Revue de Presse du 3 janvier 2017

Nigeria: Une kamikaze de 10 ans se fait exploser à Maiduguri et fait des blessés
Une attaque suicide a été menée samedi soir par une fillette âgée de 10 ans à Maiduguri Search Maiduguri , dans le nord-est du Nigeria faisant des blessés dont un dans un état grave. Une kamikaze de 10 ans a déclenché ses explosifs samedi soir aux environs de 20 H30 GMT alors qu’une foule était rassemblée autour d’ un restaurateur de rue pendant la soirée de nouvel an. Selon des témoins sur place , la petite kamikaze a approché la foule mais avait déjà exploser sa ceinture quelques mètres avant d’atteindre sa cible. Une personne a été blessée après avoir reçu des éclats d’explosion. Koaci

Niger: deux soldats tués par Boko Haram
Deux soldats nigériens ont été tués et au moins quatre combattants de Boko haram ont trouvé la mort au cours d’une attaque qui a eu lieu dans la nuit du samedi à dimanche dans le sud-est du pays. Plusieurs militaires ont été blessés au cours de l’attaque, qui a eu lieu à Baroua, à Diffa. Les djihadistes ont visé une position de l’armée nigérienne dans cette localité de Baroua au sud-est du pays, proche de la frontière avec le Nigeria. Une zone marécageuse qui fait office de frontière entre les deux pays à travers le lit du lac Tchad. L’attaque intervient quelques jours après la reddition d’une trentaine de combattants nigériens de Boko Haram. BBC

Somalie: Mogadiscio frappée par deux attaques suicides, sept morts et 17 blessés
Mogadiscio a été secouée ce lundi par deux attaques suicides commises par des islamistes shebab affiliés à Al-Qaïda, , ont rapporté des sources sécuritaires. Des shebabs ont mené lundi deux attentats suicides qui ont fait 7 morts et 17 blessés à Mogadiscio. La première explosion s’est produite à l’entrée de l’aéroport international de Mogadiscio,abritant le quartier-général de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), ainsi que les bureaux des Nations unies, des ONG, des missions diplomatiques et d’entreprises étrangères. Un deuxième a été entendu après qu’un gros véhicule a explosé devant le Peace Hôtel fréquenté par des clients étrangers. On compte 17 blessés dont deux gardiens de l’ hôtel. Des maisons voisines ont été détruites. Koaci

Gambie: trois radios privées fermées sur ordre des autorités
Au total trois radios privées gambiennes, Teranga FM, Hilltop Radio et Afri Radio, ont été fermées depuis dimanche par les autorités, ont indiqué lundi des employés, assurant en ignorer la raison. La première fermeture annoncée dimanche a été celle de Teranga FM, radio communautaire plusieurs fois réduite au silence depuis sa création en 2009, selon un membre de son personnel. Lundi, des responsables de Hilltop Radio et de Afri Radio ont annoncé que leurs médias avaient été contraints de fermer dimanche. Aucune de ces radios n’émettait lundi soir, selon un correspondant de l’AFP. TV5

Gambie: Révélation, Yahya Jammeh aurait fixé ses conditions pour quitter le pouvoir
Il faut croire que les négociations Search négociations vont bon train entre la Cedeao et Yahya Jammeh. Et ce malgrè les déclarations faites urbi et orbi et de parts et d’autres de la table de négociation. Les deux parties sont en effet très avancées dans les discussions pour que le Président déchu de la Gambie Search Gambie rende le pouvoir au Président élu, Adama Barrow Search Adama Barrow. Et comme nous l’écrivions Vendredi dernier, la Cedeao était en train de négocier une loi d’amnistie pour Yahya Jammeh, afin qu’il cède le pouvoir à Adama Barrow Search Adama Barrow de manière pacifique. Selon nos confrères du journal Enquete, Yaya Jammeh aurait accepté de quitter le pouvoir sous certaines conditions. La source a précisé que le Babali mansa demande d’abord que lui, sa famille ainsi que 400 de ses proches soient placés à l’abri de poursuites judiciaires après son départ. … Yahya Jammeh a fait ces demandes en passant par des intermédiaires puisqu’il n’a pas souhaité négocier directement avec les émissaires de la Cedeao. Koaci

