Revue de Presse du 30 mars 2017

RD Congo : les évêques jettent l’éponge, la transition dans l’impasse
La tension monte en RD Congo où le dialogue politique est dans l’impasse. Les évêques, médiateurs de la crise, ont échoué à concilier majorité et opposition autour de l’accord de transition dit de la Saint-Sylvestre. La signature de l’accord de la Saint-Sylvestre, conclu entre l’opposition et la majorité en RD Congo pour juguler une nouvelle crise politique née de la décision du président Joseph Kabila de rester au pouvoir, avait dans un premier temps suscité le soulagement et l’espoir d’une ère de stabilité. Les deux parties s’entendaient pour gouverner ensemble jusqu’à la tenue d’une nouvelle élection présidentielle fin 2017 à laquelle le président en place s’engageait à ne pas se présenter. France 24

Félix Tshisekedi appelle à une ville morte le 3 avril
Le fils de l’opposant historique dont le corps est gardé à Bruxelles depuis son décès le 1er février dernier a annoncé mercredi à Kinshasa une série d’actions en réaction à l’échec du dialogue politique en RDC. Félix Tshisekedi, désigné président du Rassemblement (principale plateforme d’opposition) après le décès de son père, a annoncé une ville morte pour lundi 3 avril et d’autres actions auxquelles il a le peuple à participer massivement. « Le Rassemblement demande au peuple congolais de demeurer en état d’alerte et de résistance, contribuer à la réussite de la journée ville morte sur toute l’étendue du territoire nationale le lundi 3 avril 2017; soutenir la grève décrétée par les syndicats le mercredi 5 avril 2017; participer massivement à la marche pacifique annoncée par l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) pour la date du 10 avril et d’autres manifestations publiques pacifiques pour revendiquer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre du 10 au 24 avril 2017 « , a déclaré Tshisekedi. VOA

Ces rebelles mystiques qui défient Kinshasa
Les partisans de Kamwina Nsapu, violents, exigent le départ du président Kabila. Deux experts de l’ONU ont été tués dans leur fief. C’est l’une de ces petites guerres sales dont la République démocratique du Congo (RDC) semble être une éternelle matrice. Un conflit vicieux, sans bons ni méchants, qui ravage depuis près d’un an les Kasaï, des provinces du centre du pays jusque-là calmes. Il n’épargne personne. Lundi, les corps de deux experts de l’ONU ont été découverts dans des tombes improvisées. L’Américain Michael Sharp, 34 ans, et la Suédoise Zaida Catalan, 37 ans, avaient été enlevés le 12 mars en même temps que leurs quatre accompagnateurs congolais alors qu’ils tentaient de dénouer les fils de cette guérilla mal connue. La jeune femme a été décapitée. Les dépouilles des assistants congolais n’ont pas été retrouvées. Le Figaro

Côte d’Ivoire: ONG et victimes dénoncent l’acquittement de Mme Gbagbo
L’acquittement surprise mardi à Abidjan de l’ex-première dame Simone Gbagbo, de crimes contre l’humanité commis durant la crise post-électorale de 2010-2011, conclut un procès « entaché d’irrégularités », ont estimé mercredi les défenseurs des droits de l’Homme, les victimes évoquant une « prime à l’impunité ». Les partisans de Mme Gbagbo, qui ont longtemps dénoncé un procès politique et une justice instrumentalisé, ont de leur côté vu dans cet acquittement un geste « vers la réconciliation » en Côte d’Ivoire, marquée par ces cinq mois de sanglante crise post-électorale à l’issue de dix ans de crise politico-militaire. Mardi, la Cour d’assises d’Abidjan a acquitté Mme Gbagbo des chefs de crime contre l’humanité et crimes de guerre lors de cette crise qui a fait 3.000 morts en 2010-2011: un coup de théâtre alors que le procureur avait requis l’emprisonnement à vie. TV5

