Revue de presse du 25 février 2016

La guerre de l’ombre de la France contre les jihadistes de l’EI en Libye
Jean-Yves Le Drian a lancé mercredi une « enquête pour compromission » du secret-défense après la publication d’informations faisant état de la présence de forces spéciales françaises et d’agents secrets en Libye, pour contenir l’EI. Une guerre de l’ombre pour contenir l’expansion de l’organisation de l’État Islamique (EI) en Libye. Selon un article du quotidien Le Monde, publié mercredi 24 février, la France mène des opérations secrètes, voire clandestines, dans ce pays livré au chaos, dont se nourrit le groupe jihadiste pour gagner du terrain depuis le printemps 2014. L’EI contrôle notamment la ville de Syrte, sur la côte méditerranéenne. France 24

Poursuite des combats dans l’est libyen
Selon des sources proches des forces loyalistes, au moins 12 officiers libyens ont été tués dans un raid méné hier par des militants de l’État islamique contre un siège des forces de sécurité à Sabratha à l’est du pays Des responsables locaux ont déclaré à la BBC que des militants radicaux ont brièvement occupé le centre de la ville mais se sont ensuite retirés. Le chef du conseil militaire de Sabratha, Taher Al Gharaballi, a révélé que les corps décapités de douze officiers ont été trouvés autour de la zone qui a été brièvement occupée par les insurgés. Cinq selon le chef militaire sont toujours portés disparus mais il estime qu’ils ont été tués. BBC

L’Etat islamique tente un coup de force à Sabrata, en Libye
Environ 200 djihadistes de l’organisation Etat islamique (EI) ont réussi à occuper pendant plusieurs heures le centre de Sabrata, mardi 23 févrer. Cette localité située à 70 kilomètres à l’ouest de Tripoli, occupée par la coalition Fajr Libya, est située sur la route côtière reliant Tripoli à la frontière tunisienne. Les combats dans Sabrata ont commencé quand des brigades locales – pour bon nombre d’anciens rebelles qui avaient contribué au renversement du colonel Kadhafi en 2011 – ont attaqué des repaires de l’EI à une quinzaine de kilomètres au sud de la ville, a expliqué le conseil municipal de Sabrata. Les djihadistes de l’EI ont pénétré dans le centre-ville, où ils ont occupé pendant quelques heures le quartier général de la sécurité. Ils ont tué et décapité 12 membres des forces de sécurité. Des renforts ont réussi à les en chasser. Quatre miliciens membres de la coalition Fajr Libya ont été tués dans les combats qui ont suivi. Le Monde

Réunion des pays voisins de la Libye fin mars en Tunisie
« Les 21 et 22 mars se tiendra en Tunisie une réunion des pays du voisinage de la Libye pour examiner l’évolution de la situation sur la scène libyenne et continuer d’étudier les moyens de trouver des solutions », a indiqué un responsable du ministère qui n’a pas souhaité être identifié. Les ministres des Affaires étrangères de la Tunisie, de l’Algérie, de l’Egypte, du Soudan, du Niger et du Tchad sont attendus à cette réunion, a-t-il précisé. L’EI a réussi à s’implanter en Libye en profitant du chaos dans ce pays où le pouvoir est disputé par deux autorités, l’une reconnue par la communauté internationale et exilée dans l’est et l’autre menée par la coalition de milices notamment islamistes Fajr Libya, qui contrôle la capitale Tripoli et des régions de l’ouest. Environ 200 jihadistes de l’EI ont occupé pendant plusieurs heures le centre de Sabrata, sur la route côtière liant Tripoli à la frontière tunisienne, avant d’en être chassés par des miliciens membres de Fajr Libya, ont indiqué mercredi des responsables libyens. VOA

