Revue de Presse du 29 novembre 2017

Discours de Ouagadougou: les références africaines de Macron
Dans son discours à la jeunesse africaine à l’université de Ouagadougou, le président français Emmanuel Macron a cité des auteurs, hommes d’Etat et intellectuels africains de renom. Dès l’entame de son discours, le chef de l’Etat français a fait référence à Thomas Sankara à qui il a rendu un hommage fortement ovationné par le public composé majoritairement d’étudiants. Après Sankara, il a rappelé ce que Mandela a représenté pour le jeune qu’il a été. « Je suis d’une génération dont l’un des plus beaux souvenirs politiques est la victoire de Nelson Mandela et son combat contre l’apartheid, chassé par une solidarité panafricaine allant de l’Alger à Rabat, de Luanda à Conakry. C’est cela l’histoire de notre génération ». BBC

Macron dit « bye bye à la Françafrique » sur le papier selon la presse
Une « rupture » avec le « paternalisme » mais une absence d' »actes concrets » pour bâtir de nouvelles relations entre la France et l’Afrique: la presse de mercredi accueille avec prudence le discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou. Le Parisien évoque « un discours de rupture avec la Françafrique et un jeu de questions-réponses électrique avec des étudiants », mardi dans la capitale du Burkina Faso, première étape de la tournée africaine du président français. En affirmant qu' »il n’y a plus de politique africaine de la France », Emmanuel Macron « a été clair : la politique africaine de la France, c’est fini. Bye bye la Françafrique… », commente Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne. TV5

Franc CFA : les propos de M. Macron sont « déshonorants pour les dirigeants africains »
[…] M. Macron semble ignorer que cette monnaie fut imposée aux Africain.e.s dans le cadre des turpitudes de la colonisation française. En effet, le franc CFA est le produit de la création de la Banque du Sénégal en 1855, banque créée grâce aux ressources versées par la métropole française aux esclavagistes en guise de réparations après l’abolition de l’esclavage le 27 avril 1848. […] car M. Macron, vantant la prétendue stabilité qu’offre le franc CFA, a oublié d’insister sur le fait que les arrangements institutionnels organisant le fonctionnement de la zone franc constituaient le véhicule par excellence de l’accumulation de richesses hors du continent africain. En effet, la fixité de la parité entre le franc CFA et l’euro, la totale garantie de convertibilité entre ces deux monnaies, et enfin la liberté de circulation des capitaux entre les deux zones (franc et euro), permettent un siphonage en toute légalité des ressources africaines vers des cieux où le capital serait en meilleure sécurité, obligeant les forces productives de la zone franc à recommencer, chaque année, le processus d’accumulation du capital. Le Monde

Burkina : la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest inaugurée en présence d’Emmanuel Macron
Inaugurée mercredi en présence d’Emmanuel Macron, la centrale de Zagtouli devient la plus grande ferme solaire d’Afrique de l’ouest, dotée d’une capacité de production maximale de 33 mégawatts. La centrale solaire de Zagtouli a été inaugurée mercredi 29 novembre à Ouagadougou, en présence du président Roch Marc Christian Kaboré et de son homologue français Emmanuel Macron, de passage au Burkina Faso pour une visite officielle de trois jours. Dotée d’une puissance maximale de 33 mégawatts, l’installation solaire de Zagtouli, en banlieue ouest de la capitale burkinabè, devient la plus grande ferme solaire d’Afrique de l’ouest. Jeune Afrique

Libye : le Conseil de sécurité pour la fermeture des camps
Le Conseil de sécurité de l’ONU a examiné mardi à New York la situation des migrants africains en Libye notamment la vente aux enchères des sub-sahariens dans ce pays. Depuis la diffusion des vidéos qui témoignent des traitements inhumains dont ils sont victimes les noirs africains, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) réclame la fermeture des Camps de détention libyens. L’OIM a souhaité que quelques 15 000 migrants présents en Libye soient rapatriés dans leurs pays d’origine. William Lacy Swing, directeur de l’OIM, estime que « la mise en œuvre d’une telle stratégie ne peut pas être possible sans l’implication de tous les acteurs internationaux y compris les pays d’origines des migrants, a fait entendre à cette occasion». Pour le Directeur de l’OIM la priorité est de démanteler les réseaux des trafiquants. BBC

