Revue de Presse du 3 octobre 2016

Ethiopie: 52 morts dans un mouvement de foule lors d’un festival
Cinquante-deux personnes sont mortes dimanche dans un mouvement de foule lors du traditionnel festival oromo Irreecha, dans la ville de Bishoftu, au sud d’Addis Abeba, selon le gouvernement régional oromo, mais l’opposition évoquait un bilan encore plus élevé. Le gouvernement régional oromo a expliqué dans un communiqué que des violences avaient éclaté lors de ce festival en raison de l’action de « forces irresponsables ». « 52 personnes sont mortes dans cette bousculade », a-t-il ajouté. Le gouvernement fédéral éthiopien avait auparavant fait état de « pertes en vies humaines », sans les chiffrer. L’opposition, elle, parlait d’au moins 100 victimes. Plusieurs dizaines de milliers de personnes s’étaient rassemblées sur les bords du lac Harsadi, sacré pour les Oromo, pour assister à la cérémonie de l’Irreecha qui marque la fin de la saison des pluies. La Libre

Gabon: les observateurs européens sur écoute pendant la présidentielle
Les observateurs européens au Gabon étaient sur écoute pendant l’élection présidentielle 2016. Une révélation de l’hebdomadaire français le Journal du Dimanche (JDD) : on y apprend que le pouvoir gabonais suivait de près les échanges entre les experts européens. Le Journal du Dimanche (JDD) de ce 2 octobre 2016 dit avoir récupéré une vingtaine d’enregistrements clandestins mais il y en a sans doute davantage. Des appels où l’équipe fait part de ses doutes concernant la transparence du scrutin. Plus que des doutes d’ailleurs : dans ces conversations informelles et censées rester secrètes, les Européens utilisent des termes bien moins diplomatiques que dans leurs communiqués officiels. RFI

Watergate au Gabon : ce que révèlent les écoutes ordonnées par Bongo
Le JDD de dimanche révèle une vingtaine d’enregistrements clandestins ordonnés par Ali Bongo, un échantillon puisé dans un ensemble certainement plus vaste, qui dévoilent l’existence de ce Watergate gabonais. Entre le 27 août, date de l’élection, et le 23 septembre, jour de la proclamation des résultats, les services secrets du président gabonais savaient tout des faits et gestes des observateurs de l’Union européenne, mais aussi de leur conviction : l’élection a été truquée. JDD

L’ONU lance une commission d’enquête sur le Burundi
À la suite d’une résolution proposée par l’Union européenne, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a chargé, vendredi, une commission d’enquêter sur « les violations des droits de l’Homme » commises au Burundi. Le Conseil des droits de l’Homme a lancé, vendredi 30 septembre, à Genève, une commission chargée d’enquêter « sans délai » sur les violations des droits de l’Homme commises au Burundi depuis l’annonce de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé en avril 2015. France 24

Burkina: des milliers de pro- Bassolé dans la rue
Près de 5.000 personnes ont manifesté samedi à Réo, dans le centre du Burkina Faso, pour demander la libération de Djibrill Bassolé, l’ancien chef de la diplomatie du pays. Les manifestants ont réclamé la justice et la liberté pour M. Bassolé qu’ils ont qu’ils ont qualifié de « détenu politique de la transition et le premier prisonnier politique du pouvoir actuel ». Ils ont exprimé également leur solidarité avec l’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao, emprisonné mi-septembre pour haute trahison. Les partisans de l’ex-ministre des Affaires étrangères ont remis un message « plus hautes autorités de l’Etat ». BBC

Congo : des morts imputés aux ninjas
La police congolaise a annoncé dimanche la mort d’une dizaine de personnes dans l’attaque d’un train attribué aux ex-combattants ninjas dans la région du Poll au sud de Brazzaville, la capitale. Selon le porte-parole de la police, le colonel Jules Monkala Tchoumou, l’attaque qui s’est produite vendredi à Mindouli a fait « au moins quatorze morts, dont deux militaires et des enfants ». L’officier condamne « un acte affreux ». L’attaque a eu lieu au niveau du poste kilométrique 353 entre les gares de Kinkembo et Loulombo. BBC

RDC : la présidentielle reportée en 2018
L’élection présidentielle prévue théoriquement en novembre prochain en République démocratique du Congo (RDC) ne pourra pas se tenir avant novembre 2018, a déclaré ce samedi le président de la commission électorale nationale, Corneille Naanga. M. Naanga a présenté un nouveau calendrier électoral aux délégués de la majorité présidentielle, de l’opposition et de la société civile réunis à Kinshasa, la capitale, depuis vendredi, à la reprise du « dialogue national » congolais. Selon lui, ce report s’explique par la refonte du fichier électoral et l’enrôlement des électeurs. BBC

Mali: une manifestation réclame le retour au pays d’Amadou Toumani Touré
A l’appel de treize partis de l’opposition malienne, des milliers de personnes se sont mobilisées, le samedi 1er octobre 2016, à Bamako, pour manifester contre le gouvernement et notamment dénoncer la nouvelle loi électorale ; mais aussi pour également demander un accès équitable aux médias publics et réclamer le retour au pays de l’ancien président malien Amadou Toumani Touré, qui réside aujourd’hui au Sénégal. RFI

