Revue de Presse du 25 juillet 2016

Soudan du Sud: Taban Deng Gai désigné vice-président à la place de Riek Machar
L’ultimatum a expiré au Soudan du Sud. Le président Salva Kiir avait donné 48 heures à son vice-président et ancien adversaire Riek Machar pour revenir à Juba après des affrontements dans la capitale début juillet. Mais pour revenir, Riek Machar exigeait le déploiement et la protection d’une force neutre. Finalement à l’issue du compte à rebours, une centaine de cadres de son mouvement, l’Armée de libération du Soudan, a désigné un nouveau vice-président, le ministre des Mines, Taban Deng Gai. RFI

Soudan du Sud : Riek Machar n’a pas envie de rentrer mourir à Juba
Riek Machar est introuvable. Sans doute y a-t-il quelques bonnes raisons à cela. Après les combats qui ont opposé ses soldats à ceux de Salva Kiir ces dernières semaines, si quelqu’un espérait que les deux hommes supposés sauver le Soudan du Sud allaient se remettre gentiment au travail, comme si plusieurs centaines de cadavres n’encombraient pas les morgues de la capitale, il est temps de cesser de rêver. Le vice-président a fui pour sauver sa vie, et il se cache. Pendant ce temps, reclus dans son palais sous bonne garde, le président sud-soudanais a lancé un « ultimatum de quarante-huit heures », expirant samedi 23 juillet, à son vice-président pour qu’il revienne à Juba de gré ou de force. Ce faisant, il menace de lui faire la guerre s’il se refuse à rentrer faire la paix. Il y a de quoi se méfier. Le Monde

Vingt morts dans des combats au Mali
Les victimes ont été péri dans des combats entre les rebelles touareg et les milices pro-gouvernementales, jeudi et vendredi, à Kidal, dans le nord du Mali. Un calme précaire règnait ce vendredi dans cette localité, selon le correspondant de BBC Afrique à Bamako. Des combattants de la Coordination des mouvements de l’Azawad se sont affrontés avec ceux du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés, qui est proche du gouvernement malien. Les fréquents affrontements entre les groupes armés du nord et l’armée malienne mettent en péril l’accord de paix signé l’an dernier par le gouvernement et les rebelles. BBC

Présidentielle Sao Tomé: annulation de la victoire de Carvalho
L’élection présidentielle à Sao Tomé et Principe, petit archipel africain réputé pour sa paix civile, a connu un coup de théâtre avec l’annulation de la victoire au premier tour d’Evaristo Carvalho, a annoncé la Commission électorale (Cen). Cette décision ouvre la voie à un second tour entre M. Carvalho, candidat du Premier ministre Patrice Trovoada, et son challengeur direct, le président sortant Manuel Pinto da Costa (indépendant), ont indiqué vendredi la Cen et le Tribunal constitutionnel. TV5

Nigeria : le pétrole, source de malheur
Depuis plusieurs mois, la production pétrolière est menacée dans le Delta du Niger, une région située dans le sud-est du Nigeria. Des insurgés locaux détruisent des oléoducs et des installations pétrolières, pour manifester leur opposition à la décision du gouvernement de diminuer les paiements versés aux ex-rebelles. Dans le village de Kurutie, la population voit le pétrole comme une malédiction. Non seulement la population se dit négligée par le gouvernement, mais elle se plaint aussi de l’impact néfaste de l’extraction du pétrole sur l’écosystème. BBC

Centrafrique: nouvelle attaque armée
Ce samedi par d’ex-rebelles Séléka et des peuls armés qui « tiraient à vue, cherchant à investir les maisons d’habitation », a déclaré un officier de la gendarmerie locale sous couvert d’anonymat. « Au moins trois personnes sont mortes et plusieurs autres blessées », d’après un bilan provisoire, a-t-il affirmé, précisant qu’il s’agissait d’une « attaque surprise ». Des centaines d’habitants ont fui dans les environs et en direction des villages voisins. Dimanche matin, les tirs avaient cessé et un calme précaire était revenu dans le village, mais des hommes armés y étaient toujours présents, selon plusieurs témoignages d’habitants. BBC

Libye: Ban Ki-moon craint l’éparpillement des combattants du groupe EI
Un rapport du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’inquiète d’une possible dispersion des combattants de l’organisation Etat islamique en Libye. Acculés dans leur bastion de Syrte, ces 2 000 a 5 000 combattants pourraient chercher à fuir dans des pays voisins et notamment en Tunisie. RFI

Crise au Burundi – L’ONU regrette le manque de coopération des autorités
Le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme vient d’effectuer une visite de quatre jours en République démocratique du Congo. L’occasion pour Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein d’évoquer la situation au Burundi voisin, en crise depuis plus d’un an, depuis la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat. allAfrica

RDC: l’opposition pro-Tshisekedi refuse le dialogue national et récuse le facilitateur
Une plate-forme d’opposition congolaise présidée par l’opposant historique Etienne Tshisekedi wa Mulumba a annoncé dimanche soir son refus de participer au « dialogue national » prévu fin juillet en République démocratique du Congo en vue d’élections « apaisées » et récusé le facilitateur désigné par l’Union africaine (UA). Le « Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au Changement » déplore la précipitation avec laquelle le facilitateur du dialogue, l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, « a lancé, unilatéralement, l’invitation pour les travaux préparatoires du dialogue » au lendemain de la publication des ordonnances (signées par le président Joseph Kabila et accordant des grâces à certains détenus, ndlr) « qui ne satisfont pas aux exigences de libération inconditionnelle de tous les prisonniers politiques et d’opinion », a indiqué M. Tshisekedi dans un communiqué adressé à l’agence Belga. La Libre

