Revue de Presse du 27 juillet 2016

Peut-on (encore) sauver le Soudan du Sud ?
Inexorablement, le Soudan du Sud dérive. Vers quoi ? L’éventail des possibles ne semble inclure que des gradations dans le désastre. La guerre, au minimum. L’autodestruction, au moins comme hypothèse de travail. Le pays peut basculer, dans les mois à venir, ­dans un conflit étendu, et d’une brutalité n’épargnant pas les civils. Lors de son cinquième anniversaire, le 9 juillet, la capitale, Juba, a connu une vague d’affrontements. Les forces de la SPLA (Armée de libération des peuples du Soudan), loyales au président Salva Kiir, ont tenté d’y écraser celles du vice-président, Riek Machar, la SPLA-IO (SPLA dans l’opposition). Ce dernier est parvenu à s’enfuir. Dans Juba, Kiir, à la tête de 20 000 soldats et miliciens, tente d’imposer l’illusion qu’un petit groupe de dissidents de la SPLA-IO peut faire la paix à la place de Riek Machar. Certains de ces responsables poursuivent des objectifs personnels, comme le général Taban Deng, nommé vice-président à sa place, lundi 25 juillet. D’autres ont été roués de coups quelques jours plus tôt, pour les inciter à collaborer. Le Monde

L’Egypte demande l’aide financière du FMI
L’Egypte a officiellement demandé l’aide financière du Fonds monétaire international (FMI) pour l’aider à redresser une économie en difficulté, a annoncé l’institution internationale mardi 26 juillet. « Les autorités égyptiennes ont demandé au FMI de leur fournir un soutien financier pour accompagner leur programme économique », a assuré Masood Ahmed, directeur du département Moyen-Orient au FMI, dans un communiqué. Le montant de l’aide n’est pas précisé par le FMI qui dit attendre « avec impatience » d’entamer des discussions avec les autorités pour aider le pays « à faire face à ses défis économiques ». Certains médias avançaient le chiffre de 7 milliards de dollars annuels sur trois ans. Une mission du FMI se rendra pour deux semaines au Caire à partir du 30 juillet, précise le communiqué. Le Monde

« Panama Papers » : le roi de l’autobus au Niger pratique la finance aux Seychelles
Mohamed Rhissa Ali dit « Rimbo » est le patron de la société Rimbo Transport Voyageurs (RTV) mais aussi un militant très influent à la réputation de grand argentier du parti nigérien pour la démocratie et le socialisme, au pouvoir. Une partie de sa fortune a été placée dans des paradis fiscaux avec l’aide de la firme panaméenne Mossack Fonseca. C’est ainsi qu’en 2008, il crée une société offshore, Trenson Investment & Trading Ltd, domiciliée aux Seychelles et ouvre un compte bancaire dédié qui recevrait des fonds de son entreprise de transport au Niger. Le Monde

La Libye demande à Paris de s’expliquer sur sa présence militaire dans le pays
Le chef du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) a réclamé à la France des explications sur la présence militaire française dans l’est du pays, où siège un gouvernement non reconnu par la communauté internationale, dénonçant une « ingérence inacceptable ». Fayez al-Sarraj a « convoqué » l’ambassadeur de France en Libye, Antoine Sivan, qu’il a rencontré lundi à Nouakchott en marge d’un sommet de la Ligue arabe, « pour lui faire part des protestations officielles de la Libye sur la présence (militaire) française dans l’est du pays » a indiqué mardi le GNA. Selon un communiqué publié sur Facebook, M. Sarraj a exigé de l’ambassadeur « des explications officielles du gouvernement français ». TV5

RD Congo : une juge de Lubumbashi affirme avoir subi des pressions pour faire condamner Katumbi
Dans une lettre adressée au ministre congolais de la Justice, la présidente du Tribunal de paix de Lubumbashi, Chantale Ramazani Wazuri, assure avoir été contrainte de signer la condamnation de l’opposant Moïse Katumbi dans une affaire immobilière. Mis en cause, le chef des services de renseignement, Kalev Mutond, dément tout contact avec l’intéressée. La liste des accusés est longue. Dans une lettre de cinq pages, signée le 25 juillet, et dont Jeune Afrique a obtenu copie, Chantale Ramazani Wazuri, la présidente du Tribunal de paix de Lubumbashi affirme avoir été forcée à condamner l’opposant Moïse Katumbi dans le litige immobilier l’opposant au Grec Emmanouïl Alexandros Stoupis. Jeune Afrique

