Revue de Presse du 4 octobre 2018

La politique de transition en Angola : Lourenço boucle sa première année à la tête du pouvoir
La première année de mandat de João Lourenço a été marquée par des réformes notables et la consolidation du pouvoir. Pour que les Angolais ordinaires en bénéficient, cet élan doit continuer, parallèlement à des contrôles institutionnels capables de freiner les excès du passé. L’ancien ministre de la Défense, devenu président de l’Angola en septembre 2017, avait deux priorités politiques pour sa première année : stabiliser l’économie et prendre le contrôle total de son parti, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA). Il a fait des progrès sur les deux fronts. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Afrique du Sud: un ministre affirme avoir été congédié par Zuma pour avoir refusé la corruption
Mercredi, le ministre des Finances d’Afrique du Sud a affirmé avoir été congédié par Jacob Zuma après avoir refusé d’appliquer des mesures profitables à la famille Gupta. Le ministre sud-africain des Finances a témoigné mercredi avoir été congédié il y a trois ans par l’ancien président Jacob Zuma pour avoir refusé d’appliquer des décisions profitables à la famille Gupta, au coeur des scandales de corruption dans le pays. « Je crois que j’ai été remercié à cause de mon refus de m’engager sur certains projets », a déclaré Nhlanhla Nene devant une commission chargée d’enquêter sur les affaires politico-financières qui ont précipité la démission de Jacob Zuma en février. BFMTV

Présidentielle à Madagascar: les comptes de campagne seront scrutés par une Commission
A Madagascar, le sujet du financement des campagnes électorales était au centre d’une rencontre entre gouvernement, société civile et candidats à la présidentielle. En avril dernier, une commission chargée du contrôle des comptes de campagne a été instaurée dans la nouvelle loi électorale. C’est cette commission qui sera chargée de vérifier les comptes de campagnes des candidats. Dépenses et recettes passées au peigne fin, contrôles inopinés, obligation d’ouvrir un compte unique de campagne et de nommer un trésorier, voici quelques-unes des contraintes à respecter pour les 36 candidats à l’élection présidentielle. En cas d’infraction, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et la Haute Cour constitutionnelle seront saisies. RFI

Une enquête “open source” de la BBC prouve la culpabilité de soldats camerounais
À partir d’outils en “open source” – c’est-à-dire publics –, la nouvelle cellule d’investigation de la BBC Afrique est parvenue à déterminer les circonstances d’un massacre de civils. Et ainsi à dédire le gouvernement camerounais, qui niait catégoriquement l’implication de ses soldats dans la tuerie. En juillet dernier, une vidéo montrant le massacre de plusieurs civils par des hommes en treillis a fait le tour du web. Ces individus, accusés de complicité avec le groupe terroriste Boko Haram, ont froidement assassiné plusieurs femmes et enfants devant la caméra. Ces images extrêmement violentes ont soulevé des interrogations : où le massacre a-t-il eu lieu, et quand ? Qui sont ces hommes en habits militaires ? Sont-ils vraiment soldats ? C’est précisément ce qu’Africa Eye, nouvelle cellule d’investigation de la BBC, chaîne publique britannique, a cherché à savoir dans son enquête “Anatomie d’un massacre” – disponible en intégralité et en anglais ici. Courrier International

Le Conseil de sécurité à Kinshasa pour s’assurer d’élections « libres »
Le Conseil de sécurité de l’ONU effectuera en fin de semaine une visite en République démocratique du Congo afin de s’assurer d’élections présidentielle et parlementaires « libres » le 23 décembre dans ce pays, sur fond de tensions entre les autorités congolaises et les Nations unies. L’ONU souhaite des « élections libres, justes et pacifiques », a déclaré mercredi l’ambassadeur néerlandais à l’ONU, Karel Van Oosterom, qui participe à ce voyage organisé par la Bolivie, présidente en exercice du Conseil en octobre, la France et la Guinée équatoriale. Les Etats-Unis ne seront représentés que par un chef de cabinet adjoint de la mission américaine. En juillet, l’ambassadrice américaine Nikki Haley n’avait pas eu de feu vert de Kinshasa pour se rendre à nouveau dans le pays après un premier déplacement en 2017, selon des diplomates. VOA