Soudan du Sud: au moins 50 morts dans des affrontements intercommunautaires
Au moins 50 personnes ont été tuées dans deux raids menés lundi et mardi par une milice tribale dans l’est du Soudan du Sud, derniers affrontements en date entre communautés pastorales de cette région, a annoncé mercredi un ministre. Selon le « ministre d’Etat » Dut Achuek, huit personnes ont été tuées dans une attaque menée lundi par une milice dans l’Etat de Jonglei, puis « 23 femmes » et « 19 hommes » ont trouvé la mort mardi dans un second raid. La plupart des victimes sont des civils dont les maisons ont été brûlées et le bétail volé, a-t-il précisé à l’AFP. Les deux attaques ont été menées par des hommes armés de l’ethnie Murle, et visaient des membres de l’ethnie Dinka vivant dans des villages à environ 150 km au nord de Bor, la capitale du Jonglei. TV5

Quatre militaires camerounais égorgés dans le Sud-Ouest en zone anglophone
Quatre militaires camerounais ont été égorgés dans la nuit de mardi à mercredi dans le Sud-Ouest, en zone anglophone au Cameroun, a appris VOA Afrique de sources sécuritaire et administrative. Les faits se sont produits à Agborkem German, où se trouve un poste avancé de l’armée camerounaise à la frontière Cameroun-Nigeria, dans le département de la Manyu, région du Sud-Ouest. « C’est entre 1 heure et 2 heures du matin que ces militaires ont été égorgés », a dit une source militaire . L’on parle d’une « arme collective » utilisée contre les éléments des forces de défense du Cameroun. VOA

Ouverture du Sommet UA-UE à Abidjan ce mercredi
Le Sommet Union africaine-Union européenne s’ouvre à Abidjan ce mercredi 29 novembre : 83 chefs d’État et de gouvernement et quelque 5 000 participants des 55 pays d’Afrique et de 28 pays d’Europe sont attendus pour des discussions qui devraient être dominées par les questions d’immigration et de sécurité. Ces sommets, qui ont lieu tous les trois ans, sont le cadre de concertations mises en place entre l’Afrique et l’Europe. RFI

Sommet UA-UE à Abidjan: vers une «initiative euro-africaine» sur les migrations
3 000 migrants ont disparu en Méditerranée depuis le début de l’année. 164 000 sont arrivés par la mer en Europe, les trois quarts en Italie, selon les dernières statistiques publiées par l’OIM (l’Organisation internationale des migrations). Malgré des chiffres en baisse par rapport à 2016, la question constitue toujours un enjeu colossal pour l’Europe qui a du mal à gérer cet afflux, comme pour l’Afrique qui voit sa jeunesse fuir massivement le continent. Depuis des semaines et la diffusion des fameuses images de migrants vendus aux enchères, cette question est remontée en tête des préoccupations des gouvernements africains. La question migratoire est d’ailleurs l’un des deux grands thèmes du sommet Afrique-Europe qui s’ouvre pour deux jours à Abidjan.  RFI

Au Niger, sur la route des migrants
La cité d’Agadez, « capitale » du pays touareg nigérien, est le grand carrefour où des migrants affluent des pays de la région avant de s’embarquer à bord de camions ou de véhicules tout-terrain vers le désert libyen, désert de tous les périls. Mais depuis que l’Union européenne a promis au gouvernement nigérien une enveloppe de 140 millions d’euros, en 2016, pour démanteler les filières de passeurs et trouver des activités de substitution aux communautés locales qui vivaient de cette économie migratoire (routiers, logeurs, restaurateurs, etc.), les autorités sont plus sévères à l’égard du trafic de migrants, et le flux s’est un peu tari. De Niamey à Agadez, le photographe Samuel Gratacap est allé à la rencontre des candidats à la migration et des passeurs en phase de reconversion. Le Monde

Khattala acquitté de l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye
Le Libyen Abou Khattala, jugé depuis le 2 octobre à Washington pour une attaque ayant tué l’ambassadeur des Etats-Unis en 2012 à Benghazi, a été acquitté mardi des principales accusations à son encontre. Le tribunal l’a toutefois condamné pour « terrorisme ». M. Khattala, dont la peine sera prononcée ultérieurement, a notamment été reconnu innocent des actions qui ont causé la mort dans ce port libyen de l’ambassadeur John Christopher Stevens, d’un employé du département d’Etat et deux anciens membres des Navy Seal. VOA

