Revue de Presse du 30 janvier 2017

Alpha Condé élu président de l’Union Africaine
Le président guinéen Alpha Condé a été élu par ses pairs président de l’Union africaine (UA) en remplacement du président tchadien Idriss Deby dont le mandat est arrivé à terme. Le sommet de l’instance continentale s’est ouvert lundi matin à Addis Abeba, la capitale de l’Ethiopie. Les leaders du continent se réunissent lundi et mardi pour discuter des problèmes du continent. Ils doivent aussi élire le nouveau président de la Commission de l’Union africaine. La réintégration du Maroc au sein de l’UA est également au menu. BBC

La rivalité Maroc-Algérie au cœur du 28e Sommet de l’Union africaine
Rarement un sommet de l’Union africaine (UA) aura autant focalisé l’attention. Réunis à Addis-Abeba (Ethiopie), au siège de l’organisation, lundi 30 et mardi 31 janvier, les chefs d’Etat du continent vont devoir se prononcer sur plusieurs sujets-clés pour le futur de l’institution panafricaine : le retour du Maroc, trente-trois ans après que le royaume chérifien en a claqué la porte, la succession de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la commission de l’UA, son principal organe, et la réforme de l’institution, régulièrement accusée d’inefficacité. Si les chefs d’Etat ne sont attendus que lundi, les ministres des affaires étrangères se sont activés dès cette semaine en coulisses, autour d’une question : le Maroc fera-t-il son grand retour au sein de l’UA ? « Mathématiquement, ce retour ne semble pas poser problème, mais le sujet est tellement sensible qu’on est en Terra incognita », souligne un observateur averti de l’organisation. Le Monde

Le Maroc a le « soutien inconditionnel » de 42 pays pour son retour dans l’UA
Le Maroc a le « soutien inconditionnel » de 42 pays africains pour son retour au sein de l’Union africaine (UA), a affirmé à l’AFP une source diplomatique marocaine haut placée. « Nous venons de recevoir le soutien officiel du Ghana, ce qui porte à 42 le nombre de pays qui soutiennent de façon inconditionnelle le Maroc » pour réintégrer l’UA, a déclaré cette source au téléphone depuis Addis Abeba. La capitale éthiopienne accueille depuis le début de la semaine le 28e sommet de l’UA (qui compte 54 membres). Les chefs d’Etat du continent se réunissent lundi et mardi pour décider par un vote de la réintégration du royaume au sein de l’organisation continentale, l’un des grands enjeux de ce sommet. La demande marocaine sera examinée lundi par l’assemblée des chefs d’Etat, selon le programme officiel. VOA

Commission paix et sécurité de l’UA : duel entre l’Algérie et le Nigeria
Réunis les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, les chefs d’État de l’Union africaine (UA) devront élire l’ensemble des commissaires de l’organisation. Parmi eux, celui qui prendra la tête du Conseil de paix et de sécurité fait l’objet d’une intense bataille entre l’Algérie et le Nigeria. C’est presque devenu un monopole algérien : le Conseil de paix et de sécurité, lors de la création de l’Union africaine (UA) en 2001, a d’abord été présidé par Ramtane Lamamra, l’actuel ministre des Affaires étrangères. En 2013, le diplomate a passé le témoin à son compatriote Ismaël Chergui. Et ce dernier est candidat à sa propre succession pour un nouveau mandat de quatre ans. Face à lui se présentent cinq concurrents – la Mauritanienne Ba Diye Ba, les Malawis Chizumila Rose Tujilane et Geoffrey Mvula, la Burundaise Epiphanie Ntamwana-Kabushemeye, et surtout la Nigériane Fatima Kyari Mohammed, qui semble la plus à même de concurrencer Chergui. Jeune Afrique

Otages d’Arlit : le rôle trouble du général Puga
Le reportage diffusé jeudi 26 janvier sur France 2, intitulé «Otages d’Etat», livre des révélations sur les dessous de la libération des otages d’Arlit (Niger), détenus dans le nord du Mali, et sur le lien avec l’assassinat des deux envoyés spéciaux de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, le 2 novembre 2013, à Kidal. Deux dossiers dont les liens apparaissent au grand jour. Et parmi les zones d’ombres abordées dans ce reportage, le rôle joué par le général Puga, chef d’état-major particulier de Nicolas Sarkozy et François Hollande. RFI

