu en fin d’après-midi à Alger avant de se rendre jeudi soir en Tunisie. Les discussions avec le chef du gouvernement algérien Abdelmalek Sellal porteront sur les « grands dossiers régionaux et bilatéraux », a déclaré M. Cazeneuve dans un entretien au journal algérien Liberté. « Nous échangerons sur ce qui nous rassemble autour des enjeux méditerranéens et de notre collaboration dans la lutte antiterroriste. Sur ce sujet, notre mobilisation est essentielle. Notre réponse doit être ferme et coordonnée », a-t-il ajouté. VOA

Burkina Faso : 2 à 20 ans de prison requis contre une vingtaine de militaires
Le parquet militaire de Ouagadougou a requis mardi des peines allant de deux à vingt ans de prison à l’encontre d’une vingtaine de militaires burkinabè, jugés depuis une semaine pour « complot » après avoir attaqué un dépôt d’armes en janvier 2016. Ces militaires, dont une dizaine d’anciens membres du régiment de sécurité présidentielle (RSP), aujourd’hui dissous, sont accusés d’avoir attaqué le dépôt d’armes de Yimdi, à la sortie ouest de Ouagadougou, le 22 janvier 2016. Jeune Afrique

Burundi : une vidéo d’Imbonerakure menaçant d’ « engrosser » leurs adversaires provoque l’indignation
Une vidéo dans laquelle apparaissent des Imbonerakure, les jeunes affiliés au parti au pouvoir, menaçant « d’engrosser » leurs adversaires politiques fait le tour du web depuis lundi. Alors que certains crient au scandale, dénonçant une incitation au viol à peine voilée, le régime a dans un premier temps évoqué un grossier montage, pour finalement promettre une enquête disciplinaire. WhatsApp, Facebook, Twitter… La vidéo controversée se partage sans modération sur les réseaux sociaux les plus utilisés au Burundi, suscitant stupeur et indignation. Jeune Afrique

Burundi: le pouvoir accusé d’imposer des cotisations forcées
Le parti au pouvoir au Burundi, le CNDD-FDD, est accusé de faire payer des « cotisations forcées » pour financer entre autres la construction de permanences ou de monuments en son honneur, par des citoyens et des opposants qui évoquent un « racket ». Des membres de l’opposition et de la société civile, ainsi que de simples citoyens, contactés par l’AFP, ont dénoncé ce système de cotisations, utilisé selon eux dans tout le pays. Ces cotisations sont perçues pour aider au développement local, bâtir des écoles, ou encore au titre de la solidarité avec les communes affectées par la crise alimentaire. TV5

Gambie : enquêtes sur des dizaines de disparus du régime de Jammeh
La police gambienne a ouvert des enquêtes sur plus de 30 cas de disparitions durant les 22 ans de présidence de Yahya Jammeh, parti en exil en janvier, a affirmé à la presse un de ses responsables. « Trente-trois dossiers ont été constitués » à ce stade sur les disparitions sous l’ancien régime, dont le nombre est inconnu, a déclaré mardi ce responsable de la police, Babucarr Sarr. Sur ces dossiers, « nous avons environ sept cas dans lesquels nous avons beaucoup avancé jusqu’à présent », a ajouté M. Sarr, indiquant s’attendre à ce que d’autres cas soient découverts. Africa 1

En Guinée, l’ombre de la junte plane toujours sur la justice
Une procédure « discriminatoire et injuste », à l’encontre d’une « victime expiatoire ». Tels sont les arguments de Me Paul Yomba Kourouma pour réclamer la remise en liberté conditionnelle de son client, Aboubacar Sidiki Diakité, dit « Toumba ». Extradé du Sénégal le 12 mars, l’ancien aide de camp du président déchu Moussa Dadis Camara (au pouvoir de décembre 2008 à janvier 2010) est considéré comme l’un des principaux responsables du massacre du 28 septembre 2009 : rassemblées dans le stade de Conakry pour contester la junte au pouvoir, 157 personnes avaient été tuées par les forces de sécurité, et plus d’une centaine de femmes violées. L’une des pages les plus sanglantes de l’histoire de la Guinée. Le Monde

Quand la République du Sénégal appelle à la rescousse ses reines et ses rois
Ambiance majestueuse, ce vendredi 24 mars, à Oussouye, en Casamance, avec une concentration inédite de têtes couronnées et de boubous flamboyants. Une file de 4×4 s’aligne sur l’unique route goudronnée du village devant le bois sacré, résidence du roi. Mbagnick Ndiaye, le ministre sénégalais de la culture et de la communication, mais aussi le gouverneur, le préfet, le maire et un cortège de députés sont venus dans ce village du sud du pays pour rencontrer les reines, rois, prêtresses, responsables des fétiches et autres chefs coutumiers de la région. L’objectif ? « Instituer au Sénégal une chambre des chefs traditionnels », explique Oumar Badiane, chef de la Division du patrimoine culturel immatériel au sein du ministère, son sceptre serti d’une queue de vache à la main. Le Monde

«Les Sauteurs»: quand un migrant malien à Melilla se saisit de la caméra
Parmi les sorties de nouveaux films en salle ce mercredi, un documentaire à ne pas manquer «Les Sauteurs». Ce film, projeté l’an dernier au festival de Berlin, sort de l’ordinaire par son dispositif : c’est un immigrant malien qui filme ses conditions de vie à Gurugu, ce bois marocain dominant l’enclave espagnole de Melilla. Des documentaires sur les réfugiés prêts à tout pour franchir la frontière de l’Europe et qui se font refouler parfois très violemment du grillage à Melilla, on en a déjà vu beaucoup. On est saturés d’images, particulièrement télévisuelles. Mais ce que vous voyez dans Les sauteurs est totalement inédit : Estephan Wagner et Moritz Siebert ont confié une caméra à Abou Bakar Sidibé, un jeune Malien, et à un de ses amis pour qu’ils filment leur quotidien dans le campement de fortune dans la forêt marocaine. RFI

Tanzanie: John Magufuli, risée du web
Les Tanzaniens ont utilisé les médias sociaux pour se moquer de leur président John Magufuli et de son gouvernement après ses critiques contre la presse. La semaine dernière lors de la cérémonie d’installation du ministre de l’information et d’autres fonctionnaires- cérémonie retransmise en direct à la télévision nationale, le président Magufuli a demandé aux propriétaires de médias de faire attention à la façon dont ils utilisent leur liberté de presse. Le dirigeant tanzanien mettait également en garde les médias accusés de ne publier que des informations négatives dans le but de véhiculer une mauvaise image du gouvernement. BBC



Photo: Adam Jones