Revue de Presse du 26 mai 2017

Attaque contre des coptes en Egypte : 26 morts
Les chrétiens ont été de nouveau visés en Egypte où au moins 26 personnes ont été tuées vendredi par des hommes armés et masqués ayant attaqué leur bus qui se rendait à un monastère copte. Cette attaque, dans la province de Minya, intervient alors que la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) mènent depuis plusieurs mois une campagne contre la minorité copte en Egypte. L’EI s’est en effet engagé à multiplier les attaques contre ces chrétiens qui représentent environ 10% des quelque 90 millions d’Egyptiens. La Libre

Libye: violents affrontements dans le sud de Tripoli
De violents affrontements opposaient vendredi des groupes armés rivaux dans le sud de la capitale libyenne Tripoli, où des explosions et des tirs d’artillerie étaient entendus, selon des témoins et des journalistes de l’AFP. La capitale, en proie à une insécurité chronique depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, est sous la coupe de dizaines de milices. Les combats ont commencé à l’aube dans les quartiers d’Abou Slim, Hadhba et Salaheddine dans le sud de Tripoli, où des chars ont été déployés, selon des témoins. TV5

Kenya: 14 policiers tués lors d’attaques attribuées aux shebabs
L’est du Kenya est de nouveau frappé par les islamistes shebabs. Le groupe terroriste affilié à al-Qaïda a revendiqué trois attaques en deux jours dans les comtés de Mandera et de Garissa, à la frontière avec la Somalie. En tout, 14 policiers ont perdu la vie, selon l’AFP. La zone est en proie à des attaques régulières depuis que le Kenya a envoyé des troupes en Somalie en 2011, mais rarement à une telle fréquence. RFI

Ethiopie: un opposant écope de 6 ans pour un post Facebook
En Ethiopie, un opposant a été condamné jeudi à six ans et demi de prison par un tribunal d’Addis Abeba pour des commentaires sur Facebook. Yonatan Tesfaye, ancien porte-parole du parti Semayawi (Blue Party), avait été reconnu coupable la semaine passée. Sa condamnation à six ans et demi de prison a été prononcée jeudi. Le président du Blue Party, Yeshiwas Assefa, a déclaré que M. Yonatan ferait appel de cette condamnation, en invoquant son droit à « la liberté d’expression ». Il avait été arrêté en décembre 2015 après avoir accusé la coalition au pouvoir « d’user de la force contre le peuple, plutôt que de privilégier le dialogue pacifique avec le public ». BBC

Les familles des experts exécutés en RDC réclament une enquête internationale 
Les familles des deux experts des Nations unies exécutés en République démocratique du Congo (RDC) réclament une enquête internationale sur la mort de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise Zaida Catalan. Selon eux, seule une enquête indépendante permettra d’identifier les assassins et les donneurs d’ordre. Ils s’expriment dans une lettre au New York Times qu’ils mettent en cause pour sa « couverture » de ces assassinats. RFI

RCA: installation de la Cour pénale spéciale à Bangui
En Centrafrique, le procureur de la Cour pénale spéciale est arrivé jeudi soir 25 mai. Pour celui qui aura la lourde charge d’instruire les crimes commis par les différents groupes armés depuis 2003, la tâche ne fait que commencer. Le colonel Toussaint Muntazini Mukimapa est donc arrivé jeudi sur le tarmac de l’aéroport de Bangui. Ce magistrat originaire de la République démocratique du Congo a été choisi en février dernier par le président centrafricain pour enquêter sur les nombreux crimes qui ont été commis depuis 2003, donner l’orientation des enquêtes et donc des futurs procès. RFI

La mission de l’ONU en Centrafrique est un échec complet
Une nouvelle vague de violence frappe la Centrafrique. Le 8 mai, des miliciens ont tendu une embuscade à un convoi de la Minusca, faisant six morts parmi les Casques bleus. Puis dans la nuit du 12 au 13 mai, des miliciens ont attaqué la ville de Bangassou et s’en sont pris aux communautés peules et musulmanes de cette ville. D’après la Croix-Rouge centrafricaine, l’attaque de Bangassou aurait fait une centaine de morts et, les jours suivants, des combats se sont encore déroulés à Bria et Alindao. Selon un scénario désormais bien rôdé, quand une partie du pays s’enflamme, l’incendie est communicatif et l’opposition se déchaîne contre l’inefficacité du gouvernement et des Casques bleus. À la violence du sud-est de la Centrafrique fait écho la violence du nord-ouest dans les régions de Paoua, Bocaranga, Kabo, Markounda et Bang où les humanitaires sont particulièrement ciblés. Slate

