Revue de Presse du 31 juillet 2018

Protections contre la traite des êtres humains: L’Afrique à la traîne
La traite des êtres humains est une entreprise annuelle de 13,1 milliards de dollars en Afrique. Avec la vague de migration vers la Méditerranée qui a commencé en 2014, des milliers de migrants se sont retrouvés victimes de la traite et à d’autres pratiques d’exploitation. Le Rapport sur la traite des personnes de 2018 du Département d’État américain examine le degré de conformité à la loi sur la protection des victimes de la traite (TVPA). Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Les deux principaux rivaux affirment être en tête au Zimbabwe
Les deux principaux candidats à la présidentielle au Zimbabwe, le chef de l’Etat Emmerson Mnangagwa et l’opposant Nelson Chamisa, se sont chacun félicités mardi d’être en tête des élections organisées la veille, les premières depuis la chute de Robert Mugabe après près de quatre décennies au pouvoir. Les résultats officiels des élections présidentielle, législatives et municipales, qui se jouent essentiellement entre la Zanu-PF, le parti aux commandes depuis 1980, et le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), n’ont pas encore été annoncés. Mais M. Chamisa, le jeune patron du MDC, a revendiqué dès mardi une « victoire éclatante ». VOA

Élections au Zimbabwe : l’opposant Nelson Chamisa revendique une victoire « éclatante »
Le leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a revendiqué mardi une victoire « éclatante » aux élections générales organisées la veille. Ce scrutin est le premier depuis la chute du président Robert Mugabe. « Victoire éclatante (…) Nous avons fait remarquablement bien », a tweeté Nelson Chamisa, en se basant sur un décompte des voix portant sur 10 000 bureaux de vote. « Nous sommes prêts à former le prochain gouvernement », a-t-il également déclaré. Jeune Afrique

Mali: les deux principaux candidats se disent en tête
La classe politique malienne saluait lundi la tenue du premier tour de l’élection présidentielle, pourtant perturbé par des attaques, le camp du président sortant l’annonçant « largement en tête » et celui de son principal rival pronostiquant un second tour entre les deux hommes. Les électeurs de ce vaste pays d’Afrique de l’Ouest étaient appelés à choisir entre le président Ibrahim Boubacar Keïta, 73 ans, et ses 23 concurrents, dont le chef de l’opposition, Soumaïla Cissé, 68 ans. La communauté internationale, présente militairement avec la force française Barkhane, qui a pris le relais de l’opération Serval déclenchée en 2013 contre les jihadistes, et avec les Casques bleus de l’ONU, attend du vainqueur une relance de l’accord de paix signé en 2015 par le camp gouvernemental et l’ex-rébellion à dominante touareg, dont l’application accumule les retards. TV5

Présidentielle au Mali: la délicate étape de la centralisation des résultats
Aucun chiffre n’est encore disponible au Mali après le premier tour de la présidentielle, ce dimanche. Pas d’indication sur la participation et encore moins sur les résultats. Et moins de 24 heures après la fermeture des bureaux de vote, le pays entre dans une phase délicate : l’heure est à la centralisation des résultats. L’opération de centralisation des résultats se passe bien, selon Bahamane Maïga, secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale. Il n’y pas eu d’incidents ou de retards excessifs. Jusque tard dans la soirée de dimanche, les accesseurs ont d’abord procédé au dépouillement des bulletins de vote. Maintenant, le grand défi est de regrouper tous ces résultats. RFI

RDC : opération reconquête pour Jean-Pierre Bemba
À la faveur de son acquittement par la CPI, l’ancien chef de guerre doit enfin rentrer en RDC. Objectif : la présidentielle, prévue le 23 décembre. « En dix ans, que l’on soit dehors ou enfermé dans une prison, personne ne reste le même. Mais j’ai été surpris de retrouver Jean-Pierre Bemba avec le même grand sens de l’humour. » C’est un visiteur du soir qui raconte ses retrouvailles avec l’ancien chef de guerre congolais, acquitté début juin, à la surprise générale, des chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI). Jeune Afrique

Grandes manœuvres avant la présidentielle en RDC
A près d’une semaine de la fin du délai pour le dépôt des candidatures à la magistrature suprême, la mouvance présidentielle se réunit autour de Kabila pour désigner son dauphin. Depuis samedi, le président Joseph Kabila consulte les principaux leaders de sa majorité. Quelques noms circulent déjà, mais rien d’officiel jusque-là. Du côté de l’opposition, l’ex vice-président Jean-Pierre Bemba annonce son retour à Kinshasa pour mercredi. Dans la foulée, l’opposant, récemment acquitté par la Cour pénale internationale, va déposer sa candidature pour la présidentielle de décembre prochain. BBC

