Revue de Presse du 29 décembre 2016

Libye: 11 corps de migrants retrouvés près de Tripoli
Les corps de 11 migrants morts par noyade après le naufrage de l’embarcation dans laquelle ils tentaient de rejoindre l’Europe ont été retrouvés sur des plages près de Tripoli (ouest), a indiqué mercredi le Croissant-Rouge libyen. « Les équipes de la branche de Tripoli du Croissant-Rouge libyen ont récupéré mardi 11 cadavres rejetés par la mer » sur plusieurs plages autour de la capitale, a indiqué à l’AFP Mohannad al-Fallah, un volontaire de cette organisation. Selon lui, les équipes ont été dépêchées après des signalements d’habitants concernant la présence de corps sur des plages. La branche tripolitaine du Croissant-Rouge libyen a précisé sur sa page Facebook que les corps avaient été découverts sur des plages de l’ouest de la capitale, à Hay al-Andalous, à Regata -un complexe résidentiel pour expatriés- et à Sayyad, cette dernière étant située dans une zone rocheuse difficile d’accès. TV5

RDC : la refonte de la CENI pourrait retarder l’organisation des élections, craint la société civile
Une éventuelle refonte de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) entrainerait le retard dans l’organisation des élections, a estimé mercredi l’organisation « société civile force vives de la RDC » dans un mémo adressé à la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). « Soucieux de la bonne marche du processus déjà engagé, nous tenons à émettre des inquiétudes sur une éventuelle refonte de la CENI annoncée ou souhaitée par les forces politiques », a affirmé le porte-parole du panel des experts de la société civile forces vives pour le dialogue, Dieudonne Mushagalusa. Deux points majeurs divisent les participants au dialogue inclusif, organisé sous la médiation de la CENCO. Il s’agit de la personnalité qui va diriger le gouvernement de transition et la restructuration de la CENI, voulue par le Rassemblement. Dieudonné Mushagalusa craint que cette idée n’entraine des « conséquences malheureuses », citant notamment la non tenue des élections dans le délai consensuel et la perte de temps. Radio Okapi

RDC : accusé d’avoir séquestré trois soldats, l’opposant Diongo condamné à 5 ans de prison
Arrêté le 19 décembre, le député Franck Diongo a été condamné mercredi à 5 ans de prison à Kinshasa. Quinze autres manifestants anti-Kabila ont écopé eux de trois ans de prison à Lubumbashi, dans le sud de la RD Congo. Le verdict est tombé mercredi 28 décembre. Reconnu coupable d’arrestation arbitraire et de détention illégale aggravée, le député Franck Diongo a été condamné à cinq ans de prison par la Cour suprême de justice à Kinshasa. Jeune Afrique

RDC : au moins 50 morts dans des inondations dans le sud-ouest
« La pluie de la nuit de lundi à mardi à Boma a causé au moins 50 morts », a déclaré à l’AFP au téléphone Jacques Mbadu, gouverneur de la province du Kongo central (sud-ouest), indiquant que des recherches se poursuivaient pour retrouver « éventuellement d’autres corps enfouis dans la boue ». « Nous avons enterré 31 corps mercredi et comptons rapatrier aujourd’hui [jeudi] une vingtaine d’autres corps qui se trouvent de l’autre côté de la frontière en Angola », a ajouté M. Mbadu. Le Monde

Tunisie: plan d’action face au retour de milliers de jihadistes
Une réunion ministérielle se tiendra jeudi autour du chef du gouvernement Youssef Chahed afin de définir « un plan d’action » face à la menace que représente le retour de milliers de jihadistes tunisiens dans leur pays, a-t-on appris mercredi de source officielle. La Tunisie est l’un des principaux pays touchés par le fléau, avec 5.500 ressortissants ayant rejoint les rangs d’organisations jihadistes ces dernières années selon l’ONU, et le débat public sur la perspective de leur retour s’est récemment emballé. TV5

Gambie : les soutiens à Adama Barrow se multiplient
Le 10 janvier prochain, la Cour suprême doit statuer sur le recours officiel déposé par le clan de Jammeh qui conteste les résultats de la présidentielle en Gambie, et le 19 janvier le président sortant doit céder le pouvoir à son successeur Adama Barrow. Tous les chefs d’Etat de la Cédéao ont annoncé qu’ils seraient présents à l’inauguration. Une inauguration à propos de laquelle Jammeh a déclaré qu’elle n’aurait pas lieu. Dans l’attente, de plus en plus d’officiels Gambiens affichent leur soutien à Adama Barrow. RFI

Gambie : réouverture de la Commission électorale
Dans une déclaration faite à la télévision nationale mercredi, GRTS, la présidence gambienne assure que le pays est stable et paisible et qu’il n’y a pas de raisons de s’inquiéter. Le gouvernement explique que la Commission électorale a été fermée pour des raisons de sécurité en raison de risques d’incendie. Toutefois, il ajoute qu’il y aura toujours une présence policière sur place. Le 13 décembre , les forces de sécurité gambiennes ont encerclé le siège de la commission électorale. Ils avaient également empêché les employés d’y entrer, selon le président de la commission électorale, Alieu Momar Nji. Le président Yahya Jammeh avait initialement accepté sa défaite mais il a fait un revirement en demande l’organisation de nouvelles élections en raison d’irrégularité. BBC

