Revue de Presse du 29 janvier 2018

Mali : au moins 14 soldats tués dans le nord du pays
L’attaque a été perpétrée contre un camp militaire situé à Soumpi, indique l’armée malienne sur sa page Facebook. Les forces armées maliennes qui évoquent un acte terroriste, ont annoncé la perte de 14 soldats. Dix-huit autres militaires ont été blessés. L’attaque contre le camp de Soumpi intervient deux jours après la mort de 26 civils, dont des mères et leurs bébés. Ils ont été tués par l’explosion d’une mine à Boni, dans le centre du Mali. BBC

Soudan du Sud : « Le moment est venu » d’imposer des sanctions, estime Moussa Faki
Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki, a estimé dimanche que « le moment [était] venu » d’imposer des sanctions contre ceux qui entravent les efforts de paix au Soudan du Sud. Le pays est en guerre depuis décembre 2013. « Le moment est venu d’imposer des sanctions à ceux qui font obstacle à la paix » au Soudan du Sud, a déclaré dimanche 28 janvier Moussa Faki, le président de la Commission de l’Union africaine, lors d’un discours à l’ouverture du 30e sommet de l’Union africaine dans la capitale éthiopienne Addis Abeba et alors que le président sud-soudanais Salva Kiir était présent. France 24

Centrafrique: changement de stratégie pour la Minusca
« La Minusca devrait revoir sa stratégie de protection des civils pour s’assurer que sa réponse opérationnelle soit mieux adaptée », explique un communiqué révélé par l’AFP. Selon les résultats d’une enquête indépendante, diligentée par le département des opérations de maintien de la paix de l’Onu, la Minusca n’a pas su endiguer un nouveau cycle de violences depuis fin 2016. « Un certain nombre de carences ont été identifiées quant à l’entraînement des troupes et policiers de pays contributeurs et leur compréhension de la protection des civils », souligne la source. BBC

Centrafrique: arrivée d’une première livraison d’armes russes à Bangui
Une première cargaison d’armes russes, destinées à l’équipement des forces armées centrafricaines, est arrivée dans la nuit de vendredi à samedi à Bangui, a appris l’AFP de sources onusiennes concordantes. L’avion, un IL76 opéré par l’armée russe, est arrivé à l’aéroport de Bangui depuis Khartoum le 26 au soir, et est reparti pour Khartoum dans la nuit. « Il y avait des agents russes pour les accueillir », a indiqué à l’AFP une source de l’ONU. Mi-décembre, après de longues négociations avec le Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie avait été autorisée à donner un stock d’armement conséquent à la RCA, destiné à l’armée centrafricaine en reconstruction, en vertu d’une exemption accordée par l’ONU à Moscou à l’embargo sur les armes décrété à l’égard de ce pays. TV5

Obiang Nguema : »il faut protéger Yahya Jammeh »
La Guinée équatoriale n’extradera pas l’ancien président gambien Yahya Jammeh, c’est ce qu’a affirmé vendredi, le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema. M. Obiang Nguema s’exprimait vendredi soir à la télévision nationale, à l’issue d’une visite de quelques heures à Malabo du président en exercice de l’UA, le président guinéen Alpha Condé. « Je crois que la position de protéger les anciens chefs d’Etat est une position correcte. Et précisément je félicite Alpha Condé qui m’a suggéré qu’il n’accepterait aucune demande d’extradition de Yahya Jammeh. Moi non plus je ne l’accepterai pas », a expliqué le président Obiang Nguema. BBC

RDC : Joseph Kabila sort de son mutisme
Face à la presse vendredi, le chef de l’Etat Congolais a abordé les questions sécuritaires et diplomatiques. Il s’en est pris à l’Eglise catholique, mais aussi à la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). « Nulle part, dans la Bible, Jésus-Christ n’a jamais présidé une commission électorale », a-t-il ironisé à l’endroit de l’Eglise catholique de son pays dont il estime qu’elle ne doit pas se mêler du processus électoral. Pour expliquer sa position sur les manifestations, Joseph Kabila a laissé entendre que « la démocratie, ce n’est pas la foire ». BBC

RDC: que pensent les Congolais de la Monusco?
Le président Joseph Kabila s’est montré très ciritque vendredi 26 janvier face à la mission de l’ONU au Congo, accusée de n’avoir « éradiqué » aucun groupe armé en près de vingt ans de présence en RDC. Il a également dit refuser l’ingérence de l’ONU dans la gestion de son pays. Alors que le mandat de la Monusco, la mission la plus importante au monde par ses budgets et ses effectifs, doit être renouvelé courant mars, que pensent les acteurs congolais de l’utilité de cette mission ? Depuis 2013, le président congolais demande régulièrement une réduction du nombre de casques bleus dans son pays, en vue de leur départ définitif. Vendredi, Joseph Kabila a également évoqué son intention de clarifier ses relations avec la Monusco, sous-entendu de revoir son mandat. RFI