Défense : quel responsable français cherchait à freiner la vente d’hélicoptères d’attaque au Togo ?
Dans son édition du 7 mai, JA annonçait que la France allait probablement conclure avec le Togo, d’ici à la fin de l’année, la vente de cinq hélicoptères Gazelle. Si, en décembre 2016, une licence d’exportation a bien été délivrée et si, le 20 avril suivant, la Commission interministérielle pour les exportations d’armes a semblé valider le principe de cette vente (dont le montant pourrait avoisiner 20 millions d’euros), Jean-Marc Ayrault se montrait très réticent. Le ministre français des Affaires étrangères craignait que le pouvoir togolais n’utilise ces hélicoptères contre des civils ou des opposants, invoquant deux précédents impliquant des appareils de fabrication française : en février 2008, à Douala, lors de la répression des « émeutes de la faim » (139 morts selon la société civile, 40 selon les autorités camerounaises) ; et lors de l’attaque du QG de campagne de Jean Ping, à Libreville, le 31 août 2016 (2 morts selon le camp de l’opposant gabonais). Jeune Afrique

Côte d’Ivoire : retour sur une étrange mutinerie
L’effervescence des grands jours règne dans certaines artères de Bouaké. Autour des banques, on joue des coudes, on s’apostrophe, on rit. Ce mardi 16 mai, s’ils n’ont plus leur arme à la main et ont remisé leur uniforme, ce sont bien des militaires qui s’apprêtent à passer au guichet. Mutins la veille, ils sont venus récupérer les 5 millions de F CFA (7 600 euros) que l’État ivoirien a transférés sur leurs comptes bancaires. « Je reviendrai demain », confie, jovial, un sergent. L’homme est détendu : il vient d’obtenir gain de cause, après cinq jours de bras de fer avec les autorités ivoiriennes.  Jeune Afrique

La Guinée Equatoriale devient membre de l’OPEP
La Guinée équatoriale, troisième plus grand producteur de pétrole brut d’Afrique, rejoint officiellement l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Le pays en avait fait la demande en janvier. Le ministre équato-guinéen des Mines et des Hydrocarbures, Gabriel Mbaga Obiang Lima, a été accueilli par les représentants des autres pays membres au siège de l’organisation à Vienne, en Autriche. La Guinée Equatoriale est le sixième pays africain a adhérer à l’Opep après la Libye, l’Algérie, le Nigeria, le Gabon et l’Angola. BBC

Privé de sa rente pétrolière, le Tchad s’enfonce dans la crise
A N’Djamena, personne ne prédit l’avenir. Murés dans le silence, les Tchadiens attendent. Quand s’achèvera cette course vers l’abîme dans laquelle s’enfonce le pays depuis près de trois ans ? Ils guettent comme des oracles les grands chantiers présidentiels suspendus en 2015, alors que s’évanouissait la rente pétrolière. Mais, pour l’instant, le Toumaï Palace aux façades dorées, la carcasse de béton du futur ministère des affaires étrangères comme celle du ministère des finances se refusent à parler. Sur les échafaudages recouverts de poussière, nul signe de reprise. L’Etat n’a plus d’argent. Si le mot faillite n’est pas encore prononcé, le président Idriss Déby Itno ne le doit qu’au soutien budgétaire des institutions internationales et des bailleurs occidentaux, reconnaissants envers leur meilleur allié dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Le Monde

Arabie Saoudite: cinq cents Ghanéens expulsés
Le Royaume d’Arabie Saoudite a programmé l’expulsion de cinq cents Ghanéens en situation irrégulière dans le pays. Au mois de mars dernier, il leur avait donné un délai de quatre-vingt-dix jours pour quitter l’Arabie Saoudite. Ces Ghanéens en situation irrégulières, exerçant des travaux de domestiques ou de gardiens dans le royaume saoudien, ont été victimes d’abus et de maltraitances à plusieurs reprises. BBC



Photo: Adam Jones