Gabon : à l’approche de l’élection présidentielle, l’opposition violemment réprimée
Un rassemblement pacifique d’opposants a été violemment dispersé, samedi, à Libreville. À quelques semaines de l’élection présidentielle, l’opposition dénonce la candidature d’Ali Bongo et l’accuse d’avoir menti sur son état civil. À quelques semaines de l’élection présidentielle gabonaise, une manifestation pacifique d’opposants a été violemment dispersée avec des gaz lacrymogènes, samedi 23 juillet, à Libreville. Plusieurs centaines de personnes avaient pris part à cet événement dans le but de protester contre la candidature d’Ali Bongo à un second septennat. L’opposition lui reproche son inefficacité et, surtout, l’accuse d’avoir menti sur son état civil. France 24

Gabon : l’âpre bataille du marigot électoral
L’opposition peut tonner sa colère. Ali Bongo Ondimba ne veut rien lâcher. C’est donc une véritable opération de charme que le candidat a lancé à travers le pays qu’il a décidé de parcourir. Au menu : des consultations et des causeries politiques. Et parfois des visites de chantiers, notamment les infrastructures routières. « On ne ment pas à l’œil qui voit », a-t- déclaré à Port-Gentil mettant en avant les ouvrages réalisés et les projets routiers encours, notamment le tronçon entre la capitale économique du Gabon à Libreville. Une manière d’être pragmatique face aux allégations de l’opposition qui ne cesse de qualifier son bilan de « calamiteux ». Et d’ajouter à Mandji, lors de son passage dans la Ngounié, au sud : « La bataille pour un nouveau développement du Gabon a commencé il y a sept ans. Nous devons maintenant accélérer le rythme. Comptez sur moi pour aller plus vite et plus fort. » Le Point

Tchad : les réseaux sociaux coupés depuis plus de trois mois
Depuis la réélection du président Idriss Deby Itno au mois d’avril, plus aucun réseau social n’est accessible par la voie habituelle au Tchad, dénonce l’association Trop c’est Trop. Le gouvernement invoque un problème technique. Cela fait plus de trois mois que l’accès aux réseaux sociaux (Facebook, Whatsapp, Twitter, Viber, etc.) est intégralement coupé au Tchad, constate Rémi Gamo, secrétaire général chargé des mobilisations au sein de la coalition Trop c’est trop, joint par téléphone par Jeune Afrique vendredi 22 juillet. L’accès avait déjà été interrompu plusieurs fois, mais depuis l’élection présidentielle contestée du 10 avril, c’est la « coupure nette », dénonce Rémi Gamo. Jeune Afrique

Sierra Leone: une foule se rue sur des poulets avariés enterrés dans une décharge
Des milliers d’habitants de la capitale sierra-léonaise Freetown se sont rués ce weekend dans une décharge publique pour y déterrer des poulets avariés importés du Brésil et ensevelis par les autorités sanitaires pour éviter toute contamination, ont déploré des responsables. Ces poulets ont été importés le 12 juillet du Brésil par un homme d’affaires, mais jugés impropres à la consommation par les services de santé du pays. Les carcasses ont alors été enterrées dans un dépôt d’ordures de l’est de Freetown, mais des milliers de personnes ont assiégé le site pour récupérer une partie des stocks, a indiqué le ministère de la Santé. TV5

Libye: 41 corps de migrants récupérés sur une plage près de Tripoli
Les corps de 41 migrants morts noyés en tentant de rejoindre l’Europe ont été retrouvés sur une plage de Sabrata, une ville côtière dans l’ouest de la Libye, a indiqué dimanche à l’AFP une source locale de cette ville. « Un groupe de bénévoles a récupéré samedi les corps de 41 migrants qui se sont noyés avant d’échouer sur la plage » de Sabrata (70 km à l’ouest de Tripoli), a indiqué à l’AFP un responsable du bureau de presse du conseil local de la ville. Selon lui, l’équipe de bénévoles « a transféré les dépouilles au centre de médecine légale pour des prélèvements » d’ADN, avant qu’elles ne soient « enregistrées puis inhumées ». TV5

L’injustice du visa pour les vacanciers africains
Voyager à travers l’Afrique est plus facile pour un Américain qu’un citoyen africain. Sans visa, le premier peut se rendre en moyenne dans plus de pays que le second. Un vrai paradoxe que nous avons déjà expliqué sur Slate Afrique. À partir de ce constat, il est facile d’imaginer qu’un Congolais ou un Tunisien qui voudrait passer ses vacances dans l’hémisphère nord sera confronté à un mur. En cette période estivale en Europe ou en Amérique du Nord, de nombreux citoyens africains aux poches assez pleines pour s’envoler vers d’autres cieux en avion – ce qui déjà un luxe énorme en Afrique –, se retrouvent confrontés à la difficulté d’obtenir un visa pour des pays qui voient en chaque voyageur du Sud, un migrant potentiel. Slate



Photo: Adam Jones