Revue de Presse du 29 juin 2018

Une quinzaine de terroristes neutralisés au Mali
Une quinzaine de combattants jihadistes ont été « mis hors de combat » le 22 juin dans un accrochage avec des soldats maliens et des éléments français de la force Barkhane dans le centre-nord du Mali, indique l’état-major français des armées. Dans un communiqué, il précise « qu’un détachement formé par une section commando malienne opérant au côté d’un détachement de Barkhane a débusqué un groupe d’une vingtaine de terroristes dans une zone boisée de la région d’Inabelbel », au nord-ouest de Tombouctou. « Le détachement conjoint a immédiatement riposté tout en demandant l’appui d’hélicoptères et de chasseurs de Barkhane », ajoute la même source. VOA

Egypte: Les autorités annoncent avoir tué 10 djihadistes
Les forces de sécurité égyptiennes continuent de mener leur guerre contre les groupes djihadistes au Sinaï, parallèlement à la traque des extrémistes armés dans d’autres régions du pays, à l’instar des 10 activistes tués au Nord du Caire et dans le Centre, dans le cadre de l’enquête sur un attentat commis en mars dernier. Le ministère égyptien de l’Intérieur a annoncé jeudi que six djihadistes avaient été tués dans la province de Beheira, au nord du Caire, et quatre autres à Assiout, dans le Centre. Deux autres extrémistes ont été arrêtés et des armes saisies au cours de ces opérations, ajoute le ministère. Sahel-Intelligence

Nigeria: Quatre présumés terroristes de Boko Haram neutralisés par l’armée
Des membres présumés de Boko Haram ont été neutralisés par les forces armées nigérianes dans l’ Etat de Borno, dans le nord est du Nigeria. L’armée nigériane a annoncé avoir arrêté quatre présumés terroristes de Boko Haram lors d’une opération de déminage dans le village de de Gawasa à Guzamala, dans l’Etat de Borno. Cinq motos, des vivres notamment de la farine, des bouteilles d’huile ont été saisies. Certes affaiblie par une force multinationale, la secte islamiste Boko Haram continue de mener des attaques meurtrières dans le nord est du pays. Mi-Juin, 43 personnes ont trouvé la mort dans la même région lors de diverses attaques attribuées à Boko Haram pendant la fête de l’Aid. Koaci

Afrique de l’Ouest et Centrale : il faut mettre fin aux affrontements entre éleveurs et agriculteurs (ONU)
Plus de 80 personnes dans le centre du Nigéria ont été tuées dans des conflits fonciers entre agriculteurs et éleveurs nomades cette semaine. Ces violences illustrent un problème de longue date marqué par des incidents similaires survenus dans d’autres pays d’Afrique, causant plus de 1.000 morts rien qu’au cours de l’année écoulée, selon des informations parues dans les médias. Dans un communiqué publié par son porte-parole, le chef de l’Organisation mondiale « a exprimé sa profonde préoccupation face à la montée de la violence, au banditisme, à l’extorsion et au vol de bétail qui en résultent ». António Guterres condamne les pertes en vies humaines, les pertes de biens et de moyens de subsistance, ainsi que les déplacements de population, qui sapent la coexistence pacifique entre les communautés de nombreux pays touchés. Cela nuit également à la stabilité régionale, indique le communiqué. Le chef de l’ONU a exhorté tous les gouvernements concernés, les organisations régionales, la société civile et les autres parties prenantes à travailler ensemble pour trouver des solutions aux conflits. UN News

Sud Soudan: Quelles chances pour le nouvel accord de cessez-le-feu de tenir?
Le président du Soudan du Sud Salva Kiir et son rival Riek Machar, ont réussi à se mettre d’accord, mercredi à Khartoum, sur un cessez-le-feu permanent qui doit entrer en vigueur d’ici samedi prochain. Les deux protagonistes ont paraphé « la déclaration de Khartoum », un document censé établir un cessez-le-feu permanent et préparer le terrain à « la fin du conflit » qui ravage le Sud du Soudan depuis plusieurs années. Les pays voisins et la communauté internationale fondent de grands espoirs sur cet accord, signé sous l’égide du président soudanais Omar El Béchir. « Toutes les parties se sont entendues sur un cessez-le-feu permanent sous 72 heures », a annoncé le chef de la diplomatie soudanaise, Al Dirdiri Mohamed Ahmed. Sahel-Intelligence

