Revue de Presse du 30 novembre 2018

«Congo Files»: de faux comptes Facebook qui déroutent les enquêteurs
C’est une fuite sans précédent, des milliers de pages de documents confidentiels des Nations unies relatifs à l’assassinat de deux experts mandatés par le Conseil de sécurité. Michael Sharp et Zaida Catalan avaient été chargés d’enquêter sur les violences en République démocratique du Congo. Les « Congo Files » documentent les pistes et options levées par les enquêteurs ainsi que les multiples entraves qu’ils ont rencontrées entre mars 2017 et septembre 2018. Leur exploitation a fait l’objet d’une collaboration entre plusieurs médias internationaux : RFI, Le Monde, Foreign Policy, Süddeutsche Zeitung et la télévision suédoise. De faux comptes Facebook ont compliqué pendant des mois les recherches des enquêteurs onusiens. RFI

RDC : Bemba et Katumbi appellent à voter Fayulu, mais sans la machine à voter
Dans une vidéo postée jeudi 29 novembre sur les réseaux sociaux, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba réaffirment leur soutien à Martin Fayulu et appellent les électeurs à ne pas voter le 23 décembre avec la machine à voter. Élection le 23 décembre ? Oui, mais sans la controversée machine à voter. À moins d’un mois de la tenue des scrutins présidentiel, législatifs et provinciaux en RDC, la ligne de la coalition Lamuka (« Réveille-toi », en lingala) n’a pas bougé. Elle vient d’être confirmée ce jeudi dans une vidéo de 140 secondes publiée sur Twitter. Debout, visages serrés et face caméra, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, tous les deux exclus de la présidentielle, appellent à tour de rôle à voter pour Martin Fayulu, le candidat commun issu des négociations de l’opposition à Genève. Jeune Afrique

RD Congo: combattre Ebola en zone de guerre
Région meurtrie par des décennies de guerre dans l’est de la République démocratique du Congo, le Nord-Kivu connaît en ce moment la pire épidémie d’Ebola de l’histoire du pays. Les nombreux groupes armés présents dans la région compliquent la riposte de l’OMS et du ministère de la Santé. La crise pourrait dégénérer. Reportage dans une région qui lutte sur plusieurs fronts. Plus de 400 cas confirmés, plus de 240 décès recensés fin novembre : jamais une épidémie d’Ebola n’avait fait autant de victimes en RD Congo depuis la découverte du virus dans le nord du pays, en 1976. Depuis le 1er août, date à laquelle l’épidémie a été confirmée, la réponse s’organise et mobilise des agents de l’OMS, du ministère de la Santé, des ONG internationales… La ville de Béni, épicentre de la crise, accueille médecins et spécialistes du virus. Mais la réponse à Ebola est particulièrement complexe au Nord-Kivu, où des groupes armés sèment la terreur et empêchent les équipes médicales d’accéder à certaines zones. France 24

La Commission vérité et réconciliation ne rassure pas en Gambie
A peine créée il y a un mois, la Commission vérité et réconciliation de Gambie peine à inspirer confiance auprès des victimes qu’elle est pourtant censée auditionner. Il y a dans un premier temps, une menace de boycott des rescapés du massacre des étudiants d’avril 2000 à Banjul et ce mercredi, un témoin clé dans l’assassinat du journaliste Deyda Hyadara a annoncé son choix pour une plainte contre l’Etat gambien au lieu d’attendre le processus de vérité et réconciliation. NyanSarang Jobe sort du rang et décide de porter plainte contre l’Etat de Gambie auprès de la Haute Cour de Justice de Banjul.  BBC

Madagascar: avant le second tour, mise au point de la société civile
Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux ex-présidents, s’affronteront lors du second tour de l’élection présidentielle. À quelques jours du début de cette nouvelle campagne, la société civile malgache en appelle à la vigilance des citoyens. La plateforme AVG de protection de la nature a rappelé, cette semaine, que l’exploitation et les trafics de ressources naturelles avaient redoublé durant cette période électorale. « Une poignée de personnes composées d’opérateurs économiques et de politiciens véreux profitent de cette situation pour renforcer leurs activités illégales », alerte-t-elle. D’autres associations veulent aussi éveiller les consciences des futurs votants et avertir les candidats. RFI