Cap-Vert: le président Fonseca réélu sans suspense
Au Cap-Vert, sans surprise, le président sortant Jorge Carlos Fonseca a été élu à sa propre succession dimanche 2 octobre. D’après des résultats officiels partiels, il aurait obtenu plus de 73% des voix. Ses deux rivaux, un indépendant et un universitaire, n’ont pas fait mieux que 23 et 3%. Une victoire écrasante, donc, et très attendue dans cette présidentielle qui aura surtout été marquée par un fort taux d’abstention : moins de 40% des électeurs se sont déplacés. RFI

La nouvelle Constitution dévoilée par l’opposition en Côte d’Ivoire
Le texte du projet de nouvelle constitution voulue par le président Alassane Ouattara et qui doit être présenté mercredi devant l’Assemblée, a été mis en ligne dimanche par un parti d’opposition, son contenu ne présentant pas de surprise par rapport aux grandes lignes annoncées. Il n’a cependant pas été possible de confirmer auprès de la présidence l’authenticité de ce texte diffusé dimanche. Le projet de Constitution a été remis aux députés avant l’examen mercredi par l’Assemblée nationale mais celui mis en ligne par le Lider de Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale, confirme les annonces faites par la présidence et le gouvernement. VOA

Un journaliste néerlandais tué lors de combats meurtriers à Syrte en Libye
Un journaliste néerlandais a été tué dimanche en Libye en couvrant les combats entre les forces du gouvernement d’union nationale (GNA) et l’organisation jihadiste Etat islamique (EI) à Syrte, selon une source médicale. Huit soldats des forces loyalistes et au moins 10 jihadistes ont été tués dans les affrontements qui ont éclaté dimanche dans ce bastion de l’EI que les troupes loyalistes tentent de reprendre depuis cinq mois. « Un journaliste néerlandais a été tué aujourd’hui, touché à la poitrine par un sniper de l’EI alors qu’il couvrait les combats à Syrte », a indiqué à l’AFP le docteur Akram Gliwan, porte-parole de l’Hôpital central de Misrata où sont soignés les blessés des forces progouvernementales. VOA

Les opérations de maintien de la paix, une arme pour les autocrates africains
En Somalie, au Mali, au Soudan ou encore en Centrafrique, les troupes africaines sont engagées dans des opérations de maintien de la paix. Cette situation est encouragée par les partenaires extérieurs. En effet, depuis le début des années 2000, l’africanisation de la sécurité sur le continent africain est devenue une priorité. Elle passe par un soutien à la construction de l’Architecture Africaine de Paix et de Sécurité (APSA). Les chercheurs se sont aussi intéressés à ce phénomène. Néanmoins, la littérature qui porte sur les problématiques de maintien de la paix en Afrique, se penche principalement sur les pratiques internationales de soutien à l’APSA. Les recherches s’attardent essentiellement sur l’analyse des intérêts que les partenaires extérieurs (USA, UE, France, Chine, etc) ont de soutenir l’APSA et les moyens qu’ils mettent en œuvre. Or il est essentiel de se pencher également sur les raisons qui poussent les États africains à s’engager dans des missions de paix qui se distinguent de moins en moins de la guerre par leurs objectifs et leur mise en œuvre. Slate

L’aviation américaine a-t-elle commis une bavure en Somalie?
Vingt-deux soldats somaliens seraient morts mercredi 28 septembre après que leur convoi a été détruit par un tir de drone américain croyant avoir affaire aux islamistes shebabs. Cela s’est déroulé dans l’Etat semi-autonome du Puntland, dans le nord du pays. Des Toyota brûlées, du métal tordu et criblé d’éclats, des portières tâchées de sang : d’après les photos diffusées par la presse somalienne, la frappe américaine d’un convoi d’hommes armés, mercredi à Jehdin, près de Galkayo, a été dévastatrice. RFI

Somalie : au moins deux morts dans l’explosion d’une voiture piégée à Mogadiscio
Au moins deux personnes ont été tuées et cinq blessées samedi dans l’explosion d’une voiture piégée près d’un restaurant de Mogadiscio, la capitale de la Somalie, a-t-on appris de source sécuritaire. « Il semble que la voiture était garée devant le restaurant Blue Sky et que l’explosion a été déclenchée à distance. D’après les premières informations dont nous disposons, deux civils ont été tués dans l’explosion », a annoncé à l’AFP un responsable des services de sécurité, Mohamed Dahir. Le restaurant borde une rue densément peuplée de Mogadiscio, près du quartier général de l’Agence nationale de renseignements (Nisa). Le restaurant est fréquenté par des civils et des membres des forces de sécurité. Jeune Afrique

« Le franc CFA profite surtout aux élites africaines qui s’offrent des appartements parisiens »
Arrimé à l’euro, le franc CFA est décrié par nombre d’économistes et d’experts, qui jugent la monnaie trop forte et déconnectée des réalités africaines. Directeur de la Francophonie économique numérique au sein de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), ex-ministre et agrégé d’économie, Kako Nubukpo dénonce dans un ouvrage collectif qui sort le 3 octobre (Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA) une monnaie qui bénéficie surtout aux entreprises françaises et aux élites africaines, au détriment des populations. Le Monde



Photo: Adam Jones