Le Zimbabwe donne un délai de trois mois pour rapatrier les capitaux avant de lancer des poursuites
Le nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a accordé, mardi, trois mois aux entreprises et aux particuliers pour rapatrier tous leurs capitaux illégalement sortis du pays, faute de quoi ils seront « traduits devant la justice ». Le nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a fixé, dans un communiqué publié mardi 28 novembre, un ultimatum de trois mois aux entreprises et aux particuliers pour rapatrier tous les capitaux illégalement sortis du pays. À l’expiration de ce délai, les autorités « procèderont à l’arrestation de tous ceux qui n’ont pas respecté cette directive et les traduiront devant la justice ». France 24

Zimbabwe: relaxe d’un pasteur poursuivi pour avoir tenté de renverser Mugabe
Le pasteur zimbabwéen Evan Mawarire, qui était poursuivi pour avoir tenté de renverser le gouvernement de l’ancien président Robert Mugabe en organisant des manifestations en 2016, a été relaxé mercredi à Harare. « Il n’y a pas de preuves qu’il ait incité à renverser par la force le gouvernement » de l’époque, a déclaré la juge Priscilla Chigumba, de la Haute cour d’Harare. « L’accusé est acquitté des deux chefs d’inculpation de sabotage d’un gouvernement constitutionnel. L’accusé est acquitté du chef d’inculpation d’incitation à la violence », a-t-elle ajouté. Cette relaxe intervient une semaine après la démission du président Mugabe, sous la pression de l’armée, de la rue et de son parti, la Zanu-PF. TV5

Nigeria: les dossiers de corruption s’empilent dans les tribunaux, pas les condamnations
Des petits tribunaux de province jusqu’à la Cour suprême de la capitale Abuja, les rouages de la justice tournent au ralenti au Nigeria et paralysent dans leur lenteur la guerre contre le cancer du pays: la corruption. « La patience est la réponse à tout », dit-on souvent au Nigeria. Elle est sans aucun doute une fatalité lorsque les affaires sont ajournées à l’infini pour défaut de document, de fonctionnaire, de témoin ou même d’accusé. Les ouvertures de procès pourraient ressembler au scénario monotone du film « Un Jour sans fin ». Ce système judiciaire dysfonctionnel n’est pas nouveau. Mais il devient particulièrement problématique alors que les prochaines élections de 2019 se rapprochent. Le chef du pouvoir judiciaire nigérian, Walter Onnoghen, a révélé récemment que 1.124 affaires de corruption étaient actuellement jugées devant les tribunaux du pays. Slate

Sinaï: Sissi exige un retour à la sécurité « dans les trois mois »
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a chargé ses forces de sécurité mercredi de rétablir la sécurité et la stabilité dans le Sinaï (est) « dans les trois mois », après l’attaque dans une mosquée ayant fait 305 morts vendredi. Dans un discours retransmis par la télévision d’Etat, le président égyptien a chargé son chef d’Etat major et son ministre de l’Intérieur de rétablir « dans les trois mois la sécurité et la stabilité dans le Sinaï » en utilisant « toute la force brutale ». M. Sissi a prononcé cet engagement mercredi, près d’une semaine après le massacre de la mosquée al-Rawda dans le nord du Sinaï, où 305 fidèles, dont 27 enfants, ont perdu la vie lors d’une attaque jihadiste. TV5

Accusation de corruption: Déby dénonce un agenda caché pour détruire le Tchad
Le président tchadien rompt le silence dans l’affaire de pots de vin qui lui auraient été versés par une entreprise chinoise par le biais de l’ancien ministre des Affaires Etrangères du Sénégal Cheikh Tidiane Gadio. Ce dernier est inculpé aux Etats-Unis pour corruption. Il est accusé notamment d’avoir versé des millions de dollars à des dirigeants tchadiens et ougandais afin d’accorder des droits miniers et pétroliers à une entreprise chinoise en 2014 et 2016. Idriss Deby dément et dénonce un agenda caché pour détruire le Tchad Le président tchadien Idriss Deby. C’était à l’occasion de la journée nationale de prière pour la paix hier au Tchad. BBC



Photo: Adam Jones