Nigeria: trois soldats tués, un détachement mis en déroute par Boko Haram
Les jihadistes de Boko Haram ont tué trois soldats dans l’attaque d’une base militaire près du lac Tchad, dans le nord-est du Nigeria, où les militaires ont été mis en déroute par les insurgés qui multiplient les opérations, selon des sources civiles et militaires jeudi. Des combattants du groupe de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), une faction de Boko Haram affiliée à l’organisation de l’Etat islamique, sont arrivés mardi à bord de plusieurs camions et ont attaqué la base militaire du village de Cross-Kauwa, dans l’Etat du Borno. « Nous avons perdu trois soldats dans les combats », a déclaré un officier nigérian sous couvert d’anonymat. « Les soldats ont combattu les terroristes mais ils ont été écrasés et ont du battre en retraite », a-t-il ajouté, sans préciser si les insurgés avaient pu s’emparer d’équipement militaires. TV5

Lutte contre Boko Haram: les pays du lac Tchad demandent le « soutien » international
Les présidents du Nigeria, du Niger et du Tchad, ainsi que le Premier ministre camerounais, ont demandé jeudi « le soutien » de la communauté internationale dans la lutte contre le groupe jihadiste Boko Haram, à l’issue d’une réunion à N’Djamena, selon un communiqué transmis à l’AFP. Les présidents Muhammadu Buhari (Nigeria), Mahamadou Issoufou (Niger), Idriss Déby (Tchad), et le Premier ministre camerounais Philémon Yang, « sollicitent le soutien de la communauté internationale » dans la « lutte contre le terrorisme » et pour « la stabilisation » de la région du lac Tchad, indique le texte. Lors de leur rencontre à huis clos, « les chefs d’Etat et de gouvernement ont exprimé leur profonde préoccupation face à la recrudescence des attaques » et affirmé vouloir « changer d’approche dans la lutte contre Boko Haram ».  TV5

Bras de fer entre Nkurunziza et Museveni sur le sommet d’Arusha
Pierre Nkurunziza doit rencontrer ce vendredi 30 novembre ses homologues d’Afrique de l’Est à Arusha (Tanzanie) pour discuter de l’avenir de son pays. Le président burundais avait pourtant tenté de faire reporter ce sommet ordinaire de la Communauté d’Afrique de l’Est. Mais le chef de cette organisation régionale, l’Ougandais Yoweri Museveni, y était opposé. Entre le Burundi et l’Ouganda, c’est un bras de fer qui ne dit pas son nom. Le président Nkurunziza voulait faire reporter le sommet, mais le président Museveni ne voulait pas en entendre parler. Pour l’Ougandais, selon une lettre envoyée au Burundais, le décaler n’aurait pas été « dans les meilleurs intérêts » de la Communauté d’Afrique de l’Est. Dans ce courrier, Yoweri Museveni précise que les chefs d’Etat doivent « sans tarder » aborder des sujets « graves ». RFI

Tchad – Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d’un voyage inattendu
Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié d’historique par la presse, a été tenu secret jusqu’à la dernière minute. Mais les milieux informés savaient que Tel-Aviv et N’Djaména avaient déjà engagé des contacts discrets. En juillet dernier, Doré Gold, alors directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, avait rencontré le président tchadien loin des regards dans son fief d’Amdjarass, à quelque 900 kilomètres de N’Djaména. Cette rencontre a été précédée par le passage discret d’une délégation israélienne. Le Point

Angola : Isabel dos Santos refuserait le rapatriement de ses capitaux à l’étranger, assure un journal portugais
Selon une revue spécialisée portugaise, la femme d’affaires et fille de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos rejette le processus lancé par l’actuel président, João Lourenço, visant à faire revenir en Angola les avoirs illégalement domiciliés à l’étranger. À l’opposé de deux autres proches de l’ancien président José Eduardo dos Santos, les généraux Manuel Hélder Vieira Dias « Kopelipa » et Leopoldino Fragoso do Nascimento « Dino », Isabel dos Santos, la fille de l’ex-dirigeant, exclut de prendre part au processus de rapatriement des capitaux lancé par le président João Lourenço. C’est ce qu’affirme la publication spécialisée portugaise Africa Monitor dans un article d’analyse sur les « manœuvres défensives de la famille dos Santos » publié dans son édition du 15 novembre. Jeune Afrique

