Revue de Presse du 26 avril 2018

Mozambique: nouvelles attaques meurtrières attribuées aux « islamistes »
Trois nouvelles attaques attribuées à un groupe de jeunes musulmans radicaux récemment apparu dans le nord du Mozambique ont fait un mort et trois blessés ces derniers jours, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. Ces coups de main ont visé samedi et dimanche derniers deux villages autour de Mocimboa da Praia et de Palma, non loin de la frontière avec la Tanzanie, a rapporté sous couvert de l’anonymat à l’AFP un habitant de la région. Les assaillants ont visé des fermes pour voler de la nourriture et s’en sont pris à ceux qui leur ont résisté, a précisé à l’AFP un responsable local des forces de l’ordre qui a refusé d’être identifié, évoquant un bilan d’un tué et trois blessés. La police locale n’est pas autorisée à parler à la presse. Slate

Concessions portuaires en Afrique : Vincent Bolloré mis en examen
A l’issue de deux jours et une nuit en garde à vue dans les locaux de l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre, l’industriel Vincent Bolloré a été présenté aux magistrats du pôle financier qui ont décidé de le mettre en examen, mercredi 25 avril, pour « corruption d’agent public étranger », « complicité d’abus de confiance » et « faux et usage de faux ». Il n’a pas été placé sous contrôle judiciaire. Dans un communiqué envoyé mercredi soir, le groupe Bolloré a tenu à préciser que M. Bolloré, « qui reste présumé innocent, pourra avoir enfin accès à ce dossier dont il n’a jamais eu connaissance et répondre à ces accusations infondées ». Le Monde

Togo: Lomé bouclée pour empêcher l’opposition de manifester
Au Togo, la coalition de l’opposition des 14 partis de l’opposition a de nouveau appelé à trois jours de manifestation à partir d’hier, ce jeudi 26 avril et samedi prochain. Cette fois-ci, le gouvernement a autorisé la manifestation mais a changé les itinéraires jusqu’au point de chute. Ce qu’a refusé l’opposition. Au premier jour de la mobilisation, ce 25 avril, la manifestation été empêchée par les forces de l’ordre qui ont bouclé la capitale dès le matin. Des heurts ont éclaté malgré tout à la mi-journée et un rassemblement au siège de la CDPA où les leaders se réunissaient avant de rejoindre les cortèges de manifestants. RFI

La SADC se révise et renonce à déléguer un envoyé spécial en RDC 
Plus d’envoyé spécial de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) en RDC, a décidé le sommet des Chefs de l’Etat tenu à Luanda. La communauté juge que la situation dans ce pays a évolué.  » Le sommet a pris note des progrès remarquables réalisés en RDC. A cet effet, il est revenu sur la décision qu’il avait prise consistant à dépêcher un envoyé spécial en RDC », indique le communiqué final du sommet. Les chefs d’Etat aussi saluent par conséquent « la République de la Namibie et son excellence Hikkepunya Lucas Pohamba, l’ancien président de la république de la Namibie qui s’était montré disponible de servir d’envoyé spécial de la SADC en RDC ». VOA

Des jeunes en colère tuent 11 musulmans après l’attaque d’une église au Nigeria
Onze musulmans haoussa ont été tués par une foule en colère à Makurdi, dans la capitale de l’Etat de Benue (centre du Nigeria), en représailles à l’attaque d’une église ayant fait 18 morts. « Nous avons perdu 11 des nôtres dans cette crise, et cinq blessés ont été hospitalisés », a déclaré à l’AFP Rilwanu Adamu, conseiller pour les affaires islamiques au gouvernorat de Benue. Les attaques ont eu lieu dans différents quartiers de la ville et le bilan pourrait encore augmenter, certaines victimes dont les corps ont été « calcinés », n’ayant pas encore été retrouvées, a-t-il précisé. VOA

Mali: un opposant dénonce l’opacité et le gaspillage des dépenses militaires
L’opposant malien Tiébilé Dramé a accusé mercredi le président Ibrahim Boubacar Keïta de dilapider les ressources financières attribuées à l’achat d’équipements militaires, soulignant l’aggravation des violences jihadistes dans le pays. En février, la Cour suprême avait condamné l’Etat à payer plus de 38 millions d’euros à un fournisseur de l’armée. Cet achat de matériel militaire à une société malienne, ainsi que l’acquisition d’un avion présidentiel pour 40 millions de dollars, tous deux sans appel d’offres, avaient valu en 2014 au Mali des sanctions des institutions financières. M. Keïta et son gouvernement « ne ratent aucune occasion pour célébrer +la remise à niveau+ de nos forces armées. D’importants moyens auraient été acquis pour mettre nos forces en état d’accomplir leur mission », a déclaré lors d’une conférence de presse M. Dramé, chef du Parti pour la renaissance nationale (Parena, opposition).  Slate

