Revue de Presse du 27 juillet 2017

Mali : un crash d’hélico coûte la vie à deux casques bleus
L’hélicoptère s’est écrasé mercredi dans le nord du pays tuant les deux casques bleus allemands à bord. La MINUSMA évoque une défaillance technique pour expliquer l’accident. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes du crash. Les casques bleus étaient en mission au sud de la localité de Tabankort dans la région de Gao quand leur appareil s’est écrasé en début d’après-midi mercredi. La MINUSMA a confirmé la mort des deux casques bleus dans un communiqué. BBC

Kafando  »optimiste » pour la résolution de la crise au Burundi
Le conseil de sécurité de l’ONU a discuté hier de la situation au Burundi où la tension est toujours vive. L’envoyé spécial de l’ONU pour le Burundi, Michel Kafando a présenté hier au conseil de sécurité à New York son premier briefing sur la situation du pays. Ce briefing fait suite à son récent déplacement à Bujumbura. Michel Kafando estime que pour une sortie de crise, le gouvernement burundais doit accepter le dialogue inclusif. Il dit avoir rencontré l’ensemble des personnalités impliquées dans cette crise. Rencontre qui lui a permis de retenir quelques pistes de sortie de crise dont le dialogue avec l’opposition en exil et celle vivant dans le pays. BBC

Le Conseil de sécurité de l’ONU reste divisé sur la question burundaise
Le Conseil de sécurité de l’ONU se penchait ce mercredi 26 juillet sur le cas du Burundi. Un an après le vote de la résolution 23-03, pas un seul des 228 policiers autorisés n’a été déployé dans le pays. Lors de consultations à huis clos, le Conseil a mis l’accent sur la dynamique positive trouvée avec les autorités de Bujumbura par le nouvel envoyé spécial, Michel Kafando. Les membres du Conseil n’ont, néanmoins, pas réussi à se mettre d’accord sur l’adoption d’une déclaration présidentielle. Preuve que la question burundaise ne fait toujours pas consensus. RFI

Burundi : l’ex-président Domitien Ndayizeye mis en garde par les Imbonerakure
Le ton est grave. Les paroles sont claires, articulées dans un langage spécifique, propre aux Imbonerakure, ligue des jeunes du parti au pouvoir le Cndd-Fdd, pendant leur démonstration de force de ce samedi 22 juillet : « tuzomukorerako ! » Comprenez, littéralement, « Nous allons travailler sur lui ». Le mot, souvent utilisé contre les voix discordantes, est prononcé au moins deux fois par Sylvestre Ndayizeye, chargé de la coordination des ligues affiliées au Cndd-Fdd, pour parler de l’ancien Président. Domitien Ndayizeye est accusé d’avoir « dépassé les limites » : « Il n’a pas de leçon à donner aux Imbonerakure. S’il récidive, tuzomukorerako », a ainsi tonné Sylvestre Ndayizeye. En cause, une interview qu’aurait accordée Domitien Ndayizeye à une station locale critiquant les slogans des Imbonerakure, notamment sur les relations orageuses entre le Burundi et le Rwanda. Jeune Afrique

Gambie: suppression de la limite d’âge pour la présidence
En Gambie, le parlement a adopté mercredi une modification de la Constitution qui supprime la limite d’âge pour les candidats à la présidence de la République. Les députés ont aussi fait passer l’âge de la retraite des juges de la Cour suprême de 65 à 75 ans. L’opposant historique Oussaino Darboe, 69 ans, est le chef du parti au pouvoir dans lequel milite le président Adama Barrow. La suppression de la limite d’âge a donc des relents de calculs politiques. Il pourrait permettre à M. Darboe de se présenter à la prochaine présidentielle. BBC

Violences en RDC : les Nations unies tentent de remettre la pression sur Kinshasa
Officiellement, cela s’appelle une « assistance technique ». Les prochains mois en République démocratique du Congo (RDC) diront de quoi il s’agit vraiment. Mercredi 26 juillet, le haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, a dévoilé les noms des trois enquêteurs chargés d’établir les « responsabilités concernant les événements dans les régions du Kasaï ». Un premier petit pas dans la reconquête de légitimité que semblent esquisser les Nations unies face au régime de Joseph Kabila, resté au pouvoir alors que son deuxième et dernier mandat s’est officiellement terminé le 19 décembre 2016. Le Monde

RDC: le chef de guerre Ntabo Ntaberi Sheka se rend à la Monusco
La Monusco se félicite de la reddition du chef de guerre Ntabo Ntaberi Sheka. Il s’est rendu mercredi 26 juillet dans la matinée à la Mission des Nations unies au Congo à Mutongo, dans le territoire de Walikale qui a longtemps été un de ses fiefs. Accusé d’une campagne massive de viols dans le territoire de Walikale en 2010, un mandat d’arrêt avait été émis en 2011 par la justice militaire congolaise. Depuis, il était accusé par les organisations de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch, d’avoir exécuté des dizaines de civils. La Monusco devrait remettre dans quelques jours Sheka à la justice militaire congolaise. RFI