A Paris, des opposants congolais craignent pour leur vie
Passage à tabac, menaces téléphoniques, harcèlement des familles restées au pays: à Paris, des opposants déclarés au régime de Brazzaville vivent dans la crainte permanente de représailles, aiguisée par la révélation d’un projet d’assassinat contre l’un des leurs. L’affaire, encore obscure, rappelle des pages sombres des relations entre la France et l’Afrique: deux anciens agents de la DGSE, les renseignements extérieurs français, sont soupçonnés d’avoir projeté d’assassiner le général Ferdinand Mbaou, un farouche opposant au président congolais Denis Sassou Nguesso, réfugié en France depuis près de 20 ans. Ils ont été inculpés le 12 septembre à Lyon pour « association de malfaiteurs » et « détention d’explosifs ». Un troisième homme a été placé sous le statut de témoin assisté. TV5

Début d’une nouvelle grève « illimitée » dans l’enseignement en Guinée
Six mois après avoir mis fin à leur précédent mouvement, les enseignants guinéens sont repartis en grève « illimitée » mercredi pour réclamer l’augmentation du salaire minimum dans le secteur public de l’éducation. Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) a maintenu son mot d’ordre de grève pour mercredi, jour de la rentrée des classes, malgré des négociations avec le gouvernement qui n’ont pas abouti. « Il n’y a aucun enseignant, ce n’est pas bien, ni pour le pays, ni pour l’éducation, ni même pour l’humanité », a déclaré à l’AFP le proviseur d’un des plus grands lycées de Conakry, situé dans la banlieue de la capitale. « Nous ne pouvons qu’ouvrir les écoles et les classes que nous avons fait nettoyer, mais aller chercher les enseignants et les élèves chez eux n’est pas notre devoir », a-t-il ajouté.  VOA

Mozambique: procès de 200 jihadistes présumés
Au Mozambique, deux cents présumés jihadistes sont jugés à partir de ce mercredi. Ces détenus de la prison de Cabo Delgado sont accusés d’appartenir à un groupe qui sème la terreur depuis un an dans le nord du pays à la frontière tanzanienne. Le procès devrait permettre d’en savoir plus long sur ces présumés jihadistes. On les appelle des shebabs, les jeunes, en arabe, mais s’agit-il de shebabs somaliens ? Rien n’est moins sûr. Selon des analystes, ce groupe jihadiste, apparu il y a quatre ans à la frontière de la Tanzanie, serait principalement composé de Mozambicains, même si on trouve aussi des Somaliens dans ses rangs. RFI

Comores: rupture du dialogue entre gouvernement et union de l’opposition
Initiée par l’Union africaine à la demande des deux parties pour tenter de mettre fin à la crise politique que connaît le pays depuis des mois, la démarche n’a pu aboutir en raison de désaccords trop nombreux. L’union de l’opposition s’est retirée des débats mardi 2 octobre. Elle affirme ne pas être entendue, tandis que la mouvance présidentielle clame sa bonne volonté. Pour la mouvance présidentielle, pas question que la nécessité de la présence de l’union africaine tout au long du processus soit mentionnée dans le décret présidentiel encadrant le dialogue. « Un décret du président qui institue une commission dans laquelle on met l’Union africaine, c’est renoncer à la souveraineté du pays donc c’est du jamais vu », explique Houmed M’Saïdié, porte-parole de la mouvance présidentielle. RFI