UA: Condé interpelle Guterres sur l’utilité des casques bleus en Afrique
A quoi servent les casques bleus en Afrique ? Vendredi, la question a été posée brutalement par le président congolais Joseph Kabila. Et ce dimanche 28 janvier, elle a été posée à nouveau, cette fois par le président guinéen Alpha Condé. C’était à l’ouverture du 30e sommet de l’UA, et en présence du chef des casques bleus, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. En pleine cérémonie d’ouverture, dimanche midi, le Guinéen Alpha Condé faisait le bilan de ses douze mois à la tête de l’Union africaine, quand il s’est tout à coup tourné vers son voisin de tribune, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies. RFI

Ce que les chefs d’État ont dit à l’ouverture du 30e sommet de l’UA
Auto-financement de l’organisation, conflits régionaux et présentation des nouveaux venus… Tour d’horizon de la première journée du 30e sommet de l’UA. C’est avec plus de trois heures de retard que s’est ouvert, dimanche 28 janvier, le 30e sommet de l’Union africaine (UA). Programmé à 11h, la plénière n’a finalement eu lieu qu’à 14H, car les chefs d’État ont dû d’abord se réunir à huis clos pour aplanir leurs divergences portant sur certains sujets, principalement la réforme Kagamé. Au centre des discussions : la question de l’auto-financement via le prélèvement d’une taxe de 0,2% sur les importations éligibles et la création d’une zone de libre échange. Jeune Afrique

Liberia : George Weah complète son premier gouvernement
Le nouveau président du Liberia, l’ex-star du foot George Weah, a complété samedi son premier gouvernement en nommant de nouveaux ministres, un mélange de nouveaux venus et de membres de l’ancienne administration. Le nouveau ministre de l’Intérieur, Varney Sirleaf, est le beau-fils de l’ex-présidente Ellen Johnson Sirleaf. L’ancien ministre de l’Information, Eugene Nagbe, garde son portefeuille dans le nouveau gouvernement, selon un communiqué officiel. Le ministre de l’Education Ansu Sonii, et celui du Commerce et de l’Industrie, Wilson Tarpeh, étaient les porte-paroles de Weah, pendant sa campagne électorale. Jeune Afrique

Egypte: des personnalités appellent au boycott de la présidentielle
Cinq personnalités égyptiennes ont appelé dimanche au boycott de la présidentielle prévue en mars pour laquelle le chef de l’Etat sortant Abdel Fattah al-Sissi est candidat à sa propre succession, accusant le régime « d’empêcher toute compétition loyale ». M. Sissi, au pouvoir depuis 2014, est actuellement le seul candidat officiellement en lice pour l’élection dont le premier tour est prévu entre les 26 et 28 mars. Les aspirants à la présidence ont jusqu’à lundi pour déposer leur candidature. L’appel de ces personnalités a été lancé alors que la course à la présidentielle, où M. Sissi part largement favori, a vu depuis quelques semaines plusieurs prétendants écartés par les autorités. D’autres se sont dits découragés, dénonçant des pressions sur leurs partisans. TV5

Angola: premier test sérieux pour les réformes économiques de Lourenço
Le président angolais Joao Lourenço a été élu il y a cinq mois en promettant un « miracle économique ». Mais le redressement s’annonce long et difficile. Depuis trois semaines, il se manifeste même par une inquiétante dévaluation de la monnaie locale. Début janvier, le nouveau gouverneur de la Banque centrale, Jose de Lima Massano, a annoncé une petite révolution: la mise en place progressive d’un système de changes flottants. La devise angolaise était arrimée depuis 2016 au billet vert au prix invariable de 166 kwanzas pour 1 dollar. Mais ce taux était bien loin de refléter la valeur réelle du kwanza, qui s’échange au marché noir à plus de 400 pour un dollar. TV5

L’Union africaine, terrain de bataille diplomatique entre l’Algérie et le Maroc
Le regard souverain du roi Mohammed VI se pose sur les diplomates et les chefs d’Etat qui vont et viennent dans le hall du siège de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba. Le portrait encadré d’or du monarque, qui n’a pas fait le déplacement en Ethiopie cette année, trône à gauche de l’entrée du centre de conférences où se déroule, dimanche 28 et lundi 29 janvier, le 30e sommet de l’organisation panafricaine. Des colonels des Forces armées royales en uniforme accueillent les décideurs du continent sur ce stand qui met en scène plus de cinquante ans de coopération avec l’Afrique. « Mission accomplie », se réjouit Nasser Bourita, le ministre des affaires étrangères. S’il savourait le moment, vendredi, c’est que le Maroc a obtenu un siège pour deux années au Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA, l’organe de règlement des conflits, dirigé depuis sa création par l’Algérie, qui a retiré au dernier moment sa candidature. A sa tête, Smaïl Chergui, ancien ambassadeur d’Algérie à Moscou devenu il y a cinq ans l’incontournable commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA. Le Monde



Photo: Adam Jones