Revue de Presse du 27 novembre 2017

 

Attaque d’une mosquée en Égypte : l’État islamique soupçonné
Tous les regards sont tournés vers l’État islamique (EI), 24 heures après l’attaque sanglante d’une mosquée dans le Sinaï. La branche égyptienne du groupe terroriste est en effet soupçonnée d’être à l’origine du massacre, vendredi 24 novembre, qui a fait 305 morts, dont 27 enfants, selon un bilan encore provisoire. L’EI, qui n’a pas revendiqué l’attaque, a mené plusieurs attentats dans cette péninsule de l’est de l’Égypte afin d’affaiblir le pouvoir en place. Les djihadistes sévissent dans le Sinaï depuis plusieurs années. Mais les attaques sporadiques se sont muées en une véritable insurrection après la destitution par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013. Le principal groupe djihadiste opérant à l’époque au Sinaï, Ansar Beit al-Maqdess, avait adopté une propagande reflétant sa loyauté envers le réseau Al-Qaïda. Après la proclamation par l’EI en 2014 d’un « califat » en Syrie et en Irak, Ansar Beit al-Maqdess a alors prêté allégeance au groupe terroriste. Le Point

Au moins 31 migrants morts dans des naufrages au large de la Libye
Plus de 30 migrants ont trouvé la mort et 200 autres ont été secourus samedi 25 novembre après le naufrage de deux embarcations au large des côtes libyennes alors que 40 personnes sont portées disparues, selon la marine libyenne. Les gardes-côtes libyens ont effectué deux opérations de sauvetage au large de Garaboulli (60 km à l’est de Tripoli), selon le colonel Abou Ajila Abdelbarri, un responsable des gardes-côtes à Tripoli. Ils ont découvert « un premier canot pneumatique qui avait coulé où plusieurs personnes étaient agrippées à une partie de l’embarcation » et ont pu « sauver 60 personnes et récupéré 31 corps dans l’eau ». Selon un porte-parole de la marine libyenne, « 18 femmes et trois enfants » figuraient parmi les migrants morts, et « un enfant et neuf femmes » parmi les rescapés secourus autour du premier canot, alors qu’une quarantaine de personnes étaient portées disparues. Le Monde

Macron en tournée en Afrique pour moderniser les relations franco-africaines
Décidé à redresser l’image et l’influence française en Afrique, Emmanuel Macron entame lundi sa première tournée sur le continent (Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Ghana) pour moderniser les relations franco-africaines, recentrées sur l’entrepreneuriat, la jeunesse et l’éducation. Le président français devra convaincre une jeunesse africaine de plus en plus hostile à la présence française sur le continent, sur fond de menace terroriste persistante au Sahel, que les troupes françaises installées dans la région ont du mal à combattre, et d’un flux migratoire croissant que l’Europe veut endiguer. Pour montrer qu’il appartient à une nouvelle génération, éloignée du passé colonial, M. Macron parlera surtout partenariat économique, entrepreneuriat, éducation, sport et énergies renouvelables, plutôt que d’aide au développement. TV5

Emmerson Mnangagwa : sera-t-il différent de Mugabe ?
Il a été le compagnon de route de Mugabe mais des différences les séparent. « C’est le début d’une nouvelle ère démocratique pour notre pays », a déclaré Emmerson Mnangagwa à ses partisans lors de son premier discours public depuis son retour au Zimbabwe. Et pourtant, pendant près de cinq décennies, Mnangagwa a été le protégé, le compagnon de route et le bras droit de l’ex-président zimbabwéen Robert Mugabe. Il y a cependant des différences importantes entre le nouveau président du Zimbabwe et son ancien mentor. BBC

Liberia : La Commission électorale rejette le recours contre le premier tour
La Commission nationale électorale a rejeté vendredi, en appel, le recours contre le 1er tour de la présidentielle organisée le 10 octobre dernier au Liberia. Le conseil de la Commission nationale électorale a jugé que les plaignants n’avaient pas apporté la preuve irréfutable, comme l’exige la Constitution. Les plaignants estimaient que le premier tour de l’élection présidentielle au Liberia était entaché d’irrégularités. Le sénateur et ex-star du football George Weah et le vice-président sortant Joseph Boakai étaient arrivés en tête. BBC