RDC: la majorité et l’opposition n’ont pas signé les arrangements particuliers
Il n’y a pas eu signature de l’arrangement particulier aux négociations directes entre la majorité et l’opposition ce samedi 28 janvier, la date butoir. Les évêques ont cherché en vain à rencontrer le président Kabila dans l’espoir de lever quelques obstacles. Selon le président de la Cenco Monseigneur Marcel Utembi, il reste encore trois points de divergence. RFI

Décret Trump sur l’immigration: une douche froide pour le Soudan
Le décret du président américain Donald Trump interdisant l’entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays majoritairement musulmans (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen) fait aussi réagir à Khartoum. Khartoum n’aura jubilé que deux semaines. Le 13 janvier, Barack Obama annonce la levée partielle des sanctions économiques contre le Soudan. Quinze jours plus tard, Donald Trump interdit aux Soudanais d’entrer aux Etats-Unis. La douche est froide pour un pays dont la population espérait une reprise des échanges commerciaux avec les Etats-Unis. RFI

Gambie: gouvernement, armée, renseignements, les délicates manoeuvres de Barrow
On devrait connaître cette semaine la composition du nouveau gouvernement gambien. Dans un contexte où les attentes économiques et sociales des Gambiens sont très fortes, la formation du gouvernement s’avère une opération très délicate. Autres manoeuvres aussi incontournables que délicates : la réorganisation de l’armée et celle de la sécurité intérieure. Adama Barrow devra se conformer aux exigences de la coalition qui l’a porté au pouvoir : redistribuer les cartes en interne, récompenser les soutiens politiques et financiers. RFI

La France gèle discrètement les comptes de trois opposants africains
Une simple publication au Journal officiel : c’est toute la publicité qui a été faite à un geste de l’Etat, le 18 janvier, pourtant loin d’être anodin. Les comptes bancaires de trois personnes résidant en France ont été gelés pour une durée de six mois, par arrêté des ministres de l’Economie et de l’Intérieur. A chaque fois, l’article L562-1 du code monétaire et financier est invoqué : il prévoit «le gel de tout ou partie des fonds, instruments financiers et ressources économiques […] qui appartiennent à des personnes physiques ou morales qui commettent, ou tentent de commettre, des actes de terrorisme». Sauf que l’activité «terroriste» des trois hommes visés ne saute pas aux yeux. Aucun d’eux n’est membre d’un groupe figurant sur les listes des organisations terroristes établies par l’Union européenne ou le Conseil de sécurité des Nations unies. Ils sont en revanche des opposants revendiqués au pouvoir en place dans leurs pays respectifs. Deux sont des ressortissants tchadiens – Mahamat Nouri et Mahamat Mahadi Ali – et le troisième, Ferdinand Mbaou, est originaire du Congo-Brazzaville. Liberation

Tchad : le ministre des finances limogé
Le communiqué révoquant de ses fonctions M. Mbogo Ngabo Seli a été diffusé sur les antennes des médias publics. Ce limogeage intervient alors que le pays fait face à une crise économique et sociale consécutive à la chute du prix du pétrole sur le marché mondial dont le Tchad est producteur. Le gouvernement a pris un certain nombre de mesures dont la réduction de 50 % des indemnités versées aux fonctionnaires. Les travailleurs du secteur public ont observé plusieurs mois de grève. La grève a été suspendue pour un mois. BBC

