Revue de Presse du 4 avril 2017

RDC : à l’appel de l’opposition, la vie tourne au ralenti à Kinshasa et Lubumbashi
La vie tournait au ralenti lundi à Kinshasa et Lubumbashi, les deux principales villes de la République démocratique du Congo suite au mot d’ordre de « ville morte » de l’opposition pour exiger du président Joseph Kabila l’application de l’accord de cogestion du pays, ont constaté les journalistes de l’AFP. « Nous avons respecté le mot d’ordre de ville morte parce que nous souffrons beaucoup. Qu’il [le président Kabila] quitte le pouvoir, il a fini son mandat, nous ne voulons plus de lui », a assuré à l’AFP Mamie Biamba, une habitante de Kingasani, bouillant quartier populaire de l’est de Kinshasa. Le Monde

Dialogue politique en RDC : Chut ! Joseph Kabila consulte
Après l’échec des pourparlers directs entre la Majorité présidentielle (MP) et l’opposition, constaté le 27 mars par la médiation des évêques catholiques, place aux consultations informelles ! « Le chef de l’État, Joseph Kabila, a demandé à un petit noyau de ses collaborateurs, réunis autour d’Aubin Minaku, notre secrétaire général, de prendre contact avec le Rassemblement [principale plateforme de l’opposition] », a confirmé à Jeune Afrique Alain-André Atundu, porte-parole de la MP. Objectif : « déblayer » la voie afin qu’un Premier ministre de la transition et un président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) soient enfin choisis. Jeune Afrique

L’ONU découvre 13 nouvelles fosses communes aux Kasaï
Des enquêteurs de l’ONU ont découvert 13 nouvelles fosses communes dans le centre de la République démocratique du Congo où des violences meurtrières opposent les forces de l’ordre et une milice depuis septembre, a annoncé lundi à l’AFP le directeur du Bureau conjoint de l’ONU aux droits de l’Homme (BCNUHD). « Nous avons partagé avec les autorités la découverte de nouvelles fosses communes dans le Grand Kasaï. Le nombre est passé de 10 fosses communes à 23 dans le Kasaï, Kasaï-central et Kasaï-oriental », a déclaré José Maria Aranaz. « On n’a pas encore enquêté dans la province de Lomami, mais on continue le travail puisque l’existence d’autres fosses communes est signalée », a-t-il ajouté. VOA

L’agence Standard & Poor’s abaisse la note de l’Afrique du Sud
Quelques jours après le limogeage de Pravin Gordhan, le ministre des Finances respecté des milieux d’affaires mais rival de Jacob Zuma, l’agence de notation Standard and Poor’s a abaissé la note souveraine de l’Afrique du Sud à BB+, dans la catégorie spéculative. Cette annonce a aussitôt fait chuter le rand face au dollar. L’agence de notation Standard & Poor’s a indiqué ce lundi 3 avril avoir abaissé la note souveraine de l’Afrique du Sud à BB+, dans la catégorie spéculative, quelques jours après un vaste remaniement ministériel controversé qui a coûté son poste au respecté ministre des Finances, Pravin Gordhan. Jeune Afrique

Mali: faut-il négocier avec les djihadistes?
Le gouvernement malien a toujours été hostile à cette idée. Mais le rapport de la conférence précise que cette négociation préservera le caractère laïc de l’Etat. Sur la question de l’Azawad les assises de Bamako n’ont pas réussi à trouver un consensus entre ceux qui défendent le statut juridique et politique de l’Azawad et ceux qui soutiennent que le terme Azawad ne doit plus renvoyer à un projet politique. Le président Ibrahim Boubacar Keita a dit à la fin de cette conférence avoir enregistré les attentes qui lui sont adressées. BBC

Le nord du Mali doit-il s’appeler officiellement Azawad ?
À Bamako, la Conférence d’entente nationale a pris fin dimanche 2 avril. Parmi d’autres, les débats sur la question de l’Azawad ont divisé les participants qui donnent à cette appellation des interprétations bien différentes. À la clôture de cette conférence, le président de la République Ibrahim Boubacar Keita a annoncé qu’il désignerait prochainement deux comités d’experts et de sage. L’un pour travailler sur la crise que traverse le centre du pays et l’autre pour se pencher sur l’épineuse question de l’ « Azawad ». L’Azawad est le nom utilisé par les ex-rebelles, essentiellement touaregs, pour designer l’ensemble des régions du nord du Mali. Une appellation majoritairement rejetée par la population du sud du pays. Jeune Afrique

Conférence d’entente nationale au Mali: fin de la première phase
La première phase de la conférence d’entente nationale malienne s’est achevée dimanche à Bamako, sans que la question du statut de « l’Azawad », appellation donnée au nord par d’ex-rebelles, ne fasse l’objet d’un consensus, a constaté sur place l’AFP. Par ailleurs, dans les résolutions de la conférence, il a été demandé « d’engager des négociations avec le prédicateur radical Amadou Koufa, et le chef islamiste touareg Iyad Ag Ghalay » dans le cadre de la recherche des solutions pour le retour de la paix dans le nord du Mali. « Un comité d’experts doit se constituer pour discuter de la question de l’Azawad », a déclaré le président malien Ibrahim Boubacar Keita, dans son discours de clôture de la rencontre, reconnaissant que les débats de la conférence d’entente nationale n’ont pas permis de dégager un consensus. TV5