Afrique du Sud : Zuma forcé de rembourser 500 000 dollars
La cour constitutionnelle a annoncé mardi que le président sud-africain disposait de 45 jours pour rembourser l’État dans le scandale de la rénovation de sa résidence privée. Tout commence en 2009 lorsque l’État débourse 246 millions de rands (quelque 20 millions d’euros au cours de l’époque) pour, officiellement, améliorer la sécurité de la résidence privée du président Jacob Zuma à Nkandla, en pays zoulou. Mais fin mars, la plus haute juridiction sud-africaine, la Cour constitutionnelle, a jugé que Jacob Zuma avait violé la constitution en refusant de rembourser les frais de rénovation de sa propriété privée non liés à la sécurité : piscine, centre pour visiteurs, enclos pour bétail, poulailler et amphithéâtre. Jeune Afrique

À Thiès, soldats sénégalais et américains se préparent à la lutte anti-terroriste
Des soldats américains à plat ventre ajustent leurs fusils dans les buissons. Un détachement sénégalais se positionne sur sa ligne dans un centre d’entraînement. Au Sénégal, les fusils d’assaut crépitent lors d’un scénario d’une intervention américaine d’urgence en Afrique. Le bruit des rafales, tirées à balles réelles, emplit l’air dans cet espace raviné et vallonné, cerné de falaises, abritant un centre militaire sénégalais à Thiès (environ 70 km de Dakar) où se déroule la simulation d’un débarquement américain dans un pays africain. Quelque 200 soldats américains d’un bataillon d’infanterie de Géorgie (sud des Etats-Unis) et environ 200 parachutistes sénégalais ont pris part à cet exercice de deux semaines qui a pris fin mardi. Slate

Human Rights Watch dénonce les viols commis par des jeunes proches du parti au pouvoir au Burundi
Des jeunes miliciens proches du pouvoir burundais et des policiers se sont livrés à des viols collectifs répétés sur des femmes considérées comme proches de l’opposition, depuis le début de la crise en avril 2015. Des membres des Imbonerakure, la ligue des jeunes du parti au pouvoir (CNDD-FDD) que l’ONU qualifie de milice, « ont violé collectivement, de manière répétée, des femmes » depuis 2015, accuse l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) dans un rapport. VOA

Somalie: un des kamikazes de mardi était un ex-député, selon les shebab
Député de 2004 à 2010, Salah Nuh Ismail avait publiquement rallié les shebab en 2010. L’un des deux kamikazes auteurs mardi d’un double attentat à la voiture piégée à Mogadiscio était un ancien député rallié aux insurgés islamistes shebab, ont affirmé ces derniers mercredi. « Salah Nuh Ismail, également connu sous le nom de Salah Badbado, fait partie des braves qui ont mené l’attaque contre la base militaire de Halane », ont indiqué les shebab dans un communiqué diffusé par leur station Radio Andalus. Député de 2004 à 2010, Salah Nuh Ismail avait publiquement rallié les shebab en 2010. VOA

Barrage géant en RDC: la Banque mondiale suspend ses financements
La Banque mondiale a suspendu sa contribution financière au projet de barrage hydroélectrique Inga III en République démocratique du Congo (RDC), qui a pour ambition de fournir du courant à l’Afrique tout entière. « Cette suspension fait suite à la décision du gouvernement de la RDC de donner au projet une orientation stratégique différente de celle qui avait été convenue en 2014 entre le gouvernement et la Banque mondiale », indique l’institution dans un communiqué, sans donner plus de précisions. Contacté par l’AFP, un porte-parole de la BM s’est refusé à tout commentaire. En mars 2014, la Banque mondiale avait approuvé un don de 73,1 millions de dollars, dont plus de la moitié (47,5 millions) était destinée directement à ce projet implanté sur le site des chutes d’Inga, à environ 250 km au sud de Kinshasa, où existent déjà actuellement deux barrages. VOA