Congo-Kinshasa: Retour annoncé de Moise Katumbi – Effet d’annonce ou annonce sans effet ?
En effet, dans une correspondance adressée aux autorités congolaises, l’ex-gouverneur du Katanga, en exil à Johannesburg, en Afrique du Sud, demande l’autorisation d’atterrir en jet privé, le 3 août prochain, à l’aéroport de Lubumbashi. Ampliation, dit-on, a été faite à la direction de l’autorité de l’aviation civile, précisant dans son courrier, une liste de sept passagers, lui-même y compris. Et ce n’est pas tout. Moïse Katumbi se dit prêt à passer par voie terrestre par la Zambie si Kinshasa, pour une raison ou une autre, en venait à rejeter sa demande. On attend de voir. Car, faut-il le rappeler, ce n’est pas la première fois que le magnat de l’immobilier annonce son retour au bercail sans jamais oser franchir… le Congo. La raison, on la connaît. Contrairement à Jean-Pierre Bemba qui vient d’être acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) et ce, après dix ans derrière les barreaux, et à qui les autorités congolaises ont autorisé un retour au pays, prévu en principe pour le 1er août prochain, Moïse Katumbi, lui, est non seulement sous le coup d’une condamnation mais aussi, il est poursuivi pour une affaire présumée de recrutement de mercenaires dont le procès est renvoyé au 10 octobre prochain. Le Pays

Le Nigeria s’attaque au banditisme dans le nord-ouest du pays
Les autorités annoncent le déploiement d’un millier de soldats pour lutter contre le banditisme dans le nord-ouest du pays. Selon un communiqué de la présidence, ce contingent sera composé de soldats de l’armée de terre, de l’armée de l’air, et de la police. Cette force combinée a pour mission de combattre les bandits qui sévissent à Zamfara. Selon le gouvernement régional de Zamfara, au moins dix-huit villages ont été détruits et plus de dix-huit mille personnes déplacées. BBC

Libération de cinq soldats égyptiens retenus en otages en Libye
Cinq soldats égyptiens retenus en otages en Libye ont été libérés lundi au cours d’une opération conjointe des services de renseignement soudanais et égyptiens, ont déclaré des responsables de services de sécurité dans les deux pays. Les soldats avaient été capturés le long de la frontière égypto-libyenne et détenus dans le sud de la Libye, a indiqué un officier des services de sécurité soudanais. L’armée égyptienne a affirmé qu’ils faisaient partie d’une patrouille portée disparue. « Cinq soldats égyptiens qui ont été enlevés le long de la frontière entre la Libye et l’Egypte et retenus en otages par des hors-la-loi ont été libérés ce jour (lundi) », a déclaré Mohamed Hamid, un officier du Service national de renseignement et de sécurité (NISS) au Soudan. « L’opération de sauvetage a été menée en coordination avec le NISS, les renseignements militaires soudanais et les services de renseignement égyptiens ». TV5

Comores: référendum constitutionnel dans une ambiance électrique
Aux Comores, le référendum constitutionnel s’est tenu ce 30 juillet dans une ambiance électrique. L’union de l’opposition avait appelé à boycotter ce scrutin qui prévoit notamment d’enterrer la Cour constitutionnelle jusqu’ici suspendue. Depuis trois mois, ses adversaires présentent le président Azali comme un dictateur en devenir. Néanmoins côté gouvernement, on se félicite de la bonne participation au scrutin dans le calme. Tout indique que le « oui » soit largement en tête. Une même journée vécue différemment par ses divers spectateurs. RFI

Vote des Burkinabè de l’étranger : le code électoral controversé a été adopté
Sans surprise, le projet de loi controversé visant à modifier le code électoral de 2015, devant statuer sur les conditions de vote des Burkinabè de l’extérieur, notamment pour la présidentielle de 2020, a été voté par l’Assemblée ce 30 juillet. L’opposition a, elle, appliqué la politique de la chaise vide. Les divergences prononcées et la proposition de l’opposition de reporter le vote du code électoral n’ont pas suffi à stopper l’adoption du projet de loi introduit mi-juillet par le gouvernement et soutenu ardemment par la majorité. Jeune Afrique

Afrique du Sud : l’immunité accordée à Grace Mugabe invalidée
Un tribunal sud-africain a jugé, ce lundi 30 juillet, que l’ex-première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, ne pouvait bénéficier de l’immunité diplomatique pour l’agression présumée, en 2017 à Johannesburg, d’une jeune femme, dont elle est accusée. Grace Mugabe n’a pas commenté cette décision, survenue le jour où elle participait aux premières élections générales au Zimbabwe depuis la chute de son mari en novembre, après trente-sept ans de pouvoir. L’affaire avait éclaté le 13 août dernier dans un hôtel huppé de Johannesburg, quand le mannequin sud-africain Gabriella Engels avait accusé l’ex-première dame de l’avoir frappée avec un câble électrique. Jeune Afrique

Les États-Unis suspendent les avantages commerciaux pour les vêtements rwandais
Les États-Unis ont suspendu les avantages commerciaux dont bénéficiaient les vêtements importés du Rwanda, répondant ainsi aux droits de douanes imposés par le pays d’Afrique de l’Est sur les importations de vêtements d’occasion, accusées de nuire à l’industrie textile locale. Une décision de Donald Trump « suspend l’octroi de dispense de droits de douane à tous les produits d’habillement originaires du Rwanda », a annoncé le bureau du Représentant américain au Commerce dans un communiqué lundi. Décidé à renforcer son industrie textile, le Rwanda s’est engagé dans un conflit commercial avec Washington en augmentant en 2016 les droits d’importation sur les vêtements d’occasion, qui viennent principalement des États-Unis. TV5



Photo: Adam Jones