Revue de Presse du 26 avril 2019

Soudan: marche gigantesque à Khartoum pour demander un pouvoir civil
L’opposition soudanaise a appelé à une « marche du million » pour faire pression sur les autorités militaires afin qu’elles transfèrent le pouvoir aux civils. C’est un succès : en bus, en voiture ou même en train, les manifestants sont arrivés de partout pour répondre à l’appel de l’opposition. La manifestation du million s’est tenue à Khartoum ce jeudi 25 avril pour accélérer le processus de transition démocratique. L’appel de l’opposition a été très suivi malgré les engagements du Conseil militaire de satisfaire l’essentiel des demandes de l’opposition. RFI

Le referendum constitutionnel reporté à Madagascar
Il n’y aura pas de referendum constitutionnel le 27 mai couplé avec les législatives en raison d’une décision de justice. La Haute cour constitutionnelle estime que le projet de texte adopté devrait d’abord être approuvé par le Parlement avant d’être soumis au vote de la population. Or après l’expiration du mandat des députés en février, la Grande île n’a pas pour l’instant d’Assemblée nationale puisque les députés ne seront élus que le 27 mai. Le référendum a donc reporté par le président malgache Andry Rajoelina jeudi à cause de l’avis défavorable de la plus haute instance judiciaire du pays.  BBC

Libye: des ONG saisissent la justice contre une livraison de bateaux français
En février dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, avait annoncé la livraison à la Libye de six embarcations dans le cadre du soutien français « aux efforts de la marine libyenne pour lutter contre l’immigration clandestine », selon le ministère. Huit ONG internationales, dont Amnesty International et Médecins sans frontières, ont déposé jeudi 25 avril un référé en urgence pour suspendre la livraison des bateaux, en attendant que le tribunal se prononce de manière définitive sur la légalité de cette livraison. RFI

Guinée: Condé laisse une nouvelle fois planer le doute sur une candidature
Le président de la Guinée Alpha Condé, en visite officielle à Abidjan, a une nouvelle fois laissé planer le doute sur une modification de la Constitution qui lui permettrait de briguer un troisième mandat en 2020. « Il y a un débat en Guinée. Moi j’observe (…), ce qui est évident c’est que le peuple guinéen est un peuple souverain, (…) qu’on ne peut pas empêcher le peuple de s’exprimer s’il le souhaite », a-t-il répondu à la presse qui l’a interrogé sur le sujet. Il a aussi fait valoir qu’il n’avait « de comptes à rendre qu’au peuple de Guinée et éventuellement au peuple africain, mais pas à l’extérieur ». « Je fais ce qui sera la volonté du peuple de Guinée. Pour le moment (…) je laisse le débat se dérouler dans le pays », a-t-il ajouté.  VOA

Premier désaccord à l’Assemblée nationale congolaise
La mise en place du bureau de l’Assemblée nationale du nouveau parlement congolais divise. L’opposition a boycotté l’élection de Jeannine Mabunda du FCC et de Jean-Marc Kabund de l’UDPS, respectivement comme présidente et vice-président de la chambre basse.  VOA

Les Algériens dans la rue pour un 10e vendredi de mobilisation contre « le système »
La mobilisation populaire ne devrait pas faiblir pour le 10e vendredi consécutif de contestation, après le limogeage de symboles du régime Bouteflika et les incarcérations dans des affaires de corruption présumée. Après dix vendredis de mobilisation, le mouvement populaire contre le régime en place en Algérie ne semble montrer aucun signe d’essoufflement. Les Algériens n’entendent pas baisser la garde en ce 26 avril malgré les limogeages, les convocations judiciaires et poursuites annoncées contre des caciques du régime et le placement en détention provisoire de riches hommes d’affaires. France 24

En Suisse, la si discrète famille Kouninef, helvético-algérienne
[…] contrairement à l’Algérie où les frères Kouninef ont été arrêtés, le 22 avril, dans le cadre d’une enquête sur l’obtention de marchés publics sous l’ère Bouteflika, cette famille, fort discrète, n’a jamais fait parler d’elle en Suisse. Aucun article, aucune interview. Il n’est pas forcément illégal de multiplier les faillites. Ce n’est que récemment que La Tribune de Genève, consacrant un reportage sur le passé suisse du président algérien, révèle que le réseau de Bouteflika « passe aussi par la famille Kouninef, l’une des plus riches d’Algérie, qui habite à Lausanne et qui lui assurerait un soutien financier et logistique ». […] D’abord actif dans les travaux publics dans les années 1970, le groupe KouGC, fondé par la famille Kouninef, a surtout connu une ascension fulgurante après le retour au pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika en Algérie en 1999. Redha Kouninef est devenu un intime de Saïd, le frère du président. « À moins que certains ne passent aux aveux, il est toujours très difficile de prouver certains liens financiers. Le Point

