Revue de Presse du 4 janvier 2018

L’Ethiopie va libérer des prisonniers politiques
Des membres de l’opposition éthiopienne emprisonnés vont être libérés et graciés. C’est une annonce surprise du gouvernement éthiopien ce mercredi. Les libérations permettront de « favoriser la réconciliation nationale », selon le Premier ministre, Hailemariam Desalegn. « Afin d’améliorer le consensus national et d’élargir le débat démocratique, la décision a été prise d’acquitter des hommes politiques et de les libérer de prison », a déclaré M. Hailemariam à la presse à Addis Abeba, selon des propos rapportés par la radio-télévision d’État Fana sur son site internet. BBC

Nigeria : 14 personnes tuées dans un attentat
Au moins 14 personnes ont trouvé la mort mercredi dans un attentat suicide attribué à Boko Haram dans l’Etat du Bornou. Les victimes se trouvaient dans une mosquée à la frontière avec le Cameroun quand un kamikaze fait exploser sa ceinture d’explosifs. Selon Umar Kachalla, membre d’une milice qui combat Boko Haram aux côtés de l’armée nigériane, le bilan de cet attentat pourrait s’alourdir. BBC

Ouganda: pourquoi ce silence international face à la réforme de Museveni?
En Ouganda, l’opposition au Parlement se prépare à déposer un recours devant la Cour constitutionnelle pour invalider la loi que le président Museveni vient de promulguer. Cette réforme constitutionnelle a notamment permis de lever la limite d’âge pour être candidat à la présidentielle. Concrètement, cela signifie que le chef de l’Etat ougandais, au pouvoir depuis 1986, pourrait se représenter en 2021 pour un nouveau mandat. Il aurait alors officiellement 77 ans. L’opposition ne conteste pas seulement le résultat, mais la procédure, parlementaires tabassés ou payés, des gardes armés envoyés dans l’hémicycle. Un passage en force face auquel la communauté internationale est restée globalement silencieuse. Un silence qui n’étonne ni l’opposition ni la société civile ougandaise. Pourquoi? Eléments de réponse. RFI

RD Congo : « L’Église catholique organise des actions de terrain »
France 24

Zambie : démission du chef de la diplomatie
Le chef de la diplomatie zambienne a annoncé sa démission dans un article cinglant sur Facebook, dénonçant « la corruption galopante qui constitue une honte » pour le pays. « Nous ne pouvons pas continuer de gérer les affaires du pays avec indifférence quand le niveau de corruption enfle et est pratiquée par ceux-là mêmes qui devraient la combattre », a affirmé Harry Kalaba mardi dans un message sur les réseaux sociaux. Cette décision est perçue par de nombreux analystes comme une tentative de mettre la pression sur le président Edgar Lungu, qui envisage de briguer un troisième mandat. BBC

Guinée équatoriale: affrontements mortels entre « mercenaires » et armée
Les forces de sécurité de Guinée équatoriale ont tué mercredi un « mercenaire » au cours d’affrontements dans une forêt équato-guinéenne aux frontières avec le Cameroun et le Gabon entre des « mercenaires » et l’armée, a indiqué la télévision d’Etat. Il n’a pas été mentionné combien de « mercenaires » étaient présents dans la forêt autour de la ville d’Ebibeyin, ni combien de temps ont duré les affrontements. Mercredi, Malabo avait confirmé l’échec d’un « coup d’Etat » préparé fin décembre par un groupe de « mercenaires » étrangers pour le compte de « partis de l’opposition radicale » de Guinée équatoriale. BBC

Guinée équatoriale: à la veille de Noël, un coup d’Etat manqué a visé le président
Un coup d’Etat a échoué en Guinée équatoriale, selon un communiqué du ministre de la Sécurité diffusé ce mercredi 3 janvier. Nicolas Obama Nchama accuse un groupe de mercenaires étrangers d’avoir voulu attaquer le chef de l’Etat, Teodoro Obiang Nguema, la veille de Noël. Dans un texte, lu à la radio d’Etat ce mercredi matin, le ministre de la Sécurité nationale affirme que des « mercenaires », dont le nombre n’est pas précisé, ont été arrêtés en Guinée équatoriale et au Cameroun. Nicolas Obama Nchama assure qu’ils avaient été recrutés par des militants de certains partis de l’opposition radicale, tant en Guinée équatoriale qu’à l’étranger. RFI

Tension entre le Maroc et le Front Polisario: la Minurso mobilisée
Après la réponse marocaine aux manœuvres militaires et les menaces du Polisario, des hommes armés du Polisario étaient présents, ce mercredi, dans la zone démilitarisée à Guergarat. Ils ont arrêté – quelque temps – des Marocains se rendant en Mauritanie pour un rallye, et il a fallu l’intervention de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) pour la réouverture de la route. Mais ces bruits de bottes cachent, selon la chercheuse et professeur en sciences politique, Khadija Mohsen-Finan, une volonté de sortir de l’immobilisme. RFI