RCA: la Minusca envoie des renforts à Bangassou sous haute tension
Neuf Casques bleus ont été tués en Centrafrique depuis le début de l’année, dont trois depuis dimanche à Bangassou. La ville est au centre de toutes les tensions depuis qu’un groupe d’auto-défense, il y a plusieurs mois, a décidé de s’en emparer et de s’en prendre à la population musulmane. La Minusca a décidé de réagir face à ces attaques. Les forces spéciales du contingent bangladais devraient arriver à Bangassou vers la fin de la semaine, indique la Minusca. Cette unité d’élite, qui a déjà opéré à Bambari et à Ippy l’hiver dernier, au moment le plus tendu entre factions de l’ex-Seleka, sera appuyée par des Casques bleus gabonais ainsi que par une unité de la police rwandaise. RFI

Asile : la France va créer des centres d’examen en Libye, annonce Macron
Emmanuel Macron a décidé de plancher davantage sur la question des réfugiés. Alors que l’Italie demande depuis des semaines un plus grand investissement de ses partenaires européens notamment pour aider à la gestion du flux de migrants en provenance de la Libye, la France a décidé de mettre en place un nouveau dispositif. Ainsi, lors d’une visite dans un centre d’hébergement de réfugiés à Orléans, dans le Loiret, Emmanuel Macron a annoncé la création « dès cet été en Libye de hotspots », autrement dit des centres d’examens pour les candidats à l’asile. « L’idée est de créer en Libye des hotspots afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous, alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été » avec ou sans l’Europe, a ajouté le président de la République. « Je veux envoyer des missions de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) dans les hotspots italiens et je suis prêt à en envoyer en Libye », a-t-il précisé, évoquant aussi la possibilité de créer de tels centres au Niger. « Les autres pays européens sont très réticents, on essaiera de le faire avec l’Europe, mais nous la France on le fera », a-t-il ajouté. Le Point

La Tunisie se dote d’une loi historique contre « les violences faites aux femmes »
Une loi « historique » votée mercredi en Tunisie renforce la protection des femmes victimes de violences et abolit des dispositions rétrogrades, comme la possibilité pour un violeur d’épouser sa victime mineure pour éviter les poursuites. « C’est un moment très émouvant et nous sommes fiers en Tunisie (…) d’avoir pu nous réunir autour d’un projet historique ». Naziha Laabidi, ministre de la Femme, n’a pas caché son émotion et sa satisfaction après l’adoption par le Parlement tunisien, mercredi 26 juillet, d’une loi très attendue contre les violences faites aux femmes. France 24

Khalifa Haftar : « Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes »
France 24

Au large de la Namibie, 20.000 diamants sous les mers
Lentement, les flots s’écartent pour faire apparaître celui que l’équipage du « Mafuta » surnomme le « boucher ». Retenu par un énorme câble d’acier, ce monstre chenillé est hissé à la poupe du navire, qui croise le long des côtes de la Namibie. Quelques heures de maintenance en surface et l’engin de 285 tonnes replonge pour poursuivre sa juteuse besogne. Arracher des diamants du fond de l’océan. Alors que les mines qu’il exploite depuis des décennies dans l’aride désert namibien commencent à se tarir, le groupe De Beers a misé son avenir sur l’extraction off-shore. TV5

Le Togo frappe à la porte du Commonwealth
Tractations diplomatiques et missions d’experts s’enchaînent au Togo, l’ancienne colonie française ayant entamé les démarches pour rejoindre l’espace anglophone du Commonwealth, sur les pas du Rwanda. Kigali avait adhéré à l’organisation de 52 pays en 2009, 14 ans après le Mozambique lusophone, première nation à devenir membre du Commonwealth sans avoir jamais été un protectorat ni une colonie britannique. Le petit pays de l’Afrique de l’ouest, qui compte environ 7 millions d’habitants, s’est lancé depuis 2014 dans le processus d’adhésion. En février et en juin, deux missions d’experts ont rencontré à Lomé les représentants d’institutions comme la Cour constitutionnelle, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) pour étudier la candidature togolaise. TV5

Catherine Samba Panza, chef de la mission de l’UA au Sénégal
La Commission de l’Union Africaine a annoncé dans un communiqué l’arrivée d’une mission d’observation électorale au Sénégal dans le cadre du scrutin législatif du 30 juillet prochain. Cette mission a été déployée sur invitation du gouvernement du Sénégal, selon l’UA. Elle sera conduite par Catherine Samba Panza, ancienne Présidente de la transition en Centrafrique, et est forte de 40 observateurs issus de 24 pays africains qui sont des ambassadeurs accrédités auprès de l’Union Africaine à Addis Abeba. BBC



Photo: Adam Jones