Au Soudan du Sud, les combats et les violations des droits de l’homme continuent (ONU)
Malgré la signature d’un accord entre les belligérants, la situation sécuritaire au Soudan du Sud demeure gravement préoccupante, a prévenu jeudi la Sous-Secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix, Bintou Keïta, devant le Conseil de sécurité. Cette situation se caractérise par des violations répétées de l’accord du cessez-le-feu par les parties qui pourtant s’étaient engagées à l’honorer ainsi que de graves violations des droits de l’homme, notamment dans les régions centrale et méridionale de l’État de l’Unité. Mme Keïta est intervenue au lendemain du meurtre d’un Casque bleu de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS). Un acte atroce qu’elle a condamné dans les termes les plus fermes. Pour la Sous-Secrétaire générale, il ne fait aucun doute qu’il s’agit là d’un crime de guerre, précisant que l’ONU interviendra auprès de toutes les parties prenantes pour identifier les auteurs de ce meurtre. UN News

Trois ans de prison pour un journaliste marocain qui a couvert les manifestations du Rif
La justice marocaine a condamné le journaliste Hamid Al-Mahdaoui à trois ans de prison, jeudi 28 juin, pour « non-dénonciation d’une tentative de nuire à la sécurité intérieure de l’Etat » après sa couverture du mouvement de protestation populaire du Hirak. « Je ne conteste pas le fait d’être jugé selon le Code pénal et non selon le Code de la presse, mais je demande à ce que le jugement soit juste et équitable », a déclaré le journaliste de 39 ans à la fin des audiences devant la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca. Le Monde

Asile et migration: le Maroc « rejette » le concept de « plateformes de débarquement hors UE »
Le Maroc « rejette » le concept de centres d’accueil hors-UE envisagé par l’Union européenne pour externaliser la gestion des flux migratoires hors de ses frontières, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita. « Le Maroc rejette et a toujours rejeté ce genre de méthodes pour la gestion de la question des flux migratoires », a-t-il dit après une rencontre à Rabat avec son homologue espagnol Josep Borrell, en dénonçant les « solutions faciles » et les « mécanismes contre-productifs ». Le Maroc, comme la Tunisie ou l’Albanie, fait partie des pays cités comme possible localisation des centres d’accueil de migrants ou des « plateformes de débarquement hors de l’Europe » qui devaient être discutées au cours du sommet européen sur les migrations ouvert jeudi à Bruxelles. RTBF

Libye: Haftar dit avoir libéré Derna d’une coalition islamiste
Le Maréchal Khalifa Haftar, a annoncé jeudi soir la libération de Derna, ville contrôlée par des groupes islamistes radicaux. Les forces du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) ont désormais le contrôle de la ville côtière de Derna située à 1.000 km à l’est de Tripoli, fief d’une coalition de milices islamistes . « Nous annonçons en toute fierté la libération de Derna, ville chère à tous les Libyens », a annoncé le maréchal Haftar dans un discours à la télévision, faisant état d’une « journée glorieuse ». Le maréchal Haftar avait lancé le 7 mai une offensive pour « libérer » cette ville côtière et en Juin, le croissant pétrolier désormais aussi sous son contrôle. La Libye a sombré dans le chaos après la chute en 2011 de Mouammar KadhafI . Des autorités rivales, à Tripoli et dans l’est du pays, et de nombreuses milices continuent de s’y disputer le pouvoir. Koaci

Tchad: le Fact nie toute implication dans le conflit en Libye
Au Tchad, le gouvernement s’inquiète de la situation sécuritaire en Libye où sont présents des « mercenaires » du Tchad. Dans un communiqué, le gouvernement attire ainsi « l’attention de la communauté internationale sur la pratique récurrente du mercenariat dans cette crise libyenne et le développement du trafic de drogue, des armes et des êtres humains ». Aucun groupe n’est nommé précisément, mais le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact) se sent visé et dément prendre part à la guerre en Libye. RFI