Afrique du Sud : le procès de Zuma pour corruption renvoyé à mai 2019
La justice sud-africaine a fixé vendredi au 20 mai 2019 la prochaine audience préliminaire au procès de l’ancien président Jacob Zuma poursuivi pour corruption dans une rocambolesque affaire de ventes d’armes vieille de près de vingt ans. Jacob Zuma, qui comparaît libre, a de nouveau pris place vendredi matin dans le box des accusés du tribunal de Pietermaritzburg (est) pour une brève audience, plongée momentanément dans le noir en raison d’une coupure de courant. A l’extérieur du tribunal, des centaines de ses partisans avaient une nouvelle fois fait le déplacement pour lui apporter leur soutien. Après une demi-heure d’audience, le juge Mjabulinesi Madondo a décidé, à la demande notamment de l’avocat de Jacob Zuma, de reporter l’audience au 20 mai prochain. Africa News

Maroc. Le Rif et le roi
“Le pays du couchant est devenu celui du crépuscule”, écrit ce blogueur marocain qui oppose l’exil de ceux qui fuient la misère et un régime répressif aux voyages dispendieux et incessants de Mohammed VI à l’étranger. Une frange infime de la population vit en principauté, dans un luxe insensé, dans le giron immédiat de la monarchie, tirant sa substance d’un affairisme contorsionniste fait de l’abus de passe-droits, de l’usage de la contrainte et de l’intimidation, de l’achat des consciences et de la corruption. L’administration mise à contribution délivre en un tournemain autorisations et licences quand il faut des semaines, sinon des mois, au commun des mortels. Elle dispense ou “oublie” taxes, impôts, redevances et factures pour les grands, quand elle accable les petits. Elle recrute ou adoube sur simple coup de téléphone quand elle fait mine de faire concourir les sans-noms. Elle attribue terrains, fermes, agréments, sans bourse délier. Elle libère sur simple coup de téléphone les enfants de nantis ou leurs parents quand elle accable et frappe de siècles de prison les fils du peuple. Courrier International

Côte d’Ivoire: mise en place d’un comité de suivi des financements chinois
La Côte d’Ivoire va mettre en place un comité de suivi des financements chinois. Une décision annoncée au Conseil des ministres cette semaine. Les financements de Pékin en Côte d’Ivoire, comme ailleurs en Afrique, sont de plus en plus importants. L’Afrique en a besoin, mais certains pays commencent à être plus regardants sur leurs résultats. La Chine est présentée aujourd’hui comme le premier partenaire commercial de l’Afrique. Les partenaires occidentaux et multilatéraux alertent les pays du continent face au risque d’un dérapage de l’endettement auprès de Pékin. RFI

Algérie. Les nuits sans étoiles de la prison d’El-Harrach
Le journaliste Abdou Semmar, rédacteur en chef du site Algérie Part, a été placé en détention le 25 octobre et poursuivi pour diffamation. Les plaignants sont deux personnalités proches du régime, Anis Rahmani, directeur du groupe médiatique Ennahar, et le préfet d’Alger, Abdelkader Zoukh. Libéré le 8 novembre avec interdiction de quitter le territoire, M. Semmar relate sa première nuit en prison. Il ressemblait étrangement à un vieillard de haute taille, droit, sec, nerveux et maigre. Son visage ovale était ridé par des milliers de plis qui formaient des franges arquées au-dessus des pommettes, au-dessus des sourcils, et donnaient à sa figure une ressemblance avec les vieillards. Pourtant, Habib est âgé d’à peine 35 ans. Il est ce qu’on appelle le “privo”, à savoir le prévôt, une profession qui n’existe nulle part ailleurs qu’en prison. Courrier International

Fin de carrière pour Salif Kéita, engagé dans la protection des albinos
“Un autre Blanc”. C’est sur ces airs d’afro-pop auxquels il a convié Angélique Kidjo, Alpha Blondy, MHD et autres stars de la musique que Salif Kéita, le virtuose de la musique africaine, tire sa révérence. Son épouse Coumba Makalou Keita a réitéré ce jeudi l’information de sa retraite qu’il avait lui-même annoncé il y a environ une semaine. Si l’artiste à la voix d’or se détourne des chemins du studio, c’est pour se consacrer à une passion qu’il nourrit depuis des décennies : celle de militant engagé dans la lutte contre les stigmatisations faites aux albinos. Le musicien de 69 ans, lui-même albinos, a créé une fondation dédiée à la cause des personnes atteintes d’albinisme, persécutées dans plusieurs pays africains dont la Tanzanie, le Mozambique ou encore le Malawi. Chaque année, des dizaines d’albinos africains sont victimes d’attaques, tués et amputés de leurs membres qui sont ensuite utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance. Africa News



Photo: Adam Jones