Revue de Presse du 25 janvier 2019

RDC: Tshisekedi prête serment pour une transition historique et contestée
C’est fait: l’opposant Félix Tshisekdi est officiellement devenu jeudi le cinquième président de la République démocratique du Congo, sous les yeux de son prédécesseur Joseph Kabila, mais en l’absence de l’autre opposant Martin Fayulu qui conteste sa victoire. M. Tshisekedi, 55 ans, a reçu les symboles du pouvoir des mains du président sortant Joseph Kabila, 47 ans, lors d’une cérémonie au palais de la Nation, siège de la présidence. C’est la première transmission pacifique du pouvoir depuis l’indépendance depuis 1960. Submergé par la chaleur, le poids de l’émotion et aussi d’un gilet pare-balle quasiment visible à l’oeil nu, M. Tshisekedi a fait un malaise de plus de dix minutes lors de son discours d’investiture. TV5

RDC: Félix Tshisekedi promet d’œuvrer à la «réconciliation»
La cérémonie d’investiture du nouveau président de la République démocratique du Congo a eu lieu jeudi 24 janvier, à la mi-journée au palais de la Nation. L’opposant Félix Tshisekedi est devenu cinquième président du pays, mais le premier dans l’histoire du pays à le devenir démocratiquement. Dans son discours d’investiture, qui a duré près d’une heure et au cours duquel il a eu un malaise, il a salué ce jour historique. Félix Tshisekedi est officiellement devenu jeudi le cinquième président de République démocratique du Congo. À la tribune, Joseph Kabila et Félix Tshisekedi étaient côte à côte, un symbole fort pour ce pays qui n’avait jamais connu d’alternance pacifique. RFI

Quel Premier ministre pour Tshisekedi ?
Le choix du chef du gouvernement annoncera les couleurs de la gouvernance du nouveau président. Pour faute de majorité à l’Assemblée nationale, Felix Tshisekedi sera obligé de former un gouvernement de cohabitation. Selon l’actuelle constitution de la RDC qui consacre un régime semi-présidentiel, le Premier ministre nommé par le président de la République doit être issu de la majorité au parlement. Dans ce cas, c’est au FCC, le Front commun pour le Congo de Joseph Kabila, que revient donc cette désignation puisque ce parti est arrivé largement en tête des élections législatives. Le président sortant tient, selon nos sources, à ce qu’un de ses fidèles occupe ce poste. Deutsche Welle

Présidentielle en RDC : Martin Fayulu, le candidat malheureux de l’élection
L’annonce est tombée comme un couperet samedi dernier. Martin Fayulu a perdu la présidentielle. Malgré ses protestations et ses recours, les juges de la Cour constitutionnelle ont validé la victoire de Felix Tshisekedi. Pour le camp Fayulu il s’agit d’un coup de massue. « La Cour constitutionnelle par cet arrêt vient une fois de plus de confirmer à l’instar de la Ceni, qu’elle est au service d’un individu et d’un régime dictatorial qui ne respecte ni les lois de la République, ni les règles élementaires de la démocratie et de la morale. […] Il n’est un secret pour personne que vous m’avez élu président de la RDC avec plus de 60% des voix…. c’est ni plus ni moins un coup d’Etat constitutionnel » explique Martin Fayulu, le 20 janvier 2019. Le candidat malheureux s’appuie sur les compilations de son propre camps, confortées par l’enquête menées par TV5Monde, RFI et le groupe d’étude sur le congo. Cette enquête, selon laquelle Fayulu serait le véritable vainqueur de l’élection avec entre 59 % et 62 % des suffrages. TV5

Zimbabwe: la société civile dénonce le silence de la communauté internationale 
Les forces de sécurité zimbabwéennes auraient procédé à de nouvelles interpellations ces derniers jours. Jeudi, la police a notamment effectué une descente au domicile du président d’une coalition d’ONG, confisquant les passeports de sa famille. Selon le ministère de la Sécurité, plus de 600 personnes ont été arrêtées depuis une semaine. La société civile s’insurge du silence face à cette répression. La société civile zimbabwéenne dénonce le silence assourdissant de ses voisins. Pas un mot de l’Union africaine ni de l’organisation régionale, la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe). Seul le président sud-africain a évoqué la situation. Présent au Forum économique mondial de Davos, Cyril Ramaphosa a appelé la communauté internationale à lever les sanctions contre Harare.  RFI