Ex-Kasaï-Occidental : 800 cas de tortures recensés en six mois
L’ONG Action chrétienne pour l’abolition de la torture (ACAT) affirme avoir répertorié depuis janvier dernier plus de 800 cas de victimes de tortures, au Kasaï-Occidental démembré. Ces statistiques ont été dévoilées jeudi 27 juin à la célébration de la Journée internationale de soutien aux victimes de tortures. D’après l’ACAT les 800 cas de victimes de tortures recensés au premier semestre équivalent à la baisse de 55% par rapport à la même période de l’année 2017. Le coordonnateur provincial de cette organisation, Emmanuel Malundu, mobilise pour la lutte contre ce fléau. Il en appelle à l’implication de tous pour combattre cette pratique. « Tout Congolais doit savoir que la torture n’est pas acceptable par la loi. L’Etat congolais n’accepte pas la torture parce que la vie humaine est sacrée », a affirmé Emmanuel Malundu. Radio Okapi

Au Conseil exécutif de l’UA. RDC : Moussa Faki insiste sur l’urgence d’organiser les élections cette année
L’organisation des élections à la fin de cette année en République Démocratique du Congo serait de plus en plus une nécessité qui s’impose, à en croire le Président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki. L’homme s’en est appesanti en marge de l’ouverture de la 33ème Session du Conseil exécutif de l’UA ce jeudi 28 juin 2018, à Nouakchott, en Mauritanie, en préparation du 31ème sommet de l’Union africaine attendu dans les prochains jours. En tout cas, sans ambages, ‘’rien n’est plus urgent que la tenue des élections cette année’’ au Congo-Kinshasa, a-t-il lâché. A en croire une certaine opinion, le sommet de l’Union africaine annoncé dans les jours qui viennent, pourrait être celui des grands enjeux pour la République Démocratique du Congo, après le rendez-vous manqué de Luanda. Pendant ce temps, c’est Louise Mushikiwabo, la Ministre rwandaise des Affaires Etrangères, celle-là même qui bénéficie du soutien du Président français, Macron à la tête de la francophonie, qui a présidé cette cérémonie d’ouverture des travaux du Conseil Exécutif de l’Union Africaine. La Prospérité

Cameroun : l’entreprise agricole CDC victime de la crise anglophone
Après un an et neuf mois d’offensives sécessionnistes, le plus gros employeur, après l’Etat du Cameroun, est à bout de souffle. La Cameroon development corporation possède pourtant de vastes plantations agricoles. La Cameroon development corporation (CDC), qui possède de vastes plantations agricoles autour du Mont Cameroun, risque de disparaitre en raison de l’insécurité dans la région. De la même manière, d’autres entreprises des régions anglophones sont en difficultés à cause de la guerre. « Ils sont venus abattre un gendarme sur la route …. Juste là, au petit marché », décrit un chauffeur de moto-taxi de Muntenguene sont légion dans les localités anglophones du Cameroun. DW

Le président érythréen et le Premier ministre éthiopien se rencontreront « bientôt »
Le président érythréen Issaias Afeworki et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed se rencontreront « bientôt », une nouvelle étape sur la voie du dégel des relations entre les deux pays, dont les plus hauts dirigeants ne se sont plus réunis depuis près de 20 ans. « La visite de la délégation érythréenne a établi un terrain fertile pour la restauration de la paix entre les deux pays », a indiqué la radio-télévision proche du pouvoir éthiopien Fana, en disant rapporter les propos du ministre éthiopien des Affaires étrangères, Workneh Gebeyehu. Selon Fana, qui ne donne aucun détail sur le lieu et la date possibles, M. Abiy a envoyé jeudi une lettre au chef de l’État érythréen. Cette rencontre pourrait aider à mettre fin à des décennies d’hostilité entre les deux voisins de la Corne de l’Afrique. Une délégation érythréenne de haut niveau, composée notamment du ministre des Affaires étrangères Osman Saleh et du conseiller spécial du président Issaias, Yemane Gebreab, a effectué une visite historique de trois jours à Addis Abeba qui s’est conclue jeudi. Slate

Togo: Des solutions provisoires à la crise politique avant les recommandations de la CEDEAO, réactions
Des mesures provisoires sont trouvées au règlement de la crise politique au Togo en attendant en fin juillet prochain la tenue du sommet de la CEDEAO avec les recommandations qui seront faites aux protagonistes. En effet les consultations eues par les Présidents Nana Akufo-Addo du Ghana et Alpha Condé de la Guinée, les deux facilitateurs dans la crise politique togolaise, ont abouti à des mesures provisoires qui sont entre autres la poursuite des activités du parlement actuel au-delà de l’échéance prévue conformément à la Constitution, la suspension des préparatifs électoraux et le vœu que les échéances en question puissent se tenir avant fin novembre 2018. Koaci



Photo: Adam Jones