Présumée «tentative de déstabilisation» du Burkina Faso: l’enquête se poursuit
Au Burkina Faso, l’enquête sur la présumée « tentative de déstabilisation » du pays se poursuit. Depuis l’interpellation de l’ex-ministre de la Sécurité sous la transition, plusieurs personnes ont été entendues et une perquisition a été menée au siège du centre dirigé par le colonel Auguste Barry. Depuis l’interpellation du colonel Auguste Barry, rien ne filtre véritablement au niveau de l’enquête sur cette affaire de « tentative de déstabilisation » du pays. Plusieurs personnes on été entendues par la gendarmerie. Le colonel Serge Alain Ouedraogo, ex-chef d’état-major adjoint de la gendarmerie a été auditionné, mais à titre de témoin, selon une source proche du dossier. Il es rentré chez lui après son audition. RFI

Quatorze morts et une quarantaine de blessés dans un accident de train en Afrique du Sud
Au moins Quatorze personnes ont été tuées et 180 blessées lors d’une collision jeudi entre un train et un camion survenue dans le centre de l’Afrique du Sud, selon un nouveau bilan communiqué par un responsable local. Selon des témoins, le train aurait percuté un camion, près de la ville de Kroonstad, dans le centre de l’Afrique du Sud, à environ 200 km au sud-ouest de Johannesburg. « Environ une quarantaine de personnes blessées et quatre morts dans un accident de train dans la région de Kroonstad », a indiqué le service de secours Netcare 911 sur son compte Twitter. VOA

Nigeria: manifestations contre des tueries perpétrées par des éleveurs nomades
Environ un millier de personnes ont envahi mercredi Makurdi, capitale de l’Etat de Benue, dans l’est du Nigeria, pour protester contre des tueries perpétrées par des éleveurs nomades peuls contre des cultivateurs, a-t-on appris de sources locales. « Un millier de jeunes se sont rassemblés ce matin, d’abord en bloquant l’autoroute, puis sur un rond-point de Makurdi en brûlant des pneus », a rapporté à l’AFP Helen Teghtegh, directrice d’une ONG locale, Community Links and Human Empowerment Initiative, qui s’associe au mouvement populaire. « Nous demandons à la présidence d’agir. Nous avons le sentiment que le président Muhammadu Buhari, qui est lui-même peul, aurait dénoncé ces massacres s’ils avaient été commis dans un Etat du nord », a-t-elle ajouté. Slate

Burundi: les raisons du regain de tension entre le pouvoir et Agathon Rwasa
Officiellement, Agathon Rwasa et sa coalition Amizero y’Abarundi, « L’Espoir des Burundais » sont au gouvernement depuis les élections contestées de 2015 au Burundi, et ne peuvent donc pas se prévaloir de l’opposition selon la Constitution du pays. Mais la réalité est tout autre depuis le début, d’autant qu’il est considéré comme l’un des principaux sinon le principal rival du président Pierre Nkurunzziza. Ces relations viennent de se tendre encore un peu plus cette semaine avec la décision du pouvoir de lui retirer sa garde militaire, officiellement pour le mettre au même niveau que des hauts responsables de son rang. Jeune Afrique

Coopération aux frontières de Gambie, Sénégal et de Guinée-Bissau
Les gouverneurs et maires des communes frontalières du Sénégal, Gambie et Guinée-Bissau étaient réunis à Bissau, puis à Ziguinchor pour promouvoir une approche transfrontalière qui prenne en charge l’épineuse question de vol de bétail. Le but de cette rencontre est surtout de mettre en place un réseau, créer une meilleure collaboration entre les décideurs et acteurs non étatiques, les ONG notamment, et contribuer ainsi à une paix durable dans la Sénégambie méridionale. RFI

RDC : récit de la répression policière du 31 décembre dans l’une des paroisses de Kinshasa
Trois jours après la répression sanglante des marches anti-Kabila, qui a fait cinq morts et 47 blessés selon un bilan provisoire de la Monusco, Jeune Afrique revient sur le déroulé de cette journée, dans l’une des paroisses de la capitale. Dès les premières lueurs du jour, une foule dense de fidèles se presse, ce dimanche 31 décembre, à l’intérieur de la paroisse Saint Dominique, dans la commune kinoise de Limete. « D’ordinaire, nous organisons cinq messes durant le week-end, explique à Jeune Afrique le vicaire Jean Nkongolo, qui officie dans la paroisse depuis septembre 2017. Mais, cette fois-ci, nous en avions prévu une seule. » Un accroc à la tradition, rendu nécessaire par l’organisation des marches dimanche, par l’appel du comité des laïcs catholiques. Jeune Afrique

Etre opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs
Le taux de mortalité lors des opérations chirurgicales est deux fois plus élevé en Afrique qu’en moyenne dans le monde, ont affirmé, mercredi 4 janvier, des chercheurs dans une étude mettant au jour un fléau rarement discuté. En théorie, la mortalité pourrait être moins élevée sur ce continent qu’ailleurs. Les patients y sont en effet plus jeunes et y subissent des interventions moins lourdes. Mais, d’après les auteurs de cette étude parue dans la revue médicale The Lancet, « près d’un patient sur cinq en Afrique a des complications après une opération ». Le Monde



Photo: Adam Jones