Revue de Presse du 25 septembre 2017

Libye: l’armée américaine mène six frappes de précision contre le groupe EI
L’armée américaine a mené vendredi 22 septembre six frappes de précision en Libye visant le groupe Etat islamique. Cette intervention est une première pour l’administration Trump. Le président américain a donné son feu vert la semaine dernière, et vendredi des drones ont bombardé un camp de l’EI à 240km environ au sud-est de Syrte, tuant 17 combattants. RFI

Mali: 3 Casques bleus tués, 5 blessés dans une attaque contre un convoi
Au moins trois Casques bleus de l’ONU au Mali ont été tués et cinq blessés « gravement » dimanche dans une attaque à l’engin explosif contre leur convoi dans le nord du pays, ont annoncé les Nations unies. La Mission des Nations unies au Mali (Minusma) a annoncé dans un communiqué un « premier bilan » de trois morts et cinq blessés graves dans cette attaque lancée vers 07H00 GMT, contre « un convoi sur l’axe Anefis-Gao », qu’ils escortaient. L’armée bangladaise a annoncé à Dacca que les Casques bleus appartenaient à son contingent au sein de la Minusma, faisant état d’un bilan de trois morts et quatre blessés. Elle a souligné dans un communiqué que ses Casques bleus au Mali avaient repoussé une autre attaque samedi. TV5

Zimbabwe: le pasteur Evan Mawarire arrêté
Devenu l’un des leaders de la contestation anti-Mugabe, l’opposant Mawarire a été arrêté dimanche pendant un service religieux. Selon son avocat, Harrison Nkomo, Evan Mawarire est notamment accusé de subversion contre « un gouvernement constitutionnel » et « il est retenu au commissariat central de Harare « . Le pasteur zimbabwéen Mawarire, est l’un des leaders de la contestation anti-Mugabe. Il a été arrêté pour avoir diffusé samedi sur les médias sociaux, une vidéo montrant de longues files d’attente devant des stations-services en raison de la pénurie de carburant au Zimbabwe par manque de devises. BBC

Kenya: la police saisie pour enquêter sur la commission électorale
Le parquet kényan a ordonné à la police et à l’agence anti-corruption d’enquêter sur la commission électorale pour « irrégularités » et actes « illégaux » présumés commis dans le déroulement de la présidentielle d’août qui a été invalidée. Le directeur des poursuites publiques Keriako Tobiko a précisé qu’une enquête complète sur la Commission électorale indépendante (IEBC) devait être bouclée dans un délai de 21 jours. Saisie par l’opposition, la Cour suprême a invalidé le 1er septembre la réélection de M. Uhuru Kenyatta avec 54,27% des voix, contre 44,74% à l’opposant Raila Odinga. Initialement prévue le 17 octobre, la nouvelle élection a été reportée au 26 octobre, de nombreux doutes demeurant toutefois sur la capacité de l’IEBC à organiser le scrutin dans les temps. La Constitution prévoit elle que la nouvelle élection doit être organisée dans les 60 jours suivant la décision de la Cour suprême, soit d’ici au 31 octobre. TV5

A l’ONU, Kabila se présente comme le seul garant de la sécurité de son pays
Le président Joseph Kabila s’est finalement exprimé, samedi 23 septembre, devant l’Assemblée générale de l’ONU. C’est une surprise. Il était prévu dans le programme de l’ONU, mais son arrivée a été annoncée à la toute dernière minute et alors que la réunion sur la RDC avait eu lieu le mardi 19 septembre. Joseph Kabila, pour ce qui devrait être son dernier discours à l’AG, a voulu se présenter comme le garant de la sécurité du pays. RFI

Abidjan et Accra vont « respecter » la décision du tribunal pour le droit de la mer
La Côte d’Ivoire et le Ghana se sont engagés dimanche « à respecter la décision » du Tribunal international du droit de la mer (TIDM) sur leur différend à propos de la frontière maritime entre leur deux pays, promettant de « collaborer ». « La Côte d’Ivoire et le Ghana acceptent cette décision rendue conformément au statut du (TIDM) », a indiqué un communiqué conjoint lu à la télévision ivoirienne (RTI). Les deux pays « s’engagent à respecter les termes de la décision et de collaborer pleinement pour sa mise en oeuvre », poursuit le texte lu par la ministre ghanéenne de la Justice, Mme Gloria Afua Akuffo. Abidjan et Accra « affirment leur ferme volonté de travailler ensemble à consolider et à intensifier leur relation fraternelle de coopération et de bon voisinage ». VOA

Nigeria : les procès de 1 600 membres présumés de Boko Haram commenceront en octobre
Les procès de 1 600 membres présumés du groupe jihadiste nigérian Boko Haram détenus dans des camps militaires à travers le pays commenceront le mois prochain, a annoncé dimanche le ministère de la Justice. « Tout est prêt désormais pour la lecture des actes d’accusation des suspects de Boko Haram dans les différents centres de détention dans le pays », selon un communiqué. Ce processus devrait commencer le 9 octobre. Quelque 1.600 détenus commenceront ensuite à être jugés. Des avocats seront fournis aux suspects par le Conseil d’aide juridique. Les affaires ont été attribuées par le ministre de la Justice, Abubakar Malami, à plusieurs procureurs. Des juges qui pourront traiter les cas « promptement » ont été choisis, précise le communiqué. Jeune Afrique

Recrudescence du trafic d’armes entre la Turquie et le Nigeria
Au Nigeria, le gouvernement perd patience après qu’une cargaison illégale d’armes a une nouvelle fois été interceptée dans le port de Lagos, en provenance de Turquie. C’est la quatrième fois cette année dans ce pays aux prises, notamment, avec le groupe islamiste Boko Haram. L’ambassadeur turc a été convoqué par les douanes nigérianes. Mais la Turquie fait la sourde oreille. RFI