Mali : 3 morts et un gendarme porté disparu 
L’attaque qui s’est produite à Boulkessi, dans le centre du Mali, non loin de la frontière avec le Burkina Faso, a coûté la vie à deux gendarmes et un civil. Un autre gendarme est porté disparu. Selon l’armée, des assaillants à motos ont ouvert le feu sur le poste de contrôle de Boulkessi tenu par la Gendarmerie. Cette nouvelle attaque intervient au moment où se tient la conférence d’entente nationale à Bamako. Les questions sécuritaires sont largement abordées dans les débats. Cette conférence est censée contribuer à la paix dans le pays où l’insécurité est devenue préoccupante dans le centre. BBC

Conférence malienne d’entente nationale: l’Azawad sur toutes les lèvres
Au Mali, la conférence d’entente nationale entre dans son quatrième jour et mercredi, les débats ont véritablement commencé autour de trois thèmes : unité, paix et réconciliation. Aucun sujet n’a été interdit mais l’un d’entre eux est revenu dans toutes les salles, peu importe le thème : l’Azawad. Du nom du territoire au nord du Mali revendiqués un temps par les ex-rebelles et que certains persistent à vouloir autonome. RFI

Washington promet un sérieux passage en revue des missions des Casques bleus
Les Etats-Unis ont averti mercredi qu’ils profiteraient de tenir la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU en avril pour passer en revue l’efficacité des missions onusiennes de maintien de la paix. « Je suis arrivée à l’ONU avec pour objectif de montrer aux Américains la valeur de leur investissement dans cette institution », a déclaré la nouvelle ambassadrice américaine Nikki Haley, qui prendra la tête du Conseil de sécurité pour un mois et s’exprimait devant le groupe de réflexion Council on Foreign Relations (CFR). Le président américain Donald Trump veut réduire les fonds américains destinés à l’ONU, Washington étant de loin le plus gros contributeur de l’organisation internationale. La Libre

Tiébilé Dramé : « Le gouvernement malien manque de vision et fait preuve d’amateurisme »
Contrairement à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), l’opposition malienne n’a pas pris part à la conférence d’entente nationale qui s’est ouverte le 27 mars. L’opposition malienne multiplie les réunions pour décider d’une stratégie à adopter durant la durée de la conférence d’entente nationale, prévue du 27 mars au 2 avril à Bamako, à laquelle elle ne participe pas faute d’avoir vu ses propositions prises en compte. C’est dans cette atmosphère que nous avons rencontré l’opposant Tiébilé Dramé, président du Parti pour la renaissance nationale (Parena) et fin connaisseur des enjeux de la crise malienne. Interview. Jeune Afrique

Mali : deux soldats et un civil tués à Boulikessi
Selon des sources de sécurité maliennes, deux militaires maliens et un civil ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi dans la localité de Boulikessi, frontalière du Burkina Faso. Les auteurs de l’attaque n’ont pas été identifiés. « Deux militaires et un civil ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi à Boulikessi par des hommes armés. C’est un poste de sécurité qui a été attaqué », a déclaré à l’AFP une source de sécurité malienne ayant requis l’anonymat. L’information a été confirmée, sous le couvert de l’anonymat également, par une autre source de sécurité malienne selon laquelle « ce sont deux hommes armés à moto qui ont tiré et tué deux gendarmes et un civil malien à Boulikessi ». L’identité des assaillants n’a pas été précisée. Jeune Afrique

Tunisie: un ancien Premier ministre lance son parti
L’ancien chef de gouvernement tunisien Mehdi Jomaa a annoncé mercredi la création de son propre parti, à l’approche d’échéances électorales, affichant l’ambition de devenir l’une des principales forces politiques du pays. Al Badil Ettounsi (l’alternative tunisienne, en arabe) est une formation « modérée, réaliste, patriote et surtout démocrate », a déclaré M. Jomaa lors d’une conférence de presse. L’ancien chef du gouvernement dit de technocrates, aux affaires de janvier 2014 à février 2015, a expliqué son retour sur la scène politique par la situation « difficile » et « fragile » du pays, caractérisée selon lui par un « manque de vision politique et économique ». TV5