Mali : des soldats de l’armée accusés d’avoir exécuté des Touaregs dans le Nord
Des soldats de l’armée malienne sont accusés par plusieurs témoins d’avoir tué et brûlé trois personnes entre Gossi et Gao, dans le nord du pays. Un porte-parole de l’armée affirme que des investigations sont en cours afin d’identifier les responsables. Le trafic routier entre Gao et Mopti était complètement interrompu ce 25 avril. Des manifestants, y compris des hommes armés appartenant au Groupe d’autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia), occupaient la route nationale à Tin Essamed. Au cœur de leur protestation : l’assassinat présumé de trois personnes de leur communauté, dont les manifestants réclament l’arrestation des auteurs. Jeune Afrique

Législatives sans l’opposition au Bénin : un scrutin joué d’avance à l’issue d’une campagne sous tension
Quelque 5 millions de Béninois sont appelés aux urnes, dimanche, pour des élections législatives inédite dans le pays depuis l’avènement du multipartisme : aucune liste d’opposition n’y participe. Au terme d’une campagne qui a vu monter les tensions politiques, les craintes de perturbations du scrutin, voire de violences, sont réelles. Le déroulement pacifique du vote de ce dimanche 28 avril est un enjeu majeur, tout comme le taux de participation des électeurs. Ces derniers, environ 5 millions, sont tiraillés entre les consignes de vote et appels au civisme des partis de la mouvance et les appels au boycott lancés par l’opposition, qui a tenté en vain de faire stopper un processus électoral dont elle a été exclue. Jeune Afrique

En Tunisie, saisie des équipements d’une importante télévision privée
L’instance de l’audiovisuel tunisien (Haica) a fait saisir, jeudi 25 avril, les équipements de l’une des principales télévisions privées du pays, Nessma TV, qui émet sans licence, malgré les protestations des journalistes à l’extérieur du siège de la chaîne. « Nessma émet ses programmes depuis 2014 sans licence et après des tentatives multiples pour trouver une solution avec cette chaîne, nous avons appliqué la décision prise depuis le 15 avril de saisir les équipements », a expliqué à l’AFP l’un des responsables de la Haica, Radhia Saïdi.  Le Monde

Au Congo-Brazzaville, les prêts « à tout va » de la Chine ne passent pas
La stratégie d’investissements de la Chine dans les pays en développement, en accordant des prêts « à tout va » ces dernières années, est tombée sur un os au Congo-Brazzavile, pays qui a appelé le Fonds monétaire international (FMI) à la rescousse. « C’est certainement la première fois que la Chine se retrouve confrontée à ce genre de situation », assure un spécialiste des relations entre Pékin et l’Afrique, qui a souhaité garder l’anonymat. En effet, le Congo « cherche à se mettre sous la protection du FMI pour éviter un éventuel défaut de paiement. La Chine, qui détient plus d’un tiers de sa dette externe, n’est pas vraiment à l’aise avec cette procédure », a-t-il noté.  Le Monde

Les Comoriens sous le choc après le passage du cyclone Kenneth
Après le passage dans la nuit de mercredi à jeudi du cyclone Kenneth, les Comoriens se sont réveillés sous le choc. Dans le pays, on déplore deux victimes, selon les autorités, et surtout de nombreux dégâts matériels. Les logements en tôle ont été littéralement soufflés par le cyclone, certaines routes du pays détruites. Les autorités sont encore à pied d’œuvre pour déblayer les routes et secourir les personnes à reloger.  RFI

Le cyclone Kenneth frappe les côtes du Mozambique et menace la Tanzanie
Le cyclone Kenneth s’est abattu jeudi soir sur le nord du Mozambique après avoir frappé les Comores. Les Nations unies craignent des inondations et des glissements de terrain dans la province de Cabo Delgado, à la frontière avec la Tanzanie. À peine un mois après le passage dévastateur d’Idai, le Mozambique est de nouveau frappé par un cyclone. Kenneth a touché le pays du sud-est de l’Afrique jeudi 25 avril dans la soirée. Des vents violents ont arraché les arbres et provoqué des coupures d’électricité.  France 24

« La situation sécuritaire au Burkina Faso affecte fortement le secteur agricole « .
La situation sécuritaire au Burkina Faso affecte fortement la productivité de l’agriculture. C’est le constat de Bassiaka Dao, président de la confédération paysanne du Burkina Faso, alors que se tient la journée nationale du paysan qui le lancement officiel est prévu vendredi. Bassiaka Dao, le président de la confédération paysanne du Burkina est l’invité de BBC.  BBC

« Retour à Kigali » : lumière sur le rôle de la France dans le génocide au Rwanda
Vingt-cinq ans après le génocide des Tutsi qui a fait 800 000 morts, des zones d’ombre persistent. Qui a tiré les missiles qui ont abattu l’avion du président Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994, événement déclencheur des tueries de masse ? Quel était le but réel de l’opération Turquoise, décidée par la France sous l’égide de l’ONU, le 22 juin ? Comment le dernier génocide du XXe siècle aurait-il pu être évité ? A l’heure où les commémorations du 25e anniversaire se poursuivent au Rwanda, et au sein des diasporas belge et française notamment, le documentaire Retour à Kigali revient sur les causes et les mécanismes de ce drame, dont les douleurs sont encore vives. Le Monde

 



Photo: Adam Jones