Revue de Presse du 5 août 2016

Réunion en Ethiopie sur la crise sud-soudanaise
Les dirigeants d’Afrique de l’Est ont décidé de se réunir ce vendredi à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, pour discuter de l’envoi d’une force d’intervention régionale au Soudan du Sud. Le gouvernement sud-soudanais est opposé à l’envoi de soldats étrangers dans son territoire. La force est-africaine prévue par les dirigeants de la région devrait venir en aide à celle d’environ 12 000 soldats déployée par l’ONU au Soudan du Sud. La force onusienne est jugée incapable de mettre fin aux récurrents affrontements entre l’armée gouvernementale et les rebelles dirigés par Riek Machar. Les Etats d’Afrique de l’Est jugent nécessaire d’intervenir militairement au Soudan du Sud après les combats entre l’armée et les rebelles, qui ont fait environ 300 morts et quelque 60 000 déplacés, le mois dernier. BBC

Soudan du Sud: l’ONU pointe les exactions de l’armée lors des violences à Juba
Au Soudan du Sud, les soldats de l’armée gouvernementale sont accusés d’avoir commis des exactions. Selon un communiqué du haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, daté du jeudi 4 août, les soldats sud-soudanais se sont rendus coupables de crimes lors des récents affrontements à Juba. Des viols, des meurtres, des pillages, les conclusions du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, sont accablantes pour l’armée sud-soudanaise. Les forces gouvernementales du président Salva Kiir ont combattu, du 8 au 11 juillet les ex-rebelles de l’ancien vice-président Riek Machar. D’après l’ONU, ces affrontements ont fait 300 morts, poussé 60 000 personnes à fuir le pays et mis en péril l’accord de paix signé en août 2015. Le haut-commissariat aux droits de l’homme l’assure. Les cas de violences sexuelles, répertoriés à Juba entre le 8 et le 25 juillet, s’élèvent à 217. RFI

L’armée tue un chef de l’EI de la filiale du Sinaï
L’armée égyptienne dit que Abu Duaa al-Ansari a été tué dans la province du Sinaï dans une série de frappes aériennes contre les djihadistes du groupe Ansar Beït Al-Maqdis qui s’est rallié à l’EI en 2014. Les frappes aériennes ciblaient les bastions des combattants près de la ville de El-Arish. L’insurrection dans le Sinaï est le mouvement islamiste le plus actif en Egypte. Les djihadistes de la filiale de l’EI ont commis des attaques meurtrières dans le Sinaï et le Caire. D’après l’armée égyptienne, le raid aérien a tué plus de 45 combattants, blessé des dizaines d’autres et détruit des caches d’armes. BBC

Romain Caillet: les deux tendances de Boko Haram, Shekau et al-Barnawi
Le groupe Etat islamique a désigné un nouveau chef à la tête de l’organisation islamiste Boko Haram, Abu Musab al-Barnawi . Boko Haram sévit dans le nord-est du Nigeria et dans les pays voisins, notamment le nord du Cameroun. Selon l’hebdomadaire officiel de l’organisation EI, al-Naba diffusé mardi soir, Abu Musab al-Barnawi a été désigné gouverneur de l’EI pour l’Afrique de l’Ouest. Mais le leader de Boko Haram Abubakar Shekau aurait affirmé, de son côté, dans un message audio être «toujours présent», malgré l’annonce de son remplacement par l’organisation Etat RFI reçoit Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes. RFI

Un combat pour la vie : Au Sénégal, combattre Ebola avec une plateforme SMS
Le dernier patient atteint d’Ebola au Sénégal a été guéri en septembre 2014. C’était aussi le seul qu’a connu le pays durant la récente épidémie qui a frappé bien plus durement ses voisins comme la Guinée, le Sierra Leone ou le Liberia, tuant 11 000 personnes en deux ans. Il faut dire que le Sénégal est un bon élève en matière de prévention épidémiologique, félicité à plusieurs reprises par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’efficacité et la rapidité de sa réaction contre le virus. Mais la menace Ebola n’est pas écartée. En Casamance, région qui jouxte la Gambie, la Guinée-Conakry et la Guinée-Bissau, la frontière est poreuse et les autorités redoublent de vigilance. En particulier depuis qu’en Guinée, huit cas ont été découverts en mars 2016, après l’extinction supposée du virus en décembre 2015. Différentes mesures sanitaires ont ainsi été prises avec l’appui de l’Unicef, en particulier le déploiement de l’application M-Ebola. Entretien avec Barnabé Gning, médecin chef de la région de Kolda, en Casamance. Le Monde

Un réseau de trafiquants de haschich marocain démantelé en Espagne
Onze membres d’un réseau de trafiquants qui expédiaient du haschich marocain vers la France, l’Italie et les Pays-Bas ont été arrêtés en Espagne et près de trois tonnes de drogue saisies, a annoncé vendredi la police espagnole. « Le réseau transportait de grandes quantités de haschich du Maroc vers la province de Malaga », dans le sud de l’Espagne, où il était emballé et dissimulé dans des doubles fonds de poids-lourds ou de fourgonnettes pour les expédier vers « des pays comme la France, l’Italie et la Hollande », a annoncé la police dans un communiqué. L’enquête a été menée en coopération avec les polices française et marocaine qui ont saisi la plus grande partie des 2,8 tonnes de haschich, précise le communiqué. Les nationalités des détenus n’ont pas été révélées. VOA