Burundi: après l’ONU, une délégation de l’UA pour prôner le dialogue
Le ballet diplomatique se poursuit au Burundi. Deux jours après la visite du secrétaire général de l’ONU, une délégation de cinq chefs d’Etats et de gouvernement envoyés par l’Union africaine est attendue ce jeudi à Bujumbura. Les présidents sénégalais, sud-africain, gabonais et mauritanien ainsi que le Premier ministre éthiopien vont tenter de trouver une solution pour sortir de la crise qui secoue le pays depuis dix mois. Objectif : convaincre le président Nkurunziza d’accepter de dialoguer avec l’ensemble de l’opposition. Mais il ne devrait plus être question du déploiement, un temps envisagé, de soldats de la Maprobu, la mission africaine de prévention et de protection au Burundi. RFI

Tchad: la journée ville morte contre Idriss Déby largement suivie
L’appel à la journée ville morte de la coalition « Ça suffit » a été largement suivi dans différentes villes du pays, mercredi. Les associations entendaient empêcher le président Idriss Déby de briguer un cinquième mandat lors de la présidentielle du 10 avril prochain. A Ndjamena, les commerces et marchés ont été paralysés. L’administration a ouvert, mais a tourné au ralenti. RFI

Congo-Brazzaville: neuf candidats en lice pour la présidentielle
La Cour constitutionnelle a examiné pendant deux jours les dossiers des candidats à la présidentielle du 20 mars. Ils lui ont été soumis par la Direction générale des affaires électorales (DGAE). L’unique candidature rejetée, sur les dix enregistrées, est celle d’un inconnu de la scène politique, qui n’a pu verser sa caution de 25 millions de francs CFA. Le général Jean-Marie Michel Mokoko, malgré ses démêlés judiciaires, sera de la partie, tout comme le chef de l’Etat sortant qui cumule plus de 30 ans à la tête de l’Etat. RFI

 »L’économie sud-africaine est en crise »
Pravin Gordhan a fait cette déclaration en prélude à son discours très attendu sur le budget national. Il a par ailleurs revu à la baisse les prévisions de croissance à 0,9 %, soit une baisse de 1,7 %. La monnaie sud-africaine, le rand, a chuté de moitié au cours des cinq dernières années. M. Gordhan a reconnu que l’économie connait des difficultés avec un taux de chômage de 25 % ainsi qu’une pauvreté généralisée. BBC

Congo: 9 candidatures approuvées
Au Congo, la Cour Constitutionnelle a validé mercredi les candidatures pour la présidentielle anticipée du 20 mars prochain. Image copyrightAFP 9 candidats seront en lice, dont le président sortant, Denis Sassou Nguesso, à la tête du pays depuis plus de 30 ans. Parmi ses challengers, trois anciens ministres: André Okombi Salissa, Guy-Brice Parfait Kolélas et Claudine Munari. Pascal Tsaty Mabiala, ancien ministre du président Pascal Lissouba (1992-1997), Anguios Nganguia Engambé et Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, candidats malheureux à la présidentielle de 2009, seront aussi en lice, de même que Michel Mboussi Ngouari, qui se présente comme candidat du centre, et l’ancien chef d’état-major des Forces armées, le Général Jean-Marie Michel Mokoko, visé par une enquête après la diffusion d’une vidéo le mettant en cause dans une apparente tentative de coup d’État. BBC

L’Union africaine se plie aux injonctions de Sassou
Après avoir refusé le déploiement d’une force de maintien de la paix au Burundi, l’Union africaine cède désormais aux pressions du président congolais Denis Sassou Nguesso engagé dans une lutte à couteaux tirés avec son principal rival pour les présidentielles, le général Jean-Marie Michel Mokoko. Habitué de l’Union africaine (UA) pour laquelle il a notamment officié en Côte d’Ivoire et en Centrafrique, Jean-Marie Michel Mokoko, candidat à la présidentielle du 20 mars au Congo ne pourra pas compter sur le soutien de cette institution dans le bras de fer qui l’oppose au président sortant Denis Sassou Nguesso. Nommé représentant spécial de l’UA pour le conflit en Centrafrique avant de se porter candidat au scrutin présidentiel à venir dans son pays, le général Mokoko n’a officiellement toujours pas démissionné de son poste. Le 20 février, il a été interpelé par ordre du procureur général de la République alors qu’il devait officiellement rendre son rapport de fin de mission. Sous la pression du président Sassou, l’UA qui n’a pas défendu son représentant, a préféré mettre un terme à ses fonctions. Monde Afrique