Attaque de Nairobi: la police kényane remonte le fil du réseau terroriste
Après l’attaque terroriste contre un complexe hôtelier de Nairobi du 15 janvier, l’enquête se poursuit et les autorités ne cessent d’élargir leurs recherches. Plusieurs suspects sont recherchés, d’autres ont été arrêtés, voire présentés à la justice. Pendant ce temps, le Kenya a renforcé ses mesures de sécurité. L’Unité antiterroriste de la police remonte peu à peu le réseau qui gravitait autour des cinq terroristes qui ont attaqué le complexe hôtelier Dusit de Nairobi le 15 janvier dernier. De multiples pistes pointent sans surprise vers la Somalie. Trois de leurs armes auraient appartenu au gouvernement somalien. En novembre, les experts de l’ONU avaient averti que les shebabs pouvaient accéder aux armes de certains soldats mal payés qui vendaient leur matériel au marché noir. A cela s’ajoutent les saisies opérées par les islamistes lors d’attaques contre l’armée somalienne. RFI

RCA: quels groupes armés participent aux négociations à Khartoum?
Les négociations entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés ont commencé jeudi à Khartoum, au Soudan, et elles devraient se poursuivre jusqu’au 1er février, selon des sources à l’Union africaine qui chapeaute ce processus. Pratiquement tous les principaux leaders des quatorze groupes armés qui contrôlent 80 % du territoire centrafricain sont présents à Khartoum pour ces négociations. Deux étaient particulièrement attendus, Nourredine Adam, chef du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), arrivé sur place jeudi matin, et Ali Darassa à la tête de l’Union pour la Centrafrique (UPC), qui a rallié la capitale soudanaise dans la soirée jeudi, selon des sources sur place. RFI

RCA: Le Drian confirme la présence de la Russie «antifrançaise» à Bangui
La réunion de Khartoum entre le gouvernement et les rebelles a été évoquée mercredi par Jean-Yves Le Drian devant les sénateurs. Mais lors de cette audition, le ministre français des Affaires étrangères a surtout ciblé le rôle de la Russie en Centrafrique. Face aux sénateurs de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, Jean-Yves Le Drian s’est félicité mercredi de la tenue de cette réunion entre gouvernement et groupes rebelles sans pour autant crier victoire. « Enfin, parce que cela fait très longtemps que l’on souhaite que cette rencontre ait lieu. Nous avons appelé toutes les parties à faire preuve d’esprit de consensus pour y arriver, mais la situation est quand même très confuse et le rôle de l’Union africaine dans cette affaire est tout à fait essentiel ». RFI

Libération de 10 militaires accusés de tentative d’assassinat du chef d’état-major en Guinée Bissau
Dix militaires accusés de tentative d’assassinat du chef d’état-major des armées en Guinée-Bissau, le général Biaguê Nantam, il y a plus d’un an, ont été mis en liberté « faute de preuves ». Cette ancienne colonie portugaise d’Afrique de l’Ouest a souvent été en proie à une instabilité chronique, avec des tentatives de putsch à répétition depuis son indépendance en 1974. L’instabilité et la pauvreté y ont longtemps facilité l’implantation de narcotrafiquants, sous la protection de hauts responsables de l’armée. Ces dix militaires, dont plusieurs officiers, arrêtés en décembre 2017, étaient soupçonnés d’avoir voulu assassiner le général Nantam à son retour au pays d’un voyage pour raisons médicales. Ils viennent finalement d’être libérés « faute de preuves », a indiqué à l’AFP une source judiciaire sous le couvert de l’anonymat. VOA

Burkina : Chérif Sy nommé à la Défense, Alpha Barry maintenu aux Affaires étrangères
Le premier gouvernement de Christophe Dabiré a été dévoilé jeudi 24 janvier, après la passation de pouvoir avec le Premier ministre sortant, Paul Kaba Thiéba. Le nouveau gouvernement est composé de 32 membres, dont plusieurs ministres qui ont été reconduits à leurs postes. L’un des grands changements de ce gouvernement est la nomination de Chérif Sy au ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants. Jusque-là Haut représentant du chef de l’État, son nom avait été cité parmi les pressentis à la primature. Il remplace à ce poste Jean-Claude Bouda. Cette figure de l’insurrection populaire de 2015 a également été président du Conseil national de la Transition. Il aura la lourde tâche de juguler la crise sécuritaire à laquelle le pays fait face, dans un contexte marqué par des attaques jihadistes. Jeune Afrique