Le Niger lance un programme d’amnistie pour les déserteurs de Boko Haram
Le gouvernement du Niger a annoncé mercredi 28 décembre le lancement d’un programme d’amnistie et de réinsertion pour les anciens combattants du groupe jihadistes Boko Haram. Cette annonce a été faite par le ministre nigérien de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Mohamed Bazoum, en visite à Diffa, dans le sud-est du pays, où une trentaine d’anciens combattants s’est rendue. Les Nigériens de Boko Haram qui décideraient de faire défection savent désormais ce qui les attend. « Nous allons leur garantir la sécurité, nous allons leur éviter la prison, nous allons leur éviter toute poursuite judiciaire. Et nous allons nous acheminer vers une forme de prise en charge », a expliqué Mohamed Bazoum. RFI

Nigeria: « Nous n’avons été chassés de nulle part », affirme Shekau, chef de Boko Haram
Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a diffusé jeudi une nouvelle vidéo dans laquelle il conteste les affirmations du gouvernement nigérian selon lesquelles le groupe jihadiste a été chassé de la forêt de Sambisa, un de ses derniers bastions dans le nord-est du pays. « Nous sommes en sécurité, nous n’avons été chassés de nulle part. Et les tactiques et les stratégies ne peuvent pas révéler notre position, sauf si Allah le veut (…) », affirme Shekau, entouré de combattants cagoulés et armés, dans une vidéo de 25 minutes. Le président nigérian Muhammadu Buhari avait déclaré samedi 24 décembre que l’armée avait « écrasé » Boko Haram dans la forêt de Sambisa, où l’armée mène des opérations depuis plusieurs mois. Shekau, annoncé mort à de nombreuses reprises par les autorités nigérianes, apparaît en bonne santé physique sur cette nouvelle vidéo. VOA

Nigeria: la police affirme avoir déjoué un attentat séparatiste
La police nigériane a annoncé avoir déjoué un attentat à la bombe contre un des principaux ponts de la capitale économique Lagos, préparé par un groupe séparatiste biafrais dont le leader a été arrêté. L’objectif de l’attentat était le pont-autoroute Mainland Bridge, reliant sur 13 kilomètres le quartier d’affaires d’Island au reste de la mégapole nigériane, a indiqué mercredi soir le porte-parole de la police Don Awunah dans un communiqué. TV5

Burundi : le régime veut contrôler de plus en plus la population
Le régime poursuit sur sa lancée et veut contrôler de plus en plus la population.
Le régime burundais poursuit sur sa lancée totalitariste. Alors que la plus ancienne ligue de défense des droits de l’homme du pays, Iteka, dénonçait il y a dix jours une « recrudescence » des arrestations et disparitions d’opposants réels ou supposés, l’Assemblée nationale burundaise a adopté vendredi dernier une loi de contrôle accru des ONG internationales ayant une antenne au Burundi, alors que les chefs de ménage de tout le pays doivent désormais consigner, pour les forces de sécurité, tous les mouvements de ceux qui passent par leur maison. La crise totalitaire du régime a commencé en avril 2015, avec la contestation des projets du président Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, de se présenter à un troisième mandat, expressément interdit par l’Accord de paix d’Arusha qui avait mis fin à une sanglante guerre civile (1993-2005). La Libre

Kenya : à qui profite le couvre-feu aux frontières de la Somalie ?
La région frontalière entre le Kenya et la Somalie reste toujours une zone chaude. Le pouvoir à Nairobi vient de prolonger de trois mois un couvre-feu de douze heures dans la région de Mandera suite aux récents attentats terroristes lancés par le groupe islamiste somalien des Shebabs dans la région. Des observateurs remettent en question la pertinence de cette décision. La Tribune

Mozambique: dans le centre en guerre, les civils se réfugient dans des camps de déplacés
Sous une pluie battante, à l’abri dans une tente d’un camp de déplacés, Titus Albaosui témoigne du conflit oublié au centre du Mozambique, qui a généré la fuite de milliers de civils terrifiés. « Là-bas, c’est la guerre. Tous les soirs après 17H00, il fallait aller dormir dans la forêt ». Ce fermier de 24 ans s’est résolu à quitter son village, à 130 km de là, après l’assassinat de son oncle par des hommes armés, en laissant quasiment tout derrière lui: « Si tu prends des choses, on te demande où tu vas », explique-t-il. Titus a trouvé refuge depuis mi-décembre, avec son père et son épouse, au camp de déplacés de Vanduzi, dans le centre du pays. Vanduzi est situé dans la province de Manica, l’un des épicentres du conflit entre la Renamo, la rébellion de la guerre civile (1976-1992) qui a repris les armes en 2013, et le Frelimo, au pouvoir depuis l’indépendance en 1975. TV5



Photo: Adam Jones