La Cour de justice de la CEDEAO condamne la Guinée
La Cour de Justice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a rendu son jugement le 23 avril 2018 en faveur des plaignants dans le procès n°ECW/CCJ/APP/34/16, Bintou CISSE, représentés par IHRDA et MDT, contre l’Etat de la Guinée-Conakry. L’affaire était déposée devant la Cour de la CEDEAO en septembre 2016 par l’Institut des Droits de l’Homme et du Développement en Afrique (IHRDA) et son partenaire guinéen «Les Mêmes Droits pour Tous» (MDT), pour le compte de Mme Bintou CISSE, représentant la famille de la victime. L’affaire concerne la torture et la mort d’un réfugié libérien (Jallah MORRIS) alors qu’il était sous la garde de la police guinéenne ; les plaignants ont allégué que l’État guinéen n’avait ni enquêté, ni poursuivi et puni les auteurs desdites violations. allAfrica

Soupçons de corruption en Afrique : Vincent Bolloré mis en examen
Coup de tonnerre dans l’empire Bolloré. Mercredi 25 avril, Vincent Bolloré a été mis en examen pour pour corruption d’agent public étranger, complicité d’abus de confiance et de faux et usage de faux. L’homme d’affaires est soupçonné de corruption dans l’attribution de concessions portuaires en Afrique de l’Ouest. Les enquêteurs soupçonnent le groupe Bolloré d’avoir utilisé sa filiale de communication Havas, pour obtenir la gestion de ports en Guinée et au Togo. En échange, Havas est soupçonné d’avoir assuré des missions de conseil et de communication pour aider des dirigeants africains à accéder au pouvoir. AFP

Côte d’Ivoire : comment Bédié et Ouattara vont désigner le candidat du RHDP à la présidentielle
Le 16 avril 2018, six dirigeants de partis politiques de la coalition au pouvoir ont signé un accord politique en vue de la création d’une fédération de partis qui devrait au terme d’une transition de « douze à dix-huit mois », se muer en parti unifié. Comment le candidat unique sera désigné ? Analyse. Le mode de désignation du candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), coalition au pouvoir et future fédération de partis, n’est pas encore connu. Mais le décryptage des propos tenus par le président Alassane Ouattara, président d’honneur du Rassemblement des républicains (RDR), et son allié Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), donnent des indices. Jeune Afrique

Niger: la grève s’étend aux lycées et collèges
La crise en cours depuis des mois à l’université de Niamey touche désormais les lycées et collèges de plusieurs villes du Niger, ont annoncé le gouvernement nigérien et les étudiants. L’Union des scolaires nigériens (USN), qui recrute du primaire jusqu’à l’université, a lancé « une grève illimitée » vendredi dernier pour exiger l’annulation de l’exclusion en mars de cinq étudiants, la réouverture du campus, fermé depuis le 18 avril, et « l’abrogation » d’une décision du rectorat autorisant les forces de l’ordre à assurer la sécurité de l’université. Cette grève paralyse l’université de Niamey et affecte désormais de nombreux collèges et lycées de la capitale et de plusieurs villes du pays, selon les autorités et les étudiants. TV5

Le gouvernement israélien annule son plan d’expulsion de migrants africains
Le gouvernement israélien a annoncé mardi avoir renoncé à son plan d’expulsion de migrants africains entrés illégalement dans le pays faute d’avoir trouvé un pays acceptant de les accueillir. Les expulsions visaient une partie des 42.000 migrants d’origine érythréenne et soudanaise vivant actuellement illégalement en Israël. Les services du conseiller légal du gouvernement ont informé la Cour suprême de l’abandon du plan après le refus de certains pays tiers, non précisés, d’accueillir les migrants, a-t-on appris de source gouvernementale. VOA

Kenya: Raïla Odinga prend la parole et met la réconciliation sur les rails
Au Kenya, la réconciliation entre pouvoir et opposition se remet sur les rails. Début mars, alors que la crise postélectorale était toujours en cours, Raïla Odinga et le président Uhuru Kenyatta avaient scellé un rapprochement spectaculaire. Depuis, rien ne s’était passé. Or mercredi 25 avril, Raïla Odinga a pris la parole à la conférence annuelle sur la décentralisation, un rendez-vous important dans l’agenda kenyan. Il a remis la réconciliation sur le devant de la scène. RFI

La détresse sociale en Tunisie à l’origine d’une nouvelle vague d’émigration
Hedi Labet rêvait du grand large, de l’Italie, de la France, de l’Europe. Partir loin de cette steppe caillouteuse de la Tunisie intérieure, son pays à lui, qui, dit-il, « tue l’ambition ». S’évader de son bourg de Redeyef, tout près de la frontière algérienne, où l’industrie vieillissante du phosphate ne suffit plus à nourrir son monde, attisant la détresse sociale dans toute la région minière de Gafsa. « Rien ne m’encourage à rester ici », grince le jeune homme qui, comme tant d’autres, a songé à partir – avant d’abandonner. Il est gringalet, Hedi, si frêle dans son jean, si gauche en apparence avec ses grosses lunettes sur le nez, mais la traversée de la Méditerranée ne l’effrayait pas. Pourquoi pas lui ? Tant de ses amis, ces jeunes désœuvrés de Redeyef, ont déjà tenté l’aventure et l’ont parfois réussie. Le Monde



Photo: Adam Jones