Tchad : comment la première dame est devenue française
Hinda Déby Itno, la femme du président, ainsi que ses cinq enfants, sont tchadiens et aussi français, depuis le 13 janvier 2017. C’est avec une pièce d’identité de son grand-père maternel, Guillaume Debos, un chef méhariste français qui combattait à l’époque coloniale dans la région du Batha, que Hinda Déby Itno, née Hinda Mahamat Acyl en avril 1980, a déposé son dossier de demande de naturalisation auprès du consulat français à N’Djamena. Le dossier de la première dame du Tchad a été traité au ministère français des Affaires étrangères, et c’est par un décret de la République française daté du 13 janvier 2017, publié au Journal officiel du 15 janvier, que Hinda et les cinq enfants du couple présidentiel, Ahmat, Malack, Soultana, Houno et Youssouf, qui sont tous nés à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, ont acquis la nationalité française. La loi tchadienne autorise la binationalité. Jeune Afrique

Le chef de l’opposition dénonce des violations de la trêve militaire au Mozambique
Le chef de l’opposition mozambicaine Afonso Dhlakama accuse les forces gouvernementales de violer le cessez-le-feu proclamé fin décembre par sa branche armée, mais continue à espérer qu’il permette de relancer les pourparlers de paix avec le pouvoir. La Renamo, l’ancienne rébellion de la guerre civile (1976-1992) qui a repris les armes en 2013, a décrété à la surprise générale une trêve unilatérale le 27 décembre dernier. Présentée comme un « geste de bonne volonté », elle devait suspendre le conflit larvé avec les troupes de Maputo, qui a fait plusieurs centaines de morts et des milliers de réfugiés. Mais selon Afonso Dhlakama, qui a accordé jeudi à l’AFP un rare entretien téléphonique depuis la montagne de Gorongosa (centre) où il est retranché depuis octobre 2015, le gouvernement joue aujourd’hui un jeu trouble. VOA

António Guterres : « Le poids de l’Afrique dans la communauté internationale doit être reconsidéré »
Présent à Addis-Abeba, António Guterres, le nouveau secrétaire général de l’ONU a répondu aux questions de Jeune Afrique en marge du sommet de l’Union africaine. Il appelle à une plus grande coopération entre les Nations unies et le continent. Entré en fonction le 1er janvier, António Guterres, le nouveau secrétaire général de l’ONU (67 ans) est présent à Addis-Abeba ces 29 et 30 janvier pour son premier sommet de l’Union africaine (UA). L’ancien Premier ministre portugais a passé dix ans à la tête du Haut commissariat aux réfugiés (2005-2015) et connaît donc déjà bien l’Afrique, ainsi que la plupart de ses dirigeants. À l’issue d’un entretien avec le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, et au milieu d’une visite marathon, au cours de laquelle il aura rencontré plus d’une vingtaine de présidents et de chefs de gouvernement, il a reçu Jeune Afrique. Jeune Afrique Burundi : manifestations à l’appel du pouvoir contre le Parlement européen
À l’appel du gouvernement, des milliers de Burundais ont manifesté, samedi, pour dénoncer une résolution du Parlement européen appelant l’ONU et la CPI à enquêter sur la crise qui déchire le pays depuis la réélection de Pierre Nkurunziza. Le gouvernement burundais a organisé, samedi 28 janvier, des manifestations à travers le pays pour exprimer son hostilité envers une résolution du Parlement européen, qui appelle le Conseil de sécurité de l’ONU et la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter sur la crise déchirant le pays depuis avril 2015. France 24

Maroc: une cellule de l’EI visait ambassades et sites touristiques
Une cellule jihadiste démantelée par les services de sécurité marocains projetait de commettre des attentats contre des ambassades et des sites touristiques au Maroc, a indiqué dimanche le patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ). Lors d’une vaste opération menée vendredi à l’aube dans cinq villes marocaines, sept membres de cette « dangereuse cellule » ont été arrêtés par les policiers du BCIJ, alors que « d’autres suspects sont toujours recherchés », a indiqué Abdelhak Khiam qui dirige ce service de sécurité en charge des affaires terroristes. Le « cerveau » du groupe, qui a été interpellé, se revendique comme « émir » et voulait créer une branche de l’organisation Etat islamique (EI) au royaume. Il avait notamment reçu « des financements et des armes par des membres de la branche libyenne de l’EI », selon M. Khiam. TV5



Photo: Adam Jones