Tchad : la mystérieuse absence d’Idriss Déby à l’assemblée générale de l’ONU
Alors que le président tchadien Idriss Déby ne s’est pas rendu à l’assemblée générale des Nations unies à New York, les spéculations vont bon train sur les raisons de cette absence. Pourquoi Idriss Déby ne s’est-il pas rendu à New York ? Alors qu’une réunion relative au G5 Sahel était prévue, le président tchadien n’est pas venu à l’assemblée générale des Nations unies (ONU) qui s’est ouverte le 19 septembre. Deux théories s’affrontent sur les raisons de cette absence. Sous couvert d’anonymat, un responsable du Mouvement patriotique du salut, le parti au pouvoir, a ainsi évoqué vendredi 22 septembre des « raisons intérieures » auprès de l’AFP. « Les bruits de bottes [rumeurs de mouvements de groupes armés, NDLR] dans l’extrême-nord et dans l’est du Tchad inquiètent » le président tchadien, a précisé cette source. France 24

Trump étend son décret migratoire à la Corée du Nord, au Venezuela et au Tchad
Dans la nuit de dimanche à lundi, Washington a étendu son décret migratoire à trois pays supplémentaires : la Corée du Nord, le Venezuela et le Tchad. Par ailleurs, le Soudan a été retiré des six pays visés auparavant par ce décret. Ce nouveau texte interdit ou limite l’entrée aux États-Unis des ressortissants étrangers de huit pays en tout. La Corée du Nord, le Venezuela et le Tchad ont été intégrés dimanche à la liste des pays visés par le décret migratoire américain pour des manquements à la sécurité sur leurs voyageurs et un manque de coopération avec Washington. Le Soudan, l’un des six pays musulmans visés par le précédent décret, a été retiré de la liste. Le nouveau texte interdit ou limite l’entrée aux États-Unis des ressortissants étrangers de huit pays au total, avec l’Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie et le Yémen. Ouest France

RD Congo : Kabila promet la « publication prochaine » du calendrier en vue de la présidentielle
Bien qu’aucune date n’ait encore été fixée, le président congolais Joseph Kabila a assuré samedi à l’ONU que son pays se dirigeait irrévocablement vers des élections. Logistique, finances, sécurité : des défis de taille sont encore à surmonter. « J’affirme que le cap vers des élections crédibles, transparentes et apaisées, est définitivement fixé. » Joseph Kabila s’est montré des plus déterminés lors de son allocution, samedi 23 septembre, devant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies à New York. Le président de la République démocratique du Congo (RD Congo), dont le second mandat de cinq ans a expiré le 20 décembre 2016, dit attendre « la publication prochaine » du calendrier électoral. La Constitution lui interdit de se représenter. France 24

Centrafrique: des hommes armés attaquent la ville de Bocaranga
Des hommes armés ont attaqué samedi Bocaranga, ville du nord-ouest de la Centrafrique et frontalière avec le Cameroun, a-t-on appris de sources concordantes, l’une d’elles évoquant « des victimes » au nombre indéterminé. « Des hommes armés, considérés comme étant des rebelles des 3R, ont lancé une attaque tôt ce matin (samedi) contre la ville de Bocaranga. Des tirs nourris d’armes automatiques ont été entendus partout. Ces hommes ont quasiment occupé les points stratégiques, faisant fuir les habitants », a déclaré à l’AFP une source militaire à Bangui. « Il ne fait aucun doute qu’il y a des victimes. Mais il est encore bien difficile de connaître le nombre exact », a ajouté la source. Contactées par l’AFP, des sources humanitaires n’étaient pas en mesure non plus de fournir un bilan samedi soir. Un prêtre a fait état également de « tirs ». Quant à un autre habitant de Bocaranga, joint par l’AFP, il a signalé qu’après l’attaque des 3R, les éléments d’autodéfense anti-balaka avaient riposté. TV5

Au Cameroun, des fortunes se font et se défont sur une mine de fer qui n’a jamais produit
Charles et Rosine Salé sont unis par les liens du mariage, et par ceux d’un intérêt mutuel bien compris : quand Rosine investit dans des compagnies minières au Cameroun, Charles, à l’époque ministre des mines, leur attribue des permis. Et quand Charles, qui se pique aussi de littérature, publie en 2014 un premier roman, Rosine, qui enseigne à l’Université de Yaoundé I, édite un livre entier consacré au sujet de ce roman, affirmant que l’œuvre de son mari « peut se définir comme une exploration horizontale et verticale de la condition humaine ». Charles Salé, 65 ans, est un politicien de longue date. Ministre des transports puis des mines, il est aujourd’hui sénateur et président du conseil d’administration de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé. Du point de vue de l’économie conjugale, son plus gros coup est probablement le permis qu’il a accordé en 2005, détenu aujourd’hui par l’entreprise australienne Sundance Resources. Le Monde

Sénégal: Serigne Mbaye Sy Mansour désigné nouveau khalife des Tidianes
Les membres de la confrérie des Tidianes au Sénégal ont un nouveau chef spirituel. Il s’appelle Serigne Mbaye Sy Mansour et était jusqu’ici le porte-parole de la famille religieuse, la plus importante du pays en nombre de fidèles. Dimanche 24 septembre, une cérémonie s’est tenue dans la capitale sénégalaise des Tidianes, la ville de Tivaouane, lors de laquelle le nom du nouveau khalife a été révélé en présence de représentants d’autres confréries soufies, mais aussi de représentants catholiques et de dignitaires étrangers. RFI



Photo: Adam Jones