Revue de Presse du 27 décembre 2016

Nigeria: Maïduguri visée par un attentat kamikaze
Une kamikaze s’est tuée lundi matin sur un marché de Maïduguri, dans le nord-est du Nigeria. La police n’a pas précisé si d’autres personnes étaient mortes dans l’explosion de son engin explosif artisanal. Il était huit heures trente lorsqu’une forte déflagration a été entendue devant l’étal d’un boucher sur le marché de Kasuwa Shanu, à Maïduguri, dans l’Etat de Borno. Selon la police, une kamikaze a été tuée dans l’explosion de son engin artisanal. Des témoins parlent de blessés, mais on ignore leur nombre pour l’instant. RFI

Nigeria: 6 villageois tués probablement par des éleveurs nomades
Six villageois ont été tués au cours du week-end dans le centre du Nigeria, probablement par des éleveurs nomades, nouvel épisode d’un conflit de longue date pour les terres et les pâturages, ont annoncé lundi le gouverneur de l’Etat et un ancien parlementaire. L’attaque contre le village de Goska, près de Kafanchan, dans l’Etat de Kaduna (170 km au nord-est d’Abuja), s’est déroulée entre samedi et dimanche, malgré un couvre-feu de 24 heures imposé dans cette région en raison des incidents incessants entre éleveurs et agriculteurs sédentaires. « Nous avons perdu six personnes, dont ma fille de 17 ans », a témoigné un ancien parlementaire local, Gideon Morik. « Les hommes armés que nous pensons être des éleveurs (de l’ethnie) fulani ont attaqué le village tard samedi et ont continué jusqu’à dimanche. » TV5

Chibok : 21 filles libérées passent Noël en famille
Plus de 20 filles de Chibok qui ont été libérées en octobre dernier par le groupe islamiste Boko Haram ont passé Noël dans leurs familles, a constaté la BBC. C’est le premier retour des filles depuis leur enlèvement dans leur école de Chibok en avril 2014. Une d’entre elles, Asabe Goni, âgée de 22 ans, a déclaré que son retour à la maison était un « miracle ». Aidant sa mère à se préparer pour Noël, elle a dit qu’elle était excitée d’aller à l’église le jour de Noël. « Je ne savais pas que je reviendrais. J’avais perdu l’espoir de rentrer chez moi un jour », a-t-elle dit. Les jeunes femmes ont été libérées en octobre après un accord conclu avec Boko Haram par la Suisse et la Croix-Rouge internationale. BBC

Tunisie: le gouvernement décidé à légiférer sur le racisme
La mobilisation étudiante du week-end dernier incite le gouvernement à agir. Le Premier ministre Youssef Chahed s’est prononcé ce lundi en faveur d’une loi contre le racisme, en attente à l’Assemblée depuis près de deux ans. Il demande à ce que le texte soit examiné en priorité par le Parlement. Il s’agit de donner un cadre juridique permettant de sanctionner les crimes racistes, qui pour le moment ne sont pas punis en tant que tels par la loi tunisienne. Les associations tunisiennes saluent cette promesse. RFI

Soudan : 20 manifestants libérés
Les autorités soudanaises ont libéré 20 personnes incarcérées depuis novembre pour avoir appelé à des manifestations contre la hausse des prix de l’essence, ont annoncé lundi deux partis d’opposition. Dans un communiqué, Mohamed Arabi, le porte-parole du Congrès soudanais, a annoncé que 16 membres de cette formation avaient été libérés dimanche. Il a cependant déploré le fait que « des dizaines d’autres opposants dont le chef de ce parti et son adjoint soient toujours emprisonnés ». L’Alliance des forces pour le changement a annoncé pour sa part que quatre de ses dirigeants avaient été libérés. Le Service national du renseignement et de la sécurité (NISS) avait arrêté en décembre plusieurs dizaines d’opposants ayant critiqué la décision de Khartoum d’augmenter de 30% les prix de l’essence et du diesel et appelé à des manifestations. BBC