En Afrique, la France déçoit
La France est un grand pays mais les dirigeants de notre pays le savent-ils ? De mes récents déplacements en Afrique je retiens des témoignages convergents, la France déçoit. Elle déçoit d’autant plus qu’on en attend beaucoup. Que ce soit des mouvements citoyens ou des élites, j’ai entendu le même discours, la France déçoit. Un ancien chef d’Etat me disait qu’aujourd’hui la politique étrangère de la France est illisible car invisible. « Quand la France s’aligne sur les Etats-Unis, la France disparaît », soupirait-il. Quand on regarde le spectacle de la politique française, on comprend mieux. On comprend à quel point le débat est étriqué. Ceux qui nous gouvernent ont oublié l’essentiel, la France est regardée par le monde entier. Il suffit de constater (avec émotion je dois dire) la solidarité qui s’est manifestée à travers le monde lorsque la France a été frappée par des attentats pour comprendre que notre pays joue un rôle à part sur la scène internationale. Le général de Gaulle l’avait compris. Il en avait fait une marque de fabrique. Le Monde

Est de la RDC: six activistes pro-démocratie condamnés à deux ans de prison ferme
Six militants pro-démocratie ont été condamnés mercredi à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, à deux ans de prison ferme pour « incitation à la révolte », en marge de la grève générale décrétée par l’opposition le 16 février, a annoncé à l’AFP leur avocat. « Le ministère public avait requis dix ans, le tribunal de grande instance de Goma (capitale du Nord-Kivu) les a condamnés à deux ans de prison ferme pour incitation à la révolte », a déclaré au téléphone de Goma, Me Georges Kapiamba, en dénonçant « un verdict politique ». Les six membres de « Lutte pour le changement » (Lucha), un mouvement basé à Goma regroupant des jeunes indignés et qui se définit comme apolitique et non-violent, avaient été arrêtés le 16 février. Deux autres membres de Lucha arrêtés à Kinshasa ont été placés sous mandat d’arrêt provisoire et transférés en prison, selon leur avocat. VOA

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés
En Tunisie, Mohamed Bouazizi est un héros au destin tragique. Le vendeur ambulant de fruits et légumes, symbole d’une jeunesse désabusée, s’était immolé par le feu en décembre 2010 – avant de décéder de ses blessures – pour dénoncer la politique de l’Etat tunisien et dont l’acte a été le point de départ de la révolution tunisienne. À lire aussi: La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine Un peu plus de cinq ans après, le pays a changé de visage. Ben Ali a été chassé du pouvoir, un régime démocratique a émergé malgré les troubles sécuritaires et sociaux qui continuent de secouer le pays. Mais une large partie de la jeunesse – et plus généralement de la population – est toujours confrontée au chômage et à la misère. Slate

Sénégal: Amnesty International fait le procés du régime de Macky
Amnesty international va publier ce mercredi 24 février, son rapport sur le respect des droits humains dans le monde. Dans cette étude dont une copie nous est parvenue hier, mardi 23 février, l’organisation internationale de défense des droits humains liste les manquements du Sénégal en matière du respect des droits de l’homme. Ils sont, entre autres, l’arrestation de présumés terroristes, les interdictions de marches et de rassemblements et le maintien de Karim Wade en prison. Le Sénégal est dans le lot des pays qui se sont illustrés par des violations et non respect des droits humains en 2015. Dans son rapport qui sera publié ce mercredi 24 février, et dont une version nous est parvenue hier, mardi 23 février, Amnesty international a épinglé le Sénégal pour des manquements sur plusieurs dossiers. Les reproches faits à notre pays sont notamment la restriction de la liberté de réunion. Sud Quotidien

