Revue de Presse du 4 août 2017

Les Rwandais aux urnes pour élire leur président
Les bureaux de vote ont ouvert au Rwanda où près de 7 millions d’électeurs inscrits ont à départager les trois candidats en lice pour ce scrutin présidentiel : Frank Habineza du parti démocratique vert ((DGRP), le seul parti d’opposition toléré, Philippe Mpayimana, candidat indépendant tout juste rentré d’exil et le président sortant, Paul Kagame, ultra-favori en lice pour un 3e septennat. RFI

RDC: 251 personnes, dont 62 enfants, victimes d’exécutions dans le Kasaï
Quelque 251 personnes, dont 62 enfants, ont été victimes d’exécutions sauvages entre mars et juin dans la région du Kasaï (centre de la République démocratique du Congo), perpétrées par des agents de l’Etat, des milices ou des rebelles, selon un rapport de l’ONU publié vendredi à Genève. Ce bilan a été dressé par une équipe d’enquêteurs du Haut-commissariat des droits de l’Homme de l’ONU sur les massacres ethniques dans la région du Kasaï, indique un communiqué du Haut-commissariat. Parmi ces 62 enfants exécutés, 30 avaient moins de 8 ans. Les exécutions ont été soit « extra-judiciaires » et commises par des agents de l’Etat, soit commises par des milices de tout bord ou des rebelles, selon l’ONU. « Ce qui est important pour nous, c’est le nombre d’exécutions », a indiqué une porte-parole du Haut-commissariat. Les exécutions ont été commises entre le 12 mars et le 19 juin, indique le Haut-commissariat, qui ajoute que sa Mission en RDC a recensé « au moins 80 charniers dans la région ». AfricaTime

L’ONU S’inquiète Des «Arrestations Et Détentions Arbitraires» En RDC
La Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a exprimé mercredi, sa profonde préoccupation face aux «restrictions imposées aux rassemblements pacifiques et les arrestations et détentions arbitraires» survenues lundi dernier, lors d’une journée de mobilisation de l’opposition contre le pouvoir du président Joseph Kabila. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC et chef de la Monusco, Maman Sidikou s’est déclaré dans un communiqué, «profondément préoccupé par les restrictions imposées aux rassemblements pacifiques et les arrestations qui frappent ceux qui voudraient exprimer leurs opinions politiques, ainsi que par le ciblage de journalistes et la confiscation de leurs matériels». Le Griot

Burkina Faso: Lancement d’un Programme d’urgence pour le Sahel pour contrer la pauvreté et les menaces terroristes
Le premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba a lancé, jeudi à Tongomayel dans la province du Soum (région du sahel), un Programme d’urgence pour le Sahel (PUS-BF) étalée sur trois ans et qui devra permettre de réaliser d’importantes infrastructures communautaires, réduire la pauvreté Search pauvreté et contrer la menace terroriste. D’un montant global de 455 milliards FCFA dont environ 88 milliards pour le second semestre de 2017, le programme d’urgence pour le Sahel (PUS) vise contribuer à l’amélioration de la sécurisation des personnes et des biens. Selon M. Thièba, ce programme est une « réponse adéquate aux problèmes de vulnérabilité », en ce sens qu’il permettra notamment la réalisation de 400 forages neufs, quatre (4) nouveaux barrages, 18.712 latrines familiales et 60 adductions d’eau potable simplifiée (AEPS). Estimée 1 184 208 habitants, selon un récent recensement, le taux d’accès à l’eau potable est de 54%. Koaci

Soudan : violences dans un immense camp de réfugiés
Des violences ont éclaté jeudi et des incendies étaient allumés au Soudan dans le plus grand camp de réfugiés de Soudanais du sud, qui abrite environ 50.000 personnes, apprend-on auprès de la police. « Nous avons des informations sur des incidents et des incendies dans le camp de Khor Al Waral », a déclaré à l’AFP le chef de la police de l’Etat du Nil Blanc (centre), le général Eltieb Gourashi. Il a précisé que de hauts responsables de l’Etat étaient en route pour le camp afin d’évaluer la situation, et en comprendre les causes. Le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) a déclaré être « au courant des perturbations » dans le camp. “Nous sommes en contact avec les autorités à Khartoum et avons fait savoir que nous tenons à ce que tous les efforts soient faits pour s’assurer du maintien d’un environnement pacifique », a déclaré le HCR dans un communiqué. AFP

Kenya: à l’approche du scrutin, les habitants des bidonvilles fuient Nairobi
Au Kenya, la tension monte à l’approche des élections générales du 8 août. Les populations des bidonvilles, les zones les plus en proie aux violences post-électorales, fuient l’agglomération et rentrent dans leurs régions d’origine. A Kawangware, les souvenirs des violences de 2007-2008 sont encore vivaces. Les bus en partance pour l’ouest du pays, traditionnel bastion de l’opposition, ne désemplissent pas. … En 2007, à Kawangware, des violences à caractère ethnique avaient opposé les tribus soutenant Mwai Kibaki, et celles soutenant Raila Odinga. Cette année, la peur de nouvelles violences pousse beaucoup d’habitants appartenant aux tribus favorables à l’opposition à partir. RFI