Mali : ce que l’on sait de l’enlèvement de Sophie Pétronin à Gao
D’après un témoin qui a assisté à la scène samedi 24 décembre, la Française Sophie Pétronin aurait été enlevée par deux hommes devant le local de l’association qu’elle dirige à Gao. Les recherches se poursuivent pour retrouver cette travailleuse humanitaire de 66 ans. Que s’est-il passé ? « Elle venait juste de sortir de son centre. Il était 17h passées. Elle a ouvert la portière de sa voiture et a tout juste eu le temps d’y déposer son sac quand un pickup s’est garé près d’elle. Un homme, teint clair et enturbanné, descend et la saisit par le bras pour la conduire dans le pickup », affirme Amadou Maïga, un jeune de 28 ans qui a assisté à toute la scène depuis sa moto. Sophie Pétronin, 66 ans, tente de se débattre, mais s’exécute finalement sous la menace d’une kalachnikov. Jeune Afrique

Soudan du Sud: pénurie sur les marchés des monts Nuba
L’aviation soudanaise a repris ses bombardements sur les monts Nuba, une zone entre le Soudan et le Soudan du Sud contrôlée par des rebelles sud-soudanais mais que Khartoum tente de reprendre depuis maintenant cinq ans. Dans cette zone difficile d’accès et très escarpée, les militaires soudanais tentent de couper les voies d’approvisionnement. Depuis le marché de Hadra, on distingue la ligne de front où les combattants du Mouvement de libération des peuples du Soudan Nord affrontent l’armée soudanaise. C’est par là également qu’arrivent les contrebandiers, pour approvisionner ce marché, le plus riche de tous les monts Nuba. RFI

Gambie : pour l’opposition, l’élection de Barrow « définitive »
Yahya Jammeh peut bien se démener pour renverser les résultats de l’élection du 1er décembre dernier, il ne pourra pas changer le cours de l’histoire politique gambienne après qu’il a lui-même reconnu sa défaite en public via la télévision nationale gambienne. C’est ce qui ressort des déclarations de l’opposition. « Le président élu Adama Barrow est sûr d’avoir gagné l’élection et aucune cour sur cette terre ne pourra prendre une décision contraire », a déclaré Halifa Sallah, porte-parole de la coalition de l’opposition, lors d’une conférence de presse vendredi dernier à Banjul. Et d’ajouter : « C’est sa position. Il [Barrow] ne va pas se baser sur ce que la cour va faire mais sur les résultats de l’élection. Nous n’allons pas spéculer sur ce que cette Cour va décider. » Le Point

Report du procès de 25 Sahraouis au Maroc
Ils sont accusés d’assassinat de membres des forces de l’ordre. Le procès ouvert lundi à Salé a immédiatement été reporté au mois prochain. « Le procès a été reporté au 23 janvier en raison de l’absence d’un des accusés », a indiqué Abdellatif Wahbi, un des avocats des victimes. Le Maroc considère le Sahara occidental, qu’il contrôle, comme partie intégrante du royaume, alors que le Front Polisario, qui milite pour l’indépendance de cette ancienne colonie espagnole, réclame un référendum d’autodétermination. Ces 25 Sahraouis sont accusés d’assassinat de 11 membres des forces de sécurité marocaines, lors du démantèlement en novembre 2010 du camp de protestation de Gdeim Izik, à une dizaine de kilomètres de Laâyoune, au Sahara occidental. Le Maroc et le Front Polisario s’étaient accusés mutuellement d’avoir provoqué les affrontements meurtriers qui avaient éclaté entre forces de l’ordre et manifestants sahraouis. VOA