Le marché africain de la défense en pleine croissance attire les entreprises d’armement
En pleine croissance, le marché africain de la défense et de la sécurité attire de plus en plus de sociétés du monde entier, comme le montre l’affluence au salon spécialisé Shield Africa d’Abidjan. Armes, munitions, uniformes, blindés, drones, systèmes de communications et de surveillance, logiciels… Etats et sociétés privées peuvent trouver de tout à ce salon qui se tenait dans la capitale économique ivoirienne de lundi à jeudi, organisé par le groupe Coges, le promoteur d’Eurosatory en France, un des plus importants événements mondiaux de ce type. « Le marché africain de la défense ne représente qu’une goutte d’eau par rapport au marché mondial : 42,6 milliards de dollars sur 1.731 milliards en 2017 », explique à l’AFP le commissaire général de Shield Africa, Stéphane Konan, citant les chiffres de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). TV5

L’Angola décriminalise l’homosexualité
Le Parlement angolais a retiré de son code pénal une disposition interprétée comme « une interdiction de tout comportement homosexuel ». La disposition retirée du code pénal ne faisait pas clairement mention de l’homosexualité, mais elle bannissait les « vices contre nature ». Elle était interprétée comme une interdiction des relations sexuelles entre personnes du même sexe. La modification a été validée par un vote du Parlement, mercredi, à Luanda, la capitale angolaise.  BBC

Le pétrole du Niger passera par le Bénin
Un accord pour construire un oléoduc entre les deux pays en vue d’exporter le pétrole nigérien a été signé jeudi. L’accord a été paraphé à Niamey par les ministres nigériens du Pétrole Foumakoye Gado et béninois des Mines, Samou Séidou Adambi. Le ministre nigérien du pétrole qui en a fait l’annonce a indiqué que les travaux démarreront cette année 2019. L’infrastructure acheminerait du brut au port de Cotonou à partir des champs d’Agadem (sud-est nigérien) où la China national Petroleum corporation CNPC extrait le pétrole depuis 2011. BBC

Augmentation des besoins humanitaires au Cameroun
Un rapport des Nations révèle que la crise dans les régions anglophones a engendré une augmentation drastique des besoins humanitaires. Les Nations Unies estiment qu’une personne sur six, en majorité des femmes et des enfants soit quatre millions trois cent mille (4,3 millions) personnes ont besoin d’une « assistance vitale » dans cette partie du Cameroun. Les besoins humanitaires vont probablement augmenter dans les années à venir souligne Mme Baiocchi qui s’inquiète d’un sous-financement pour faire face à ces besoins. Le Cameroun est confronté à plusieurs crises dans la région de l’Extrême-Nord où l’armée combat depuis 2014 le groupe Boko Haram. BBC

En Europe, le franc CFA rencontre des ennemis inattendus
Régulièrement critiqué dans les pays africains qui l’utilisent, le franc CFA compte des ennemis jusque sur le Vieux Continent, tant parmi la gauche radicale anti-impérialiste française que, récemment, chez le gouvernement populiste italien. La charge la plus spectaculaire est venue du vice-président du Conseil italien, Luigi di Maio, qui a accusé dimanche la France « d’appauvrir l’Afrique » et d’aggraver la crise migratoire. « Il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies. Et avec cette monnaie elle finance la dette publique française », a lancé le leader du Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système). Quatorze pays (dont douze anciennes colonies françaises), huit en Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo) et six en Afrique centrale (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad), qui constituent deux unions monétaires distinctes, utilisent toujours le franc CFA comme monnaie officielle, soit 155 millions de personnes. TV5

Afrique du Sud: abandon des poursuites pour corruption visant un fils de Jacob Zuma
Les accusations de corruption pesant sur Duduzane Zuma, un des fils de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma, ont été provisoirement abandonnées, a annoncé jeudi le parquet. Duduzane Zuma avait été inculpé en juillet dernier dans le cadre d’un des nombreux scandales liés à la sulfureuse famille d’hommes d’affaires Gupta, qui ont précipité la démission de son père en février 2018. Le trentenaire est soupçonné d’avoir participé en octobre 2015 à une rencontre au cours de laquelle un des frères Gupta, Ajay, avait proposé le poste de ministre des Finances à Mcebisi Jonas, alors vice-ministre. Dans une déclaration sous serment, Mcebisi Jonas avait expliqué que le maroquin lui avait été offert en échange de son obéissance aux instructions des Gupta et d’une enveloppe de 600 millions de rands (38 millions d’euros).  TV5

 

 

 



Photo: Adam Jones