Ces soldats français perdus au fin fond du Sahara
« Lui, vous pouvez l’appeler vice-roi du Nord-Niger », s’exclame malicieusement un civil alors que nous descendons de l’avion et posons le pied dans le sable rouge du Sahara. L’homme dont il parle, c’est le capitaine Alban. À 32 ans, ce jeune officier du RICM (régiment d’infanterie chars de marine) de Poitiers commande la base avancée de Madama, en plein désert, à l’extrême nord du Niger. Avec ses 150 hommes et femmes, il surveille la route transsaharienne pour éviter que des djihadistes venus de Libye ne fondent sur le Niger ou sur le Tchad. Le Point

Côte d’Ivoire : « Chacun se bat pour être à la présidence de 2020 »
Le RHDP, alliance au pouvoir de deux grands partis ivoiriens, ne formera pas de groupe parlementaire dans la nouvelle Assemblée nationale, qui a fait sa rentrée lundi. La formation avait pourtant présenté une liste commune aux législatives. Finalement, ça sera bande à part. Alors que la nouvelle Assemblée nationale ivoirienne a inauguré lundi 3 avril sa première session, les députés du Rassemblement des républicains (RDR) du président Alassane Ouattara et ceux du Parti démocratique (PDCI), coalisés au sein d’une alliance, n’ont pas créé de groupe parlementaire unique. Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), né en 2010 de l’alliance stratégique entre Alassane Ouattara et l’ancien chef de l’État Henri Konan Bédié (PDCI), avait pourtant présenté une liste commune pour les législatives de décembre 2016, remportées haut la main avec 65 % des voix. France 24

Guinée équatoriale: pénurie d’essence dans le pays pétrolier
Pays d’Afrique centrale producteur de pétrole, la Guinée équatoriale connaît une pénurie d’essence qui a atteint ce lundi la capitale du pays Malabo, a constaté un correspondant de l’AFP. Le manque de carburant, dont la raison n’a pas été communiquée par les autorités, a débuté il y a une semaine dans la capitale économique Bata sur la partie continentale avant de toucher ce lundi l’île de Malabo. « Il n’y a pas de carburant, j’ai déjà fait une semaine sans pouvoir circuler », se plaint Rodrigo, chauffeur de taxi à Bata joint par l’AFP. A Malabo, les voitures s’alignent en longues files d’attente devant les stations essence, aux côtés de piétons venus s’approvisionner avec des bidons. TV5

Donald Trump reçoit l’Egyptien Sissi, « un type fantastique »
Le président américain, Donald Trump, accueille lundi 3 avril son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avec la volonté affichée de renforcer les liens et de mettre en sourdine les critiques sur les droits de l’homme de l’administration Obama. Pour l’homme fort de l’Egypte, qui fut l’un des premiers à féliciter chaleureusement le républicain lors de sa victoire surprise, le tête-à-tête dans le Bureau ovale aura une saveur particulière : il n’avait jamais été invité à la Maison Blanche par son prédécesseur démocrate. Le magnat de l’immobilier et l’ancien général, qui n’ont pas prévu de conférence de presse commune, s’étaient déjà rencontrés à New York, en septembre 2016, lorsque la campagne présidentielle américaine battait son plein. Donald Trump n’avait alors pas tari d’éloges sur son interlocuteur : « C’est un type fantastique. Il a pris le contrôle de l’Egypte, vraiment pris le contrôle. »  Le Monde

Plus de 150 migrants sauvés au large de la Libye
Plus de 150 migrants ont été secourus par les gardes-côtes libyens pendant le week-end alors qu’ils tentaient de traverser la Méditerranée clandestinement pour rejoindre l’Europe, a précisé, lundi 3 avril, un porte-parole de la marine libyenne. Les deux opérations qui se sont déroulées samedi et dimanche près de Zawia (45 km à l’ouest de Tripoli) et Sabratah (70 km à l’ouest de la capitale). Le responsable libyen n’a, cependant, donné aucun détail sur le point de départ des deux embarcations, mais les passeurs organisent généralement les départs depuis l’ouest de la Libye, à destination de l’Italie située à seulement 300 kilomètres. Le Monde

Inde: 44 diplomates africains protestent
Les diplomates de 44 pays africains ont protesté lundi contre les violences dont sont victimes les étudiants africains en Inde. Ces diplomates accusent l’Inde de ne pas prendre les mesures nécessaires face aux agressions racistes répétées contre leur communauté et de « ne pas suffisamment condamner » ces attaques à caractère « xénophobe et racial » Dans une lettre, les ambassadeurs africains ont estimé que, malgré la récurrence de violences racistes, le gouvernement indien n’a pas pris « de mesures dissuasives suffisantes et visibles ». BBC

Séisme de magnitude 6,5 au Botswana
Un séisme de magnitude 6,5 a frappé lundi le Botswana selon l’Institut américain d’études géologiques (USGS), une secousse ressentie dans plusieurs pays voisins, dont l’Afrique du Sud, selon plusieurs témoignages. Le tremblement de terre s’est produit vers 17H40 GMT (19H40 locales) à 238 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Gaborone, et à 11 kilomètres de profondeur, a précisé l’USGS. La secousse a été ressentie dans la capitale pendant une trentaine de secondes, selon un correspondant de l’AFP. Le bilan d’éventuels dégâts n’était pas encore connu lundi soir. TV5



Photo: Adam Jones