Sassou-Nguesso en visite aux Etats-Unis pour rencontrer Donald Trump
Un communiqué de la présidence congolaise annonce que Denis Sassou-Nguesso va être reçu par Donald Trump. Le président congolais doit rencontrer ce mardi 27 décembre le nouveau chef d’Etat américain, officiellement pour évoquer la crise libyenne. Denis Sassou-Nguesso est en effet le président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye. Cette visite doit se concentrer principalement sur les moyens pour sortir la Libye de la crise. Les discussions porteront aussi sur le reste de l’Afrique et les questions internationales. C’est ce qu’indique le communiqué du cabinet de Denis Sassou-Nguesso. Mais pour l’opposition congolaise, qui conteste toujours la réélection de Denis Sassou-Nguesso en mars, cette rencontre, même si elle n’est pas une visite d’Etat, envoie un mauvais signal aux Congolais. RFI

RD Congo : plus de 30 civils tués lors de violences au Nord-Kivu
Selon les autorités congolaises, des milices armées ont tué au moins 35 personnes pendant le week-end de Noël dans les localités de Nyanzale et Eringeti, dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo. Au moins 35 civils ont été tués les 24 et 25 décembre par des milices au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RD Congo). Les violences interethniques paraissent s’intensifier dans cette région sur fond d’instabilité politique dans le pays. France24

Dialogue inclusif : « la grande divergence c’est la primature », affirme le député Lokondo
« La grande divergence [du dialogue inclusif] c’est la primature », révèle le député Henri Thomas Lokondo, au cours d’une interview accordée dimanche 25 décembre à Radio Okapi. Deux points majeurs divisent les participants au dialogue inclusif, organisé sous la médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Il s’agit de la personnalité qui va diriger le gouvernement de transition et la restructuration de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Thomas Lokondo rappelle que le Rassemblement veut que le premier ministre qui va diriger la transition sorte de ses rangs, alors que les participants du dialogue de la cité de l’Union africaine s’y opposent. « Puisque Samy Badibanga a été nommé et investi, il ne faut plus revenir [sur cette décision], sinon ça ne va pas donner une bonne impression sur le plan national et international », conseille le président de l’Union Congolaise pour la liberté (UCL). Radio Okapi

RDC: l’armée affirme avoir tué dix soldats burundais
L’armée de la République démocratique du Congo a révisé à la hausse le bilan d’un récent incident frontalier, affirmant lundi avoir tué dix militaires burundais lors de l’intrusion d’un contingent burundais dans l’est du pays dans la nuit du 21 au 22 décembre. Les Forces armées de RDC (FARDC) avaient initialement fait état de cinq morts, dont les corps avaient été transportés dans la ville d’Uvira (province du Sud-Kivu) dans ce qui semble être le premier accrochage entre soldats des deux pays depuis la fin de la deuxième guerre du Congo en 2003. RTBF

Burundi: les nouvelles taxes pèseront sur le quotidien de la population
Les députés burundais ont voté jeudi 22 décembre le budget pour l’année 2017. Le contexte économique est très difficile, le Burundi a perdu une grande partie de l’aide étrangère de ses partenaires après la crise politique et la croissance s’est effondrée. Les autorités cherchent donc de nouvelles ressources et cela passe par l’augmentation de plusieurs taxes. Mais, problème, dénoncés par l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome), ces prélèvements concernent essentiellement les produits de première nécessité. RFI

Au Mozambique, des milliers de déplacés de guerre et des pourparlers de paix au point mort
« Là-bas, c’est la guerre. Les bandits armés ne font que tirer, ils ont brûlé nos maisons, nous n’avions nulle part où aller. » Comme la plupart de ses congénères du camp de Vanduzi, dans le centre du Mozambique, Henriqueta reste évasive sur les circonstances qui l’ont poussé à s’y réfugier avec son fils de 4 ans. Cette veuve d’une trentaine d’années fait partie des 15 000 déplacés qui ont fui ces derniers mois les combats entre les troupes gouvernementales et la Renamo, le principal parti d’opposition, qui a repris les armes en 2013. A Vanduzi, 130 familles se partagent une quarantaine de tentes bien alignées. Des latrines récemment renversées par le vent et le réservoir d’eau vide sont les seuls bémols à ce camp par ailleurs propre et bien organisé. Si le Mozambique est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique, il sait traiter ses déplacés de guerre, semblent vouloir montrer les autorités. Le Monde



Photo: Adam Jones