Guinée: Vaste manifestation à Conakry pour exiger la tenue des élections locales , un mort et trois blessés
Une grande manifestation de l’ opposition pour réclamer au Président Condé, la tenue des élections locales conformément aux accords de 2016 s’est déroulée mercredi à Conakry. A l’appel des partis de l’opposition , des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Conakry pour exiger du Président Alpha Condé le respect des accords signées en 2016 dans le cadre du dialogue national. Les points sur lesquels opposition et mouvance présidentielle s’étaient entendues le 12 octobre 2016 , concernaient notamment la tenue des élections locales reportées à maintes reprises. Avec à leur tête , le chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo et le député Pape Coly Kourouma, les manifestants ont traversé les communes de Ratoma et de Dixinn scandant des slogans hostiles au pouvoir. Koaci

Législatives au Congo : deux filles et un fils du président Sassou-Nguesso élus députés
Les résultats du second tour des élections législatives congolaises sont tombés. Sans surprise, le Parti congolais du travail a raflé la majorité absolue. Parmi les députés à défendre les couleurs du PCT à la future assemblée du pays figurent trois enfants du président congolais Denis Sassou-Nguesso. Parmi les enfants candidats du président Dénis Sassou-Nguesso pour les élections législatives au Congo, un seul a été «recalé». Deux filles et un fils du président congolais vont en effet siéger à la future Assemblée nationale du pays. Les résultats du deuxième tour du 30 juillet dernier, annoncés hier 2 août à la télévision publique par le ministre de l’Intérieur, confortent la famille du président. La Tribune

Référendum en Mauritanie: la police disperse des manifestants à coups de gaz lacrymogène
La police mauritanienne a dispersé jeudi à coups de gaz lacrymogènes des manifestants qui tentaient de protester à Nouakchott contre la tenue samedi d’un référendum sur un changement constitutionnel, à quelques heures du dernier grand meeting de campagne du président Mohamed Ould Abdel Aziz. La police est intervenue à Tevregh Zeina, dans l’ouest de la capitale, au moment où les manifestants, qui avaient répondu à l’appel d’une coalition de partis et mouvements opposés aux amendements constitutionnels, se réunissaient, a constaté un journaliste de l’AFP. Des faits similaires se sont produits dans deux autres départements de Nouakchott, Arafat (sud) et Dar Naim (nord), a indiqué le porte-parole de la coalition, Saleh Ould Henenna. … La modification de la Constitution soumise à référendum, que l’opposition radicale juge illégal, prévoit notamment la suppression de plusieurs institutions, y compris le Sénat. AFP

Togo: l’opposition manifeste pour réclamer des réformes démocratiques
L’opposition togolaise a manifesté sa colère dans les rues de la capitale, Lomé, ce jeudi 3 août. Elle dénonce les décisions unilatérales du gouvernement dans le cadre des réformes. Les opposants ont mis le pouvoir en garde. La foule a parcouru les artères de la capitale, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « la dictature se nourrit du silence et de l’inactivité », « nous exigeons la relecture de la loi portant création des communes », etc. Une manifestation, qui selon le professeur Komi Wolou, s’impose pour réclamer ce qui est évident aux yeux de tous. « Aujourd’hui, il y a presque une unanimité au sein de la population sur les réformes. » RFI

Zambie: Un opposant arrêté après une interview télévisée pour avoir critiqué le Président
Jeudi , la police zambienne a interpellé le leader d’une petite formation politique très critique du pouvoir, a annnoncé son parti. Savior Chishimba, leader du Parti progressiste uni (UPP) a été interpellé jeudi par la police zambienne à la sortie d’une interview sur la chaîne privée Diamond TV. Selon le porte parole du parti, l’opposant a été conduit à la station de police de Woodlands », un quartier de Lusaka. M .Chishimba avait critiqué la façon dont le président Edgar Lungu gouverne la Zambie et rappelé que le pays appartenait à tous ses citoyens. Koaci

Éthiopie : le Parlement lève l’état d’urgence
L‘Éthiopie vient de lever l‘état d’urgence, instauré dans le pays depuis octobre 2016. Le Parlement éthiopien, basé à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, a paris cette décision en s’appuyant sur un rapport de Siraj Fegessa, le ministre éthiopien de la Défense, qui a déclaré que la stabilité de l‘Éthiopie avait été suffisamment restaurée pour justifier la levée complète de la loi martiale. C’est le 09 octobre 2016 que le pays a instauré le premier état d’urgence d’une durée de six mois, en raison de manifestations anti-gouvernementales qui ont éclaté dans les régions Oromo et Amhara tout au long de 2016 et se sont intensifiées en octobre. AfricaNews



Photo: Adam Jones