Reprise du dialogue inter burundais à Arusha
Le dialogue inter burundais a repris à Arusha, dans le nord de la Tanzanie, sur fond de statu quo. La principale coalition de l’opposition boycotte la rencontre qui doit durer deux semaines. Cette quatrième session est présentée par l’équipe du facilitateur comme la dernière avant la signature d’un accord. Le Burundi traverse une grave crise politique depuis avril 2015, période durant laquelle le président Pierre Nkurunziza a annoncé sa volonté de briguer un 3e mandat. Il a été élu en juillet de la même année. La liste des organisations participant à ces pourparlers a longtemps été le point d’achoppement entre pouvoir et opposition. BBC

Zimbabwe: l’ancien ministre des Finances Chombo dans le collimateur
Au Zimbabwe, l’ancien ministre des Finances sous le régime Mugabe a comparu samedi 25 novembre devant la justice. C’était la première apparition publique d’Ignatus Chombo depuis son arrestation il y a 2 semaines. L’ex-ministre des Finances a été interpellé dans les heures qui ont suivi le coup de force de l’armée au Zimbabwe. Un proche de Grace Mugabe, l’épouse de l’ex-président, Chombo comparaissait pour corruption et abus de pouvoir. RFI

Zimbabwe: la retraite contrainte mais bien dotée de Robert Mugabe 
Au Zimbabwe, l’ex-président Robert Mugabe partirait à la retraite avec un « package » de près de 10 millions d’euros. C’est ce que révèle la presse zimbabwéenne, ce dimanche 26 novembre, citant des hauts responsables de la Zanu-PF, le parti au pouvoir. Sous la pression de la rue et des militaires, l’ex-homme fort du Zimbabwe a accepté quitter le pouvoir cette semaine après 37 ans de règne. RFI

Arrivée en Côte d’Ivoire du roi du Maroc Mohammed VI pour le sommet UE-UA
Le roi du Maroc Mohammed VI est arrivé dimanche après-midi en Côte d’Ivoire pour une visite « de travail et d’amitié » puis pour participer au sommet Europe-Afrique mercredi et jeudi. La présence de Mohammed VI au sommet Union européenne-Union africaine d’Abidjan avait été confirmée samedi après de longues spéculations liées à la présence du Front Polisario, dont le royaume nie la légitimité. VOA

Maroc: le parti islamiste pousse son ex-Premier ministre vers la sortie
L’ancien Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane s’est vu refuser dimanche la possibilité d’un troisième mandat à la tête de son mouvement islamiste, le parti Justice et développement (PJD), quelques mois après avoir dû renoncer au poste de chef du gouvernement. M. Benkirane, patron incontesté depuis 2008 du PJD et poids lourd de la vie politique marocaine, avait été nommé chef du gouvernement après la victoire historique de son mouvement lors des législatives de 2011, dans le contexte du Printemps arabe. Son parti ayant de nouveau remporté les élections l’an dernier, il avait tenté en vain de former une nouvelle coalition avant d’être limogé par le roi Mohammed VI. TV5

Un Casque bleu égyptien tué dans une embuscade en Centrafrique
Un Casque bleu égyptien de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) a été tué et trois autres Casques bleus blessés dimanche matin dans une embuscade dans le sud du pays, a annoncé la force onusienne. Le soldat est décédé « lors d’une attaque perpétrée par des éléments armés affiliés à la mouvance antibalaka (antimachettes), près de la ville de Gambo, dans la préfecture du Mbomou », a indiqué la Minusca dans un communiqué. « Lors de l’attaque, trois autres Casques bleus ont été blessés. Cinq assaillants ont été neutralisés alors que le reste du groupe a pris la fuite ». VOA