Cameroun: les vœux de Biya font polémique dans les zones anglophones
L’opposition au Cameroun s’insurge contre les récents propos du président Paul Biya. Dans ses vœux du Nouvel An, le président a mis en garde contre la « violence de rue » et le « défi à l’autorité ». Des villes anglophones ont récemment été le théâtre de grèves et manifestations, parfois violemment réprimées. Ces rassemblements ont donné lieu à des revendications sécessionnistes que le président a rejetées en rappelant que le Cameroun était « un et indivisible ». RFI

Accord signé en RDC : la prochaine présidentielle aura lieu à la fin 2017
En République démocratique du Congo, la majorité et l’opposition ont signé, dans la nuit du 31 décembre, un accord de sortie de crise. Un texte qui organise la transition après la fin du mandat du président Joseph Kabila, le 20 décembre dernier. Il aura fallu 13 dernières longues heures de négociations pour aboutir à ce texte. En résumé, les négociateurs se sont accordés sur le maintien au pouvoir de Joseph Kabila jusqu’à la fin de cette année 2017. En échange, un conseil national de transition est créé. Il sera présidé par Etienne Tshisekedi. En outre, le prochain premier Ministre sera issu de sa coalition « le Rassemblement ». La prochaine présidentielle aura lieu à la fin 2017. RTBF

Compromis politique en RDC: Lambert Mende note « un sérieux problème d’inclusivité »
Le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende, a estimé lundi 2 janvier que le problème « d’inclusivité » demeurait après la signature du compromis politique le 31 décembre 2016 au centre interdiocésain sous l’égide des évêques catholiques. Pour lui, cette question d’inclusivité soulevée après la signature de l’accord du 18 octobre à la cité de l’Union africaine n’a pas été résolue. Lambert Mende fait notamment savoir que certaines forces de l’opposition n’ont pas signé l’accord du 31 décembre. « Force est de constater- et le gouvernement le regrette- que ce grief fondamental fait à l’accord du 18 octobre n’a pas été rencontré au centre interdiocésain dans la mesure où une frange importante de l’opposition en l’espèce le Front pour le respect de la constitution ainsi qu’une partie importante de l’opposition politique ayant pris part aux discussions n’ont pas apposé leurs signatures dans le texte final de la nuit de la Saint Sylvestre », explique le ministre. « Il demeure donc un sérieux problème d’inclusivité de l’accord du 31 décembre », ajoute Lambert Mende. Radio Okapi

RDC : L’opposant Tshisekedi À La Tête Du Conseil National De Transition
La gestion de la République démocratique du Congo (RDC) sera assurée par le pouvoir et l’opposition, qui ont finalement signé sous la médiation des évêques catholique du pays, un accord qui permet au pays de sortir provisoirement de sa crise. L’accord signé autorise le président sortant Joseph Kabila de demeurer à la tête du pays jusqu’à la fin 2017, en contrepartie de la création d’un Conseil national de transition (CNT) qui est présidé par l’opposant historique, Étienne Tshisekedi et la nomination d’un Premier ministre, issu de sa coalition le Rassemblement. Les parties signataires ont clairement acté qu’après son second et dernier mandat, Kabila ne briguera pas un troisième mandat, et convenu qu’ »aucune tentative de révision de la Constitution ne sera entreprise » pendant la transition. La coalition de l’opposition accusait la majorité de vouloir faire sauter, via un référendum, le verrou constitutionnel qui interdit à Kabila de postuler à la présidentielle prévue fin 2017. Le Griot