Niger : les résultats de la présidentielle tombent toujours au compte-gouttes
Alors que l’opposition a déjà annoncé qu’elle ne les reconnaîtrait pas les résultats de l’élection présidentielle de dimanche et lundi, ils continuent mercredi à tomber au compte-gouttes. Seules 82 des 308 communes ont été comptabilisées par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), pour seulement un peu plus d’1,3 million d’électeurs sur les 7,5 millions d’inscrits, soit moins de 15% du corps électoral. À ce stade, Mahamadou Issoufou arriverait en tête de la présidentielle avec 36,65% des voix, devant Hama Amadou, 22,08% et Seini Oumarou (14,17%). Mahamane Ousmane est en quatrième position avec 7,39%, devant Ibrahim Yacouba, ancien directeur de cabinet adjoint de Mahamadou Issoufou (7,16%). Le taux de participation est de 66,43%.  Jeune Afrique

Maroc : le royaume contre-attaque sur le front diplomatique
Avec la nomination d’un nouveau ministre délégué et de 78 ambassadeurs, Mohammed VI donne une nouvelle impulsion à la diplomatie chérifienne. Décryptage d’une révolution qui ne dit pas son nom. Un ministre délégué aux Affaires étrangères, de nouveaux ambassadeurs issus des milieux des droits de l’homme, du tissu associatif et de partis politiques de tous bords, de nouvelles ambassades créées dans des pays qui reconnaissent la RASD… Mohammed VI a procédé à une refonte globale de la diplomatie du royaume à l’issue du Conseil des ministres qu’il a présidé à Laayoune, chef-lieu des provinces du Sud, le 6 février. Derrière la formule laconique du communiqué officiel publié à la fin de la réunion – « nomination de plusieurs ambassadeurs » – se cache le plus large mouvement d’ambassadeurs jamais réalisé par Mohammed VI. Plus des deux tiers des 91 représentations diplomatiques que compte le royaume à travers le globe vont bientôt changer de locataire. Et pas moins de 11 nouvelles ambassades seront ouvertes dans des contrées où le royaume brillait par son absence. Mais si l’ampleur de ce changement au niveau des Affaires étrangères a été surprenante, la valse diplomatique en soi était très attendue. Jeune Afrique

Les forces somaliennes reprennent deux zones dans la partie centrale de la Somalie
Les forces somaliennes soutenues par les forces de la Mission de maintien de la paix de l’Union africaine (AMISOM) ont capturé mercredi deux zones des mains des militants islamistes dans la région de Moyenne Shabelle dans le centre de la Somalie. Le commandant de l’Armée nationale somalienne Ali Bashi Haji Omar a déclaré que les forces alliées ont saisi et libéré les zones de Ceel-Baraf et de Caad près du district de Mahaday et ont promis d’intensifier les opérations de sécurité en cours dans le pays de la Corne de l’Afrique. « L’Armée nationale somalienne et les forces de l’AMISOM ont capturé et libéré ce matin les régions de Ceel-Baraf et Caad près de la ville de Mahaday. Ils ont libéré sept zones cette semaine avec succès. « Ceci est un succès militaire contre le réseau terroriste », a déclaré M. Omar.  Xinhua

Migrants: un rapport glaçant sur les filières au départ de l’Afrique
C’est un rapport glaçant qui a été publié mardi par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad), une organisation régionale regroupant huit pays d’Afrique de l’Est. Une enquête sur les filières de trafic d’êtres humains entre l’Afrique subsaharienne et la Méditerranée. Les victimes de ce trafic sont Somaliens, Ethiopiens, plus rarement Ouest-Africains, mais surtout Erythréens, tous candidats au passage vers l’Europe. Ce sont eux qu’on retrouve à la dérive au large de l’île italienne de Lampedusa. Le rapport raconte les épreuves qu’ils doivent traverser avant d’embarquer, pour le plus grand bénéfice de certains trafiquants.  RFI



Photo: Adam Jones