Algérie : le président de l’Assemblée nationale suspendu au coup de fil d’Abdelaziz Bouteflika
L’imbroglio continue autour de la vraie fausse démission du président de l’Assemblée populaire nationale (APN) algérienne, malgré les démentis de ce dernier et des dispositions réglementaires pas si souples. La crise au sein de l’Assemblée populaire nationale (APN) se corse. Le chef du groupe parlementaire Nahda-Adala-Bina, Lakhdar Benkhellaf, a dénoncé mardi l’annulation par le ministère des Affaires étrangères d’une rencontre au Parlement entre l’association d’amitié algéro-japonaise qu’il préside et l’ambassadeur du Japon à Alger. Le député a récusé cette immixtion du département des Affaires étrangères dans le fonctionnement de l’APN. Il a aussi révélé que le président de cette institution, Saïd Bouhadja, devait recevoir ce mardi l’ambassadeur de la Tunisie, mais cette rencontre a également été annulée. Jeune Afrique

La force G5 Sahel prévoit des opérations contre des bases terroristes (Commandant)
Le commandant de la force du G5 Sahel, le général de division Hanena Ould Sidi a annoncé mardi à Ouagadougou, au Burkina Faso, que des opérations auront lieu incessamment contre les bases terroristes dans la zone d’intervention de cette force conjointe. « Depuis une semaine, l’Etat-major de la force se penche sur la planification d’opérations qui auront lieu incessamment », a indiqué le général mauritanien Hanena Ould Sidi, à l’issue d’une audience avec le ministre burkinabè de la Défense, Jean-Claude Bouda. Le G5 Sahel ou « G5S » est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, créé lors d’un sommet en février 2014 par cinq États du Sahel : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. « Nous comptons d’abord sur nous-mêmes. Les Etats du G5 Sahel comptent d’abord sur leurs propres moyens parce que le problème de la sécurité au Sahel est d’abord leur problème », a-t-il soutenu ajoutant que « les bonnes volontés qui peuvent venir par-ci par-là sont les bienvenues ».  Xinhua

Procès Gbagbo suspendu à La Haye, retour sur la chute de l’ex-président ivoirien
Le procès de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, poursuivi pour crimes contre l’humanité à la Cour pénale internationale, a été suspendu mercredi jusqu’au 12 novembre. Retour sur six moments clés qui ont mené à ce procès hors du commun. Le procès a finalement été suspendu, mercredi 3 octobre, jusqu’au 12 novembre. Après plus de deux ans d’audiences devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, et sept ans de détention, l’ancien chef d’État ivoirien Laurent Gbagbo devra donc attendre pour savoir s’il est jugé coupable de crimes contre l’humanité. Ses avocats avaient demandé un non-lieu total le 1er octobre.  France 24

Sahara occidental: l’ONU demande une prolongation d’un an de la Minurso
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé mercredi au Conseil de sécurité « de prolonger d’un an le mandat » de la force de paix Minurso au Sahara Occidental, afin de soutenir la reprise de négociations politiques début décembre à Genève. « Je recommande au Conseil d’étendre d’un an le mandat de la Minurso, jusqu’au 31 octobre 2019, afin de donner à mon émissaire l’espace et le temps nécessaires à la création de conditions permettant au processus politique d’avancer », a-t-il écrit dans ce document obtenu par l’AFP. « J’exhorte les parties et les voisins à venir à la table de négociations de bonne foi et sans préconditions », les 5 et 6 décembre en Suisse comme les y a invités l’émissaire Horst Kohler, ajoute-t-il. TV5

L’économie africaine sur la voie de la reprise, selon la Banque mondiale
La Banque Mondiale a dévoilé ce mercredi la 18ème édition de son rapport semestriel Africa’s Pulse qui analyse la conjoncture économique africaine. Selon l’institution, le continent continue sa reprise mais fait face à de nouveaux risques. La page de 2016, où l’Afrique a connu son taux de croissance le plus faible de la période récente (1,5 %), continue de se tourner. Après avoir connu une croissance de 2,3 % en 2017, la Banque Mondiale estime qu’elle sera de 2,7 % en 2018. Une légère augmentation par rapport à l’an dernier même si le taux reste en-deçà des prévisions du dernier rapport Africa’s Pulse du mois d’avril.  BBC



Photo: Adam Jones