Tchad: Le pouvoir interdit les manifestations de l’opposition à l’investiture d’Idriss Deby
Au Tchad, le régime a interdit les manifestations de l’opposition lors de l’investiture d’Idriss Deby. Le Front de l’opposition nouvelle pour le changement (Fonac), -un regroupement de plusieurs partis politiques-,a prévu de manifester lundi prochain, lors de l’investiture d’Idriss Deby. Le Fonac a également appelé à la journée »ville morte » ce même jour, pour dénoncer ce qu’ il considère comme un « hold up »électoral du chef de l’État réélu dès le premier tour de la dernière élection présidentielle d’avril, par 61,56% de voix. Ahmat Mahamat Bachir, le ministre tchadien de la sécurité publique qui a interdit la manifestation, estime que les actions programmées par le Fonac « sont de nature à troubler l’ordre public, la quiétude de la population et à intoxiquer l’opinion nationale et internationale. Koaci

Attaque de Grand-Bassam: dix ans de prison ferme pour deux soldats ivoiriens
En Côte d’Ivoire, les deux militaires accusés de complicité dans l’attentat qui avait coûté la vie à 19 personnes sur la plage de Grand-Bassam ont été condamnés à 10 ans de prison ferme. Aucune circonstance atténuante n’a été retenue, leur avocat a annoncé qu’il allait faire appel. Dix ans de prison ferme pour les sergents Zanga Coulibaly et Brice Touré, deux militaires, deux amis, qui ont eu des contacts avec une tierce personne, le dénommé Sam, plus connu du grand public ivoirien comme étant Barry Battesti, le chauffeur du 4×4 que l’on a retrouvé à Grand-Bassam au lendemain de l’attentat du 13 mars. RFI

Benin : Talon, déjà des mécontents
Quatre mois après son élection à la tête du Bénin, l’homme d’affaires Patrice Talon fait face déjà à des mécontents tant au sein des populations que de la classe politique. Certains acteurs politiques reprochent au président béninois « une gestion cavalière sans boussole et axée sur la recherche de ses intérêts personnels et de ceux de ses proches ». Pour eux, il n’y aura pas de réelle rupture, seulement une autre équipe pour continuer la gestion du Bénin par un petit groupe qui s’enrichit au détriment du peuple. Et ce, après seulement un peu plus de 100 jours au pouvoir. VOA

RD Congo : l’UE exhorte Kinshasa à libérer des prisonniers politiques
L’envoyé de l’Union européenne (UE) pour la région des Grands Lacs a appelé jeudi à Kinshasa le gouvernement congolais à libérer des détenus politiques afin de faciliter le dialogue avec l’opposition en vue de la tenue de l’élection présidentielle. L’envoyé spécial de l’Union européenne pour la région des Grands Lacs, a appelé jeudi 4 août le gouvernement congolais à libérer des détenus politiques. Koen Vervaeke a plaidé en faveur d’un meilleur dialogue avec l’opposition en vue de la tenue de l’élection présidentielle. Le diplomate européen s’exprimait en marge d’une réunion du Groupe international de soutien de la facilitation et au dialogue politique en RD Congo, composé des représentants de l’ONU, de l’UE, de la Francophonie, de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). France24

Municipales en Afrique du Sud: l’ANC reconnaît sa défaite à Port Elizabeth
L’ANC a reconnu vendredi sa défaite aux élections municipales dans la ville de Port Elizabeth, face au principal parti d’opposition la DA, un revers historique pour le parti au pouvoir en Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid en 1994. « Nous acceptons que nous avons perdu », a déclaré vendredi Jackson Mthembu, le chef du Congrès national africain (ANC) au Parlement reconnaissant la défaite de son parti dans le grand port de l’océan Indien. Selon les résultats transmis par la Commission électorale, après le dépouillement de 98% des bulletins dans la métropole de Port Elizabeth, l’Alliance Démocratique (DA) obtient 46,6% des voix contre 41% à l’ANC. RTBF

Confessions d’experts du pillage de trésor public, en Afrique
Il n’y a, sans doute, pas meilleur moyen de comprendre l’ingénierie du détournement des deniers publics en Afrique que de passer ses protagonistes à la confession. Mis en confiance, dans un café, au bar d’un hôtel de luxe ou autour d’un repas arrosé, ces délinquants en cols blancs racontent par le menu leurs exploits de Kinshasa à Bamako, de Brazzaville à N’Djamena. En recoupant les confidences des pilleurs des deniers publics en Afrique subsaharienne, on s’aperçoit que les grandes manifestations nationales ou internationales sont pour eux des occasions en or massif pour s’adonner à leurs pratiques favorites. Le 14e sommet de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) en novembre 2012 à Kinshasa fut un exemple emblématique. Le Monde



Photo: Adam Jones