Cologne: les Nord-africains visés par la police
La police allemande affirme avoir eu raison de contrôler des centaines d’hommes d’origine nord-africaine à Cologne le jour de la Saint-Sylvestre, rejetant les critiques selon lesquelles il s’agissait d’un profilage racial. Le chef de la police de la ville a annoncé que près de 650 hommes d’origine nord-africaine ont été contrôlés. Certains d’entre eux agissaient agressivement, selon lui. Le nombre de policiers a été renforcé. Il a été porté à 1 700. Lors du réveillon, les Nord-Africains ont été pris pour cible après la série d’agressions rapportée l’année dernière à Cologne. Des centaines de femmes ont subi des vols, des insultes et des violences sexuelles de la part d’hommes décrits comme « arabes et nord-africains » par la police. La plupart des attaques se sont produites autour de la gare principale de Cologne, près de la cathédrale. BBC

Burundi: un étrange assassinat
L’assassinat du ministre de l’Environnement et de l’Eau à Bujumbura continue de susciter des réactions dans le pays. C’est la première fois depuis le début de la crise politique, il y a près de deux ans, qu’un membre du gouvernement est tué par des inconnus. L’assassinat d’Emmanuel Niyonkuru, intervient quelques jours après l’annonce faite par le président Pierre Nkurunziza qu’il pourrait se présenter de nouveau en 2020. Cliquez sur les liens ci-dessous pour écouter Domitien Ndayizéyé, ancien président de la République du Burundi de 2003 à 2005 et le porte parole adjoint de la présidence burundaise, Jean Claude Ndenzako Karerwa. DW

« Le bien-être des citoyens burundais se détériore »
« La crise économique actuelle au Burundi tire ses racines lointaines dans l’amour exagéré du pouvoir », lit-on dans une lettre que les organisations engagées dans la campagne contre la vie chère ont adressée, le 28 décembre, à Benjamin Mkapa, facilitateur dans la crise burundaise. « Le Burundi est le premier pays le plus pauvre au monde et connaît un taux de croissance économique négatif de -4,1% en 2015 contre 4,7% en 2014 », argumentent-elles en avançant que la crise en cours s’est accentuée à cause du gel des aides extérieures. Ces organisations soutiennent que cette suspension des financements a entraîné la flambée exponentielle des prix des denrées alimentaires. « Un kilo de haricot s’achetant à 800 Fbu en avril 2015 s’achète actuellement à 2000 Fbu, soit un accroissement de 150%. » Iwacu

Mozambique : la branche armée de l’opposition annonce une trêve de deux mois
Le leader de l’opposition mozambicaine, Afonso Dhlakama, a annoncé mardi 3 janvier une trêve de deux mois dans le conflit qui oppose son parti, la Résistance nationale mozambicaine (Renamo), et le gouvernement et a fait plus de 20 000 déplacés et réfugiés. La Renamo a ainsi décidé de prolonger le cessez-le-feu annoncé le 27 décembre d’une semaine. « Il y a eu quelques petits incidents, mais la trêve de sept jours s’est bien passée, donc j’annonce le prolongement de la trêve pendant soixante jours, jusqu’au 4 mars », a déclaré M. Dhlakama. Le Monde

Mozambique : les milliers de déplacés d’une guerre silencieuse
Dans le centre du Mozambique, une guerre qui ne dit pas son nom fait de plus en plus de victimes. Des milliers de personnes qui disent avoir fui des exactions et des violences, vivent désormais dans des camps ou chez des proches. La plupart des déplacés disent fuir les exactions des rebelles de la Renamo. Ce parti s’était opposé au Front de libération du Mozambique (Frelimo) lors de la longue guerre civile des années 70 et 80. Et depuis 2013, il a repris les armes pour revendiquer un meilleur partage du pouvoir. À Maputo, la capitale, les pourparlers de paix sont dans l’impasse. Mi-décembre, les médiateurs internationaux qui encadrent les négociations depuis six mois ont quitté le pays sur un constat d’échec, sans calendrier de retour et à un moment où l’aile dure du Frelimo semblait déterminée à se débarrasser du leader de l’opposition. Le Monde



Photo: Adam Jones