Ces fraudes à l’export qui coûtent si cher à l’Afrique
Le rapport intitulé « Trade Misinvoicing in Primary Commodities in Developing Countries » a été rendu public en amont de la 14e session de la conférence qui s’est tenue à Nairobi jusqu’au 22 juillet dernier. Il pointe du doigt les pertes colossales, en milliards de dollars, du continent liées à des opérations d’exportation. Il met en exergue quatre pays fortement dépendants d’un produit phare quant à leurs recettes. Contrebande, évasion fiscale, limitation des taxes douanières… constituent des sources de problèmes. Il faut y ajouter la sous-facturation pour les pays concernés, à savoir le Nigeria, la Côte d’Ivoire, la Zambie et l’Afrique du Sud. Le Point

RDC: Etienne Tshisekedi de retour ce mercredi à Kinshasa
Après deux années d’absence, Etienne Tshisekedi est de retour ce 27 juillet à Kinshasa. L’opposant historique devrait arriver par avion privé à la mi-journée à l’aéroport de Ndjili. C’est ce que promet l’UDPS, son parti qui aujourd’hui encore mobilisait ses partisans pour l’accueillir à l’aéroport. A Kinshasa, on se prépare activement pour le grand retour du Sphinx. Au-delà de la fête, que lui réservent ses partisans que représente ce retour au pays ? RFI

RCA : le mandat de la MINUSCA renouvelé
Par Irene Herman Houngbo, correspondant à New York Les Nations unies ont renouvelé mardi le mandat de leur mission en République Centrafricaine (RCA). La MINUSCA poursuivra sa mission jusqu’en novembre 2017. Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont adopté à l’unanimité une résolution qui offre à la Mission multidimensionnelle intégrée de l’ONU en Centrafrique (MINUCA) les moyens d’être plus efficace dans un contexte nouveau, celui de la « stabilisation ». Forte de près de 13 000 personnes, dont des civils, la MINUSCA devra établir son « autorité » et sa « crédibilité », notamment envers les groupes armés et les forces qui seraient hostiles au processus de paix dans ce pays sorti de deux ans de guerre civile. BBC

Mali : un chef d’Ansar Dine arrêté
Selon plusieurs sources sécuritaires, un haut responsable du groupe djihadiste malien Ansar Dine, lié à Al-Qaïda, a été arrêté mardi 26 juillet par les forces spéciales maliennes entre les localités de Nampala et de Dogofri, dans le centre du pays. « Nos forces spéciales ont capturé mardi vers 16H00 (heure locale) Mahmoud Barry, alias Abou Yehiya, qui est l’un des plus hauts dirigeants d’Ansar Dine Macina », a assuré un officier de la Sécurité d’Etat. BBC

Faute d’argent, les athlètes nigérians ont failli ne pas pouvoir partir aux JO
Pour les athlètes nigérians, la participation aux Jeux olympiques 2016 à Rio de Janeiro avait tout du parcours du combattant. Dans un pays englué dans la crise économique, les entraînements et les stages sont gérés de manière chaotique. Mais ce n’est rien comparé à ce qui aurait pu leur arriver samedi: devoir payer de leur poche leur billet pour Rio. C’est en tout cas ce qu’indiquait le mail incroyable de la Fédération d’athlétisme du Nigeria qu’ont reçu les athlètes le 22 juillet, leur expliquant qu’ils devaient trouver «des fonds par eux-mêmes», comme l’explique le Premium Times. Selon le ministère des Sports, la décision s’expliquait par les difficultés financières du gouvernement. Seye Ogunlewe, l’homme le plus rapide du Nigeria, n’a pas tardé à révéler le scandale sur Twitter, pour attirer l’attention sur ce nouveau coup dur qui tombait sur les sportifs du pays. Slate



Photo: Adam Jones