RDC: les autorités interdisent les marches prévues
Les autorités ont annoncé dimanche l’interdiction des marches de la majorité et de l’opposition prévues dans la semaine à Kinshasa, malgré les appels de la communauté internationale aux respects des droits en République démocratique du Congo. « Le gouvernement de la ville a levé l’option de ne pas prendre acte des manifestations prévues dans la ville de Kinshasa », indique l’autorité locale de la capitale dans un communiqué reproduit sur le site actualité.cd. La Majorité présidentielle (MP) favorable au président Joseph Kabila voulait marcher le mardi 28 novembre pour soutenir le calendrier électoral qui prévoit des élections le 23 décembre 2018, et prolonge de fait le pouvoir de M. Kabila jusqu’à début janvier 2019. Slate

Guinée: le président Alpha Condé met en garde les journalistes
En Guinée, les 46e assises de l’Union de la presse francophone qui avaient lieu du 20 au 25 novembre, à Conakry, se sont clôturées samedi, en présence du président guinéen, Alpha Condé. Le chef de l’Etat a pointé ce qu’il a qualifié de « manque de professionnalisme » des journalistes guinéens et s’est également exprimé sur la crise qui secoue le secteur de l’éducation. Il a alors mis en garde la presse sur le traitement médiatique de cette grève. RFI

Réforme électorale en RDC : un enregistrement sonore révèle la stratégie du parti de Kabila
Comment faire adopter un projet de loi électorale contesté aussi bien par l’opposition que par ses propres alliés ? Une réunion du PPRD, le parti du président Joseph Kabila, s’est penchée vendredi sur la question. Jeune Afrique reproduit en exclusivité l’enregistrement des débats. Corneille Nangaa poursuit ses consultations. Après les groupes parlementaires de la Majorité présidentielle (MP), qui ont clairement boudé, la veille, le principe d’un « seuil de représentativité » prévu dans la nouvelle réforme électorale, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) s’est entretenu, vendredi 25 novembre, avec les députés et certains cadres triés sur le volet du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), la formation politique du président Joseph Kabila. Jeune Afrique

L’immunité parlementaire du maire de Dakar, Khalifa Sall, levée
Khalifa Sall est désormais sur la sellette de la justice. L’Assemblée nationale sénégalaise a levé, samedi 25 novembre, au soir l’immunité parlementaire du maire de Dakar, emprisonné depuis mars et élu député en juillet. A l’issue d’une séance plénière chahutée, 125 députés contre 27 ont voté le rapport d’une commission parlementaire préconisant cette levée. Opposant au président Macky Sall (Alliance for the Republic) – avec lequel il n’a pas de lien de parenté –, le maire de Dakar est considéré comme l’un des principaux concurrents pour la présidentielle de 2019, à condition qu’il puisse se présenter. Le Monde

Le problème au Maroc se résume en deux mots : être femme
Inégalité dans l’héritage, discrimination sociale et pression familiale sont le lot des femmes marocaines. Le coup de gueule d’une chroniqueuse pour dénoncer cet état de fait largement conforté par le pouvoir politique. Le 21 septembre 2017, à Genève, le Maroc a rejeté 53 des 244 recommandations du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dont 4 à souligner au feutre rouge : l’abolition de la peine de mort, la décriminalisation de l’homosexualité, l’égalité entre hommes et femmes dans l’héritage et l’abolition de la criminalisation des mères célibataires ainsi que la reconnaissance complète de leurs enfants sans autre différenciation juridique. À mon tour, je rejette cette politique et cette position d’un Maroc qui n’est pas le mien. Ce pays est celui de la tolérance et de l’intolérance, des doux progrès et des extrémismes violents. Chaque nation a ses contradictions et chacun choisit son camp. Je choisis celui de l’autre Maroc, celui de la vie, de l’amour, de la femme, de la mère et de l’enfant. Les hommes n’ont que faire de mes applaudissements, ils ont pour eux le pouvoir, c’est bien assez. TV5



Photo: Adam Jones