Un survivant et 146 migrants disparus après le naufrage d’un bateau au large de la Libye
Quelque 146 migrants sont portés disparus après un nouveau naufrage au large de la Libye, selon le récit livré ce mercredi à l’ONU par le seul survivant, un jeune Gambien secouru en mer. Ils venaient du Nigeria, de Gambie ou encore du Mali, il y avait parmi eux cinq enfants et plusieurs femmes enceintes, a raconté cet adolescent de 16 ans à un représentant du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) à l’hôpital de Lampedusa, l’île italienne la plus proche des côtes libyennes. AFP

Afrique du Sud : les obsèques de Kathrada cristallisent les divisions de l’ANC
Il a fallu que survienne, à l’âge de 87 ans, la mort de l’un des hommes les plus respectés d’Afrique du Sud pour que quelque chose crève, ou se libère, dans le domaine politique, avec des conséquences imprévisibles. Ahmed Kathrada, le vieux compagnon de Nelson Mandela, son « frère » de cœur et compagnon de captivité, était porté en terre, mercredi 29 mars, au matin. Un homme n’assistait pas à la cérémonie : le président Jacob Zuma. Ce dernier n’était pas le bienvenu. Le climat au sein du Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis 1994 en Afrique du Sud, est arrivé à un point de tension grave, en raison de luttes de factions qui se sont jouées en arrière-plan des mois durant, mais commencent à apparaître en public. Le Monde

Gambie: des juges de l’ère Jammeh maintenus en fonction, les avocats s’insurgent
La Gambian Bar Association, l’association des avocats du barreau, s’insurge contre le renouvellement de contrat de quatre juges nigérians à la Haute cour de justice. Une décision insupportable, estiment-ils, car ces juges officiaient déjà sous l’ancien dictateur Yahya Jammeh. C’était une promesse du nouveau président Adama Barrow et de son ministre de la Justice, Aboubacar Tambadou : nommer plus de juges gambiens dans les différents tribunaux. Une promesse pour mettre fin à la pratique de l’ancien président Yahya Jammeh qui recrutait des juges étrangers, très souvent nigérians, prêts à le supporter dans toutes ses décisions. RFI

Bénin: Patrice Talon «prend acte» de la démission de son ministre de la Défense
Au Bénin, le premier conseil des ministres sans Candide Azannaï s’est tenu ce mercredi 29 mars. Le président Patrice Talon a enfin confirmé qu’il avait accepté la démission de son ministre délégué chargé de la Défense. Une démission annoncée par l’ex-ministre sur sa page Facebook lundi dernier. Jusqu’à nouvel ordre, le chef de l’Etat va gérer lui-même le portefeuille dont il était de fait titulaire. RFI

Marine Le Pen et l’encombrant héritage africain de Papa
La scène, un rien déroutante, date du 21 avril 2002. La télé qui ronronne dans le salon-bar de l’hôtel La Tchadienne, le Novotel de N’Djamena, vient de livrer le verdict du premier tour de la présidentielle française: Jean-Marie Le Pen, le candidat du Front national, devance Lionel Jospin et défiera, à l’heure du ballottage, le sortant Jacques Chirac. Ni stupeur ni dépit chez les clients africains attablés. Au contraire: la plupart exultent et applaudissent. Sidéré, l’essayiste Antoine Glaser, vieux routier du continent, apostrophe ses voisins. « Le Pen, quand même… » La riposte cingle: « Lui, au moins, il défend bien la tribu des Blancs. » Deux septennats plus tard, en sa retraite bourgeoise et surannée du parc de Montretout, le président d’honneur en sursis du FN enfonce le clou: « On prétend que les gens de couleur me sont hostiles. Archifaux, assène-t-il. En ville, au restaurant, dans les aéroports, les réactions sont le plus souvent bienveillantes. L’autre jour, à la sortie d’Orly, un groupe de Noirs m’a interpellé en ces termes: ‘Dites donc, elle est pas cool, la fille!' » Allusion à l’héritière Marine, parfois gratifiée elle aussi de louanges paradoxales. L’Express



Photo: Adam Jones